Qu'écrivez-vous en ce moment ?

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par AnonymousUser, le 6 juillet 2009.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Voilà, ça je pense que c'est un sujet inédit !

    Je propose de discuter ici des textes en cours d'écriture que nous pouvons avoir. Pas parce que nous voulons toutes devenir de futures Jane Austen, mais parce que nous aimons écrire et que nous avons envie de créer des histoires, des textes, des poèmes, des récits, fictifs, partiellement autobiographiques ou carrément personnels ...

    Alors qu'écrivez-vous en ce moment, comment avez-vous eu l'idée, êtes-vous contente de ce que vous faites, avancez-vous bien, etc ? ...

    (Je repasserai pour ma propre réponse.)
     
  2. Masha

    Masha
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    Moi j'écris sur Word depuis 2ans, d'ailleurs je viens de compter si je devais imprimer ça me prendrait une centaine de pages. J'aime mettre des mots sur des maux ou sur des émotions jouissives.. Ca peut être fictif comme réel, ou comme un mélange des deux. Je lis aussi beaucoup de blogs où les écrits de filles (c'est beaucoup plus rare les garçons qui écrivent) m'inspirent, et je me dis souvent que j'aimerais atteindre leur talent.
     
  3. Perlea.

    Perlea.
    Expand Collapse
    Appât à moustiques.

    J'écris aussi depuis à peu près deux ans également sur Word. C'est pas du grand art, juste de la description grosso modo. L'inspiration vient soit de la réalité, je décris une scène de ma journée ou bien c'est fictif mais réaliste quand même.
    Parfois, j'écris aussi pour faire le point, ça permet de "voir" ses idées.
     
  4. Nebraska

    Nebraska
    Expand Collapse
    She's BACK.

    Très influencée par les classiques du 18ème-19ème siècle,j'ai déjà écrit une nouvelle dans le genre,je l'ai même imprimé en vue de l'offrir à mes amies pour la lire,mais je me suis retenue parce que j'ai trouvé mon style pâteux,très usé et surtout mon vocabulaire assez pauvre en ce qui concerne le 18ème siècle et le jargon de la classe prolétarienne.

    Actuellement,j'écris sur le word-pad,je le trouve simple et efficace,j'écris des poèmes,des bribes en anglais et en français,je prends beaucoup du plaisir à écrire aussi bien sur un coup de tête qu'en se posant et en réfléchissant bien.

    Aussi,j'ai un blog sur Skyblog,contrairement à ce que beaucoup de gens pensent,écrire sur la plateforme de skyblog n'est pas seulement fait pour les ados adeptes de <3 iiii et lâche tes com's,il y a des blogs très très intéressants,j'ai des lecteurs avec un esprit très intellectuels et non pas des gens qui font de la pub et proposent des paris débiles.
     
  5. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Un peu comme Winter River, tiens.

    J'ai un journal, sur papier, depuis onze ans ; et sinon, j'écris des bouts d'histoire, ici et là.

    Hier soir, j'en ai supprimé pas mal : celle du conducteur de métro qui vit dans la peur que quelqu'un ne se suicide sous son véhicule, celle de la fille qui a fait un voyage dans le temps et rencontre son mec trop tôt, celle de la faille spacio-temporelle, celle de la mère qui ment à ses enfants.

    J'ai l'impression que je n'arriverai jamais à en finir une. Elles bouillonnent, j'ai toujours des tas d'idées, des tas d'histoires, des "imagine que", mais jamais je n'arrive à en écrire plus de quelques pages. Après, ça se bloque et ça avorte.

    J'en ai commencé une nouvelle il y a quelques jours. Ce serait un quiproquo. Un homme s'intéresse à son voisin, chope son nom, mais en réalité il s'est trompé de nom et communique avec une jeune femme qui n'a rien à voir.

    Un de mes amis prétend que j'écris bien, que j'ai "une écriture sobre, très anglo-saxonne". J'aime bien qu'on dise ça, qu'on dise que j'écris bien ; mais peu de gens ont lu mes textes. Seulement mon ex, et un ami. Ils avaient aimé, je crois, parce que c'était les miens et qu'ils n'imaginaient pas que je puisse écrire ce genre de trucs un peu loufoques. Je pense que je manque surtout de discipline et de suite dans les idées. J'ai une trame globale mais je ne sais pas l'agencer.
     
  6. Styx

    Styx
    Expand Collapse
    Avale.

    Je commence à écrire sur mon blog. (c'est pas fait pour être grandiose, hein... ^^)
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Muskogee, ton sujet tombe pile poil au moment où je me pose un tas de questions par rapport à l'écriture.

    Je suis une écrivain frustrée. Voilà, ça le mérite d'être clair. C'était mon rêve petite fille puis ça m'est passé et depuis quelques années ça revient en force. Surtout qu'hasard ou non, cela fait au moins cinq romans que je lis en ce moment dans lesquels les héros écrivent, et leur quotidien, leurs angoisses, me plaisent. C'est un métier qui m'a toujours fascinée.

    Pour en revenir au sujet, je me retrouve beaucoup dans ce qu'a écrit Winter-River. J'ai commencé à écrire un mini roman en CE2 je crois sur mes cochons d'Inde \o/ Je l'avais fait lire à ma famille, j'étais toute fière. Puis à la fin du lycée j'ai voulu me lancer dans un roman sur une amitié très particulière que j'avais eu avec ma cousine au second degré. J'ai écrit peut-être dix pages. Le titre je l'avais, la couverture aussi. Mais depuis cette cousine je n'ai plus aucun contact avec elle, elle est complètement sortie de ma vie donc je n'arrive plus à mettre les mots sur notre histoire. Les pages de cahier grifonnées sont encore dans mes boites.

    Il y a quelques jours, j'ai commencé un autre projet de roman. Celui-ci me tient particulièrement à coeur, parce qu'il y a beaucoup à dire, parce qu'il n'yaurait rien à romancer tellement l'histoire en elle même est déjà un roman. Je le fais pour moi surtout, pour garder une trace mais je ne sais pas si 1/j'arriverais au bout 2/je tenterais de le publier. C'est tellement personnel. L'idéel serait de le finir et de l'envoyer au héros de l'histoire mais dans 5-10 ans parce que sinon il va m'engueuler ("oublie moi gnagnagna").

    Puis comme Winter, je suis pas 100% satisfaite de mes mots, de ce que ça dégage. Le blog sur madmoizelle m'aide d'ailleurs à me "tester". Et des auteurs comme Laurence Tardieu me donne gravement envie de me lancer. Mais oui, 2 mois sur une île déserte c'est ce qu'il me faudrait pour arriver à faire au moins 100 pages. -_-
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    L'écriture a toujours été une passion, malheureusement l'Inspiration et la Motivation n'ont jamais vraiment suivi.
    J'ai commencé très jeunes à écrire des fanfictions sur divers sujets, des mangas qui passaient à l'époque dans les émissions jeunesses principalement, puis sur des romans. J'ai même fréquenté des forums RPG pour pouvoir assouvir cette passion, ce besoin d'écrire que j'avais.

    J'ai posté quelques écrits sur un site approprié, et j'ai eu la chance de rencontrer des gens qui partageaient avec moi cette passion et qui m'ont permis de continuer. Sur le net on trouve des défis (un thème donné, et on écrit ce qu'on veut à partir de ça) et finalement y'a que ça que je peux écrire parce que ça ne me demande pas de faire trop d'efforts à long terme.
    A la limite si j'avais pas aussi honte de mes écrits j'aurai balancé le lien...

    Il y a deux ans j'ai eu envie d'écrire un roman. J'ai eu plusieurs idées mais aucune n'a été assez intéressante pour que je m'y plonge sérieusement. J'ai longtemps été frustrée... et puis le manque de confiance y est pour beaucoup aussi. Est-ce que ça va être bien ? intéressant ? Est-ce que je vais y arriver ? Et puis un jour j'ai découvert Skins, et ça m'a conforté dans l'idée d'écrire une histoire sur les jeunes, et montrer que la vie adolescente ça n'est pas vraiment comme dans les séries niaises de chez france 2. Cette idée me trotte depuis un an maintenant. Mais sous la forme d'un roman ? Pendant un petit moment je me suis imaginée écrire un scénario pour la télévision. (non, je ne suis pas accro aux séries télé)
    Quand même, j'ai eu des tas d'idées auparavant. Je me souviens, j'envisageais d'écrire quelque chose traitant des civilisations précolombiennes et pendant la découverte de l'Amérique. Et puis aussi, quelque chose ressemblant bizarrement à Pirates des Caraïbes mais se déroulant à Pondichéry aux alentours du 18e siècle.

    Mais voilà le problème : je fais plein de fautes, je suis allergique aux participes passés, je manque de vocabulaire et mon écriture est trop basique. J'ai seulement l'imagination. Je vais pas aller loin avec ça... :errf:
     
  9. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai bossé ce printemps sur un texte destiné à un public jeunesse, sous forme de conte moderne. Bien sûr l'intrigue, qui me ressemble, fait jouer des personnages hyper ambigus, androgynes, Queer, LGBT, à l'identité duale bref tout ce que l'on veut. C'était un travail qui m'a permis de bosser sur moi. Je partais d'une idée, puis d'un coup les personnages m'emmenaient ailleurs, ils avaient leur vie propre, c'était très intéressant, ils me surprenaient ! Je suis donc arrivée à une conclusion à laquelle je ne voulais pas aboutir, mais ma foi, qui s'est imposée d'elle-même. C'était très intéressant d'un point de vue personnel, d'un point de vue du processus de création : j'ai dû dépasser des blocages, avancer quand même malgré mon perfectionnisme et mon insatisfation chronique. Je voulais écrire pour publier, j'avais même contacté les éditions de l'école des loisirs, mais je crois que c'est trop tôt, je n'ai pas encore les capacités pour. Du coup ça reste un travail qui fait germer chez moi des choses, et c'est tout aussi important : quand j'ai écrit ce court conte (parce que oui, je l'ai fini, et ce fut une de mes premières victoires !) et que mes personnages dépassaient les blocages auxquels j'étais confrontée, c'est moi qui me dépassais, c'est une période de ma vie dans laquelle je me sentais bien et durant laquelle j'ai été plutôt fertile dans ma vie réelle et personnelle.
    (c'est aussi une période durant laquelle je bouquinais Psychanalyse des contes de fées, de Bettelheim, qui m'a bien soutenue dans ses discours, malgré lui !)

    Sinon j'écris depuis "toujours", comme vous. A l'école primaire je me souviens avoir écrit trois tomes (ouais) sur fond moyen-âgeux, c'était Calita la guerrière, une espèce d'amazone solitaire qui accomplissait sa destinée sur Terre. C'était coolos en fait ! Quand je l'ai relu plus tard, j'ai trouvé ça pas mal du tout, pour l'âge que j'avais ! Et puis j'aime bien, c'est un personnage et des intrigues que j'avais crées de mes mains, ce sont mes bébés à moi.

    Ces travaux d'écriture là, plus ou moins consciemment, me permettent de régler des choses avec moi, de trouver des solutions. C'est de la création pure et dure.


    Ensuite je suis désolée, mais je ne peux pas parler d'écriture sans mentionner mon travail dans la presse !

    Donc je viens de finir un papier sur une AG, ce ne sont pas ceux que je préfère, car ils limitent l'expression "poétique et littéraire", néanmoins il me satisfait, il est "correct", rien de plus.
    J'ai rédigé un joli papier la semaine dernière sur un collectionneur de bonsaï. Donc là j'ai réussi ce que je voulais. J'ai aussi fait un papier sur ma rencontre avec un écrivain jeunesse, et là aussi il me plaît énormément ! J'ai hâte qu'il soit publié. Je pense que ce sont des opportunités rares, pouvoir mettre en forme ce type d'articles. Ils sont des petites oeuvres d'art à eux tous seuls. Pas que ce soit objectivement beau, mais le processus mis en place lors de leur création est similaire à celui mis en place lors de l'écriture de n'importe quel texte "littéraire". C'est une vraie naissance, un vrai truc qui sort de mon vagin, qui vient de moi. Ca, ouais, je suis boulimique de ce type de papiers. J'ai de la chance de pouvoir être aussi libre niveau écriture et choix d'articles au sein du journal pour lequel je bosse.
    Je m'en fous que le rendu ne soit pas mieux qu'un autre, ou que ça ne plaise pas, le principal à ce moment-là c'est ce que j'ai vécu et tiré de la rencontre, et le pied que j'ai pris en le rédigeant.
     
  10. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Ah, et par contre, j'estime ne pas avoir des capacités d'écriture intéressantes. Je veux dire, je trouve objectivement que j'écris "mal", et de toute façon je ne prétends à aucun statut d'artiste ou d'écrivain. C'est vraiment le fait d'écrire qui me fait du bien et qui me plaît, c'est égoïste. Non, vraiment, je ne prétends à rien, ça ne m'intéresse pas d'écrire bien, je fais juste ce qu'il me plaît. Je n'aurai jamais LE talent, et je ne le veux même pas.
     
  11. Kirkja

    Kirkja
    Expand Collapse
    Apprivoisement du soi. 

    J'écrivais quand j'étais petite, j'ai même écrit mon premier livre à 4 ans. :d (C'était l'histoire de Mr Lapin qui rencontre Mme Lapin, le tout illustré, le livre faisait 6 pages, et je l'ai toujours.) Et j'écrivais beaucoup d'histoires étant petite, mais ça m'est passé, ça doit faire 5-6 que je n'ai rien écrit.
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    (je vois bcp de filles qui hésitent à se lancer dans l'aventure blogueuZ, mais j'ai envie de dire, allez-y, lancez-vous :) c'est un formidable outil à accès restreint - ué y'a le mode 'juste les madmoiZelles' et puis tout le monde est sympa ici. Ca permet de s'exercer, de tester, et surtout de se soulager :rockon:)
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. in-So-lite
    Réponses :
    231
    Affichages:
    22160
  2. Ma Poule
    Réponses :
    171
    Affichages:
    17886
  3. Eulalie
    Réponses :
    3
    Affichages:
    621
  4. Princeton_girl 88
    Réponses :
    6
    Affichages:
    928
  5. Pepette52
    Réponses :
    2
    Affichages:
    703