Sophia Aram tacle les opposants au droit à l'avortement libre et gratuit

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 18 janvier 2016.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Odinn a BigUpé ce message
  2. Odinn

    Odinn
    Expand Collapse
    Je ne cherche aucun ennui. Généralement, ce sont les ennuis qui me trouvent.

    Cette dame a l'air intéressante <3
    Je vais me pencher sur elle, merci pour la découverte **
     
  3. lauresimonot

    lauresimonot
    Expand Collapse
    “A trop parler, on en oublie de manger.”

    MON COMMENTAIRE N'ENGAGE QUE MOI. N’HÉSITEZ PAS A ME RÉPONDRE.

    Elle parle d'énervés... comme si elle ne faisait pas partie du lot.

    Le droit à l'IVG et à l'information sont nécessaire, et le signe de l'évolution sociétale... et malheureusement les dérives sont trop nombreuses.
    Trouvez-vous normal de banaliser ce type d'acte ? Pour moi, le délai de réflexion est une bonne chose. Remarquez, je trouve que dans le cas d'un tatouage aussi, il devrait y avoir un délai de réflexion... Ces choses qui changent une vie doivent être décidées et réfléchies.

    Il est facile de critiquer les dires du clergé quand on ne cherche pas à comprendre la base de leur idéologie : la défense du plus faible.
    Toujours s'appuyer sur la doctrine de l'église pour argumenter contre !
     
  4. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Hello ! :fleur:
    Pour te répondre, ce n'est pas tant que je trouve "normal de banaliser ce type d'acte", c'est que je trouve profondément anormal de l'avoir criminalisé d'abord, pénalisé, taxé, jugé ensuite. C'est une procédure médicale, donc ce n'est pas "banal", mais ça ne devrait certainement pas être un crime ni le parcours du combattant. Quelles que soient les sensibilités individuelles sur la question : mettre au monde un enfant qu'on n'a ni l'envie ni les moyens d'élever me paraît profondément irresponsable et cruel. Mettre fin à une grossesse non désirée est dès lors l'acte responsable à avoir dans ce cas de figure (mais on peut tout à fait être "victime" d'une grossesse non désirée, MAIS avoir l'envie et les moyens de la mener à terme.)

    Quant au délai de réflexion, je n'ai rien contre : je suis contre son caractère obligatoire. La suppression du délai de réflexion obligatoire est en fait la suppression du "obligatoire", le délai de réflexion existe toujours, n'importe quel•le patient•e peut y recourir, avec ou sans le conseil du personnel soignant.

    C'est juste que quand une femme arrive en demandant une IVG, s'entendre répondre "prenez 7 jours pour y penser, c'est obligatoire", c'est infantilisant. Certaines personnes ont déjà réfléchi et décidé en amont. Dès lors, pourquoi leur imposer le prolongement d'une situation dont elles souhaitent sortir ?
     
    Kounette, loxlady, Freehug et 26 autres ont BigUpé ce message.
  5. La_Belette

    La_Belette
    Expand Collapse
    Misandrette en puissance.

    En quoi avorter ça change une vie ? Autant avoir un enfant ça bouleverse ta vie ça c'est certain, mais avorter ça change que dalle à ta vie hein !
    Et puis tu entends quoi par la banalisation de l'avortement ? C'est quoi exactement banaliser l'avortement ? Le rendre plus accessible ? Permettre que tout le monde y ait accès sans avoir peur d'être jugé négativement ?
    Et quelles sont pour toi les dérives liées à l'avortement ?
     
    Adios Badmoizelle, Kounette, loxlady et 10 autres ont BigUpé ce message.
  6. BarbieDroguée

    BarbieDroguée
    Expand Collapse

    @lauresimonot ça fait un peu beaucoup de personnes de rang qui te citent mais comme tu as dit qu'il ne fallait pas hésiter à te répondre, j'y vais ! Sans animosité aucune bien sûr :fleur:

    Je ne comprends pas bien de quelles "dérives" tu parles... S'agit-il de dérives sur les IVG...?? Du style : augmentation brutale du nombre d'IVG depuis que le délai d'attente a été supprimé ou quelque chose du genre ? Ou alors : à partir du 1er avril, quand l'IVG sera intégralement remboursée, encore plus de femmes viendront se faire avorter aux frais du contribuable juste pour le fun...?
    Bref, je ne comprends pas de quelles "dérives" tu parles, je suis la seule ou quoi ?? Si quelqu'un peut m'éclairer...

    Ce point est discutable... très, TRÈS discutable à mon sens...
    Oui, il est facile de critiquer les dires du clergé quand le clergé outrepasse ses droits, s'exprime à tort et à travers, et cherche une fois de plus à contrôler le corps des femmes.
    Oui, il est facile de critiquer les dires du clergé quand le clergé est plus hypocrite que les plus hypocrites - comment peut-on réconcilier (je reprends tes propres mots) la base de l'idéologie qui serait la défense du plus faible, avec les actes atroces pratiqués par le clergé au fil des ans (Inquisition, torture, emprisonnements etc...)
    Combien d'innocents ont été condamnés à la violence dans ces affaires ??? (oui, je reprends aussi les mots de Mgr-je-ne-sais-plus-son-nom...)
    Après, je suis radicalement anti-cléricale donc j'ai tendance à me hérisser rapidement vis-à-vis des questions de religions...

    Et pour finir mon avis personnel : si c'était les HOMMES qui portaient les enfants, il serait aussi facile de se faire avorter que de se faire couper les cheveux... merdalor !!!
     
    Shah, Manea, Parker Hale et 11 autres ont BigUpé ce message.
  7. Olimeli

    Olimeli
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    ah bon avorter ca ne change rien? ca ne laisse aucun sequelle? ce n est pas traumatisant? le personnel medical est forcement bienveillant? :confused:
     
  8. Olimeli

    Olimeli
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    je l ai decouverte y'a pas si longtemps via cheek magazine sur FB et j adore cette femme! elle est drole, incisive, dit la verité, est juste et argumente bien...
     
    Odinn a BigUpé ce message
  9. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    En soi, non. C'est comme n'importe qu'elle opération : c'est souvent douloureux, il peut y avoir des séquelles, le personnel peut être malveillant, on peut même regretter... mais une fois que c'est fait, c'est fait. Avoir un enfant c'est autre chose : c'est jamais fini, c'est pour toute une vie et ça la change drastiquement. Alors qu'une IVG non.
     
    Adios Badmoizelle, Kounette, loxlady et 13 autres ont BigUpé ce message.
  10. Saperlipopette_

    Saperlipopette_
    Expand Collapse
    But you, if you don't shine, who's gonna shine for you ? And if you don't fight, who's gonna fight for you ?

    Je ne comprends pas le tabou autour de l'avortement. Ou plutôt je le comprends, je comprends pourquoi c'est un sujet qui met mal à l'aise, mais ça m'énerve beaucoup. Et bon, désolée de dire ça parce que ça sonne dégueulasse, mais je pense qu'on devrait arrêter de considérer que les enfants avortés sont les victimes de l'avortement. Les seules "victimes" s'il y en a, ce sont les femmes qui avortent, et leurs conjoints.

    Ca m'énerve qu'on fasse de l'avortement quelque chose d'horrible, qu'on le présente comme un acte monstrueux, alors que la seule chose véritablement monstrueuse c'est d'être enceinte alors qu'on ne le veut pas, et d'avoir un enfant qu'on ne veut pas (soit parce qu'on ne peut pas s'en occuper, soit parce qu'on n'en a pas envie tout simplement). Je ne dis pas que l'avortement est un acte banal et sans importance, mais il faudrait arrêter de le diaboliser je pense. Ne serait-ce que parce que l'enfant avorté n'est justement pas un enfant mais seulement un fœtus, un être qui existe à peine, et qui n'a pas atteint le stade de la conscience.

    Bref, le fait de choisir de ne pas avoir d'enfant, de mettre fin à une grossesse avant son terme, n'est certes pas un acte amusant ou léger - et encore moins un moyen de "contraception" comme aime le dire cette chère Marion Maréchal. Mais c'est parfois un acte nécessaire, qui pour certaines est plutôt facile à vivre, et pour d'autres beaucoup moins. Certaines femmes ont recours à l'avortement et sont en accord avec leur conscience à ce propos / le vivent bien, tandis que d'autres vont être traumatisées par cet acte médical, soit parce qu'il est violent - parce que oui, l'acte médical en lui-même est violent, il peut être difficile à supporter - soit parce qu'elles culpabilisent d'avoir "tué" un être humain. Ce qui est dû en partie au fait que l'avortement est un acte mal vu, souvent considéré comme immoral dans nos sociétés, qui parce qu'elles le condamnent poussent les personnes qui avortent à se sentir coupables de l'avoir fait. Seulement les plus monstrueux dans l'histoire, ce ne sont pas les femmes qui avortent, ce sont les gens qui derrière vont leur reprocher d'avoir eu recours à cet acte médical.

    @lauresimonot Bah justement, si tu suis la logique du dogme catholique de manière objective, prendre la défense du plus faible c'est prendre la défense de ces femmes qui avortent, et non pas celle des foetus. Ce sont elles qui se retrouvent en situation de " "faiblesse" ", et non pas les foetus unborn qui ne sont pas encore des êtres humains vivants à part entière. :) (Pardon de le dire de manière aussi violente, mais je ne sais pas comment m'expliquer autrement.)
    Et comme l'a dit @Clemence Bodoc , le délai de réflexion n'est pas supprimé, il n'est juste plus obligatoire.

    Et @BarbieDroguée je suis bien d'accord avec toi :rire:
     
    Adios Badmoizelle, Cirrannai, Kounette et 22 autres ont BigUpé ce message.
  11. La_Belette

    La_Belette
    Expand Collapse
    Misandrette en puissance.

    Bah non ? Enfin si le personnel médical n'est pas bienveillant ça peut évidemment laisser des séquelles (je le sais j'y ai eu droit) mais du coup c'est pas une conséquence de l'avortement en lui même. Par contre c'est une conséquence du patriarcat, du sexisme, et du tabou autour de l'avortement.
    Mais sinon c'est comme se faire enlever un grain de beauté quoi. J'ai avorté deux fois, la deuxième fois j'ai été au planning, prise de sang + écho pour confirmer la grossesse, on m'a donné les médicaments, je les ai pris chez moi tranquillou bilou, j'ai eu mal au ventre comme pour des grosses règles mais j'avais des antidouleurs, une semaine après prise de sang pour confirmer l'arrêt de la grossesse. Point. Et j'ai aucune "séquelle", j'ai pas été traumatisée (pourquoi je l'aurais été d'ailleurs ?). Et ça n'a strictement rien changé à ma vie.
     
    Adios Badmoizelle, Cirrannai, loxlady et 11 autres ont BigUpé ce message.
  12. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    @ApollineD +1, et je rajoute cet article qui remet enfin les idées en place à propos de ce qu'est un embryon et un foetus, et sur l'idée comme quoi ils peuvent ressentir quelque chose (ce qui est faux)
     
    Adios Badmoizelle, BarbieDroguée, Manea et 8 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...