Témoignage : Je suis hypersensible

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Une madmoiZelle, le 21 octobre 2012.

  1. Une madmoiZelle

    Une madmoiZelle
    Expand Collapse

  2. Aamu.

    Aamu.
    Expand Collapse
    L'Âme d'un dragon

    Merci pour l'article !
     
  3. Bored-Girl

    Bored-Girl
    Expand Collapse
    If you're hotter than me, does it mean I am cooler than you ?

    C'est amusant, je me reconnais énormément dans certains point, et très peu dans d'autres...
    En tout cas, je compatis.
     
  4. FramboiseBleu

    FramboiseBleu
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    Whoua merci beaucoup pour cet article, qui je crois que tu viens de me filer un sérieux coût de main.
    Je me suis retrouvé dans tout les points soulevé surtout lorsqu'il s'agit d'empathie, je suis parfois plus malheureuse que la personne qui vit la chose et j'ai toujours mis ça sur le compte d'autres facteurs (depression?)! et comme j'ai peur (oui oui peur) des psys je n'ai jamais cherché à aller plus loin.
    :cheer:
     
  5. CocomicStrip

    CocomicStrip
    Expand Collapse
    "2013 sera la plus bonne de toutes mes copines"

    C'est passionnant,j'ai beaucoup aimé lire cette article.

    Il y a un tel extreme entre les avantages et les inconvénients d'être hypersensible,par exemple le fait de tout analyser,on peux prendre ça comme un défaut je trouve que c'est une qualité.
    De nos jours on est tellement pressé que l'on ne prends pas le temps de faire attention aux details qui nous entoure,et ils sont nombreux, mais du coup selon la personne,cela peut vite se transformer en cauchemar,je me demande si cette Mad met du temps à tout analyser ou si elle le fait en quelque minute.
    Prenons l'exemple d'un enfant hypersensible,est ce que le fait de tout analyser comme ça peux le retarder sur son évolution à l'école?


    Pardonnez la comparaison,mais j'ai tout de suite pensé au film "Ce que veulent les femmes", car du jour au lendemain,le personnage principal se met à lire dans les pensées des femmes.
    Au début il voit ça comme un donc,et s'en amuse beaucoup,puis il se perd,car son quotidien est rythmé par les pensées des autres,et ce qu'il pensent de lui,il n'arrive plus à se concentrer sur lui même,ce qu'il voyait comme une opportunité se transforme en malédiction pour lui.
     
  6. hybriss

    hybriss
    Expand Collapse
    AmbassadeuZ Montpellier                                                                   Omnia vincit amor Guest

    J'avais jamais regardé la liste des détails d'une personne hypersensible....

    Je sais que je suis hypersensible depuis un bon moment maintenant, je me qualifie comme une boite à ouin car je pleure vraiment pour rien, que ce soit de joie, de tristesse, de peur, de nerf... c'est assez handicapant quand on déteste que les gens nous voient en larmes.

    Je vis mon hypersensibilité comme un véritable frein, car justement, le fait de tout étudier à longueur de temps gâche comme tu le dis l'effets de surprise. Je ne supporte pas regarder les informations car perso le 13h de Pernaut me pourri la journée.

    Mais l'hypersensibilité a pas mal de qualités je trouve, justement le fait d'aimer les choses tellement simple comme un arbre, un couché de soleil, un sourire. Puis s'épanouir dans l'art et en aidant les personnes je trouve ça tellement gratifiant

    Merci pour ton article et bon courage à toi :)
     
  7. Hurry

    Hurry
    Expand Collapse
    Joyeuse de vivre

    Je crois être hypersensible, sans pouvoir l'affirmer avec certitude non plus parce que je ne suis pas psy. Il n'empêche que je me retrouve dans quasi tous les 'symptômes' et sans réellement en souffrir, parfois ça me joue de drôles de tours.

    J'ai énormément de mal avec les changements par exemple, rationnellement j'en ai envie mais émotionnellement je le vis comme une véritable déchirure... Je me sens souvent nostalgique et cafardeuse. Il m'arrive parfois de repenser à des amis d'enfance ou de mon adolescence avec lesquels j'ai perdu le contact et ça me remue toujours un petit peu alors que consciemment je sais très bien qu'ils n'ont plus de place dans ma vie aujourd'hui.

    Je ne supporte pas la caféine, enfin si j'aime bien mais quand j'en bois, et cela s'accentue si je suis un peu fatiguée, je me mets à trembler et je me sens super nerveuse.

    J'ai constamment peur d'avoir peur. J'ai été pas mal obsédée par la mort un temps et parfois je chialais dans mon lit en me disant qu'un jour tout serait fini et en imaginant le jour où mes parents mourraient (non je ne suis pas glauque).

    Je vis tout exposant mille: mes sentiments et ceux des autres. J'ai du mal à cacher mon excitation quand je suis heureuse, je suis capable à me mettre à pleurer pour une remarque idiote (et ça fait parfois rire ma famille même si la plupart du temps ça les agace)... A côté de ça je suis super empathique, si je vois quelqu'un pleurer ça me mets les larmes aux yeux, qu'il pleure de joie ou de tristesse. Quand je vois quelqu'un tirer la tronche ça me mets mal à l'aise, si la personne a l'air triste ou isolée j'ai envie de lui sourire pour qu'elle se sente mieux.

    Mais le trait principal je crois que c'est la fatigue causée par le trop plein de stimuli. J'ai souvent l'impression d'être agressée par le monde extérieur, de recevoir trop d'informations en même temps, trop de détails, trop de choses à emmagasiner, trop de détails à penser... Je scanne tout exactement comme décrit dans l'article. Du coup parfois je me force, quand je suis en voiture par exemple à ne pas regarder par la fenêtre parce que ça me fatigue. (Punaise j'ai l'impression d'être folle en disant ça mais passons...) Parfois je regarde mon armoire de fringues ou ma chambre où s'entassent des tonnes d'affaires et ça me stresse, ça me fatigue de voir tous ces objets, j'ai l'impression qu'ils m'agressent, je n'arrive pas à leur donner une place... du coup je rêve d'une armoire épurée, d'un intérieur minimalistes et de grands espaces vierges. Rien que d'y penser ça me déstresse, ça me calme.

    J'adore le yoga, la relaxation, ce genre de trucs. J'ai réellement l'impression que ça m'apaise, ça me permets de respirer. Physiquement aussi je suis ultra-sensible, j'adore par dessus tout me balader dans des magasins de tissus et les frôler de la main, ça me rend heureuse, pareil quand je regarde certaines couleurs, certains motifs.

    J'ai aussi une forte propension à me poser des questions philosophiques, un temps ça va mais à la longue ça devient chiant de tout théoriser mais j'y peux rien, c'est plus fort que moi.

    Bref, je ne sais pas si je suis hypersensible au terme clinique, mais toujours est-il que je suis extrêmement sensible. C'est un trait de ma "personnalité" que j'aime et qui m'énerve à la fois. D'un côté je trouve ça chouette parce que je ressens plein de choses, je ne m'ennuie jamais, je suis sans cesse stimulée par le monde extérieur et par mon monde intérieur (j'ai des rêves super riches par exemple). De l'autre c'est parfois extrêmement chiant à vivre, surtout pour la fatigue que ça engendre. Parfois j'ai réellement l'impression que ça tourbillonne dans ma tête et que je n'arrive pas à appuyer sur stop.

    Merci pour l'article en tous cas. :) C'est cool de pouvoir partager à ce sujet là.
     
    Furie Nocturne a BigUpé ce message
  8. Gotmilk

    Gotmilk
    Expand Collapse
    Working Girl

    Merci pour l'article !

    Je serai très curieuse de savoir ce que les Madz hypersensibles ont trouvé/développé comme technique, pour justement s'armer ?

    Je pense même que ces réponses pourraient aider beaucoup d'autres Madz et pourraient être le sujet d'un autre article tout aussi intéressant :)
     
  9. leina-2

    leina-2
    Expand Collapse
    Mélange instable Guest

    :shifty:
     
    #9 leina-2, 21 octobre 2012
    Dernière édition: 21 octobre 2012
  10. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Quand je vois déjà le nombre de commentaires affirmant se reconnaitre dans l'hypersensibilité, je m'interroge sur l'interêt de "pathologiser" absolument n'importe quel trait de personnalité. Est-ce-que l'hypersensibilité existe vraiment au fond?

    Moi aussi je me reconnais dans tous ces points. Et je pense qu'on est nombreux à pouvoir dire que la musique nous émeut, qu'on est sensible aux émotions des gens et aux messages non-verbaux, qu'on tolère mal la critique, qu'on a une imagination riche... d'ailleurs je me demande comment on évalue ce dernier point, parce que je ne connais personne qui affirme ouvertement n'avoir aucune imagination. Et puis c'est quoi un univers mental "riche"? Et du coup c'est quoi un univers mental "pauvre"?

    Enfin bref, ça me fait penser à l'article sur la précocité qui avait "ouvert les yeux" de tellement de filles sur leurs difficultés à sociabiliser ou sur leurs facilités à l'école... :Pff:
     
  11. tititelili

    tititelili
    Expand Collapse
    Tout va bien :)


    Tout pareil pour moi! Vraiment!

    La méthode que j'applique, enfin que j’essaie d'appliquer, car que c'est difficile parfois (souvent même), c'est d'essayer de ne pas prendre l'émotion de l'autre ou si on l'a prise, de s'en rendre compte assez rapidement pour que ce ressenti ne nous bouffe pas toute notre énergie. Le fait déjà d'avoir conscience de ça aide à y échapper, on se dir"bah non ce n'est pas moi qui suis angoissée, c'est machin", ça me calme. Enfin ce n'est que mon avis.
    J'ai un peu de mal à vivre cette hypersensibilité, d'être une vraie éponge à émotions,même si, en effet, ça peut être un sacré atout.
    Sauf que pour le moment, je ne suis pas entourée de gens comme moi. Plutôt de personnes qui la joue perso et je déteste ça. Et dans notre société je trouve que l'altruisme se perd vraiment, beaucoup trop.
    Chacun veut atteindre son petit objectif sans savoir si ceux qui sont à ses côtés vont bien ect...
    Ça me fait énormément souffrir.
    J'ai pensé alors au bénévolat, mais j'ai peur aussi de prendre la souffrance des autres et de ne pas réussir à faire la part des choses.
    J'aimerais beaucoup rencontrer des gens qui vivent ça au quotidien, je me sentirai moins seule à ce propos.
     
  12. Ayasha_88

    Ayasha_88
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    "un hypersensible a besoin de se sentir utile sur le plan humain"
    C'est sûrement pour ça que j'ai repris des études pour être assistante sociale. C'est la première fois que je me sens vraiment à ma place dans ce que je fais et que je sens que ce qui me semblait un défaut devient une qualité.
     
Chargement...