Psychologie des goûts musicaux et de leur évolution

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Justine_, le 21 octobre 2013.

  1. Justine_

    Justine_
    Expand Collapse
    En hibernation
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. Mamélie

    Mamélie
    Expand Collapse

    Je ne dois pas encore avoir grandi dans ma tête alors pcq à 30 ans j'écoute encore Linkin Park et mon groupe préféré est toujours le même qu'à mes 15 ans, à savoir Indochine :d

    En plus je n'aime pas du tout le jazz et la musique classique, c'est grave docteur? :d
     
  3. Laodicée

    Laodicée
    Expand Collapse

    Article très intéressant, et je me reconnais plutôt dans l'évolution d'une musique intense (Métal) à une musique plus sociale ( l'électro )

    Par contre ce qui aurait été intéressant de voir c'est si ces personnes restent malgré tout à leurs goûts musicaux passés !
    Parce que, personnellement même si mes goûts ont évolué avec l'âge, je reste attaché aux groupes de mes adolescence !
     
  4. Irma Bud

    Irma Bud
    Expand Collapse
    Mrs Punchline Holmes

    [quote defaultattr=]A. Bonneville-Roussy, P.J. Rentfrow, M.K. XY et J. Potter[/quote]

    james ? t'es revenu ? :puppyeyes:

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    plus sérieusement c'est très intéressant comme étude, mais ça m'étonne qu'il n'y ai pas plus de gens qui écoutent toutes sortes de musiques en même temps, perso je ne saurais même pas dire quel est mon style musical préféré ...
     
  5. Rosaly--

    Rosaly--
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Je dois rajeunir avec l'âge :domokun:
     
  6. lyznore

    lyznore
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Très bon article ! Je trouve tout ça très vrai, en plus : j'ai définitivement écouté plus de metal étant ado/début vingtaine que maintenant, où je suis plus électro, indie, trip-hop :) Même si ça passe surtout par les émotions !
     
  7. Malo33

    Malo33
    Expand Collapse
    Rêve de devenir rentière...

    Ado, je me suis lancé le défi de jamais, JAMAIS, faire comme mes parents. "Ouais, je dirai jamais à mes enfants que leur musique, c'est pas de la musique !"
    Aujourd'hui, je me fais l'effet d'être une vieille conne : "non mais c'est quoi c'te musique ? Myley Cy-quoi ?" :rolleyes:
     
  8. Suricate suricatta

    Suricate suricatta
    Expand Collapse
    En construction

    j'ai 25 ans et j'écoute encore du Métal, c'est grave Docteur? ;-)
     
  9. -carmen-

    -carmen-
    Expand Collapse
    chercheuse. Mais de quoi?

    je suis tout à fait d'accord avec @Erzsebet , et ce cliché sur la musique "sophistiquée"... Il y a tout autant de sophistication dans un morceau d'Akhenaton, que dans un morceau d'Harry Connick Jr...La musique est subjective. Et je plussoie avec @Malo33, le cliché de "la musique c'était mieux avant", ou "maintenant les chanteuses ne chantent plus" et blablabla...Les sons sont travaillés différemment, ca ne donne pas la même musicalité peut être, mais en terme de qualité, ne comparons pas ce qui n'est pas comparable.
     
  10. MutePrincess

    MutePrincess
    Expand Collapse
    Les nuages ont peur du noir.

    Haha, j'ai pensé exactement pareil, genre "Ouaaate, qui ?!" !!


    Donc en fait, j'ai toujours 13 ans et bientôt 50 dans ma tête.
    Schizophrénie bonsoir ! :yawn:
    Non mais plus sérieusement, j'écoute toujours les mêmes groupes qu'il y a 7 ans, et j'adore aussi le jazz et la classique, et je commence même à me mettre à l'électro.
    Voilà, j'ai évolué tout d'un coup en fait.

    C'est bizarre cet article, on se pose des questions sur soi quand même ! (J'ai pas l'habitude.)
     
  11. Heiwa

    Heiwa
    Expand Collapse
    Suomi <3

    Euh... Je me sens un peu ovni, là ^^'
    J'aime autant Godsmack que Russian Red, Florence & the machine ou Mano Negra, ou encore Oliver Shanti, Laura Pausini, Era, Asaf Avidan, Outkast, Cantat, Guns, Periphery... C'est grave docteur ?
    (en ce moment je suis raide dingue des b.o. pour Enio Morricone, et de Solstàfir <3 !)
     
  12. Blueberrygirl

    Blueberrygirl
    Expand Collapse
    Our love is underlined

    Justine, je lis toujours tous tes articles avec grand intérêt et j'y vois toujours de belles perspectives, mais ici l'étude se cantonne à édicter des topoï.

    Néanmoins, et j'ai une certaine aversion à dire cela,dans ces clichés, il est indéniable qu'il y a une part, (minime), de vrai.
    Toutefois, plutôt que de décomposer l'évolution des goûts musicaux sur un temps long et donc suivant l'âge, j'aurais plutôt tendance à rester sur un temps plus court. Ce qui nous amènerait à parler plutôt de périodes psychologiques.

    Je ne pense pas qu'il soit inconciliable, qu'à, par exemple, 20 ans, on recherche dans la musique et la volonté d'intensité, et la recherche d'acceptation, et celle de la sophistication.
    Ce que je veux dire par là, c'est qu'il n'y a pas réellement de barrières temporelles, et qu'à 15 ans, on peut très bien adopter une position d'esthète eu égard à la musique.

    Moi par exemple, depuis mon adolescence, j'écoute du jazz et du blues, mais cela ne veut pas dire que j'étais vieille avant l'âge.
    A 24 ans, maintenant, j'écoute encore ce genre de musique mais je ne suis pas insensible au reste: trip-hop, rap, électro, rock indé, pop parfois etc.
    Cela ne fait pas de moi un alien musical, je ne me considère pas comme ayant des goûts hétéroclites et faisant des infidélités à tel ou tel genre musical. C'est un tout cohérent, par rapport à ma personnalité. Les goûts musicaux, je pense, se forgent selon des affinités humaines, certainement et surtout des états sensoriels.

    La musique est quelque chose de très intime, selon moi, elle est en quelque sorte un reflet à notre âme et une catharsis. C'est pourquoi la lecture de cette étude me chiffonne un peu car elle semble rester superficielle et ne s'attarder qu'à l'environnement directement perceptible, celui des interactions humaines, du monde social. Cette étude oublie que la musique a aussi un rôle de médiateur entre le moi et le moi profond. Un pouvoir d'introspection en quelque sorte.