Sentiment d'infériorité : l'injustice s'appelle Marion

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Nusch, le 20 mai 2009.

  1. Nusch

    Nusch
    Expand Collapse

  2. Nadja__

    Nadja__
    Expand Collapse
    Miou.

    Je m'appelle Marion. \o/
    Sauf que je ne suis pas une bonasse au charisme de dingue qui cartonne dans les études et qui pique les mecs ... j'ai juste le prénom. La loose.
    Mais je connais une J. qui a été ma meilleure amie pendant longtemps : études brillantes, bac S mention TB, que tout le monde adorait (et adore toujours), avec un style vestimentaire bien à elle, et forcément avec un mec, je l'aimais sincèrement et je la détestais à la fois (non bon à ce point mais je la jalousais, j'étais au collège-lycée et j'étais franchement conne)... Avec le recul, je suis plutôt contente de mes études, j'ai un mec (bon c'est pas non plus à mes yeux le symbole d'une réussite d'avoir un mec mais passons), j'ai des amis chouettes, je suis plutôt contente de la personne que je suis devenue. Résultat : la dernière fois que je l'ai vue je n'ai plus ressenti aucune jalousie. Joie.
     
  3. thegoldenbutterfly

    thegoldenbutterfly
    Expand Collapse

    C'est marrant j'ai jamais eu de "Marion" dans ma vie... ou tout du moins une seule et unique que je suivie du cp à la term....
    Y'avait bien la fille la plus populaire de la classe, mais ça changeait tous les ans... et puis elle était pas si belle/intelligente/classe que ça à mes yeux de myope!

    Mais je sais que j'étais pas non plus la Marion de quelqu'un
    vu comment je me faisais le défi de me fondre le plus dans la masse au collège/lycée...........c'est simple j'étais invisible!

    mon dieu que ma vie est insipide! lol
     
  4. lost in time

    lost in time
    Expand Collapse
    Musique Addict

    hey, dslee les filles mais je crois que je suis une marion :)

    il ne faut pas hair la marion, bien qu'elle ait l'air de réussir partout c'est une fille comme une autre qui se trouve moche et grosse parfois, et qui parfois se déteste car malgré les apparences personne n'est parfait et personne ne réussit dans tous les domaines.
    la marion est une fille qui a l'air d'avoir 10 000 amis mais c'est une vraie solitaire car trop jalousée.. c'est ce qui fait son malheur mais c'est aussi ce qui développe sa personnalité..
    quoi qu'il en soit la marion devrait te donner envie de te dépasser! c'est bon la compétition aussi parfois!!! alors au lieu de te plaindre, kick your ass et sublime ta frustration et tes complexes d'infériorité! :)))
     
  5. lost in time

    lost in time
    Expand Collapse
    Musique Addict

    de plus, méditez bien sur ce que j'ai observé :
    les vilains petits canard deviennent souvent des Marion en puissance avec le temps.
    tandis que les Marion de jadis tombent souvent dans un quotidien insipide et fade, avec le temps.. quand on a déjà tout sur un plateau on a tendance à se laisser aller. pas bon quand on est dans l'adolescence, période où on est censé se former..

    la revanche est un plat qui se mange froid!
     
  6. petrouchka-2

    petrouchka-2
    Expand Collapse
    Slip détendu Guest

    J'ai pas de Marion...
    Mais jpeux en trouver une rien que pour le plaisir de montrer à tous comment on tord le coup à l'infériorité !
    (Je reviens dans quelques heures pour vous expliquez ma théorie...)
     
  7. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges


    Ma "marion" à moi était en réalité une 2/3 de marion, tandis que moi j'en étais un misérable tiers.
    Elle était pas spécialement jolie mais s'habillait très mode, et du coup était populaire. Moi j'avais un look bizarre, j'étais très grande, mince et avec une grosse poitrine, sauf qu'au collège c'était tout sauf un atout ... Mais j'avais les études de mon côté : grosses facilités qui faisait que j'étais première sans bosser.

    Maintenant, je dirais que j'ai gagné du Marion-potentiel, je me suis bieeeen amélioré niveau physique, j'ai vaincu depuis longtemps mes restes de timidité ou de complexes, j'ai des vrais amis, un amoureux génial, et si j'ai plus de difficultés dans les études que par le passé je dirais que j'ai quand même pas mal réussi !
    Elle est restée à peu près au même point dans son Marion-potentiel, quoique je la dépasse peut-être car elle a moins bien réussi dans ses études, a une vie amoureuse proche du néant, et je trouve qu'elle s'est enlaidie. Mais elle continue de vivre dans un milieu huppé bobo-chic, à voyager autour du monde.
     
  8. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je confirme, parce que je suis sans doute une Marion en puissance. En tout cas, je sais que beaucoup de mes amies sont jalouses de mon physique alors que je ne m'assume pas du tout donc ça gache un peu le truc ^^ J'ai eu des bonnes notes toute ma scolarité mais j'ai plus vécu ça comme un fardeau que comme quelque chose de positif...

    En attendant, j'ai pas de mec, si l'on considère que c'est un critère de la "Marion".
     
  9. frenchbrioche

    frenchbrioche
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    C'est marrant, moi non plus j'ai jamais eu de Marion, de vraie... J'ai été jalouse de la terre entière, et je suis ravie de constater que plus je prends de l'age, plus je m'en fous. Un jour un mec m'a dit que la vie, c'était pas une compétition, et ça m'a vraiment aidé de m'en souvenir aussi souvent que possible. En plus les gens parfaits renvoient les autres a leurs échecs, et doivent se sentir bien seuls. Et comme l'a dit lost in time, parfois ça motive de vouloir se battre contre toutes les Marion de notre entourage.
    Alors les Marion, moi, je les plains. Complexe d'infériorité ou pas, quand on sourit, la vie est un peu plus facile (profond, n'est-ce pas?).
     
  10. Mrs.Sarah

    Mrs.Sarah
    Expand Collapse

    Comme beaucoup d'autres, j'ai été le vilain petit canard. Une bonne partie de ma scolarité, j'ai été écraser par une Marion ou des filles qui ricanait comme des hyènes entre elles qui se qualifiait du type. J'étais misérable. Ou plutôt "la loose" qui était ringarde.

    Sur la cour primaire, il n'y avait rien de flagrant. Petite et naïve étions-nous. Donc la jalousie et l'envie, je ne connaissais pas ce sentiment. J'étais plus douée qu'elle à l'école, ceci faisait ma petite fierté jusqu'au moment de rentré au collège... Un cauchemar. Mon amie s'est transformée en une Marion, terrible. Elle en est devenue ma grande hantise, jusqu'au lycée. Elle s'amusait à me renfoncer devant tout le monde, piqué mes petits copains avec sa forte poitrine (son principal avantage) et exceller partout. Je lui en ai voulu à en crever. Ce petit manège a duré durant 6 ans, et boum. Il y a eut le clash où j'ai explosé.
    Mon père m'a toujours dis que la vie n'était une compétions, donc être première comme deuxième n'est qu'une satisfaction personnelle, que parfois deviens une véritable obsession chez certaines. Et j'ai compris. Ce fût le grand déclic pour m'enlever cette infériorité dans la peau et avancer tout acceptant que peut-être je n'aurai jamais le physique d'un mannequin, les formes désirable qu'un homme aimerait voir ou me comparer à ces filles.

    Sincèrement, je plains les Marions qui adorent se compliquer la vie ! ;)
     
  11. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Moi on va dire que ma Marion , je me la fabrique moi-même . C'est vicieux certes mais ...

    Sinon j'en connais des filles comme ça , toujours parfaites. Je ne les envie pas car j'ai plus tendance à admirer les gens qui sortent de la norme , d'une façon ou d'une autre. Mais je me demande des fois comment elles font , si ça leur plait d'être comme ça , est-ce que des fois elles pensent à autres choses qu'à leur image. Voilà quoi.
     
  12. citron mécanique

    citron mécanique
    Expand Collapse
    la tête dans le frigo

    Tu veux 800 mots, poulette ? Tu les auras
    « Comment tordre le cou au sentiment d?infériorité » (waouh, je suis aussi émue qu?à la découverte du sujet du bac)

    - Aucune Marion ne se sent Marion. Les filles sont des êtres complexes (et tu es bien placée pour le savoir puisque tu en es une) pour qui il y a toujours un truc qui va pas, même quand elle fait de la brasse dans un univers idyllique.
    Un problème, un manque, une tristesse, une solitude, une névrose (etc etc).

    Quand tu approches la Marion, le sentiment de «Je suis moche près d?elle » s?efface très rapidement en devenant sa copine. Ça serait un peu simpliste de la considérer éternellement comme une jolie môme intelligente de surcroît, point à la ligne. Faut peut-être être un peu moins superficielle et plutôt te poser la question de ce que tu peux lui apporter de bien, toi et personne d?autre parce que tu es tout aussi unique.


    - Quand je suis avec une copine « Marion » et que je la trouve hallucinante de beauté et de personnalité, je ne suis pas entrain de me dire : « oh la pute sa race, elle est trop belle et en plus elle a oublié d?être conne, la grosse salope. »
    Nan je me dis « wow qu?elle est belle/intelligente/drôle ma potesse ».
    Et là : sentiment de tendresse accru. J?aime regarder mes potes rire et les trouver parfaites, j?ai envie qu?elles soient aimées par chaque personne qui les rencontrent et estimées à la valeur que je leur vois.
    Note : si elle te fait sentir de façon désagréable qu?elle est largement mieux que toi ben? C?est une imbécile finie, et la bêtise n?a jamais été bien portée par qui ce soit, bombe ou pas.

    - Le sentiment de jalousie peut être un bon moteur. Quand la comparaison fait mal, c?est que ça révèle des frustrations qui ne s?expriment pas toujours clairement par d?autres biais.
    On peut vite se convaincre qu?on est satisfaite d?une situation alors qu?on ne l?est pas.
    Je crois que nos jalousies nous disent qui on est, plus que qui est l?autre en vérité.
    Dans le cas des études, le sentiment de jalousie est un excellent révélateur, comme en chimie, ça change de couleur d?un coup et ça veut tout dire. Quand ma meilleure amie s?est mise à tout défoncer dans des études qui me plaisaient mais que je n?avais pas osé tenter, j?ai ressenti de la jalousie et j?ai effectué un virage brusque pour ne pas finir aigrie à 20 ans.

    - Franchement, la perfection, y?a rien de plus con comme concept. En tout cas, inintéressant au possible. La fille parfaite n?existe pas et bien heureusement, elle serait inhumaine. En tout cas ne ferait aucun effet à personne. Je ne suis pas très à l?aise avec ces idéaux un peu trop stricts à mon goût, qui oublient les spécificités de l?humain et qui nous poussent à toutes nous calquer sur des modèles censés incarner la perfection? On ne sait même pas d?après quoi? ça me fait penser à une société un peu fascisante sur les bords.

    - La beauté aussi, il serait bon de rappeler que c?est une émotion subjective. Pour avoir aimé très fort une fille en particulier parce que c?était elle, et personne d?autre, elle et ses défauts, je peux dire à quel point le fossé entre fille idéale et fille réelle qui te kidnappe le c?ur est énorme. Elle n?était pas la fille sur qui on se retourne dans la rue, ni toute mince ni adorable petit minois de magazine. Et pourtant avec tout son charisme, et sa personnalité imparfaite mais carrément unique, elle était certainement la plus belle fille que j?aie jamais rencontrée.
    Il est certain que quelques personnes de mon entourage n?ont jamais saisi le sentiment d?absolu qu?elle provoquait chez moi, et l?adoration que j?avais de sa gueule imparfaite. Mais je m?en fous. Je leur laisse avec plaisir leurs filles à mensurations idéales, leur nombre d?or, et leurs ratios de réussite calculée selon divers paramètres qui me sont superbement indifférents.
     
Chargement...