Suis-je hétéro par défaut ?

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 10 juillet 2014.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : Suis-je hétéro par défaut ?.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis
     
  2. Barya

    Barya
    Expand Collapse
    Who you jiving with that cosmik debris ?

    J'aurais tellement pu écrire cet article. À part le passage sur les parents, parce que mon père s'en fout, je crois. Il pense même qu'aller voir ce qui se passe du côté de l'autre genre, c'est un passage normal dans la vie et ça permet de se fixer (ou pas).

    J'ai commencé à me demander si j'étais pas lesbienne très tôt en fait, genre vers 10-12 ans. Mais à cet âge-là c'était un peu rude, je recevais des regards un peu durs de la part de mes amies (à qui j'en parlais en plaisantant). J'ai refoulé le truc.

    Sauf que bingo, c'est encore là. Ma meilleure amie s'est découverte lesbienne, et je me pose plein de questions, sans doute un peu à cause de ça, et d'autres choses aussi. Je suis en couple avec un homme pourtant, mais je n'arrive pas à me penser 100% hétéro.

    Je suis plus facilement attirée par les femmes, c'est une certitude. Il ne faut pas grand chose pour que j'en trouve une jolie, attirante, mignonne ou ce que vous voulez. Un homme... C'est plus difficile, ça me demande souvent d'apprendre à le connaître (c'est con hein, j'ai pas d'explication à fournir à ça, ce n'est qu'un constat...).

    Et la seule fois où j'en ai, enfin, discuté avec des potes, on dormait à deux mecs et deux filles dans la même chambre (en voyage scolaire). Un pote m'a fait la morale à base de : "Tu devrais quitter ton mec, de toute façon tu vas finir par le quitter pour une fille" :facepalm: et une amie m'a dit "et tu me dis ça alors qu'on dort dans des lits côte à côte toute la semaine ?" re-:facepalm:
    Y a juste mon deuxième pote qui n'a rien dit, et depuis on parle librement des filles qu'on trouve jolies :yawn:
     
  3. zoecameleon

    zoecameleon
    Expand Collapse
    Trop de boulot Guest

    Très beau témoignage, merci beaucoup :fleur:
     
  4. TheBigV

    TheBigV
    Expand Collapse

    C'est con à dire mais j'aurais pu également écrire cet article. Mais déjà que j'ai pas vraiment confiance en moi avec les mecs, alors avec les filles...
    Sauf pour le cas de ma famille, je ne pense pas qu'ils prendraient ça mal.
    Mais j'ai pas non plus envie qu'on me regarde autrement.
    Et je suis en couple avec un homme en ce moment, une relation stable, j'ai vécu des histoires d'amour explosives et vraiment intenses avec des mecs donc je finissais toujours par oublier la question... Jusqu'à ce que ma relation s'affaiblisse, à chaque fois dans ces moments-là j'ai envie d'avoir une histoire avec une fille.
    C'est vraiment très bizarre et tout comme toi, je ne peux pas en être sure.
     
    Boogie a BigUpé ce message
  5. Maramaya

    Maramaya
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    J'ai vécu exactement la même chose il y a quelques années, jusqu'à ce que je me rende compte que j'étais bien bisexuelle en tombant amoureuse d'une fille à qui je n'avais jamais et n'ai jamais parlé. Quant à la partie sur les parents, je comprends tout autant. :facepalm:
     
  6. AgatheK

    AgatheK
    Expand Collapse

    A la madmoizelle qui a écrit l'article : pour moi, oui, tu es bi.

    Je comprends bien tes doutes, je suis passé par là moi aussi. Au lycée, je n'attirai pas les mecs et eux ne m'attiraient pas. A cette période, je me suis découvert un intérêt pour les fanfictions yaoi, et ma meilleure amie m'a sortie un jour du tac au tac que j'étais peut-être lesbienne. C'est là que j'ai commencé à m'interroger. Elle m'a présenté une fille avec qui ça ne s'est pas franchement bien passé.

    Je n'ai pas eu d'autres relations avec des filles, seulement deux mecs. Mais j'ai régulièrement des crushs, des filles dans la rue que je trouve mignonnes, des actrices que je trouve craquantes...

    Quand ma relation a commencé a durer avec mon mec actuel, je me suis demandé si je devais me considérer hétéro. Et plus globalement, qu'est-ce que la bisexualité ? J'en suis arrivée à la conclusion que ce n'est pas le fait d'être en couple ou d'avoir eu des expérience qui déterminent l'orientation, mais l’attirance. Tu te sens attirée aussi bien par les mecs que les filles ? Donc tu es bi.:free:

    De même, il m'arrive d'avoir des "périodes mecs" et des "périodes nana", des moments où je me sens plus attirée par les filles ou par les mecs. Il semble que ça t'es également arrivé lorsque tu dis que lorsque tu te sens en mal d'amour, tu as envie de te tourner vers l'autre sexe. Pour moi c'est tout à fait normal, mais méfie-toi tout de même à ne pas trop idéaliser les filles dans ces moments-là. Tu risquerais d'être déçue et de vivre une mauvaise expérience (sais-on jamais :) )

    Pardon pour ce racontage de life, j'espère avoir pu t'aider à y voir un petit peu plus clair:free:
     
    #6 AgatheK, 10 juillet 2014
    Dernière édition: 10 juillet 2014
  7. Etoile d-araignée

    Etoile d-araignée
    Expand Collapse
    Je suis la descendante des sorcières qu’on n’a pas réussi à brûler. Nous existons encore.

    Je trouve l'article très intéressant, et je voudrais revenir sur un point.

    J'ai remarqué qu'on a tendance à se définir comme homo/bi qu'une fois qu'on a tenté l'expérience (comprendre : une fois qu'on a sexé et qu'on a aimé ça).

    C'est un peu absurde. Un hétéro qui n'a jamais couché avec quelqu'un mais qui se sait attiré par le sexe opposé, on ne va pas le considérer comme asexuel sous prétexte de sa virginité. On le considère quand même comme hétéro.

    Du coup, pour la bisexualité/homosexualité, c'est la même chose : c'est pas l'expérience qui devrait déterminer notre bord, mais bien l'attirance.

    Ce qui fait que les terme d'"hétéro par défaut" ou "bisexuel latent" sont un peu faussés à mes yeux. Je me suis jamais considéré comme hétéro, même quand je n'avais eu des relations qu'avec des hommes

    D'une façon plus générale, je trouve que notre culture hétérocentré fait qu'on a énormément tendance à mettre de coté les autres formes de sexualité.
    Pour la petite histoire, je suis donc bisexuelle. J'ai eu des relations avec des hommes, et une femme. Et j'entends souvent des "non, mais là, en ce moment, t'es avec un homme, donc t'es plus bi ?" :dunno:

    Une amie à qui je racontais que j'avais fait mon coming-out à 16 ans, que ça avait été trééés mal reçu, et que ça aurait pu me faire beaucoup mal si je n'avais pas déjà eu beaucoup d'indépendance vis à vis de mes parents, m'a rétorqué : "Ah, mais c'est pas grave, puis que c'était pas vrai, tout façon. J'veux dire, t'es avec un homme maintenant."

    :hesite::rolleyes:

    Bref. Le mot de la fin : moi aussi, j'ai eu vachement mal à saisir l'occasion avec une femme, d'ailleurs, la seule femme que j'ai connu, c'est elle qui est venu clairement me faire des avances :cretin:
     
    Boogie a BigUpé ce message
  8. MutePrincess

    MutePrincess
    Expand Collapse
    Les nuages ont peur du noir.

    J'ai l'impression de lire un truc sorti tout droit de ma tête ! :yawn:
    Sauf que je me pose 15 fois moins de questions, Haha.
    Je dis toujours aux gens, et je le pense, que oui, "par défaut" je suis plus attiré par les mecs, mais si un jour je tombais amoureuse d'une fille, bah voilà je serais peut-être assez surprise mais j'y rechigne absolument pas.
    En soi, le sexe de la personne est pas important pour moi, c'est la personne en soi, sa personnalité : voilà pourquoi je dis que je pourrais tomber amoureuse ou avoir du désir pour n'importe qui.
    (Hum, par exemple ma porte est grande ouverte à Natalie Portman, Haha.)
    Pour autant, jamais je n'ai accroché avec une fille, enfin de toutes façons que ce soit fille ou garçon je vois toujours les gens uniquement comme des amis, à moins d'avoir un crush, or c'est jamais tombé sur une fille pour l'instant, donc zéro expérience de ce côté là. Mais je reste ouverte à toute éventualité, voilà le pourquoi du comment. :)
    (Ouverture d'espriiiiiiiiit !)
     
  9. KLOHDYA

    KLOHDYA
    Expand Collapse

    Tout à fait d'accord avec certains commentaires : je pense que c'est l'attirance qui fait l'orientation et non pas l'expérience. Si c'était l'expérience (sexuelle) qui comptait, ça voudrait dire que je ne suis attirée par personne puisque je n'ai jamais eu de rapport, or je sais bien du haut de mes 17 ans que je suis attirée par hommes et femmes. CQFD :happy:
     
  10. paranoid-monster

    paranoid-monster
    Expand Collapse

    Ton témoignage est super touchant...

    Je me suis "découverte" lesbienne au lycée, comme ça, du jour au lendemain. J'ai vécu une belle et longue relation avec une fille et après ça (seulement après) j'ai fait plus ou moins mon coming out, expliqué à mes parents, me suis présentée comme telle, dit à mes anciens amis qui n'étaient pas au courant: un réel soulagement.

    Je me suis donc reconstruite autour de cette donnée, mais ce qu'il faut aussi savoir, c'est que rien n'est jamais acquis. J'ai beau avoir clamé haut et fort que je suis lesbienne j'ai toujours un petit doute. Parce qu'après tout comment peut-on être totalement sûr? Peut être que je ne suis juste pas tombée sur les bons garçons.
    Et aujourd'hui j'ai l'impression de découvrir des nouvelles choses sur moi en fouillant dans mon passé: peut-être que cette amie que j'aimais tant était en fait, avec du recul, pour moi un peu plus que ça. Et je me rend du coup compte qu'en fait depuis très très longtemps je suis attirée par les filles. Comme toi, il m'arrivait d'en croiser dans la rue, ou alors d'avoir de très gros crush, et une fois qu'on s'autorise à dire que "ah bah ouais, effectivement, c'est de l'attirance, je suis attirée et/ou par les filles", tout devient clair et plus simple.
    Et comme tu le dis il y a une grande différence entre l'amitié et l'attirance, j'ai souvent eu peur comme toi qu'une de mes amie une fois le secret avoué prenne ses distances, j'ai eu la chance de ne pas avoir ce genre de réaction, du moins pour l'instant. Mais je pense que c'est quelque chose dont il est bon de discuter avec elles si c'est quelque chose qui te stress et leur (ré)-expliquer qu'être ton amie ne font pas d'elles des "proies" à ta bisexualité...

    Enfin bon, tout ça est très confus, ne laisse pas des doutes superflus s'emparer de toi pour diverses raisons. Et les gens ont beau être très ouverts d'esprits une fois que cela les touchent de près tout est différents... c'est navrant et j'ai vécu la même chose...

    Mais courage! Puis la vie est trop courte pour se priver de choses qui peuvent nous faire plaisir et pour se renier :)
     
  11. guerredesmiroirs

    guerredesmiroirs
    Expand Collapse

    Tout pareil pour moi, a part que je me sens asexuelle. Mais meme quand j'en parle sur un forum LBGT +, on me dit que j'ai que 21 ans et que j'ai le temps de changer.
     Puis je suis sortie avec mon premier garcon l'an dernier. Je le trouvais tres mignon, tout ca, tout ca, mais je n'ai JAMAIS eprouve d'attirance sexuelle. Attirance pour l'apparence, mais pas d'attirance sexuelle. Meme pour la dizaine de garcons acteur sur lequels j'ai fan-girlise pendant des annees, rien. Quand j'en parle, on me traite de robot, on me dit que je vais mourir seule avec des chats, que par consequent je ne créerai jamais une famille et autres joyeusetés. Mais puisque mon attirance est pour les hommes principalement, j'ai souvent cru que j'etais hetero mais que j'etais immature ou avais Asperger.
     Je m'en fout des hommes tout en aimant en mater, puis je me suis consideree demi-sexuelle ou aromantique. Ou les deux, si c'est possible.
    En gros, c'est le bazar dans ma tete avec beaucoup de contradictions ^^
     
    #11 guerredesmiroirs, 10 juillet 2014
    Dernière édition: 10 juillet 2014
  12. Sailor M.

    Sailor M.
    Expand Collapse

    C'est dingue comme cet article fait également écho en moi. (Et c'est toujours intéressant de constater que non, on n'est jamais seul(e) à se poser des questions de ce genre !)

    Et c'est très intéressant (pour moi) de lire les commentaires parce qu'effectivement, l'expérience sexuelle ne devrait pas définir (ou ne définit pas) l'orientation. Hors, je me rends compte avec ces remarques que j'ai toujours pensé comme ça (o_ô) Mais avec tout ça, du coup, j'aurais même tendance à dire que je suis... bisexuelle à tendance lesbienne ? ça se dit ? C'est, d'une certaine manière, absurde, d'absolument vouloir mettre un "étiquette" sur c'que nous sommes mais on ne changera pas les "vieilles habitudes"... et de ce fait, je pense vraiment avoir une attirance plus grande pour les femmes que pour les hommes. En fait, j'ai parfois même tendance à penser que je n'aime pas les hommes. Mais je n'ai pas envie de me "fermer" à un genre ou un autre parce que je pense que le plus important est la personnalité d'une personne.

    Bien que je n'apprécie pas vraiment être en couple. Je n'ai jamais réussie à me sentir vraiment bien et je ne suis toujours sortie qu'avec des hommes pour l'instant. Mais peut-être est-ce que ça vient justement du fait que je n'aimerais pas les hommes ? Et comme j'ai toujours pensé qu'il fallait que je compare homme/femme sur le terrain sexuelle pour être fixée mais que la situation ne s'est jamais présentée avec une fille...

    Aaarg, me voila perdue (encore, haha). ça faisait bien longtemps que je ne m'étais pas penché sur ces questions, merci l'article.
     
Chargement...