Réagir en tant que témoins de harcèlement, par Projet Crocodile

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 21 mai 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Shlolo31

    Shlolo31
    Expand Collapse

    Bonjour,

    J'ai été témoin d'une agression l'autre jour,  j'ai demandé de l'aide à plusieurs personnes autour mais ils ont continués leur route... donc j'ai essayé d'intervenir, et résultat je me suis pris des coups... étant une fille plutôt menu, je n'ai pas su franchement me défendre, face à un homme fou de rage et de haine qui tabassait cette femme...
    Maintenant , je peux comprendre "la peur" tout simplement, qui fait que les gens n'ont pas envie de risquer leur vie, prendre un coup de couteau ou je ne sais quoi d'autres

    Mais à la fois, je ne pouvais pas continuer ma route et baisser la tête....

    Finalement je n'ai pas pu aider cette femme, j'ai prévenu les flics mais quoi après ?

    Le mec avait l'air de considérer qu'il a  tous ses droits sur cette femme, c'est ça le pire
    Et les réactions par la suite des "tu n'aurais pas du t'en mêler, il aurait pu t'arriver pire, et puis si c'est une histoire de couples, c'est compliqué, tu ne sais pas ce qu'elle a fait pour qu'il en arrive là"

    Je crois que ce genre de réactions me heurtent tout autant...
     
  3. sc_77

    sc_77
    Expand Collapse

    c'est VRAIMENT le genre d'article dont on a besoin, et qui d'après moi, mettra du plombs dans la tête des gens.

    J'ai 2 histoires à raconter sur ce sujet (3615 MyLife, bienvenue )

    J'avais 16 ans, et un jour que je séchais les cours, j'ai pris le bus pour me rendre en ville, je m'assois, et sans tarder un homme me rejoint. Maladivement obèse, d'une trentaine d'années, il passe sa main sur le bord de sa cuisse, qui, collée à la mienne (du fait de son poid/largeur/taille), fait qu'il me caresse aussi la jambe. Morte de trouille, je lui dis aussi autoritairement que possible de s'arrêter, assez fort pour attirer l'attention du monde dans le bus. Il nie, comme si il ne savait pas de quoi je parle, puis me dit qu'il a le droit de se toucher la cuisse. Ensuite, il engage la discution, que j'esquive comme je peux. Il me parle le visage très près du mien mais je ne peux reculer (fenêtre), me dis des choses cochonnes, et j'hausse la voix en lui disant que je ne suis pas intéressée. Il finit par descendre, dieu merci, mais ce fut traumatisant pour moi. J'avais peur que ce gros bonhomme ne me touche, déplace sa main plus haut que ma cuisse, pose sa bouche sur moi, à 16 ans j'avais embrassé avec la langue un garçon ou deux à une soirée. LA MORALE: une bonne vingtaine de personne dans le bus, 6-7 adultes assez proche pour m'entendre clairement repousser ce monsieur qui s'affalait sur moi, et personne ne bougea le petit doigt. Moi, une gamine de 16 ans, qui en donne pourtant pas plus de 15 (petite et menu), et pas un chat qui se dit "tant pis si ça créer un scandale, c'est une enfant!"

    ce n'est pas arrivée qu'une fois, on a toute une histoire comme celle ci, mais elle fut ma première d'une longue série.

    D'une autre point de vue, cela s'est passé il y a environ 1 mois. J'étais dans le bus (encore) et j'assiste à une histoire ressemblante à la précédente. Une ado monte dans le bus, et quelques arrêts plus loin un homme très agée (50-60 ans, sacrément dégueux qui n'a plus toutes ses dents). Témoin, je le vois se rapprocher de la jeune fille, commencer à lui parler. Je n'entend pas ce qu'ils se disent, mais à la réaction de la nana je vois qu'ils ne se connaissent pas. J'entends des bribes de mots "quel age?" "très jolie" "très mignone" "par ici?" "chez moi?", et assiste à cet homme qui se rapproche d'elle, son bras autour de ses épaules, son visage toujours plus près du sien, et la fille, gêné, qui ne sait pas comment se débarrasser de cet homme.
    Là aussi, plusieurs témoins. Pas un mouvement, pourtant cette scène était aux yeux de tous. Je me suis donc levée, je me suis approché et me suis placée directement à coté d'eux, en fusillant l'homme du regard. il m'a vu, a soutenu mon regard, puis à continué sa "discussion". Là j'ai tapoté la fille sur le bras et je lui ai dit "tu connais cette homme? (non) si il t'ennuie il ne faut pas hésiter à le dire. C'est un inconnu, il n'a pas à te demander ces choses, ni à mettre son bras autour de toi, et encore moins à te parler d'aussi près. c'est inaproprié, ne te laisse pas faire, tu as tout à fait le droit de t'éloigner et de ne pas lui répondre."

    Je suis descendu du bus en même temps qu'elle un peu plus tard, et l'homme est parti. Est-ce que je me mêlais de ce qui ne me regardait pas? C'est ce que je me suis dit au début, et peut etre ce que beaucoup pensait. C'est vrai, il ne l'a pas touché 'sexuellement', ni insulté, mais il l'a clairement mise mal à l'aise par sa proximité et ses propos, et ça me suffit largement pour agir.
     
    #3 sc_77, 21 mai 2014
    Dernière édition: 21 mai 2014
  4. ThomasMathieu

    ThomasMathieu
    Expand Collapse

    Coucou !

    En fait si, je pense que les campagnes d'affichage avec des slogans "me siffler n'est pas un compliment" (le collectif "stop harcèlement de rue") ou le projet stoptellingwomentosmile, sont directement adressés aux harceleurs.

    Et cette page http://france.ihollaback.org/mythes/ sur le site hollaback déconstruit tous les arguments des harceleurs. Cette page là dit comment être un allié, mais c'est aussi comment ne pas harceler: http://brussels.ihollaback.org/fr/ressources/allies-masculins/

    Pour ce qui est de la culpabilité, c'est bien sûr les harceleurs qui sont coupables, mais aussi une mentalité, une culture du harcèlement. (Une histoire que j'ai reçu: un gamin tripote une jeune femme devant son père, le père rigole, alors le gamin recommence encore et encore. C'est fou !!!! La femme a beau protester, rien y fait, elle doit finalement courir pour les semer.)

    PS: merci Marie-Charlotte pour l'article !
     
  5. ThomasMathieu

    ThomasMathieu
    Expand Collapse

    Appeler la police, c'est déjà faire quelque chose !

    (et oui, il faut faire attention à sa sécurité et celle de la victime, c'est marqué dans mon article, et dans celui sur ce site.)

    C'est assez dur d'être complet, parce qu'il y a une grande variété de harcèlement, et d'agression. Dans les exemples que sc_77 donne, quelqu'un aurait pu réagir sans danger dans le premier exemple, dans le second elle réagit alors qu'elle se décrit elle même "petite et menue", mais elle y va.

    (si tu regardes les vidéos de caméra caché que j'ai mis, on voit bien que c'est aussi une question de mentalité. Par exemple si on défend moins une fille qui est habillée sexy, ou l'on réagit plus à un vol commit par un afroaméricain... )
     
  6. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    intéressant ^^

    Je n'ai jamais assisté à un harcèlement, du moins pas que je m'en souviennes, par contre j'ai déjà été draguée dans le train et c'est assez désagréable (bonjour t'es jolie blablabla => Laisse-moi juste comater après ma journée de cours tranquille, MERCI) Surtout que je suis une vraie flippe, dès qu'on me parle je suis "hein quoi non je veux pas laissez-moi aaaaahhhhhh"

    Bref.

    Mais en tout cas, maintenant si ça arrive je saurais quoi faire ^^
     
  7. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Oulà, NON !!!  

    Non bien sûr que non, je ne prends personne à partie ! Tant mieux pour toi et pour toutes celles qui sont dans ce cas, je l'écris noir sur blanc d'ailleurs, ce n'est absolument pas ironique ! 

    Je voulais juste rappeler qu'on peut toutes être témoins de harcèlement, même si on n'en est pas la cible. Et j'interroge tout le monde : avez-vous été témoins d'actes de ce genre ? 

    Je serais bien mal placée pour prendre qui que ce soit à partie, j'ai déjà moi-même été témoin de ce genre de situations, sans forcément réagir.... :red: 

    Ce genre de billets m'interpelle parce qu'il m'aide à réfléchir au calme et en amont à ce que je pourrais/devrais faire la prochaine fois que le cas se présente. 

    :fleur:
     
  8. PtitePlume

    PtitePlume
    Expand Collapse

    J'ai vécu une altercation assez violente il y a peu dans le bus ... après m'avoir ordonné de fermer ma bouche , un mec a menacé de me frapper. Quand son poing c'est levé, personne n'a bougé.

    Après coup je me suis dit que je n'aurai pas du répliquer, qu'il aurait pu avoir un couteau, me mettre vraiment son poing dans la figure (j'étais prête à le lui rendre...), qu'il aurait pu m'arriver de gros ennui, mais en aucun cas je ne voulais me rabaisser face à lui ...

    Pourtant quand je repense à cette histoire, c'est pas le poing levé qui m'a le plus choqué. C'est le fait que les gens soient restés regarder, pas un n'a sourcillé, ils sont tous restés bien assis sur leur leur siège comme si ils voyaient un film.

     Maintenant je ne peux m'empecher de penser que l'on ne peut compter que sur soi même dans ce genre de situations...
     
  9. To Be Happy

    To Be Happy
    Expand Collapse
    Yeah dude.

    J'ai récemment été témoin d'un harcèlement: sur une place, à l'heure de sortie des écoles, un petit groupe de jeunes filles se moquaient ouvertement et bruyamment d'une dame handicapée qui ne disait mot et semblait perdue.
    Je n'ai pas réagi et je l'ai regretté la minute d'après.
    J'ai beaucoup réfléchi aux raisons pour lesquelles j'ai été aussi lâche...
    *) Peur d'être victime à mon tour (sur le moment même ou dans le futur (suite aux vidéos, qu'on me reconnaisse etc))
    *) Peur de ne pas savoir comment réagir face à l'handicap de la victime

    Je regrette de ne pas avoir lu le strip avant cet évènement qui m'a longtemps fait culpabilisé  :sad: Je penserai surtout à interpeller des personnes!
     
  10. aurelie-koala

    aurelie-koala
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai été témoin une fois de violence conjugale dans la cours de mon immeuble, je suis sortie par la fenêtre le téléphone à la main en criant que j'allais appeler la police mais malheureusement ça n'a pas vraiment calmé l'homme sur le moment, la femme a réussit à s'échapper seule en voiture.

    J'ai aussi été témoin d'insultes envers des personnes handicapées mentales. Dans le cadre de mon travail, nous accompagnions un groupe de personnes handicapées au cinéma puis nous avions pris ensemble des rafraichissements... et à côté de nous un groupe d'imbéciles qui se moquaient d'eux, les regardaient comme des bêtes de foire et les insultaient. La réponse a été l'ignorance la plus totale et certainement un bon gros mépris dans nos regards. Ils ont vu qu'ils ne servaient à rien et sont partis.

    Je ne sais pas vraiment comment je réagirai si j'étais témoin d'une agression dans le bus par exemple, je ne sais pas si la peur m’empêcherait d'agir, j'éspère que non...
    C'est peut-être idiot mais je pense que j'irai (j'espère vraiment) vers la personne qui se fait embêter d'un air enjoué du genre "Oh tu es là xxxxx ?! Tu viens y'a les garçons qui nous attendent!!" et peut-être que l'agresseur se dirait "oh non, elle n'est pas seule, y' a des témoins et en plus y' a des copains à eux dans le bus" :P Peut-être que le bluff peut servir dans ce genre de situation? Et dans le cas où en fait l'agresseur est vraiment trop insistant je lui dirai que mon père qui est policier m'attend à l'arrêt de bus. Ça peut calmer?! C'est peut-être un drôle de scénario mais mieux vaut penser aux réactions que l'on pourrait avoir dans ce genre de situation :/
     
  11. Lenwha

    Lenwha
    Expand Collapse
    Mais nous, on était aussi silencieux que deux morceaux de tofu.

    En janvier dernier, j'ai vu une jeune fille dans le métro se faire accoster par un mec éméché. Au début, je n'étais pas certaine si c'était du harcèlement ou non. Ce n'est qu'en prêtant attention à ses paroles et mouvements que j'ai compris. "Tu as quel âge ?" "Tu habites où ?"... La jeune fille essayait sans cesse de se dégager (il la collait) mais il la suivait. Du coup, je me suis levée et lui ai proposé de s'assoir à ma place, sur un strapontin (à côté de mon copain) et je suis restée devant elle au cas où le mec se pointait à nouveau devant.

    J'ai eu de la chance, le mec n'a rien dit ou fait quoique ce soit.
     
  12. Tatouuille

    Tatouuille
    Expand Collapse
    En pleine procrastination

    Ce sujet me fait penser à un reportage dans "il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis" sur la chirurgie esthétique, se terminant par l'interview d'une mère heureuse d'entendre "wouuuua trop bonne la maman dans la rue" (et je n'exagère pas l'exemple qu'elle a donné), suivi par un commentaire de la voix off (masculine) : "Maintenant mesdames, vous nous remercierez quand on vous sifflera dans la rue!".

    Je vous laisse apprécier la remarque.
     
Chargement...