Quel genre d'élève/étudiante étais tu ?

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par madmoizelle N, le 20 février 2009.

  1. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    Tout est dans le titre ou presque... Étais tu plutôt bonne élève, toujours au premier rang ou plutôt à côté du radiateur à jouer au morpion avec ton voisin ?? Étais tu une très bonne élève, une cancre ?? Collectionnais tu les colles ou au contraire tu n'as jamais été punie ??

    Voilà, voilà racontez nous à quoi vous ressembliez au collège, au lycée, à la fac et même en maternelle ?? Les anecdotes sont les bienvenues.
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je suis le stéréotype de l'intello timide. Je fais toujours mes exercices, mais je ne lève jamais la main pour donner la réponse et pour corriger au tableau. Sur mes bulletins, il y a toujours ces deux mots qui reviennent " timide " et " réservée ". J'ai même eu droit à " mustisme " en anglais, et ça m'avait beaucoup attristée.
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    A la maternelle j'étais effacée, l'assistante maternelle m'aimait bien je crois, elle disait "toi tu es toujours sage", et elle souriait. J'avais peur de tout, un peu.

    A l'école primaire j'ai été la chouchoute de mon maître d'école. J'adorais travailler, et j'aimais bien être avec mes petits camarades, même si je ne parlais pas trop (selon ce que l'on m'a dit, moi, j'en ai très peu de souvenirs).

    Au collège, j'ai été première de la classe jusqu'en quatrième. J'étais assidue en classe, je déconnais avec tout le monde, j'avais beaucoup d'ami-e-s et je me sentais aimée de mon entourage proche.

    A partir de la quatrième, je n'en foutais plus une, je préférais papoter, me marrer et faire marrer les gens. Je parlais uniquement de cul. C'était kioul un peu.

    En troisième, j'ai perdu mes ami-e-s les plus importants, je me suis retrouvée dans une classe que je n'aimais pas et qui ne m'aimait pas forcément en retour. Je m'ennuyais en cours, j'étais très déprimée. Je voulais partir.

    En seconde, ça a été. J'étais une élève toujours correcte, mais je ne foutais rien. J'ai ri jusqu'à me faire pipi à la culotte. Le grand délire !

    En première, idem, je me tapais des fous rires mémorables. J'étais connue dans ma classe pour être une grande déconneuse (avec ma pote de l'époque), et nous étions un grand groupe soudé. J'étais beaucoup dans le défoulement par le rire et l'autodérision, car je ne m'aimais pas.

    En terminale, la classe a changé, mais j'étais toujours avec mes deux amies. Nous déconnions toujours autant. Ces années lycée ont laissé leur trace, j'ai des souvenirs inaltérables et sublimes des choses que j'ai partagé avec ces gens. J'ai eu d'autres évènements plus douloureux, mais ça je passe.

    Ma première licence est "résumable" de la façon suivante : première année épouvantable, je ne fichais rien non plus (je n'aimais pas ce que je faisais). Deuxième et troisième année d'amour, puisque je les ai passées auprès de mon meilleur ami - j'allais en cours uniquement pour le retrouver et rire.

    Actuellement, je fais une deuxième licence. Je bosse dans un domaine qui m'enchante, j'aime les gens qui m'entourent, donc je reviens à une posture d'étudiante plus bosseuse. Pas que je ne fasse que ça, mais je suis assidue, j'écoute en cours, je suis ennuyée quand il y a du bordel, j'acquiesce en regardant le prof (ouais...), je lève la main, je participe un peu, je suis souvent au milieu ou devant, alors que durant ma première licence j'étais toujours au dernier rang (près de la sortie, eh oui).
     
  4. Bluemary

    Bluemary
    Expand Collapse
    Détendue

    A mes premières années collège, enfin que la 6° j'était calme, intello, 2° de la classe...
    C'est en 5° que sa s'est dégradér une classe bien, même trop. Chute de la moyenne de 15 à 12 passant par 9.2... Enchainant les heures de colles, les observations, les sorties a moitier saoule etc... Quatrième -> Obligation de ce remettre a bosser, certe je faisais tjs rire la galerie ( :) ) mais bon c'était plus fort que moi puis les profs sa ne les genes pas car ils savent que si il faut bosser je bosse...
    En troisième, on m'apelle "la maman de la classe" (Yn) lol Pourquoi ? Parce que genre mon voisin se balance je lengueule ou je le fais tombeer, qd ya trop de bruit je cris.... Muhahaha trop bien mais a vrai dire je mamuse aussi ! Enfin voila la fleme de finir j'ai mal au doigt !
     
  5. Enesque

    Enesque
    Expand Collapse
    Energie à revendre

    Je suis sage, aucun bavardage, je supporte pas ceux qui me parlent en cours (sauf si c'est en espagnol). En revanche je participe énormement, parfois j'ai peur de monopoliser la parole :o mais libre à eux de parler...
    Je suis meilleure à l'oral, à l'écrit j'ai tendance à laisser le doute m'envahir.
    En général je fais toujours mes devoirs, plus ou moins bien, mais ils sont toujours faits.
    Ce n'était pas le cas avant mais maintenant j'ai des cours assez beaux, avec un même code couleur.
     
  6. Pois

    Pois
    Expand Collapse
    {

    Je suis bavarde. Enfin, si ce n'était que ça, je passe mes cours à rire, pour tout et rien, surtout pour rien. Et de toute façon, tout le monde rit, alors ça passe grandement. Si c'est un cours qui ne me plait pas, je fais rien, je pose ma tête sur la table le plus souvent, où je dessine des trucs incompréhensibles sur une feuille ou sur la table. En gros, je suis dissipée. J'ai du mal à me mettre dans le truc. J'ai de la chance d'être dans une classe où l'ambiance est excellente. Tout le monde se charrie, et on se tape des fous rires mémorables. Je suis entourée de mes amis, donc ça ne facilite pas le fait que je me taise. De toute façon, même si je suis éloignée et que je veux parler, on ne pourra pas m'empêcher. Souvent je parle avec les gens à l'opposé de ma place. C'est un peu le bordel général. Je ne participe jamais en cours. Sinon, je ne suis pas très attentive non plus, je note presque jamais mes devoirs, donc souvent je fais l'impasse dessus, puisque je n'y pense plus. Je suis aussi la première à m'exclamer 'Ah y a un contrôle aujourd'hui, mais je savais pas', normal, j'écoutais pas. Et plus les années passent et c'est de pire en pire.
     
  7. Russell

    Russell
    Expand Collapse
    Tête d'ampoule

    Je crois que je suis vraiment une élève lambda.

    Pas associable, pas impopulaire, pas du tout la grande comique, mais plutôt drôle quand même.
    Timide, ça c'est clair, et très susceptible. Puis certaines presonnes ont le don de m'énerver prodigieusement.
    Sinon au niveau des notes, j'étais moyenne en primaire, bonne au collège, et au lycée 14,5 de moyenne gé en seconde et première, et presque 17 en terminale. Quand je pense qu'on est sensé baisser tout au long de la scolarité.

    J'ai jamais bossé des masses, mais j'évite de le dire. Je sais que ça peut rendre les gens jaloux, comme ceux qui préparent cette année le concours science po et qui bossent 2 fois plus que moi en histoire, et qui n'ont pas la moyenne.
    Par contre la présentation et tout, c'ets pas du tout ça. Mes cours/DS sont de vrais bordel. Je change j'avais de couleur, j'écris avec un vieux bic noir, je rature. Ca énerve aussi qu'en étant si peu soignée et en baclant la présentation j'ai ce genre de notes. Et des fois j'oublie de faire les exos.

    Mais j'ai une bonne mémoire auditive, un peu de cuilture, l'ésprit d'analyse/logique, et puis j'aime apprendre aussi. Et j'écoute toujours en cours.

    Mais je suis aussi une élève angoissée, depuis cette année. J'ai déjà stressé comme une dingue pour un contrôle "raté", surtout en maths, alors que je m'en sortais avec de très bonnes notes. Au début c'est une surprise agréable, mais à la longue c'est ereintant.
     
  8. Sneezewort

    Sneezewort
    Expand Collapse
    Revival

    Je me souviens pas pour le primaire, mais pour le collège/lycée, c'était kif-kif : une catastrophe. Je sais même pas comment j'ai fait pour passer entre les mailles du filet, je n'ai jamais redoublé et j'ai quand même eu mon bac. J'étais une brèle partout sauf en anglais, histoire et en philo (j'étais en S, cherchez l'erreur). Je faisais mes devoirs si j'en avais envie, quand je bossais un peu je comprenais pas pourquoi on m'obligeait à m'apprendre tout ça, ça n'avait aucun sens, je voyais pas l'utilité. Ca m'emmerdait, alors je foutais rien. Le truc qui m'a sauvée, c'est que face à l'échéance, je sais m'y mettre. Je bosse deux semaines, mais c'est 2 semaines à 10-12h par jour.. c'est d'ailleurs comme ça que j'ai eu mon bac (et encore! aux rattrapages...).

    A la fac, ça a changé parce qu'il y avait enfin un sens : pour la première fois de ma vie, ce que je faisais était intéressant. Je me suis donc mise à travailler régulièrement et différemment, c'était impossible de recopier les devoirs sur la voisine dorénavant.
     
  9. fiygi

    fiygi
    Expand Collapse
    Melange instable

    Personnellement j'ai toujours étais très sage est très assidu quand j'étais au primaire, au collége et méme au lycée, maintenant une fois à la fac je le suis moins, je ne sais pas c'est sans doute que j'en ai marre d'étre la petite fille modelle.
     
  10. Russell

    Russell
    Expand Collapse
    Tête d'ampoule

    :PuppyeyesJe trouve ça honteux de dire à un élève qu'il est autiste, comme pour l'insulter.
    Mais quels connards ! Bordel. :evil:
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai toujours été une élève sérieuse. De bonnes notes, l'esprit vif, studieuse, devoirs faits à l'avance.. Et j'ai - sans me vanter - toujours été première de classe. Finie première de ma promotion primaire, première de ma promotion secondaire (pendant laquelle j'ai quand même pas mal glandé..). Durant ces périodes, j'ai peut-être eu un seul et unique 0, et une seule note en dessous de 10/20.

    Et là, en supérieure, depuis presque deux ans, je bosse beaucoup, ce qu'il faut voire plus, en avance (je suis et j'ai toujours été super organisée, et je bosse quand je m'ennuie donc..) mais j'arrive à glander pas mal (surtout cette année). Et j'ai fini première de ma promo l'an dernier, et je suis sur une bonne voie pour cette année.

    Bref, je me trouve super vantarde là mais bon.
    En résumé, organisée, studieuse, bosseuse, bonne élève.
     
  12. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    Jusqu'en seconde, j'étais "l'élève modèle". J'étais première de classe, attentive, sage et je faisais tous mes devoirs.
    Et puis la seconde a été une sale année, j'étais séparée de mes potes, je n'aimais pas mes cours, j'ai plongé. Je suis passé en première de justesse.
    Et là, je me suis retrouvé, je bossais juste assez pour avoir de bonnes notes, j'avais des "facilités" et je m'en contentais. Par contre, je faisais pas mal de conneries. Je séchais, je foutais le bordel en cours, j'étais insolente avec les profs et mon nom se retrouvait souvent sur le tableau blanc de la cpe (Bataille d'extincteurs, incendie du billard, consommation d'alcool entre les cours, courses poursuites dans les couloirs, largage de capotes pleines d'eau depuis la passerelle qui surplombait le hall, bataille de crème chantilly...). Je me souviens que le principal avait voulu me coller en terminale mais il a pas pu, y'avait plus de créneaux pour ça dans mon emploi du temps... Bizarrement, je restais la chouchoute de la majorité de mes profs, sûrement grâce à mes notes et au fait que je participe vachement à la vie du lycée. Pas mal de gens ne m'aimaient pas à cause de ça mais je ne m'en rendais pas compte sur le moment.
    J'étais aussi la fille sur laquelle un max de rumeur circulaient. D'après elles, je me piquais dans les chiottes, je baisais dans des jaguars, je me tapais tout mes potes dans des partouzes... Je m'en foutais un peu en fait, moi j'aimais mes cours et m'amuser.
    Et puis, à la fac j'ai été séparée de mes amis donc je me faisais un peu chier donc je bossais. Au départ, ça a été dur d'être anonyme et de ne pas cartonner partout mais au final j'ai trouvé ça cool. Je passais du temps à la bibliothèque mais je ne m'arrachais pas la gueule non plus. J'ai toujours bossé ce qui me plaisait et rien foutu dans les matières que je trouvais chiantes. Comme au lycée, je me contentais de réussir mes partiels sans donner plus. J'ai cartonné ma maitrise parce que j'avais envie de bosser avec mes profs. Et puis mon mémoire était à la fois l'aboutissement d'années de travail et le dernier de mes "devoirs". C'est marrant parce que je n'étais pas une "étudiante sérieuse" mais je ne me sabotais pas non plus. J'étais persuadée qu'on pouvait travailler ET s'amuser... Par contre je ne me suis pas fait d'amis à la fac.
     
Chargement...