Tes contributions politiques/politisées dans la vie de la cité ?

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par AnonymousUser, le 10 août 2009.

  1. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Je ne sais absolument pas où mettre ça, je me rends compte que nous n'avons pas de forums "politiques" ou "vie de la Cité".

    Je préfére le terme "politisé" (plutôt que 'politique') pour sa signification "donner un aspect politique". En effet, par exemple, je peux faire de l'art, ou aider une vieille mémé, d'une façon politisé dans le sens "je m'engage et je lutte pour telle chose".

    De cette façon, t'engages-tu dans ta vie, manifestes-tu tes idées, agis-tu au sein de notre société ? Comment ? Tu vas nettoyer les plages ? Tu es dans une association ? Tu bosses pour améliorer la vie de quartier ? Tu pratiques ton art sur la place publique pour crier au monde quelles sont tes vraies valeurs ? Tu fais des chantiers-jeunes ? T'écris un journal dans ton lycée ? Etc. Même si tu estimes que "ce n'est pas grand chose', dis-moi tout !

    Qu'est-ce que tu défends ? Pour quoi tu luttes ? Qu'est-ce qui te tient à coeur ?

    Merci :)
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    (Fab merci d'avoir mis mon sujet dans les immanquables, peut-être ça va le booster !)

    Je suis triste, personne n'a jamais été bénévole ou a fait un truc dans une assoc' ? Ce sont vos expériences qui m'intéressent :happy:
     
  3. mistouflette

    mistouflette
    Expand Collapse
    Laapin, Laapin!!

    Hop hop me voila!

    Je n'ai jamais été trop manif et tout ça (je me sens pas tranquille dans les gros rassemblements), malgré tout je me suis mobilisée lors du CPE, on peut dire que j'y ai un peu "sacrifié une année" (c'était en tout cas l'opinion de mes parents alors désaprobateurs!)

    Mais sinon, quand j'étais dans ma ville natale j'ai fait partie de l'association Beryl et les autres (mais pas longtemps car je n'avais pas assez de force physique pour être réellement utile dans ses exercices) et d'une association musicale. Plus tard, lorsque je suis partie faire mes études, j'ai été membre active du Bureau Des Elèves et ça m'a bien plu (un peu comme quand j'étais déléguée au collège mais en bien plus festif:lol:)
     
  4. Lori Meyers

    Lori Meyers
    Expand Collapse
    En hibernation

    Bah moi c'est une association avec le lycée en fait, dont je suis la présidente et qui a pour but d'aider les nomades de Mongolie en construisant une école.Ca fait 2 ans qu'on récolte des fonds en faisant des concerts, des repas..etc, et on partirait la bas durant l'été prochain.
     
  5. Vanamelon

    Vanamelon
    Expand Collapse
    Amoureuse

    C'est tout con, je le fais au jour le jour, à travers chacune de mes actions.
    Ca va être cul-cul comme réponse mais c'est comme ça.

    Je travaille dans un magasin d'optique en centre ville, j'accueille toujours bien les gens qui ont une CMU, eh oui ça semble tout con mais pour certains des mes confrères se sont des sous-ventes, des pauvres gens qui profitent et ne rapporte rien. Je n'hésite pas d'ailleurs à expliquer à mes collègues, que moi aussi un jour j'ai été une CMU (oui oui c'est une chose...), et que aussi fou que ça peut leur sembler ce ne sont pas que des étrangers profiteurs.

    Je ne me lasse pas d'expliquer aux gens que oui oui quand ils vont en vacances en Tailande les verres sont moins chers, je leur explique bien les conditions de travail et les méfaits de la poussière de verre...

    Je m'énerve après les gens qui jettent volontairement leurs papiers par terre, je n'hésite pas à le ramasser et leur coller dessus, ou le mettre dans le sac de madame.
    Je hurle si on me répond que ça crée des boulots de balayeurs...

    Je hurle quand la nénétte de la boutique zen à côté est venue me demander de signer une pétition contre les jeunes qui trainent dans les rues. Elle vend des bouddhas et n'aime pas son prochain... Je lui explique que la seule pétition que je signerais c'est celle où on demandera à la mairie de créer des espaces pour ces jeunes.

    Etc.

    Chaque jour, quand l'occasion est là je fais les choses, je me bats pour ce qui me tiens à coeur. Je crie au monde qu'elles sont mes vraies valeurs.
    Je ne veux pas que mes enfants aient peur, comme beaucoup, de tout ce qui leur étranger et différent. Je me bats pour que les gens ouvrent un peu plus leur porte.
     
  6. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    (Je parle tellement qu'il faut que je poste en deux fois, vraiment désolée)

    J'ai été bénévole dans une association, chez mes parents, qui s'occupait d'enfants Rroms vivant dans un camp à côté d'une grande ville. C'était en fait assez varié. Principalement, je passais une à deux après-midis (trois ou quatre heures en moyenne) par semaine avec une famille, donc cinq enfants géniaux. On faisait des jeux, de la lecture, on parlait de leur intégration à l'école, de l'importance d'y aller etc. Cependant il y avait plus que ça, puisqu'on parlait également pas mal avec les parents surtout les mères en fait (les pères étaient en prison). Donc on aidait pas mal pour le quotidien (avoir un bus scolaire pour les enfants plutôt que de les laisser marcher sur la nationale jusqu'à la ville, les faire inscrire et réinscrire sur les listes des restos du coeur quand les bénévoles les rayaient parce que "on ne veut pas de ça chez nous", aider les mères à comprendre les procédures judiciaires, à se rendre au tribunal, à visiter leurs maris aux parloirs, obtenir le statut d'apatrides etc). C'était une très petite structure (on était six ou sept bénévoles) mais qui bossait en coopération avec des structures plus importantes notamment la Cimade (qui fait un boulot vraiment incroyable). Je ne sais pas si ça répond vraiment à la question vu que je ne le fais plus, mais j'y ai passé toute une année.
    Si j'ai choisi de m'investir là-dedans c'est parce que la communauté Rom (et là j'inclus toutes les communautés, Gitans, Sintés, Kalés, Rroms, etc) est une communauté qui est très souvent mise de côté. Je ne vais pas développer, mais ce sont des gens qui, dans les pays de l'Est ou en France, se retrouvent très souvent dans une situation critique parce qu'ils sont considérés comme des citoyens de seconde zone. Ce n'est pas un combat plus important qu'un autre, simplement c'est quelque chose qui me révolte profondément.
    Et je suis désolée, mais je sens bien que je vais développer, donc n'hésitez pas à sauter ce qui suit :) Dans ce camps les familles venaient toutes de Roumanie, elles fuyaient un système dangereux, un pays où elles n'étaient pas acceptées et encore moins respectées, et ce ne sont vraiment pas des mots en l'air. Et voir qu'en France certains de ses enfants ne se nourrissaient que d'eau pendant des jours entiers parce qu'on les avait rayés des listes des restos du coeur, que d'autres avaient de très sérieux problèmes de santé et qu'il fallait des mois pour obtenir le moindre traitement, qu'on refusait de les inscrire à l'école et qu'il a fallu saisir la Halde pour obtenir leur scolarisation, qu'on accusait leurs pères de délits à la date desquels ils étaient de toute façon en prison juste histoire de compliquer un peu plus les voyages à Paris pour l'obtention du statut de réfugiés... Beaucoup de choses me choquent dans la façon dont la France traite les immigrés, mais lorsqu'on n'hésite pas à contourner la loi pour ne pas les aider ça devient vraiment délirant. J'ai choisi de m'investir là-dedans parce que, comme à peu près tout le monde, je crois en certains droits et je crois qu'ils s'appliquent à tous.
    Bon je suis un peu relou là, je suis désolée, je développe trop. Simplement c'est quelque chose qui me tient très à coeur parce que, justement, je n'en ai pas fait assez, il me semblait assez impossible d'en faire assez. Cela m'a beaucoup apporté et cela a été très dur moralement (je n'aime pas dire ça, ça fait un peu pauvre petite fille riche, mais bon voilà), parce qu'on n'en faisait jamais assez, parce qu'il y avait toute une administration qui se refusait à faire le moindre geste, et parce que j'en suis ressortie avec beaucoup de colère. Au fond je ne sais pas si on peut dire qu'on a aidé les gens, on a fait bouger des détails, mais la situation n'évolue pas vraiment.
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    (suite)

    Cette année j'ai été bénévole auprès de l'AFEV. D'après leur site c'est une association "d'étudiants bénévoles qui agissent contre les inégalités dans les quartiers populaires" (yo). En gros, à raison de deux à quatre heures par semaine, on suit un enfant (entre 3 et 18 ans) à la demande de ses parents. Ce n'est pas du soutien scolaire, même s'il arrive d'en faire, ce n'est pas non plus que des sorties, c'est un peu de tout. L'idée c'est d'offrir de nouvelles perspectives en gros, de partager un peu de sa vision du monde et, dans beaucoup de cas, de sortir un peu le gosse en question de son quartier, pas mal de bénévoles étaient avec des jeunes qui vivent en périphérie de Lyon et qui n'étaient jamais entrée dans la ville de leurs vies. J'ai d'abord été avec un jeune qui était placé sous protection judiciaire et qui était en train d'être rescolarisé. Bon il avait besoin de cours de maths et j'étais nulle en maths, donc après quelques cours de français (dont il avait aussi besoin hein je les ai pas imposés :P) on m'a envoyée vers un autre secteur. Ensuite donc, j'étais avec un organisme dont j'ai oublié le nom et qui s'occupe d'aider les immigrés réfugiés politiques à obtenir leur statut, droit de séjour, un lieu où vivre etc. En gros l'association a ses locaux dans un immeuble et tout le reste de l'immeuble a été transformé en appartements pour réfugiés. J'étais avec une jeune fille qui venait d'arriver du Ghana.
    Je ne garde pas un très bon souvenir de l'AFEV parce que c'était assez mal organisé, j'ai attendu assez longtemps pour l'affectation, on ne m'a pas forcément informée des besoins de l'enfant (les cours de maths par exemple) donc voilà... Je ne critique pas l'assos, ça dépend énormément du secteur, de l'administration etc, mais sur mon secteur ça n'a pas été très rapide ou efficace, donc.. Mais l'AFEV a aussi de très bons côtés, un bon suivi, des médiateurs si on a un souci, des formations sur pas mal de sujets, c'est très encadré.

    Bon désolée, cette réponse est longue et pas particulièrement intéréssante, mais bon voilà ! Sinon ben, j'ai fait des trucs minimes sans doute plus politiques, comme coller des affiches pour "Cette France-là", et d'autres trucs. Mais bon, je n'ai pas grand chose à dire là-dessus en fait. L'année prochaine j'envisage de me "proposer" soit à la Cimade, soit à GENEPI, parce que ce sont des associations qui ont des valeurs qui me correspondent etc, après faut voir s'ils voudront de moi !

    Je ne sais pas trop si ça répond au sujet, c'est un peu long, désolée pour le blabla !
     
  8. Vanamelon

    Vanamelon
    Expand Collapse
    Amoureuse

    Atsu tu n'es pas relou et non ce n'est pas long et inintéressant, au contraire !
     
  9. May

    May
    Expand Collapse
    Mélange instable

    Atsu, je trouve ta réponse sur les Roms très intéressante.
    L'an dernier une copine avait eu à faire un mini mémoire sur ce sujet, et elle n'avait rien trouvé. C'était juste avant le Sommet sur les Roms. Du coup, je m'étais un peu penchée dessus, et ça m'avait interpelé. Courrier international avait sorti un hors série assez interessant.
     
  10. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Super des réponses :d Merci beaucoup vous toutes ! C'est très intéressant !

    Et non vous n'êtes pas du tout à côté de le plaque, vous pouvez vous lâcher le sujet est fait pour ça (et même déborder du cadre, qui en fait n'est pas imposé) [-: ça me motive de vous lire !
     
  11. madmoizelle N

    madmoizelle N
    Expand Collapse
    Comment qu'c'est ?

    Comme Atsu, quand j'étais à la fac j'ai été bénévole pour l'AFEV. C'était une chouette expérience. J'ai arrêté parce que je m'étais personnellement trop impliquée. Ca devenait douloureux de voir la petite dont je m'occupais souffrir. Et puis j'ai eu le droit à des réflexions pas très cools de la part de la famille ou de l'assistante sociale. Ils n'avaient pas vraiment compris le but et ne respectaient pas les règles du jeu.

    Ensuite, j'ai été bénévole pour Solidarité Sida pendant quasiment deux ans. C'était rigolo et j'y ai fais de très belles rencontres.

    Aujourd'hui, je donne de l'argent tous les mois à WWF et médecins du monde. Je suis aussi la marraine d'un petit garçon de 5 ans qui vit au Sénégal via Care à qui j'envoie aussi de l'argent tous les mois.

    J'aimerais vraiment m'engager dans autre chose. Mon choix s'orienterait vers RESF ou le collectif jeudi noir.
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai été engagée quelques fois mais d'une manière pas du tout politisée ; c'était juste une façon de rendre service aux gens. J'ai servi moult repas pour les personnes âgées pour la mairie de Paris, c'était bénévole et proposé par mon lycée. C'était fatiguant comme tout, mais ça pouvait aider. J'ai aussi donné et je donne des cours de soutien soit à des enfants défavorisés, à raison de 2h par semaine, soit à des personnes non francophones, pareil 2h par semaine. C'est difficile, parce que je n'ai pas toujours la pédagogie, et eux n'ont pas toujours la patience, mais c'est tellement chouette quand les efforts paient ! Tu as l'impression de faire un truc vraiment utile. C'est sûr, ça ne révolutionne pas le monde mais voilà, à petite échelle, ça apporte du progrès.
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Emilie Laystary
    Réponses :
    19
    Affichages:
    1030
  2. Deer Prudence
    Réponses :
    6
    Affichages:
    2951