Sondage : Qu'est-ce qu'une "vraie" femme ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Jack Parker, le 30 juin 2011.

  1. Jack Parker

    Jack Parker
    Expand Collapse
    Génie incompris

  2. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    Allez je me lance !

    Être une femme n'a jamais été une question pour moi. Être quelqu'un de bien, être adulte, être mature, être tolérante, être intéressante... Je me suis posé ces questions. Mais jamais celle de la féminité, car elle est une évidence pour moi : être une femme c'est de la passivité, pas de l'activité.
    Nous n'avons pas besoin de nous faire femmes, de nous déguiser femmes, de nous comporter femmes. Bien sur, tenues, comportements et intérêts peuvent être plus féminins que masculins pour des raisons culturelles, biologiques et parce que la sélection naturelle est passée par là ( je pourrais m'étendre sur la liste de ces petites particularités hommes/femmes héritées de nos ancêtres préhistorique, mais ce n'est pas le propos). Cependant la féminité est inscrite dans nos gènes, elle n'a pas à être une exigence.
    D'ailleurs, je me ferais le plaisir de rappeller/apprendre aux madmoizelles, qu'après la fécondation, une gonade (futur testicule ou ovaire) indifférencée est créée. Ainsi, seul un gène présent sur le chromosome Y (le gène SRY) va permettre de la différencier en testicule qui produira de la testostérone qui différenciera l'embryon en mâle. En l'absence de ce gène, la gonade deviendra ovaire qui produira des progestérones qui feront de l'embryon une femelle. Tout ça pour dire que nous ne sommes femmes que parce que nous ne sommes pas hommes. Nous n'avons donc pas à nous défendre d'être femme ou à nous créer femmes, nous le sommes. Incontestablement.

    Alors pour répondre à ta question, qu'est ce qu'une vraie femme ? C'est un être humain qui ne possède pas le gène SRY dans son ADN.
     
    Juladebrouille a BigUpé ce message
  3. Enrya

    Enrya
    Expand Collapse
    GameuZ en puissance

    Personnellement, je pense pouvoir définir assez précisément ce qui aux yeux de la société caractérise encore aujourd'hui une "vraie femme" ou un "vrai homme". Je ne vais pas vous étaler une liste de clichés sexistes, que l'on connait tous très bien par ailleurs. Par contre pour moi...
    Pour moi être une femme ou un homme est une histoire de chromosome, et c'est loin d'être le trait distinctif qui m'intéresse le plus chez une personne. Après il y a des personnes qui vont se "sentir femmes" ou se "sentir homme" parce que ce qu'ils sont collera plus ou moins aux normes sociales en vigueur pour un des deux sexes. Et puis il y en a qui ne se reconnaitront ni dans l'un, ni dans l'autre. Est-ce que je me sens femme ? Ca dépend des critères ! Il y a des aspects de ma personnalité qui me semblent très "masculins", et d'autres très "féminins" (notez bien les guillemets, pour moi ce sont des mots purement sociaux )... ce qui m'amène à penser que ce genre de classification n'a pas vraiment de sens !
    Finalement, j'attends le jour où on se posera plus souvent la question de "qu'est ce que quelqu'un de bien" que "qu'est ce qu'une vraie nana/mec" !
     
  4. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    C'est vrai que ma réponse n'a pas pris en compte les personnes qui se sentent femmes psychiquement et ne le sont pas physiquement. Je suis tout à fait tolérante par rapport à ces personnes, mais il est vrai que c'est une situation très sensible car elle remet en considération la définition que j'ai donnée moi : celle de l'ADN.
    C'est un sujet que je ne maîtrise pas assez (faute de témoignages, de connaissances psychologiques) pou pouvoir en débattre, mais je pense que tu as tout à fait raison de faire entrer ces personnes dans la définition.
     
  5. indianae12

    indianae12
    Expand Collapse
    Adooore les sushis

    Je trouve que répondre à la question "qu'est ce qu'une vraie femme" est bien trop complexe parce que pour commencer, il n'y a pas de modèle type et que tout est dans la pluralité.

    Par contre, je trouve que la diabolisation des femmes maigres/minces et l'apologie des rondes n'est qu'une vaste plaisanterie! Quand j'entends William Carnimolla de belle toute nue sortir que les femmes minces ne sont que des cintres, j'ai bien envie de lui lancer des cailloux! Parce que OUI il y a des femmes minces voire maigres naturellement, sans régime et sans anorexie et qui sont complètement stigmatisées! On trouve toujours des excuses aux filles trop rondes (génétique malheureuse, aimant bien vivre,...) mais alors les maigres... Elles n'ont qu'à manger hein!
    J'ai passé toute mon adolescence à complexer parce que les autres ne me trouvaient jamais assez grosse, que quand on parlait d'anorexie, toutes les têtes se tournaient vers moi et qu'au self, j'avais tout le temps droit à la double ration! Même les parents de mes copines et les amies de ma mère étaient sur mon dos! Alors oui, aider les filles rondes à s'assumer, c'est bien! Mais excuser, voire encourager le sur-poids et l'obésité (aussi dangereux pour la santé que les régimes à outrance...) en dénigrant les filles minces et en les traitant comme des "non femmes", faut pas déconner! C'est pas parce qu'il y a eu des abus dans le mannequinat et de surcroit dans les 00's qu'il faut s'affoler quand on voit une fille rentrée dans un slim T34!

    William, moi, mes "non formes" de cintre et ma "non féminité" te disons bien le bonjour! ;)
     
    CaraNougat a BigUpé ce message
  6. Jamesie

    Jamesie
    Expand Collapse
    En pleine crise identitaire du ship

    Pour moi, il n'y a pas de vraies femmes. On est toute différente, et c'est ainsi. Petite, grande, grosse, maigre, petits / énormes seins. On est TOUTE femme.
    En revanche, pour moi une fausse femme, est une personne retouchée sur les magazines, publicités, affiches. C'est du retouche, ça n'existe pas.
     
  7. Jack Parker

    Jack Parker
    Expand Collapse
    Génie incompris

    AMEN. En tant que "cintre", je te remercie. La stigmatisation des maigres/minces existe aussi, et j'ai toujours l'impression de faire la connasse de service quand je me plains des remarques qu'on me fait, parce qu'en tant que mince, je ne devrais pas avoir à me plaindre. Mais entendre 50 fois par jour "MAIS TU MANGES JAMAIS OU QUOIIII ?" ça me donne envie de casser des mâchoires. Sans parler de la gueule qu'on te tire le jour où tu as le malheur de commander une salade, parce que tu en as ENVIE, ou piiire, que tu oses dire "j'ai pas très faim aujourd'hui".

    Un jour je vais finir par me filmer en train de manger mes 800gr de viande et mes trois assiettes de pâtes, et peut-être qu'on va arrêter de me saouler.

    En tous cas, merci pour vos réponses, ça réagit super vite c'est chouette !
     
  8. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Bon... bah Daffy a tout dit! :cretin:

    Juste histoire de dire que j'ai participé, je reviendrai juste sur ça :

    A mon sens, nous sommes toutes des "vraies femmes", c'est les "fausses" qui n'existent pas! :)
     
  9. Tracy Jacks

    Tracy Jacks
    Expand Collapse
    suckcess

    Je suis particulièrement d'accord avec cette définition dans la mesure où c'est probablement la seule qui peut être acceptée de façon unanime (sans abus de langage j'entends : car oui, on peut se considérer "vraie femme", où "vraie" prend un autre sens, sans en être une génétiquement parlant).
    Parce que la vraie femme, et l'Histoire nous l'a montré, c'est une définition culturelle. Dans l'art par exemple, les femmes aux formes généreuses étaient autrefois privilégiées ; paradoxe avec les femmes d'un autre gabarit que nous montrent les magazines, pubs etc. Une vrai femme, ça reste dans la cuisine pour certains, ça manifeste dans la rue en émasculant ses adversaires pour les autres. La vraie femme se doit de se contenter d'être jolie, soumise et silencieuse pour X, ou être badass comme dans un film de Tarantino pour Y. De la variété quoi.

    Je pense notamment à mon père qui, quand j'étais pré-ado, me reprochait sans cesse de ne pas être féminine. Dans son esprit, c'était m'habiller avec des habits colorés, bien me coiffer, me faire jolie. J'ai répondu à ses demandes. Mais je ne me suis jamais plus sentie "imposteur" qu'à cette période là.
     
  10. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    C'est ce que je disais en réponse à Daffy Duck, je n'ai pris en compte dans ma réponse que les femmes officiellement femmes. Je n'ai pas pensé à ce moment aux femmes dans des corps d'hommes, aux transexuels, aux gens sous hormones et assexuels. Je ne leur refuse pas pour autant le statut de femme. Il s'agit là d'un autre débat qui, comme je l'ai dit, est trop complexe pour mon peu de connaissance.
    Cependant, je ne pense pas que l'on puisse réfuter l'aspect génétique de la chose, car les différences génétiques sont les causes des différences culturelles et donc du fait de se sentir femme ou pas aujourd'hui. Sans différences physiques et de de rôle (l'acouchement et l'alaitement feminins), il n'y aurait pas d'Hommes et de Femmes.

    Premièrement, j'ai l'impression que tu veux dire que pour être une "vraie femme" il faut défendre notre statut de femme. Or je trouve ça dérangeant. Car cela signifierait que les femmes qui vivent soumises d'une façon ou d'une autre et qui ne se battent pas contre l'oppression masculine ne sont pas des femmes. Et je trouve cette idée répugnante. De même que cela signifierait que la notion de femme n'aurait pas lieu d'être dans une monde (utopique certes) d'égalité des sexes. Sauf que hommes et femmes SONT différenciés par nature. On peut se battre pour la reconnaissance de l'égalité Hommes/femmes, mais ce combat ne me semble en aucun cas être une définition de la femme.
    Deuxièmement, Tu globalises en disant que l'Homme a accès à de nombreux droits que n'ont pas la femme et que donc il n'a besoin de se battre contre rien. Or l'Homme est aussi victime de sexisme, à une autre échelle peut être, mais tout de même. Exemple ? Un homme un jupe et maquillé, ça choque. "PD" et "tapette" sont des insultes. Un homme qui punit ses enfants sera catégorisé violent. Une femme en pantalon et cheveux courts, c'est banal, être une lesbienne, ce n'est en aucun cas un mal, et une femme qui punit ses enfants, c'est normal, elle les éduque.
    Je pense donc que ta pensée est un peu trop manichéenne.
     
  11. Purdey

    Purdey
    Expand Collapse
    Allons-y Alonzo!

    HS mais tu m'as mis ceci dans la tête, Merci :yawn:!
     
  12. Caliodë

    Caliodë
    Expand Collapse
    Oh Yeah !

    Ce qui ne t'empèche pourtant pas d'être aujourd'hui "féminine" dans le sens culturel actuel de la chose. De porter des robes, te maquiller, aimer les muffins et vénérer comme un dieu le chanteur d'un groupe.
    Tu n'en est ni moins ni plus femme qu'à l'époque où ton père t'utilisait comme cuisinière/femme de ménage.

    Programme d'SVT du terminale S en réponse à une question de société \o/
     
Chargement...