Témoignage : Mélanie n'a pas eu de Papa

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Meliy, le 18 juin 2011.

  1. Meliy

    Meliy
    Expand Collapse
    Energie à revendre

  2. Heyheymymy

    Heyheymymy
    Expand Collapse
    Rétronaute

    (je sens que je vais me faire descendre mais...)

    Cet article est touchant, certe, et nous fait remarquer a quel point "on a de la chance, nous, d'avoir un père".

    Mais je déteste ce ton généralisant que prend l'auteur et les expressions préfaites du genre "la famille c'est comme le loto, sauf qu'on nous demande pas si on a envie de jouer", NO REALLY, ARE YOU KIDDING ME, MR.OBVIOUS ?

    Et merci pour les clichés du papa qui explique comment fonctionne les garçons, qui te protège, etc etc PARCE QUE NON, ce n'est pas tout le temps ça et en tout cas pour moi, ca n'a pas été comme ça et personnellement, si je n'avais pas eu de père, ma vie n'aurait pas été un si gros désastre.

    Cet article sent le pathos, les illusions à la sauce "séries américaines" et les évidences à plein nez.
     
  3. azertg

    azertg
    Expand Collapse
    J'aime la bière et les frites.

    Tu ne peux pas le savoir, et ce que tu dis est très cruel, je trouve.

    Tu ne sais pas savoir ce que ça fait, de ne pas avoir un parent, de ne pas savoir l'identifier alors qu'il a vécu. Tu ne sais pas ce que ça fait, de taper le regard condescendant des autres, leurs remarques maladroites, le fait d'être "celle qui n'a pas de père", tu ne sais pas ce que ça fait de devoir expliquer pourquoi tu mets une barre dans "Profession du père" chaque année, tu ne sais pas ce que ça fait quand ton instit' te prend chaque année à part quand on fait le bricolage de la fête des pères pour te demander pour qui tu veux le faire, tu ne sais pas ce que ça fait de regretter quelqu'un que tu ne sais même pas vraiment décrire, regretter une absence, tu ne sais pas tout ça, je suis désolée.

    Tu ne sais pas ce que ça fait de voir dans le regard des gens "oh, elle a sûrement du en souffrir psychologiquement, quel est son problème ? c'est pour ça qu'elle aime la solitude, etc".

    Je ne me permets pas de juger ta vie familiale, alors ne juge pas la tristesse que peuvent ressentir ceux qui ont perdu un de leurs parents. Parce que si l'auteur a pris un ton généralisant, c'est que tout le monde, sans exception, fait de grosses généralités quand il se retrouve face à quelqu'un qui a perdu son père ou sa mère.

    Et je crains que personne ne sache ce que ça fait exactement, toute la pression sociale qui peut peser sur tes épaules quand tu as perdu un père ou une mère.

    Je ne demande pas qu'on prenne des pincettes, mais s'offusquer de cette façon est relativement cruelle. Le dirais-tu à quelqu'un que tu aurais en face de toi de cette façon ? Non, je ne crois pas. L'anonymat n'implique pas un manque de respect et une telle cruauté.

    J'ai plus de mère, je me suis reconnue dans l'article. Je suis pas névrosée (et je sais que je dois le préciser à chaque fois que je dis que j'ai plus de mère), je ne pleure pas à chaque fois qu'on parle d'une mère ou que je parle de la mienne, mais ton commentaire m'a blessée, vraiment. Ne minimalise pas une souffrance que tu ne connais pas en la taxant de "pathos, généralités, expressions préfaites".

    Parce que des expressions préfaites, crois-moi, tu es à même, comme chaque personne, d'en balancer quand tu te retrouves face à quelqu'un qui ressent une absence ou qui est face à la mort.


    Après je comprends l'idée, mais il faut veiller à la façon dont on l'exprime.
     
  4. Zeline

    Zeline
    Expand Collapse

    Je suis dans le même cas que Mélanie, et je comprends ce qui te déplais.
    Le problème c'est que quand tu n'as pas de père, tu peux pas vraiment savoir quel est son rôle, tu te contente juste d'imaginer ce qu'aurait pu etre la vie avec lui. Le seul exemple que l'on peut avoir d'un père, c'est la télévision, ou encore si les amis nous racontent, mais on a aucun moyen de savoir "réellement" le véritable contact qu'il peut y avoir avec lui,... (et forcement il y a de quoi avoir de fausses idées.)
     
  5. Heyheymymy

    Heyheymymy
    Expand Collapse
    Rétronaute

    Non, en effet, je ne sais pas ce que ça fait et certe, je suis assez acerbe (rien a voir avec l'anonymat, je suis toujours franche). Je suis vraiment désolée de t'avoir blessée, je ne voulais blesser personne, juste donner mon avis sur l'article. Je ne remet pas en doute la souffrance de l'auteur, mais le ton de l'article ne me plait pas. Et je crois avoir encore le droit de donner mon avis sur un article qui autorise les commentaires.
    Évidemment, pour ce qui est de la jeune femme orpheline de père, je lui envoie tout mon soutien (même si, comme tu le dis, je ne sais pas ce que ça fait, je me contente d'imaginer).
     
  6. Poupao

    Poupao
    Expand Collapse

    Hey c'est cool de savoir qu'on est pas toutes seules à avoir vécu des mois de juin bizarres à fabriquer des cadeaux de fête des pères en se demandant pourquoi :)
     
  7. azertg

    azertg
    Expand Collapse
    J'aime la bière et les frites.

    Y'a pas de soucis.

    Et comme je le précise à la fin de mon pavé, l'idée n'est pas de ne pas exprimer son avis, je suis en général du style à penser qu'on a le droit de donner notre avis sur tout, mais qu'il faut parfois faire attention à la façon dont on l'exprime, c'est tout.
     
  8. Ampernelle

    Ampernelle
    Expand Collapse
    Learning to fly.

    Cet article m'a ému. J'en ai les larmes aux yeux.
     
  9. Cygnus

    Cygnus
    Expand Collapse
    Sous-marin

    Quel beau témoignage :tears:. Et ce passage-là m'a achevée:

    Oui, même si l'on a pas de père vivant, présent, ou aimé, il y a « les hommes de notre vie », ces hommes que l'on croise et que l'on rencontre un jour, une semaine, un an, deux ans, dix ans... et qui apportent à notre vie une direction essentielle. Ces papas symboliques qui nous prennent dans leurs bras, qui nous entourent de leur sécurité, nous nourrissent comme une mère aimante. Je pense fort à mon deuxième Papa, un Papa symbolique, qui m'a tant donné, qui m'a tant écoutée, tant aidée. J'ai pu seulement le garder deux ans, deux ans avant qu'il ne parte à jamais. Il a été une, si ce n'est, la plus belle rencontre de ma vie.

    Et cette superbe chanson que tu cites "Si je pouvais lui manquer" :tears:
     
  10. Gobelet

    Gobelet
    Expand Collapse
    is a lovely poo

    Je ne connais pas ma mère, elle est décédée quand j'avais 4 ans, j'ai tellement peu de souvenirs d'elle, voir aucun je ne la connais que par procuration : par photo ou ce qu'on me dit et je n'ai jamais ressenti de 'manque' car justement je n'ai pas eu une différence frappante entre les deux situations.

    Mais c'est vrai qu'il y a beaucoup de moments gênants : pour justement les cadeaux fêtes des mères ou encore les dossiers d'inscription au lycée ou comme la dernière fois : demande de carte d'identité ou tu dois renseigner des choses qui te sont inconnues.

    Un truc que je déteste c'est qu'on me dise 'Je suis désolé/e' quand j'annonce qu'elle est morte, fin j'sais pas, c'est pas de votre faute quoi.

    C'est pas une situation facile et je partage plein de tendresse à la mad qui l'a écrit, qu'elle n'ait pas à se sentir si 'seule' que ça :)
     
  11. Albatros

    Albatros
    Expand Collapse
    Maman-chatonou

    J'ai beaucoup aimé cet article et je ne comprends pas en quoi il peut "gêner".
    Il me semble que tout y est sincère et puis les expressions toutes faîtes malheureusement on y est tous soumis, c'est pas évident de décrire l'absence, les sentiments, le désarroi avec des mots... Mots qui sont toujours inexacts, inappropriés. On ne fait que bricoler avec le langage.

    En tous cas je ne me suis pas tellement attardée sur la forme (qui pourtant m'a semblée très agréable à lire) mais sur le vrai message de l'article qui dit que l'on peut surmonter la perte d'un être cher en appréciant au quotidien la valeur d'autres repères, qui sont des personnes tout aussi louables. On créé sa famille et on peut recréer un sentiment d'appartenance à un groupe. Thème rebrassé mais pas pour autant anodin.
     
  12. creation karamel

    creation karamel
    Expand Collapse
    en couple

    pour ma part j'ai perdu mon père il y a deux ans des suites d'un cancer. alors aujourd'hui je n'ai plus de Papa même si j'ai eu la chance d'en avoir un formidable. alors aujourd'hui j'ai transformé la fête des Papa en "fête à Bo Papa" parce que là encore j'ai la chance d'avoir un super beau père. n'empêche quand même qu'il n 'y a pas un jour où je ne pense pas à mon père. on ne s'habitue jamais à l'absence, on vit avec.
     
Chargement...