Peut-on ne pas faire l\'amour ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Maia Mazaurette, le 22 septembre 2010.

  1. Maia Mazaurette

    Maia Mazaurette
    Expand Collapse
    Accrochée à son ordi

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : Peut-on ne pas faire l\'amour ?.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. Floreane

    Floreane
    Expand Collapse
    La folie de Noël c'est de la folie folie

    Ben moi j'en ai marre. Je préfère le mojito.
     
  3. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    Euh... depuis quand l'asexualité est à la mode ? J'ai plutôt l'impression qu'elle est vue comme un mythe par beaucoup de personne et que l'hypersexualité est mise en avant.
     
  4. Bathsheva

    Bathsheva
    Expand Collapse
    A lost soul in a big world

    Moi ce qui me gène c'est justement cette médiatisation de l'hypersexualité car bien évidemment même si la sexualité des séniors est encore tabou, la société actuelle donne l'impression de culpabiliser les gens qui n'ont pas une sexualité débordante (overdose de magasine féminin sur le sujet d'ailleurs "comment avoir un orgasme?", "ton mec est-il un bon coup?" "position sexuelle le top 10" et j'en passe), de quoi toujours se demander suis-je dans la norme, ai-je une vie sexuelle assez épanouie,.... Aujourd'hui, le sexe est partout et est surtout devenu un sujet très vendeur...

    Oui... alors bon c'est sur l'orgasme c'est génial je dis pas, mais encore faut-il en avoir un... et une relation sexuelle nulle pour moi c'est encore pire que de ne pas faire l'amour parce que encore plus frustrant!!! Et puis merde, je ne suis pas asexuelle, mais c'est quand même super réducteur que de dire que de ne pas faire l'amour on a besoin de COMPENSER en cumulant doliprane et mojito!!! J'ai eu des périodes sans sexe et je n'étais pas sous anti-dépresseur!!!

    Enfin, voilà tout ça pour dire le sexe c'est génial, mais ça fait pas tout dans la vie, et si des personnes n'en ressentent pas le besoin et se sentent bien dans leur peau comme ça, pourquoi pas...
     
    yuyunaâ a BigUpé ce message
  5. maiia76

    maiia76
    Expand Collapse

     
  6. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Grave.

    Et pourquoi l'article ne parle pas de masturbation ? L'article parle de combo aspirine/alcool pour faire face à l'absence de relation sexuelle... Euh y'a d'autres options quand même, on n'est pas tout de suite obligé de courir 3h par jour à la salle de sport pour finir sous medoc et alcool !
    (et je prendrais volontiers un mojito moi maintenant !)
     
  7. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    Probablement parce que les gens imaginent que les vrais asexuels (ceux qui n'ont de désir pour personne) n'ont aucune pulsion sexuelle, ce qui est faux. L'asexualité est une chose bien complexe, certains asexuels se masturbent car ils en ont envie mais sans pour autant avoir une attirance hétérosexuelle ou homosexuelle, et ils ne ressentent pas le manque de quelque chose dont ils n'ont pas envie, ils ne sont pas dépressifs, bref leur vie n'est pas plus triste.

    En tout cas, je big up ceux qui dénoncent cette médiatisation de l'hypersexualité, ce n'est pas la fin du monde de ne pas avoir de rapports sexuels mais ça devient socialement très difficile à vivre.

    On ne profite pas plus de la vie en suivant une norme sociale qu'en suivant sa propre norme. ;)
     
  8. Akela

    Akela
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Ouais mais là l'article ne parle pas (que) d'asexualité. Il parle aussi des gens qui n'ont pas de vie sexuelle parce que depuis trop longtemps en couple, ou parce que célibataire, ou pour d'autres raisons.
     
  9. Miss CVD

    Miss CVD
    Expand Collapse
    AmoureuZ

    L'important c'est d'être bien dans sa tête, l'avis des autres ne devrait pas entrer en ligne de compte.
     
  10. PetiteMénade

    PetiteMénade
    Expand Collapse
    Sans culotte et sans scrupule.

    J'me vois mal, étant en couple, cesser toutes relations amoureuses/sexuelles. C'est un peu à la base du couple de partager ces moments intenses, sinon c'est juste des amis quoi.
    Et je trouve triste que beaucoup de personnes voit encore la sexualité comme quelque chose de mauvais/pervers, c'est un plaisir naturel. Pourquoi se priver?
    Puis si on aime pas les articles qui traitent de sexualité, on les lit pas puis voilà ^^
     
    yuyunaâ a BigUpé ce message
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je vais faire ma petite avocate de bas étage mais... Je trouve que l'article ne prenait pas du tout un ton du style "le sexe c'est bien, obligatoire, si vous n'avez pas de relation sexuelle c'est que vous êtes nécessairement dépressif et qu'il vous manque un truc dans la vie". Tu sélectionnes un passage qui pourrait être pris dans ce sens, effectivement, il faut voir l'article dans sa globalité. Dans cet article on expose les arguments qui font qu'en dehors de l'idéal asexuel que certains pourraient avoir (parce que OUI, y'a vraiment des gens qui rêvent d'être asexuel alors qu'ils éprouvent du désir pour l'autre, juste par principe, par idéal ou je ne sais quoi...) il y a la réalité des choses. Et parmi ces réalité on peut dire que bah ouais, avoir une relation sexuelle épanouissante ça nous permet à nous aussi, pauvres humains que nous sommes (haha) d'être plus épanouis.
    Faut pas non plus prendre cette "vérité générale" (on va dire ça comme ça même si ça se discute toujours, les vérités) comme une glorification du sexe. C'est pas le cas, ou en tout cas, ce n'est absolument pas comme ça que moi, j'ai lu l'article. Et même sans chercher à pousser encore plus loin l'éloge du sexe, on peut très bien se rendre compte que oui, ça apporte un certain bien-être. C'est pas pour autant qu'il n'y a que par le sexe qu'on peut trouver son bien-être, évidemment.
    Et le paragraphe que tu cites est à prendre, comme tout le reste de l'article il me semble, avec un léger second-degré. C'est de l'humour quoi...
     
    yuyunaâ a BigUpé ce message
  12. Ancien membre

    Ancien membre
    Expand Collapse
    Guest

    Ca ne change pas grand chose je pense. Le sexe ne fait pas tout. Il y a des gens déprimé qui ont des rapports sexuels et tous les rapports sexuels ne sont pas satisfaisant (même si c'est devenu presque un blasphème de le dire).

    (En gros, je répond à l'absence de la mention "masturbation" qui est lié à la question de l'asexualité traitée comme "asexualité choisie chez une personne non asexuelle" et l'impression que ça me donne c'est que l'asexualité est vue comme une absence totale de sexualité même solitaire ce qui pousse à la note humoristique sur le doliprane - je ne sais ce qu'est l'autre truc ^^.)

    Je réagis surtout sur le côté "asexualité à la mode", je ne vois pas ça du tout, au contraire l'absence de sexe est vue comme quelque chose qui doit être insupportable, donc comme je le disais, une anomalie.

    Quand on ne peut pas avoir de rapports sexuels, la masturbation existe, qu'on soit asexuel ou non, elle est pratiquée. Ce n'est pas forcément génial, mais perso, quand je ne suis attirée par personne ou que je ne suis pas "amoureuse", je ne ressens pas le besoin de coucher avec quelqu'un. Après, j'imagine que ça dépend des gens, chacun vit son intimité comme il le veut, mais je trouve qu'on expose énormément la sexualité et qu'on montre l'asexualité comme une anomalie ou l'absence de vie sexuelle comme une tare.

    Les pubs, les films, tout joue sur "la sexualité". Du coup je trouve ça surprenant comme article.

    D'ailleurs j'ai du mal à voir la limite entre l'asexualité et l'absence de sexualité non choisie dans l'article, il y a des mentions contradictoires (libido de crevette semble indiquer une très faible libido par exemple).

    Hum, médicalement... on pourrait rajouter que si le sexe a de bons effets, il en a aussi des mauvais (hypertension, peut causer des migraines chez certains malchanceux, etc). Mais ça, on s'en fout, c'est juste pour être agaçante que je le dis (et parce que ça m'énerve de voir toujours les effets positifs ou négatifs des choses mis en avant de manière manichéenne même si par chance l'article ne place pas forcément la sexualité en divinité). :taquin:

    En tout cas, je trouve vraiment que la frontière entre absence de sexualité et asexualité mal établie dans l'article (en gros, pour moi ça répond mal à la question, qui au final ne devrait pas se poser puisque chacun est libre de vivre sa vie mais qui se pose effectivement par pression sociale).
    La preuve c'est aussi que l'article ne sait pas prendre position, (on tombe un peu dans les clichés parfois mais sans plus) et reste flou.
     
Chargement...