Pourquoi suis-je plus sévère avec mes alliées qu'envers mes adversaires ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 3 janvier 2018.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Wow, je ne m'attendais pas à ce que mon mea culpa puisse être à l'origine d'un article. :puppyeyes: Merci à @Clemence Bodoc de me faire rougir de fierté.:red:
     
    LisaouasiL, Grumpy Bunny, liseul et 18 autres ont BigUpé ce message.
  3. Trumart

    Trumart
    Expand Collapse

    Merci pour l'article, je me dirige personnellement sur une voie de "radicalité pacifiste" dans mon approche de la politique, ce qui va à l'encontre de plus de 20 ans de colère difficilement contenue:d Donc merci @Clemence Bodoc pour tes articles qui m'aident dans cette voie.
    La fin de l'article me fait d'ailleurs penser au livre de Chantal Mouffe, Agonistique, où elle évoque justement le fait que dans une démocratie forte les opinions antagonistes avec/envers l'hégémonie en place permettent une vivification de la vie citoyenne, au contraire d'un consensus mou dans lequel tout le monde ne pourrait véritablement se sentir représenté, et encore moins se passionner (=apathie de l'opinion publique). Ça s'éloigne un peu du sujet de l'article, mais je trouvais intéressant de noter que le dissensus peut être quelque chose de sain...

    Et pour continuer sur la voie du "hors-sujet mais pas trop quand même", je conseille la bd en trois tomes Wake Up America, qui retrace l'histoire de l'arrivée des droits civiques pour les personnes noires aux Etats-Unis (sur la période 1940-1965), à travers le choix stratégique mais surtout idéologique de la non-violence. Vraiment très formateur, ça m'a énormément fait évoluer.
     
    Lady Stardust, Polaire, LisaouasiL et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    AMEN. :pray: C'est pile le coeur du sujet, en fait. La critique nous profite à tous et toutes, nous "gagnons" collectivement, pas individuellement. ;)
     
    Trumart a BigUpé ce message
  5. just_in_case

    just_in_case
    Expand Collapse
    Oui, j'aime les chats.

    Totalement d'accord avec cet article :worthy:
    Et je salue ces belles paroles : "L’attaque ad hominem n’est jamais un argument. C’est un mécanisme de paresse intellectuelle. Je le vois très (trop) souvent utilisé dans les sphères féministes, dites « alliées », lorsque, par exemple, on vient opposer en critique la question « est-ce que tu es concerné·e par le sujet ? »

    Est-ce que les propos tenus sont pertinents ? Est-ce que les idées avancées sont cohérentes ? Voilà les questions à se poser, bien avant de demander à l’auteur·e d’un article s’il ou elle est « concernée » par une discrimination, par exemple."

    Merci merci pour ce concentré de bon sens :worthy:
     
    gingerfish, Dysnomia, AFRO INSOLENTE et 14 autres ont BigUpé ce message.
  6. ben quoi ?

    ben quoi ?
    Expand Collapse

    Rien à voir avec ce sujet...
    Vous êtes en liaison directe avec Bernard Pivot chez MadmoiZelle ??
    Ben merde alors, j'suis sur le cul !!!
     
    PlumeRouge a BigUpé ce message
  7. Madthilde

    Madthilde
    Expand Collapse
    Schtroumpfette contrachiante

    Tout d'abord, voilà un très bon article !

    Je suis en accord profond avec la presque totalité de ce qui est dit, et je trouve que la mise en avant de certains points est particulièrement importante (et spécialement dans le contexte où il est publié).
    La célébration de la critique en général est un point qui est cher à mon coeur, la capacité à prendre un peu de distance et être capable de faire la différence entre la critique et l'attaque personnelle est un élément qui manque, à mon goût, beaucoup trop souvent dès que des personnes sont en désaccord.
    Et la mise en avant de certains comportements très présent dans les milieux militants est, à mon avis, très juste et très importante (sur ce point, je trouve une grande résonnance avec l'article demandant si "est-ce que les féministe en font trop ?").

    Bon, c'est un article à la gloire de la critique constructive, et j'ai mis "presque totalité". C'est donc bien qu'il y a un "mais" :d
    Alors oui, c'est sur un point de détail, et peut-être juste une méprise, mais je trouve que c'est quelque-chose de très récurrent dans les sphères engagées, donc je soupçonne une anguille sous roche : quand tu pointes avec justesse que des adversaires peuvent avoir des idées pertinentes, tu enchaînes immédiatement en disant "trouver de meilleurs arguments pour contrer les leurs". Je dirais que le premier réflexe à avoir quand quelqu'un avance un argument pertinent, avant même de chercher la riposte, ce serait de se demander s'il n'a pas tout simplement raison - s'il a tort, c'est pour une raison, et le contre-argument sera cette raison et donc tout trouvé après tout, non ?
    Car oui, c'est un état d'esprit que j'ai l'impression de retrouver vraiment souvent (et dont je ne suis moi-même pas exempte, hélas) : partir du principe que l'on a raison, sans remettre en question ses propres paragdimes ou prémisses, et donc au final chercher seulement à "vaincre" même en se raccrochant aux branches, plutôt que d'accepter la possibilité que "l'adversaire" puisse être celui dans le vrai.

    Et en parlant de prémisses... J'ai toujours été assez intriguée par le fait qu'il n'y a, au final, que très peu de discussions sur les éléments les plus fondamentaux dans le forum - qu'est-ce que le genre, qu'est-ce que la norme, qu'est-ce que le groupe, qu'est-ce que la culture, les raisons de leur existence, leur avantages et leurs défauts, ainsi de suite. J'ai l'impression que tout le monde part du principe que des conclusions finales, vraies et définitives ont été tirées il y a longtemps et sont la base commune, ce qui rend toute critique assez difficile à accepter ou prodiguer, et qui fait que toute discussion ne peut forcément mener que dans une seule direction.
    C'est un peu comme deux mathématiciens qui veulent résoudre l'équation x + y = 5, avec l'un d'entre eux disant "cherchons les solutions, mais il est admit que x = 2, mais à part ce point je suis ouvert à toute suggestion". L'illusion de la discussion est là, mais au final il n'acceptera jamais que sa conclusion à lui, vu qu'il a fermé toutes les autres portes.

    (bon, ensuite, je me suis encore une fois laissée emporter par mon esprit en vadrouille, même si j'ai beaucoup plus écrit sur le point d'achoppement, je reste enthousiaste sur 95 % de l'article, je tenais à le répéter ^^)
     
    Dysnomia, Lady Stardust, lafillelabas et 18 autres ont BigUpé ce message.
  8. Gabelote

    Gabelote
    Expand Collapse
    Momentanément en pause

    Quel bel article !!!
    Contrairement à ce que disait l'autre, la critique n'est pas toujours facile. C'est compliqué de critiquer quelqu'un dont on se proche au niveau des idées, ou quelqu'un qui défend des idées qui nous tiennent à cœur. Critiquer utilement et agréablement est compliqué. C'est aussi, à mes yeux, un domaine où la forme compte presque autant que le fond : si on veut que sa critique soit entendue et constructive (c'est-à-dire qu'elle soit suivie d'un effet positif), la forme est primordiale.

    Après, concernant tout particulièrement la critique des articles sur Madmoizelle, quelque chose d'autre émerge, il me semble, dans le lien qui uni le lectorat au webzine. Le lectorat a des attentes, une image de ce que doit défendre le webzine. La rédaction a une image de son lectorat et publie en fonction de cette image. Là où la critique se multiplie alors que sur les idées fondamentales il y a un accord, c'est qu'il y a un faussé entre les images et attentes mutuelles qu'ont le lectorat et le webzine l'un de l'autre. Accepter de limiter ses attentes et de repenser l'image qu'on a de l'autre devrait être possible.
     
    Lady Stardust, littlecassy, Nienke et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. MAAAL

    MAAAL
    Expand Collapse
    D'accord.

    J'ai été contente de cet article, je trouve quand dans le contexte où votre magazine se transforme beaucoup et s'éloigne de la cible qu'elle avait il y a quelques années, ça fait du bien de lire des choses comme ça. Ça fait déculpabiliser quand on se dit "Je n'aime plus les articles de Madmoizelle, est-ce aller à l'encontre de mes valeurs ?", alors qu'en fait pas du tout, on a les mêmes fondamentaux, seulement des moyens différents de l'exprimer.

    Je trouve important de rappeler qu'au final, il n'y a pas une seule vérité. Pour reprendre l'exemple de l'humour, certaines personnes donnent toujours un sens à leurs blagues, alors que d'autres, non. Alors appuyer l'une ou l'autre des thèses, c'est bien, mais seule l'intention de la personne compte en définitive (ce n'est pas une raison pour faire preuve de laxisme, j'entends bien, car on doit également faire attention au contexte).

    Idem, je vais prendre l'exemple connu de Marion Seclin : beaucoup de gens n'aiment pas son travail. Dont certaines féministes. Et c'est important qu'on reconnaisse que ces personnes sont dans leur droit, tout comme Marion Seclin de faire son travail, parce que c'est tout (oui, c'est mon argument :cretin:).

    Enfin, je tenais surtout à remercier pour ce passage :
    C'est une chose qui m'énerve tellement ! Ce matin encore, j'ai vu un article qui parlait de la fameuse comptine sur un Chinois. J'admets parfaitement qu'on puisse trouver ça raciste, que les personnes concernées voient cela d'un mauvais oeil. Mais personnellement, au premier abord, je n'y aurais jamais vu de mal (je suis bien trop optimiste sur tout XD). En tout cas pas plus qu'une comptine sur les Suédois qui raconterait comment ils montent leurs meublent Ikea, se baignent nus dans l'eau glacée, sont blonds aux yeux bleus et parlent une langue bizarre en "gloubibleuleu" et lettres imprononçables. Une personne a exprimé (très maladroitement, je le reconnais) le même avis, et c'est tout ce qu'on lui a répondu. Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, et c'est vraiment exaspérant à la longue.
     
    Margay, Tamiat, Clemence Bodoc et 3 autres ont BigUpé ce message.
  10. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Tu mets le doigt sur une idée reçue qui me surprend !! :oo: « La rédaction a une image de son lectorat et publie en fonction de cette image.» :oo: Mais alors pas du tout hahaha !! C'est vraiment tellement, tellement loin de la manière dont on construit notre ligne éditoriale et le magazine au quotidien.

    Les lectrices de madmoiZelle sont toutes différentes, c'est pas un groupe homogène, il n'y a justement pas "LA" lectrice de madmoiZelle, dont on pourrait tirer le portrait robot (ou plutôt, le pitch marketing). Vous êtes toutes différentes et c'est bien pour ça qu'aucune d'entre vous n'aime 100% des articles ! Ils sont justement écrits pour s'adresser à toute la diversité des lectrices ; et parce que nous ne sommes pas des robots, ils sont surtout écrits PAR des lectrices, par des jeunes femmes qui regardent le monde, l'actu et leur rubrique à travers leur expérience, leur point de vue avec tout ce qu'il a de subjectif.

    La question qu'on se pose régulièrement, c'est "qu'est-ce qu'il se passe dans la vie de nos lectrices ?", et LES réponses à cette question sont variées, contradictoires, temporaires, etc...

    C'est l'une des raisons pour lesquelles certains articles ne plaisent pas ici, mais rencontrent du succès sur d'autres réseaux sociaux, certaines adorent d'autres détestent, etc etc etc. C'est beaucoup moins confortable au quotidien que d'écrire pour "la lectrice type", oui mais en fait cette personne est fictive. Je préfère écrire pour des vrais humains, dans toute leur diversité et leur complexité, et avec toute l'incertitude que ça implique sur la manière dont mes écrits seront reçus ! ;)
     
    AFRO INSOLENTE, Fondle, Halbatros et 4 autres ont BigUpé ce message.
  11. MAAAL

    MAAAL
    Expand Collapse
    D'accord.

    Je me permets de te citer, parce que ton message m'a grandement étonné également, et du coup je ne sais pas s'il est possible d'avoir plus d'éclaircissement (ton message répond partiellement à ma question, mais ça reste un peu flou et a plutôt eu tendance à attiser ma curiosité).

    Je m'explique : apparemment, vous n'avez pas de lecteur ou lectrice-type (ce qui s'entend, vu la diversité des gens qui vous lisent). Et vous voulez donc écrire en conséquence. Cependant, si quelqu'un me demandait à qui s'adresse le magazine, je répondrais directement : une jeune femme, entre 17 et 27 ans, qui vit en région parisienne (ou éventuellement une très grosse ville comme Lyon, Strasbourg ou Lille, mais pas Brest par exemple), qui aime la beauté, la mode, la politique, la culture sous toutes ses formes. Qui est à l'aise avec sa sexualité ou cherche à l'être, aimerait évoluer dans sa vie, s'ouvrir au monde, aux différences, aux autres. En fait (et peut-être que je me trompe, après tout je ne vous connais pas personnellement, et tous les membres de l'équipe ont leur propre personnalité, donc ne vont pas cocher toutes les cases), quelqu'un qui vous ressemble.
    D'un côté je trouve ça très bien, parce que vous faites ce que vous aimez, comme vous le souhaitez ; c'est positif et cohérent avec votre ligne éditoriale. D'un autre côté, Madmoizelle est un magazine et non un blog ; la preuve, vous êtes de vraies journalistes. En outre, vous êtes payées par la publicité et les partenariats, mais la publicité ne cible-t-elle pas justement le lectorat ?

    Je vais m'arrêter là parce que sinon ça va rejoindre un autre topic, et aussi parce que j'ai oublié le reste de mon message :dunno:
    J'espère que ce n'est pas trop agressif, mais réaliser que vous n'écrivez pas pour un lectorat spécifique me laisse pantoise, ou alors c'est involontaire.
     
    Lady Stardust, leaking_b, Gabelote et 4 autres ont BigUpé ce message.
  12. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Si, on écrit pour un lectorat spécifique : les jeunes femmes de 18 à 25 ans.

    Sauf qu'une fois que j'ai dit ça, ben... Qui sont les jeunes femmes de 18 à 25 ans ??? Elles vivent partout en France (et à l'étranger), font des études ou travaillent, ou cherchent un emploi, aiment l'actu ou pas, aiment la beauté ou pas, aiment ou détestent les films d'horreur, etc.

    Dans la vie, tu peux devenir amie avec des gens dont tu découvres les centres d'intérêts au fur et à mesure : vous vous rencontrez à un arrêt de bus ou un concert, et vous restez potes 1, 2, 5 ou dix ans, ou toute la vie. Les amitiés naissent d'un fou rire ou d'une passion commune, d'une rencontre, d'un débat, d'une discussion... et elles s'étiolent à la croisée des chemins, lorsque tu emmènes ta vie ailleurs, et que vous n'avez tout simplement plus assez en commun.

    C'est ça, madmoiZelle. Une amie que vous rencontrez en chemin, et qui quitte votre vie lorsque vous grandissez. Parce que madmoiZelle ne "grandit pas" dans ce sens, justement. Vous arrivez par une vidéo marrante, un débat houleux, une réflexion qui tombe à pic, une blague qui vous aura fait crever de rire... Et vous repartirez lorsque vous ne trouverez plus sur le site ces voix qui vous parlaient tellement il n'y a finalement pas si longtemps... Et ce n'est pas grave. <3 vous aurez aimé madmoiZelle, madmoiZelle vous aura aimées aussi, parce que sans vous, elle n'existerait pas 12 ans après sa création. Comme dans la vie, on peut se quitter bonnes amies, comme deux personnes qui ont changé, évolué, chacune de son côté.

    madmoiZelle n'est peut-être plus celle que vous croyez, mais c'est exactement pour ça que l'aviez aimée ;)
     
    AFRO INSOLENTE, Fondle, MAAAL et 3 autres ont BigUpé ce message.