Qu’est-ce que le syndrome de la bonne élève et comment s’en défaire ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 25 mars 2018.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    #1 Clemence Bodoc, 25 mars 2018
    Dernière édition: 25 mars 2018
    Babylon3, LittleCerys, justinetttte et 4 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. A.L.H

    A.L.H
    Expand Collapse

    Merci infiniment Clémence pour cet article !! <3 Ça m'a fait un bien fou de le lire et il tombe pile au bon moment :)
     
    marinelsr, Juliette Sand, Shadowsofthenight et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Je me reconnais un peu dans cet article. En fait, c'est à force de me faire persécuter par ma sœur et par mes camarades de classe que j'ai fini par acquérir l'idée que ma seule existence dérangeait autrui, j'ai donc été la bonne poire de service afin de «m'excuser d'exister».

    Le résultat était assez mitigé. D'un côté, on louait certes ma gentillesse, mais de l'autre, on profitait de moi. Un autre effet secondaire était que je dénigrais souvent mes opinions.

    Ce n'est que quand j'ai eu un premier embryon de diagnostic (certes inexact mais qui m'a quand même fait beaucoup de bien) de mon araignée au plafond que j'ai pu enfin être en paix avec cette partie de moi-même.

    Au final, j'ai pu en retirer de bonnes choses: je rends toujours service à autrui (cette fois plus par envie que pour rechercher l'approbation) et je sais me remettre en question. À côté de ça, j'ai gagné en confiance en moi et je ne me laisse plus manquer de respect (il m'arrive même de tenir tête à mes parents en cas de désaccord).

    P.S.: @Clemence Bodoc tu es trop chou sur cette photo.:puppyeyes:
     
    marinelsr, HeavyMetalAngel, Lili Liane et 8 autres ont BigUpé ce message.
  4. Gwenyl

    Gwenyl
    Expand Collapse
    Je vis avec passion et croyez-moi, elle me le rend bien ! :)

    Merci beaucoup pour cet article (qui m'a un peu rassurée en vérité) !
    J'essaie moi aussi de me débarrasser de ce foutu truc et boudiou c'est vraiment pas facile ! Plus le temps avant et plus j'ai l'impression (inconsciemment ou non) de toujours chercher une sorte de reconnaissance et de me pourrir la vie à m'occuper tout le temps de l'avis des autres (la vie/l'avis tu l'as x) )
    Alors camarades (vous aviez déjà remarqué que camarade s'écrit avec un "e" aussi bien au masculin qu'au féminin ?) avançons ensemble et luttons contre ce syndrome (tout en continuant d'être à l'écoute des autres) ! #gentilsrebelles
     
    Nympheaa, zazouyeah, marinelsr et 6 autres ont BigUpé ce message.
  5. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Fondateur de mad
    Membre de l'équipe

    C'est même un screen où elle fait cette tête dans la vraie vie, tiré du vlog, n'est-ce pas fantastique :cretin:
     
    Thinocephale, CabroCarus, Mathilde Trg et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. nka

    nka
    Expand Collapse
    I have OKD - obsessive knitting disorder

    Super article, je me reconnais mais je commence déjà à me soigner :red::lunette:
    Surtout pour le côté serviable, à l'univ ils se reposent sur moi pour tout faire passer, envoyer les cours, envoyer des emails à la responsable, ... et quand y a un "loupé" ils me loupent pas (et j'ai rien loupé en +, j'avais fait passer une clef usb ET envoyé un e-mail avec les fichiers, j'ai prouvé mon innocence screen à l'appui, ils m'ont mise dans une rage folle vendredi à dire au prof qu'ils avaient rien eu.......mais même admettons, je ne leur dois rien. Donc j'avoue j'ai poussé ma gueulante. Quitté la conversation de groupe messenger. On m'a rajoutée mais je n'y posterai plus rien)
     
    Margay, Gwenyl, LisaouasiL et 10 autres ont BigUpé ce message.
  7. Crazy/funny/sweet girl

    Crazy/funny/sweet girl
    Expand Collapse

    Article sympa !!! ;)
    Sans compter que ça fait du bien de voir que l'on est pas seule à vivre/avoir vécu ce syndrome.
    Depuis mon entrée dans la vie universitaire et l'arrivée des mauvaises notes (parce que oui, contrairement à d'autres qui s'épanouissent à l'université, je sombre peu à peu), cette impression d'être une "nulle" me colle un peu à la peau.
    Je suis en tentative de reconstruction, j'espère que ça fonctionnera ^^
    Merci pour cet article!
     
    zazouyeah, Gwenyl et LisaouasiL ont BigUpé ce message.
  8. PoussiM

    PoussiM
    Expand Collapse

    Je me reconnais bien dans cet article ! Depuis le collège (période difficile pour une "intello" harcelée par qlqs élèves) je souffre de ce syndrome. Je connais ce sentiment de m'excuser d'être là et d'exister. Ajoutons à cela une bonne dose de timidité, une personnalité réservée et un manque de confiance en soi... bref j'y travaille petit à petit et j'arrête de m'excuser pour rien, j'arrête de tout accepter, j'arrête de vouloir faire plaisir à tout le monde si ça me fait chier.
    En tout cas, merci pour cet article, très intéressant et très bien écrit ! :top:
     
    PennSardin, Crazy/funny/sweet girl, Gwenyl et 8 autres ont BigUpé ce message.
  9. Syll è la mer

    Syll è la mer
    Expand Collapse

    Je ne vous remercierai jamais assez pour tout ce pourquoi vous m'aidez.
    Moi qui ai justement passé du temps hier soir à écrire pour cerner une partie de ce problème : la peur d'être une charge...
    Du coup moi ça se traduit comme ça :

    • Un perfectionnisme exacerbé : Du coup si c'est pas parfait c'est pas la peine de le faire. Et de toute façon quelqu'un le fera mieux que toi. Donc ne passe pas du temps sur quelque chose si tu n'as pas le temps de le faire parfaitement. Donc traîne sur internet à la place.
    • Un imprescriptible besoin d’être utile et serviable au reste du monde : Je n'ai pas de problème à être égoïste. Par contre si je fais quelque chose ce n'est pas pour moi, c'est pour le reste du monde. Et ça doit être parfait.
    • Une incapacité totale à dire non : Ca va je peux être égoïste. Ca fait souvent plus de bien aux gens de leur refuser des trucs que de tout accepter. Aucun scrupule. Dire non est bon pour le monde.
    • Une inébranlable croyance en l’adage « si je travaille bien, j’ai des bonnes notes » : Du coup si je fait un travail passable personne n'a le droit de m'en vouloir. J'ai fait ce qu'on me demandait, ni plus ni moins, je ne vois pas pourquoi on me demanderait autre chose : j'ai fait mon travail.
    • L’extrême difficulté à accomplir une tâche sans demander la permission avant, et obtenir une approbation après : Et j'ai tellement peur de déranger et d'être en dehors de ce que j'ai "le droit" de faire T_T
    • Un rapport quasi-religieux à toute forme d’autorité : Et toute personne autour de moi fait autorité. Comme si si elle n'avait pas de légitimité elle aurait disparu d'elle-même. Je considère toujours que les autres en savent plus que moi, et j'ai du mal à me rendre compte quand je suis plus légitime que quelqu'un sur un sujet. Je me silencie beaucoup.
     
    SanaeKobayashi, Margay, zazouyeah et 11 autres ont BigUpé ce message.
  10. Mathilde Trg

    Mathilde Trg
    Expand Collapse
    Rédactrice à ses heures perdues
    Membre de l'équipe

    Haha, trop bon ! Mais la prochaine fois, j'apprécierais que tu me préviennes avant d'écrire ma biographie comme ça... :P:rire:
    (Excellent article BTW !)
     
    Crazy/funny/sweet girl, LisaouasiL, LittleCerys et 5 autres ont BigUpé ce message.
  11. Barbanini

    Barbanini
    Expand Collapse
    hup hup hup !

    Au secours, elle m'a retrouvée ! Pourtant j'étais bien cachée derrière une pseudo-assurance....
    Alors, tout de même, un espoir grandissant : il y a des méthodes pour apprendre à dire non sans trop culpabiliser. J'essaie de mettre en pratique depuis quelques années, mais le combat est rude et long. Voici une façon très CNV (Communication Non Violente) de dire non :
    1. Ecouter la demande
    2. Rappeler la chose qu'on te demande pour montrer à l'interlocuteur que tu as bien compris ce qu'il attend de toi.
    3. Lui dire ce que tu ressens par rapport à cette demande (peur, angoisse, colère, découragement...)
    4. Dire ce que tu veux faire.
    5. Trouver en commun une solution.

    Exemple concrêt du gars qui veut que tu fasses son boulot à sa place :
    "Hé ! Tu pourrais finir d'écrire le rapport sur le truc dont on a parlé l'autre fois s'il te plaît ? (là, c'est la version polie, il y a un "s'il te plaît"....)
    - Tu veux que je termine d'écrire ce rapport, dont nous avions convenu que c'étais toi qui devait le rédiger ?
    - Oui, je sais, mais je n'ai pas eu le temps, allez, quoi...
    - Ecoute, je me sens un peu en colère / fâchée / chiffonnée / contrariée / super méga furieuse (selon le degré d'agacement) de devoir gérer cela en plus du reste, j'ai fait ma part du travail convenu, je n'avais pas prévu du tout cela dans mon emploi du temps et j'avais prévu de regarder un film ce soir avec mon chéri. Je n'ai pas envie de faire ce travail là en plus du reste ce soir. Je vois bien que tu es embêté, mais je peux te proposer de relire vite fait la version finie demain matin avant que tu l'envoies au chef. Est-ce que cela te convient ?
    - Bon, si je n'ai pas le choix.... mais je suis nul pour rédiger l'intro, alors...
    - Alors je relirai l'intro plus en détail.
    - Bon ok"

    Allez, allez, on pratique !
     
    Aziri, Niag, zazouyeah et 14 autres ont BigUpé ce message.
  12. Emma_LRr

    Emma_LRr
    Expand Collapse

    Quelle claque ! Je débute dans le milieu professionnel et vraiment, je me suis tellement reconnue dans cet article... Cumulé au syndrôme de l'imposteur ça fait un sacré boulot en perspective ! Haha Merci pour tes conseils Clémence :)

    P. S: je suis déjà abonnée à ton podcast : une révélation et une libération ! MERCI !
     
    marinelsr, justinetttte, PoussiM et 2 autres ont BigUpé ce message.