Plan de vie quand on est bonne à rien ?

Sujet dans 'Les trucs nuls de la vie d'adulte' lancé par Touliette, le 9 mai 2018.

  1. Touliette

    Touliette
    Expand Collapse

    Salut.

    Il se trouve que je suis douée pour trouver du taff mais incapable de les garder. J'en viens à croire que je ne suis pas faite pour travailler.

    Je panique un peu parce que dans mon éducation, c'est le pilier centrale d'une vie, le taff, et avant que je découvre que j'étais nulle pour ça, je trouvais ça super inspirant. Je suis complètement désorientée, je me sens vraiment comme une merde. Ce que je veux le plus dans ma vie n'est pas à ma portée intellectuelle, faut croire.

    Je ne sais pas ce que je vais faire de ma vie, j'en ai marre que mon monde s'effondre tous les 4 mois quand je perds un job que j'aimais (ou pas), je commence à avoir beaucoup de pensées suicidaires. Si je suis un boulet dans une entreprise, je serais aussi un boulet dans une asso. Et j'ai pas les thunes pour me lancer seule, mais en perdant tout le temps mon taff je ne les aurais jamais, c'est un cercle vicieux.

    Je me demande si je suis la seule sur ce forum à me croire bonne à rien. J'espère que quelqu'un va poper et me raconter sa vie de chômeuse trop bien pour me rassurer avec moult exclamations joyeuses, parce que rien que de penser à ce vide, ce temps qui passe au ralenti, j'en ai le vertige. (Mon contrat prends fin dans quelques jours.) Désolée pour l'odeur de dépression de ce post, need soutien.
     
  2. Somebody else

    Somebody else
    Expand Collapse
    Déteste le rose.

    Je ne sais pas si c'est comparable, mais ces boulots avaient beaucoup de similarité entre eux ou non ?
    Peut-être que tu n'es juste tout simplement pas faite pour travailler dans une équipe par exemple ?
    Moi je sais que par exemple, dans un même environnement, pour une même tâche, je vais très tendance à faire des bêtises et à travailler beaucoup moins bien si quelqu'un travaille avec moi et peut potentiellement surveiller ce que je fais, alors que si je le fais en autonomie, ça passe nickel et on me félicite pour ledit travail effectué...
    Des fois j'ai clairement l'impression d'être stupide parce que quand on me parle pour me demander de faire quelque chose, je réponds "oui!" tout de suite même si je n'ai pas tout entendu... :facepalm: du coup je me retrouve comme une merde à pas savoir ce que je dois faire...

    Courage en tout cas ! As-tu pensé à consulter un psychologue pour t'aider déjà à supporter tout ça :fleur: ?
     
    Mademoiselle Else, petitegazelle, Touliette et 5 autres ont BigUpé ce message.
  3. Aska

    Aska
    Expand Collapse
    La courtisane aux pivoines

    Salut Touliette, je ne viens pas raconter ma vie de chômeuse mais je comprends ce que tu es en train de vivre.
    J'ai eu aussi une période où je n'arrivais pas à perdurer dans un emploi: j'ai du démissionner d'un contrat en apprentissage car l'entreprise me trouvait nulle et disait que je n'avais rien appris à l'école, je n'ai pas été prise à la fin de mon contrat en apprentissage dans la boîte d'après parce que je me suis retrouvée avec une mission de merde et je ne voulais pas m'expatrier, j'ai fait 9 mois de chômage. J'ai ensuite trouvé une mission en prestation de service, j'y suis restée que quelques mois, parce que j'étais la poubelle des tâches reloues de mes collègues, et personne ne voulait bien faire son travail, j'ai un peu râlé, et j'ai été salement virée et raccompagnée à la porte de la boîte (je l'ai su que 2h avant).
    Aujourd'hui je suis dans un boulot où on me laisse me démerder par moi-même, y a personne pour m'apprendre, rarement quelqu'un de dispo pour m'accompagner, soit disant tout le monde est trop débordé... donc je stagne et je n'arrive pas à avancer, et je me sens tellement merdique, je redoute d'être virée à toutes les missions que je fais... J'ai l'impression d'être bonne à rien également.
    Je me surprends à rêver de faire des choses "simples", pas prises de tête. Dans l'ingénierie c'est très compliqué techniquement et relationnellement tout le temps et ça devient dur.

    Voilà ça t'aide pas, mais si ça te permet d'avoir l'impression d'être moins seule...
     
    Mademoiselle Else, petitegazelle, Touliette et 2 autres ont BigUpé ce message.
  4. Nedjma

    Nedjma
    Expand Collapse

    @Touliette alors déjà, ce n'est pas toi la merde, c'est l'époque dans laquelle on vit. A cause de la crise et de la hausse d'un capitalisme déshumanisant, les gens sont des mouchoirs jetables.
    On exploite les employés, on leur colle une pression pas possible pour ensuite ne pas les garder.

    Ton sentiment de désespoir, je connais plein de gens autour de moi qui ont le même. Et pour ceux pour qui " ça va ", niveau boulot, on fait un taff dans des conditions à la limite de l'acceptable, mais on est tellement contents d'en avoir un qu'on s'estime chanceux. C'est un peu la galère pour tout le monde en fait, à différents degrés. Et comme on se croit nuls et bons à rien, on est prêts à accepter plus de choses, à donner plus de notre force de travail. Karl Marx aurait de quoi dire sur notre époque :erf:

    Bref, t'es pas nulle, ou bonne à rien, ou quoi. C'est juste que t'as pas de bol, t'es tombée sur une époque où chercher du taff est la croix et la bannière.
     
    petitegazelle, jjul, Touliette et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. Valentina-

    Valentina-
    Expand Collapse
    La gosse chiante qui demande toujours "Pourquoi ?"

    #5 Valentina-, 11 mai 2018
    Dernière édition: 11 mai 2018
    Thinocephale et Lowell ont BigUpé.
  6. NinaLouve

    NinaLouve
    Expand Collapse
    Longue vie à la Baleine Cosmique.

    Je me suis beaucoup reconnus.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Bon, j'ai beaucoup parlé 3615 my life (oui je connais la ref' à mon age) et ça doit être bien fouillis. Je sors de dépression avec tous ça, même si je pense y être toujours un peu en fait. Il y a les jours où ça va et ce ou beaucoup moins... Pourtant, je suis convaincu d'une chose, c'est que quoi qu'il arrive le soleil fini toujours par se lever et que tout fini toujours par s'arranger.
    Tant pis pour les chiants qui me dirons "oh ma pauvre" quand j'irais bosser à l'usine. Au moins j'arriverais à déménager, à prendre un appart. En espérant que tous ceux qui n'ont pas cru en moi, verrons un jour un livre signé de mon nom x)

    Force à toi donc ♥
     
    #6 NinaLouve, 11 mai 2018
    Dernière édition: 11 mai 2018
    petitegazelle, Aska, Touliette et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Touliette

    Touliette
    Expand Collapse

    Merci pour vos réponses, je me sens moins seule. : p Je me reconnais aussi dans vos parcours. J'ai été longtemps perdue dans le parcours d'orientation puis je sens bien la déshumanisation des travailleurs en entreprise. Plus la boîte est grosse, plus c'est pervers : On vous fout des "objectifs" en fonction de ce que vous savez déjà faire, et la suite c'est marche ou crève.

    Pour tout vous dire, pour mon dernier échec, j'apprenais un nouveau métier, et j'avais des meilleurs résultat que mes brillants collègues à l'époque ou ils en étaient eux aussi à 2 mois de boîte. Maintenant, c'est des tueurs dans le métier. Mais comme mon objectif était plus haut que le leur à l'époque parce que j'ai eu des facilités au test de pré-embauche, on m'a virée parce que j'avais trop de mal à atteindre cet objectif, alors que j'ai lâché un CDI (de merde, aucun regret) pour ça, pour ce job de rêve. ça me paraît tellement absurde ! J'ai l'impression qu'on a gâché un bon potentiel pour des histoires de statistiques, de chiffres sur des feuilles, alors que tous mes collègues étaient confiants pour moi parce qu'ils avaient moins bien commencé. C'est à se taper la tête contre un mur. J'ai jamais été aussi près du but, pour une fois que ça "marchait" normalement !

    J'ai aussi eu beaucoup de boîte ou on accepte que tu sois débutante dans le sens ou tu acceptes donc le smic, mais ou en revanche tu dois travailler comme quelqu'un qui a 10 ans d'expérience, sinon tu dégages.

    Le changement abrupte de comportement de mes employeurs potentiels au cours d'entretien d'embauche me fait aussi penser que d'anciens employeurs harceleurs se vengent quand mes patrons potentiels les appelle pour avoir leurs impressions sur moi.

    J'ai l'impression que le travail est un combat perdu d'avance. Je me sens stupide parce que j'y retourne sans cesse, faut dire que de nos jours on est bien obligés si on veux vivre dans une ville qui bouge. J'ai juste l'impression que ça revient à se faire hara kiri et à tenter de s'étrangler avec ses intestins.

    Je suis aussi dégoûtée de comprendre la sagesse des filles de mon patelins d'origine, qui comptaient sur le mariage et les aides sociales en pondant. Je voyais ça comme de la beauferie, mais en fait c'était des putains de sages, cette manière de vomir sur ce broyeur de monde du travail sans même y avoir mis les pieds ! Quelle clairvoyance de leur part !

    Problème : Je déteste les enfants et mon mec est trop éduqué pour accepter de m'entretenir, je ne peux même pas me rabattre là dessus. : D Mais pour vous dire à quel point j'en suis, j'y ai pensé quand même. Je me suis imaginé maltraiter un bébé que je ne supportais pas juste pour que le monde me pardonne de ne pas bosser. A la fin du scénario j'étais en taule, je crois que je vais rester une gentille merde, finalement.
     
    Chouette-Culotte, Somebody else et Aska ont BigUpé ce message.
  8. Aska

    Aska
    Expand Collapse
    La courtisane aux pivoines

    @Touliette J'ai la même impression que toi de manière générale, l'entreprise elle te prend pour de la main d'oeuvre pas chère, tu n'es pas indispensable si tu n'atteins pas les objectifs et t'as intérêt à accepter un salaire de merde sinon oust! Je trouve qu'il est aussi extrêmement dur de justifier une augmentation de salaire car ton patron te trouvera toujours un truc qui ne va pas.

    Autre truc, je n'ai pas la force de faire du présentiel au travail, je ne peux pas rester au travail comme mes collègues jusqu'à 18h-18h30. J'estime déjà fait suffisamment de choses dans la journée et ça me tue d'en faire plus en ayant l'impression de ne pas être rémunérée à la hauteur des efforts. Mais chut, il ne rien dire là-dessus, sinon pareil, c'est la porte...

    Honnêtement j'ai pensé aussi, même si ce n'est pas glorieux, à devenir mère au foyer (même si je ne veux pas encore d'enfants), mais vu le salaire actuel de mon copain, on ne pourrait pas se permettre de vivre en région parisienne...

    Je ne sais pas ce qui est le mieux entre subir la vie avec le job de merde et plonger un couple dans un confort moindre... je me sens coupable d'y avoir songé, alors je continue bêtement à bosser...
     
    petitegazelle, Touliette et Delah ont BigUpé ce message.
  9. Nedjma

    Nedjma
    Expand Collapse

    @Touliette la tentation, ou du moins la pensée coupable de penser à pondre et se faire entretenir, ça se comprend. Quand on pédale dans la semoule, on a parfois envie de prendre une solution de facilité. Sauf que dans ce cas-là, ce ne serait pas une bonne facilité pour toi, dans le sens où ça ne te correspond pas. Tu te retrouverais coincée avec des mômes, tu mettrais tes projets entre parenthèses pour eux, et comme tu serais entretenue, on ne t'octroierait pas le droit de te plaindre.
    Je pense en plus que vis-à-vis de ton mec, si jamais ça c'était fait, il aurait eu peu à peu une autorité morale sur toi, du fait de la situation et du manque de confiance en toi que cela aurait généré. Tu culpabilises déjà de ne pas y arriver en donnant ton maximum, alors imagine l'image de toi que tu aurais en mère de famille qui a baissé les bras. Bref, quittons ce scénario catastrophe :cretin:

    Tu n'es pas une " gentille merde " :fleur: Tu es une personne qui se bat, voire qui se débat et qui manque de chance. Il ne faut pas perdre espoir, la roue va bien finir par tourner. Peut-être que de " bonnes " facilités vont se présenter à toi, c'est à dire une opportunité où tu n'auras pas à sortir tes tripes pour obtenir ce que tu veux.

    Dans quelle branche es-tu ? Peut-être peux-tu envisager une réorientation, ou bien passer un concours de la fonction publique pour avoir la sécurité de l'emploi ?
     
    Touliette et Aska ont BigUpé.
  10. Touliette

    Touliette
    Expand Collapse

    Vous avez raison c'est le scénar catastrophe les gosses, je m'en suis fait mille pendant un temps lol. Et oui on s'en veux, mais après tout ce n'est qu'une période de profond dépis lol, on fantasme un échappatoire morbide, sans doute pour s'auto-flageller.

    Ma super supérieure m'a filé un plan pour changer de métier mais rester dans la branche du cuir. ^^ Je ne voulais pas changer mais bon, dans le métier que je veux c'est vraiment saturé. Je me donne le temps des vacances avant de rattaquer de toute façon. :unicorn:
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Jean-Monique
    Réponses :
    14
    Affichages:
    1854
  2. Lauritas
    Réponses :
    1
    Affichages:
    718
  3. cocodu84
    Réponses :
    0
    Affichages:
    903
  4. virginy47
    Réponses :
    4
    Affichages:
    979
  5. lili.M
    Réponses :
    1
    Affichages:
    1360