Suppressions et annulations multiples de festivals : qu'advient-il de notre culture ?

Sujet dans 'Culture Générale' lancé par Hoshi_231, le 6 juillet 2015.

  1. Hoshi_231

    Hoshi_231
    Expand Collapse
    Rise up in revolution.

    Salut les MadZ !

    Je suis étudiante dans le secteur culturel et je me pose des questions en ce moment sur l'avenir de la culture !

    Suite à la création de la carte des festivals en crise qui recense actuellement plus de 200 festivals et structures culturelles fermés ou annulés principalement ces derniers mois, je souhaiterais savoir ce que vous en pensez, si cela vous inquiète, ce que représentent les festivals pour vous...

    J'avoue que je recherche d'autant plus à avoir des avis multiples et variés car souhaitant travailler dans le monde des festivals, je rédige bien évidemment un mémoire dessus en ce moment ! :pedo::banana::danse:(vous sentez la joie de la meuf qui y passe son été)

    Je suis donc plus qu'au taquet sur cette conversation x)
    J'ai aussi préparé un petit questionnaire avec des questions plus précises, si vous voulez-bien aller voir ça ! Vous pouvez-vous baser sur ces questions pour donner votre avis :-)
    http://goo.gl/forms/OcdbeVIivN

    Je vous remercie bien [​IMG]
     
  2. Léona B.

    Léona B.
    Expand Collapse
    Prout prout ... me voilà ! :)

    C'est fait ... j'espère que je n'aurai pas raconté trop de bêtises :cretin:
     
  3. Howling

    Howling
    Expand Collapse

    Fait ! :top:
    Je trouve ce sujet très intéressant, bon courage pour ton mémoire.
     
  4. Hoshi_231

    Hoshi_231
    Expand Collapse
    Rise up in revolution.

    Coucou !
    Je vous remercie bien pour vos réponses, vous êtes adorables d'avoir pris le temps de donner votre avis ! :puppyeyes:

    Effectivement la dotation de l'Etat est de plus en plus réduite concernant le secteur culturel ! Et ce n'est pas la seule raison malheureusement ! Il y a tout le côté politique aussi, et le fait que les artistes demandent des cachets de plus en plus gros face aux difficultés du marché de la musique ! On n'est pas sortis de l'auberge avec tout ça lol...
     
  5. Sepulveda

    Sepulveda
    Expand Collapse

    Effectivement, le festival d'Avignon a été réduit de quelques jours, notamment parce que les grèves de l'an dernier ont atteint le budget du festival, évidemment (annulations de spectacles, etc). Mais les grèves de l'an dernier ont été minimes, vraiment, parce que c'est le festival de théâtre le plus regardé par les politiques, donc c'est là où peuvent vraiment se jouer une certaine entente des revendications aux publics.

    Malheureusement, ces revendications sont très peu entendues.
    Effectivement, le budget consacré à la culture est de plus en plus bas.
    Effectivement, le statut d'intermittent du spectacle souffre énormément.

    C'est une souffrance que connaît notre pays, vraiment. Parce qu'elle atteint les mentalités de tous (ce qui me fait vraiment peur, c'est d'entendre de plus en plus de discours qui prônent l'inutilité de ce milieu.) Et que pour moi, le spectacle, c'est là où peut se jouer le vrai discours politique, pas celui que l'on peut entendre à la télé ou à la radio par nos politiciens.
    Mais la lutte ne se fait pas que pendant l'été, elle ne s'est pas seulement fait l'an dernier à avignon, elle s'est continuée toute l'année, et depuis bien longtemps encore.
    Je vous conseille de suivre le site de la CIP si le débat vous intéresse,
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Petit rappel de toutes ces conséquences:
    De moins de moins de temps pour les créations,
    De moins en moins d'occasions pour les jeunes compagnies,
    De grandes difficultés de rémunération pour les techniciens, les artistes...
    Tous ceux qui participent à ce dont on a extrêmement besoin en France: un partage autour d'un spectacle, d'un concert, une ouverture d'esprit, des rencontres, des élévations de l'esprit...

    Je dis tout ça très rapidement, evidemment c'est plus compliqué, mais c'est tout de même ce que je ressens face à tout cela, une grande désolation. Mais désolation ne doit jamais dire baisser les bras !
     
  6. Sepulveda

    Sepulveda
    Expand Collapse

    @Vanessa Ives Effectivement, c'est un problème de mentalité, le secteur de la culture est un bouc émissaire parfait, on l'a vu pendant les crises de l'intermittence du spectacle, qui a été pointée comme néfaste pour l'économie du pays, alors qu'il a été prouvé mille fois que pas du tout. C'est pour ça que je le prends comme un problème "national" avant tout: une mentalité générale est à changer.
    La différence entre la situation nationale et la situation locale est-elle vraiment différente, de ton point de vue? (vraie question)
     
  7. Sepulveda

    Sepulveda
    Expand Collapse

    Je ne connais pas beaucoup de compagnies qui mettent en place des systèmes de rémunération en autarcie, qui trouvent d'autres formes, hors état, et qui leur suffisent...
    Par contre, personnellement, je suis dans une structure culturelle nationale, donc je ne peux pas dire ça. La culture doit rester importante pour l'Etat, parce qu'elle ne doit pas selon moi être isolée, et aussi pour que les formes nationales - les centres dramatiques nationaux, les conservatoires, les écoles d'arts nationales, etc. restent en vie.
    Idéalement, la culture serait main dans la main avec la politique, ça ne devrait pas être si différent, la culture EST politique. Evidemment, on est encore loin de cette mentalité, mais perso c'est ce que j'essaye de garder en ligne de mire.
     
  8. Sepulveda

    Sepulveda
    Expand Collapse

    @Vanessa Ives En fait, effectiveme,t les structures privées, le mécénat, tout ça existe. Ce que je dis juste, c'est que l'Etat aussi prend en compte un certain budget dans la culture, de plus en plus réduit comme nous le savons, et tout le combat est qu'il continue à s'investir dans cette branche, parce qu'elle lui ai indispensable dans la mesure où Nous, le peuple, en démocratie, sommes l'Etat.
    Pour moi, dire: on doit ignorer la politique quand on travaille dans la culture; reviens à dire à l'Etat: bon, on a plus besoin de toi, et à le désolidariser de ses devoirs envers la culture.
    Je pense juste que le combat est inverse:.. C'est celui, d'ailleurs, de la CIP, par exemple, qui s'efforce depuis moule années à interpeller les politiques, c'est pas pour rien...
     
Chargement...