Reprise d'études et bourses

Sujet dans 'Etudes, stage, emplois - Le Monde de l'entreprise' lancé par Elfyra, le 24 août 2017.

  1. Elfyra

    Elfyra
    Expand Collapse

    Bonsoir !
    Je profite d'une insomnie (mon avenir me stresse) pour venir ici poser mon problème et voir si certaines d'entre-vous seraient susceptibles de pouvoir m'aider. Je m'explique :

    J'ai eu une scolarité quasi parfaite, d'excellents résultats, de bonnes appréciations. J'étais très scolaire jusqu'à mon année de terminale. Mon père est tombé dans la dépression et a fait un certain nombre de tentatives de suicide (c'est un peu personnel mais je pense que ça peut aider à comprendre mon cas). Je suis donc passé du stade parfaite élève à échec scolaire. Ma moyenne générale était inférieure à 5, l'absentéisme revient souvent sur mes appréciations, bref de quoi décrédibiliser mon dossier. Mes profs ne pensaient pas que j'aurai mon bac. Je n'y croyais pas non plus. Grosse surprise je l'ai eu ! Avec mention assez bien (c'était un bac littéraire). Dilemme, je ne m'étais inscrite nul part sur post bac, je n'avais pas pris le temps de me concentrer sur moi-même et sur mon avenir. J'ai donc décidé de chercher un emploi. J'ai très vite pu constaté qu'il était difficile d'en trouver un avec aussi peu d'expériences professionnelles et j'ai fini par travailler de façon très intermittente pour une association d'aide à domicile.

    Lorsque les inscriptions APB ont commencé, je me suis inscrite en licence de psychologie, par forcément pour de bonnes raisons. Bien que cette licence m'intéressait énormément, j'y allais surtout pour apprendre à comprendre mon père afin de pouvoir l'aider. J'ai été boursière cette année là, ai cumulé un petit job et vivais avec 600€/mois (mes parents ne pouvaient pas m'aider financièrement, mon père étant en arrêt maladie suite à ses tentatives de suicide). Travailleuse, j'avais de très bons résultats en contrôle continu, mais j'ai foiré mon premier semestre à 9,5 à cause des partiels (l'enfer des QCM). Ma situation est devenue compliquée quand mon père est décédé, juste avant les partiels du second semestre. J'ai très mal vécu son décès, et je le vis encore très mal. Pour moi c'était terminé, je ne pouvais pas continuer en psychologie. J'avais perdu ma principale motivation.

    J'ai donc décidé de me réorienté en LLCE anglais/russe. Boursière encore cette année là, il m'a quand même fallut trouver un job étudiant. J'ai trouvé un petit job de babysitting un peu merdique niveau horaire (je commençais ma journée à 6h45 pour la finir régulièrement à 20h30), j'ai donc eu une dispense d'assiduité (j'ai quand même pu garder mes bourses, le CROUS a été relativement sympa sur ce coup là) mais je me suis très vite retrouvé à ne plus pouvoir suivre mes études. Je ne pouvais pas assister aux cours à cause de mon emploi, je devais faire face à mes propres problèmes personnels, revers de bâton du deuil que je n'arrivais pas à faire : insomnie, crises d'angoisses, usages de drogues en free party un peu abusif, alimentation quasi inexistante etc. Je suis donc allée au SUIO de ma fac qui m'a intégré à un dispositif d'orientation sur un mois. Ce fut très instructif, cela dit les voies qui m'intéressaient (arts ou sciences) ne rentraient pas dans mon cas personnel. La remise à niveau en arts appliqués, obligatoire pour intégrer des BTS de design ou de com' visuelle, n'était possible que pour les bacheliers sortants ou ayant obtenu le bac il y a 1 an. Idem pour les filières scientifiques, il fallait un bac S ou une remise à niveau en sciences dont le volume horaire ne me permettait pas de concilier études et travail.

    J'ai conservé mon statut d'étudiante jusqu'à fin juin de cette année puis j'ai fini par trouver un emploi en façonnage dans une imprimerie, c'est pas le job de mes rêves mais ça paye mon loyer. Je compte en profiter pour mettre de côté afin de rembourser par anticipation un prêt étudiant que j'avais contracté pour rembourser mon permis, payer ma voiture, acheter mes meubles etc qui je l'avoue me stresse à mort (je dois commencer théoriquement à le rembourser dans 4 ans). Cela risque de me prendre 2 ans (peut-être moins si je gère bien) pour pouvoir le rembourser intégralement.

    Mes questions sont :
    • Sera-t-il possible pour moi de pouvoir réintégrer la fac après ces 2 ans de travail en formation initiale (et non en formation continue qui risque de me coûter un bras) ?
    • Pourrais-je prétendre à une bourse bien que j'y ai eu le droit pour 2 années de L1 et bien que j'ai interrompu mes études ? (sans cela risque d'être difficile de pouvoir payer un loyer avec juste un petit job de 10h/semaine)
    • J'aimerai passé un bac S en candidat libre ou à distance (avec le CNED si mes finances me le permettent) en parallèle de mon emploi afin d'avoir le niveau pour des études scientifiques, serais-je alors considéré comme néo-bachelière après l'obtention de celui-ci ou aurais-je un statut de reprise d'études ?
    • Auriez-vous des pistes, des conseils, des idées pour me sortir de ce sacré bazar et pouvoir enfin utiliser ma tête à des fins plus épanouissantes que pour un job alimentaire ?

    Merci de m'avoir lu, c'est un beau pavé assez long à lire (et un peu compliqué à comprendre j'imagine, tout ne dois pas être très clair, il doit y avoir des fautes, il faudrait que je dorme ahah) et merci d'avance pour vos précieux conseils
     
  2. Sukye

    Sukye
    Expand Collapse

    Alors, déjà je m'excuse parce que je ne vais pas avoir beaucoup de réponses à tes questions.
    Concernant la bourse, je te conseillerai d'en parler avec des assistant-e-s sociaux. J'en avais un sur mon campus. Au pire, ils n'ont pas la réponse (ils ne peuvent pas tout savoir), mais ils ont les clés pour se renseigner et répondre ensuite à tes questions ;). Dans l'absolu, je dirai qu'il est possible que tu ais encore ces droits, à condition d'exposer ta situation (il est possible lors des demandes de bourse d'adresser une lettre avec des renseignements complémentaires). Et certes, tu as arrêté tes études, mais après le décès d'un proche donc je pense qu'ils peuvent le prendre en compte.

    Pour ta première question, peut-être qu'un conseiller d'orientation pourrait t'aider? Tu as du en voir lors de ton dispositif d'orientation? Il aura peut-être la réponse à ta 3ème question au passage.

    Beaucoup beaucoup de courage en tout cas. Pour ton dernier point, tu demandes des idées et des conseils pour sortir de ce passage. Alors, je vais brasser des idées "convenues" et qui ne vont pas forcément t'aider mais:
    - Comment ça se passe avec ta mère? As-tu des frères/soeurs? De la famille de qui tu peux être proche et qui peuvent te soutenir?
    - As-tu gardé un cercle d'amis? Tu n'en as pas du tout parlé dans ton message.
    - Est-ce que tu as envisagé d'en parler avec un psychologue? Je crois qu'il y en a dans les universités en général, sinon tu as des centres médico-psychologique qui sont locaux et gratuits.

    En tout cas, je te souhaite de t'accrocher dans cette période qui n'est pas facile pour toi...
     
Chargement...