Sujet - 2012 : les primaires au Parti Socialiste

Sujet dans 'Présidentielles 2012' lancé par Denis, le 10 février 2011.

  1. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Edit du 30 mai 2011 :

    J'ai mis à jour le sondage.
    DSK et Benoît Hamon n'y figurent plus. Le premier pour les raisons que nous savons, le second parce qu'il a confirmé qu'il n'ira pas si Aubry y va. Et, à priori, Aubry ira.


    Article du 2 février 2011


    En déclarant au Point qu'elle "ne souhaite pas" que son mari fasse un second mandat à la tête du FMI, Anne Sinclair a relancé toutes les spéculations sur la candidature de Dominique Strauss-Kahn à l'élection présidentielle de 2012, donc aux primaires organisées par le Parti Socialiste.

    Les primaires, késaco ? Pour la première fois de son histoire, le PS a décidé de confier à l'ensemble des électeurs de gauche la désignation de son (sa) candidat(e) à la présidentielle.

    Ce scrutin aura lieu les 9 octobre (premier tour) et 16 octobre (second tour) 2011.

    Pourront voter tous les citoyens français inscrits sur les listes électorales avant le 31 décembre 2010 et tous les mineurs qui auront 18 ans le jour de l'élection présidentielle. Il suffira de s'acquitter d'une participation au frais d'organisation de 1 € minimum et de signer une charte d'adhésion aux valeurs de la gauche.

    Les candidatures officielles ne seront déposées qu'entre le 28 juin et le 13 juillet prochains, mais les débats sont déjà largement engagés entre les différents prétendants, déclarés ou non, directement ou par l'intermédiaire de leurs entourages respectifs.
    Il est donc temps pour nous d'entrer dans la danse !
    As-tu l'intention de participer aux primaires du PS ? Que penses-tu de ce système de désignation (machine à perdre comme le disent certains à gauche) ?
    Pour qui souhaites-tu voter ? Pourquoi ?
     
  2. Eärane

    Eärane
    Expand Collapse
    Une margarita à la main

    Je n'irais pas voter pour les primaires socialistes et ça fait longtemps que j'ai arrêté de croire que le PS était encore à gauche.
     
  3. azertg

    azertg
    Expand Collapse
    J'aime la bière et les frites.

    Et vous en pensez quoi, de l'étalage médiatique de la commémoration de François Mitterrand transformée en gigantesque champ de bataille où les socialistes s'affrontaient par déclarations et autres piques afin de savoir "qui sera le prochain François Mitterrand" ?
     
  4. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'irai voter aux primaires du PS, maintenant, reste à savoir pour qui :shifty:
     
  5. Samburu

    Samburu
    Expand Collapse
    Human Trampoline

    J'irais voter aux primaires et j'ai déjà une idée précise de mon candidat.

    Je voterai Arnaud Montebourg, déjà parce que j'apprécie sa manière de faire campagne. Il évite les pièges dans lesquels tombent si souvent les socialistes, les petites phrases idiotes que vous avez mentionnées ( j'avais trouvé vraiment pitoyable la période de Jarnac, le" j'irai marcher sur vos tombes" et les déclarations de Ségolène Royal ), la personnalisation à outrance. Il a une certaine idée de l'éthique en politique et s'y tient, n'hésitant à étendre les critiques aux personnes de son camp si elles ont elles-même fautées. Et puis, il apporte du changement et de la "jeunesse" dans un PS qui peine franchement à laisser sa place à une nouvelle génération.

    Et puis surtout, il propose un programme cohérent, structuré, réellement de gauche et novateur.
    Je me permets de l'exposer un peu, parce que ce n'est malheureusement pas dans les médias traditionnels que l'on va en entendre parler :shifty:

    On peut résumé ça en 3 axes, je pense.
    D'abord, la reprise en main de l'économie. Parce qu'on a trop longtemps laissé l'économie, et surtout la finance, prendre le pas sur la société, il propose des nouvelles règles pour la finance, la lutte contre les paradis fiscaux, des mesures pour lutter contre la dette, un renouveau productif de l'industrie française et l'extension d'un nouveau capitalisme, plus respectueux des droits des salariés et non délocalisable, le capitalisme coopératif.
    Sur le plan écologique, il s'engage clairement en faveur d'une mutation écologique, où la croissance ne serait plus l'alpha et l'oméga de notre politique économique, mutation qui s'accompagnerait d'une démondialisation, c'est-à-dire le déplacement du centre de gravité de l'économie de l'exportation à la production pour le marché local à chaque fois que cela est possible.
    Enfin, Montebourg est depuis longtemps un fervent défenseur de la VIème République, de plus en plus nécessaire dans notre système présidentialisé à outrance et où la confiance en la politique est très amochée.
    Si vous voulez les propositions en détail, vous pouvez les retrouver ici.

    Je me suis un peu étendue, et j'espère que vous ne m'en voudrez pas, mais bon, franchement je n'en attendais plus tellement du PS, alors c'est plutôt agréable de retrouver un peu d'enthousiasme pour un candidat.. :small:
     
  6. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Qui dit primaire dit campagne électorale. L'épisode que tu cites sera probablement suivi de beaucoup d'autres. C'est bien pour cela que certains socialistes redoutent que cette façon très démocratique de désigner le candidat à la présidentielle se transforme en machine à perdre.
    Si la compétition tourne au pugilat entre "camarades", il sera très difficile de ressouder le parti autour du vainqueur de cette primaire. Dans ce cas, Sarkozy aura un boulevard devant lui, comme en 2007...
     
  7. La_Guincheuse

    La_Guincheuse
    Expand Collapse
    Reine de Glace

    Bonnet blanc et blanc bonnet.
    Pour moi, il n'y en pas un/une qui sort du lot.
    Ils refont sans cesse les mêmes erreurs et ne tirent aucunes leçons.
    Ils ne sont interessés que par ce foutu pouvoir et se foutent royalement des français.

    J'ai un ami qui a sa carte au PS et qui participe aux réunions, ce qu'il m'a raconté est tout simplement effrayant.

    Personellement, je ne crois plus en la politique
     
  8. Denis

    Denis
    Expand Collapse
    En pleine digestion.
    Membre de l'équipe

    Le Point s'est penché sur les obstacles que DSK devra franchir s'il décide de se lancer dans la course à la présidentielle. Extraits :

    1. Une campagne violente à droite

    C'était encore le pronostic de Nicolas Sarkozy il y a quelques semaines : "Strauss-Kahn ne viendra pas. Il sait trop bien tout ce qui l'attend." Tout ce qui l'attend... Des rumeurs sur sa vie privée, sur son rapport avec l'argent, sur sa légèreté supposée, sur sa désertion du FMI en pleine crise, sur sa judéité. François Rebsamen avait prévenu DSK il y a un an : "La campagne sera très dure. Il faudra résister familialement." DSK lui avait répondu : " Je sais." On a eu un avant-goût de la nature des arguments utilisés par la droite lorsque Frédéric Lefebvre révéla que le pouvoir disposait de photos compromettantes pour le patron du FMI, avant de faire un démenti. Les limiers de la droite seraient en chasse depuis quelque temps, au cas où. " Mes contacts dans la magistrature m'ont confié que les magistrats proches de l'UMP cherchaient des éléments susceptibles de gêner Dominique ", assure un député ami de DSK L'ancien ministre UMP Antoine Rufenacht le prévoit : " La campagne sera dégueulasse.

    2. Les critiques venant de la gauche

    Les "hollandais" prévoient sans déplaisir que le rival de leur champion subira les conséquences de ses failles : "Il sera attaqué, dit Stéphane Le Foll, sur son riad de Marrakech et son appartement de la place des Vosges."

    3. La baisse dans les sondages

    François Hollande a dit lors d'un récent déjeuner de fidèles : "Dès que Dominique entrera dans l'arène, il baissera." DSK tente d'évaluer les risques. Il n'aura, malheureusement pour lui, la réponse qu'après avoir tenté sa chance. Le souvenir du sort fait à de grands favoris comme Edouard Balladur et Lionel Jospin est bien présent à son esprit.

    4. La hantise des primaires

    Son souvenir le plus cuisant, ce sont les primaires qui l'opposèrent à Ségolène Royal et Laurent Fabius en vue de la présidentielle de 2007. Quelle déconvenue ! Se faire battre par celle qu'il avait toujours méprisée ! Insupportable. Il ne veut pas recommencer l'expérience. Il voudrait dégager le terrain avant son atterrissage. Il a vu Royal sans obtenir de certitude sur son attitude. Elle ne se ralliera à lui, si nécessaire, qu'à grand-peine. "Ségolène considère Dominique comme un immonde macho, un homme à femmes, tout ce qu'elle déteste"...

    7. Lâcher la proie pour l'ombre

    DSK aime bien les défis, mais seulement ceux que l'on peut relever. La présidentielle de 2012 en fait-elle partie ? Il s'interroge encore. Et puis la France est un petit pays par rapport au vaste monde qu'il traverse, côtoyant les plus grands. Est-il si intéressant de diriger une puissance moyenne "en faillite ", comme dirait Fillon ? Le doute existe.

    N'hésitez pas à lire l'intégralité de l'article, il en vaut la peine !
     
  9. Nééra

    Nééra
    Expand Collapse
    Avance vers l'avenir.

    Je ne participerais pas, en 4ans mes positions/opinions politiques sont à néant alors que je me suis toujours battue pour la gauche mais là ... Aucun ne m'inspire confiance.
     
  10. La_Guincheuse

    La_Guincheuse
    Expand Collapse
    Reine de Glace

    Je n'ai jamais parlé des élus locaux.
    On parle des primaires pour les présidentielles là non ?
    Bon c'est vrai j'ai dit que je ne croyais plus en la politique, la phrase était un peu forte.

    Moi je n'attends que ça qu'un homme/femme politique me redonne confiance, mais là c'est pas le cas et surtout pas avec le PS, mais alors vraiment pas.
    Après ce n'est que mon sentiment, c'est peut-être triste mais voila, c'est ce que je ressent en ce moment
     
  11. Eärane

    Eärane
    Expand Collapse
    Une margarita à la main

    J'ai vraiment du mal à comprendre comment on peut considérer que DSK fait toujours partie de la gauche, alors qu'il est à la tête depuis quelques années du FMI, institution quand même bien connue pour ses politiques néo-libérales et qui inflige à certains pays pauvres des politiques d'ajustement structurel. Politiques qui, au lieu de favoriser le développement de ces pays, les ouvrent au contraire aux entreprises étrangères (dont occidentales), et à la privatisation, et les laissent complètement exsangues avec un chômage monstrueux, un taux de pauvreté qui augmente, des aides publiques qui baissent drastiquement, et j'en passe et des meilleures.
     
  12. La_Guincheuse

    La_Guincheuse
    Expand Collapse
    Reine de Glace

    DSK est "connu" pour être le moins à gauche de ces collègues.
    J'ai mis des guillements, je ne connais pas ces positions précises, c'est juste l'impression qui en ressort quand on parle de lui
     
Chargement...