Thème d'écriture : Le pain au chocolat

Sujet dans 'Forum Ecriture' lancé par Yana, le 5 septembre 2011.

  1. Yana

    Yana
    Expand Collapse
    <<= Gauche // Droite =>>

    C'est bien connu, je suis une vraie gourmande, et il se trouve que j'ai faim, ce matin. Le choix du thème s'est donc imposé de lui-même : il vous faudra donner libre court à votre imagination à propos de pains au chocolat (alias chocolatines, dans certaines régions fort étranges :d) !

    On continue avec le nouveau fonctionnement de l'atelier écriture, et vous devez donc poster vos participations directement à la suite de ce message !

    N'hésitez pas à commenter les textes publiés, et à faire des suggestions pour les prochains thèmes ! :)
     
  2. Flamingo

    Flamingo
    Expand Collapse
    A bouffé du clown

    J'avais faim. Ça devait bien faire 24h que je n'avais rien avalé. Je n'avais plus de chez moi, plus d'endroit où cuisiner. Je ne connaissais personne chez qui me réfugier dans cette ville. Il ne m'était pas venu à l'idée de m'acheter quelque chose à manger, j'étais toute entière à ma douleur.
    Assise au bord du fleuve, je regardais le soleil se lever.
    Non, je n'allais pas me laisser abattre. Il fallait que je me bouge. Je me suis levée d'un bond. J'ai marché sans trop savoir où aller, mon sens de l'orientation défaillant n'ayant pas encore pris ses repères ici.
    Je suis passée devant une boulangerie. L'odeur de petit pain chatouilla mes narines, entrant dans ma gorge et obnubilant mon cerveau. C'était indéniable, il fallait que je mange, mon estomac commençait à protester.
    Je suis entrée, et ai sursauté au son de la cloche signalant mon arrivée. C'était le premier son que j'entendais de la journée.
    J'ai contemplé la vitrine d'un ?il vide, conséquence de ma nuit blanche. Puis ai secoué la tête. Concentre-toi, que diable. Qu'allais-je prendre ? Pas un gâteau. Je réservais ça aux jours de fête. Un croissant alors ? Pas sans café. J'ai regardé les pains au chocolats qui refroidissaient derrière le comptoir. La bonne odeur qui m'avait attirée ici, c'était donc ça. Depuis combien de temps n'en avais-je pas mangé ? J'en raffolais quand j'étais gosse.
    -Mademoiselle ?
    La boulangère me tira de ma rêverie.
    -Je vais vous prendre un pain au chocolat, s'il vous plaît.
    Elle me rendit ma monnaie et me tendis la pâtisserie.
    -Faites attention, il est chaud.
    Je la remerçiais et sortit.
    Le première bouchée fut un délice. Il était cuit à point, ni sec, ni gras. Et la saveur du chocolat me mit un peu de baume au c?ur. La sensation de mon estomac qui se remplissait me donnais la sensation de vivre à nouveau.
    C'était décidé, aujourd'hui, je ne me morfondrais pas. Peu importe les évènements des jours passés, j'allais aller de l'avant. En commençant par prendre un billet de train pour quitter ce trou perdu.
     
  3. FlashForward

    FlashForward
    Expand Collapse
    Comme si j'étais le roi de la pomme de terre, J'envoie la purée!

    Patrick angoissait. Sa gorge se nouait, des gouttelettes de sueurs perlaient son front, et même, ses genoux tremblaient. Dans quelques minutes à peine, il allait être annoncé, et il lui faudrait se jeter sur scène, sous la lumière du projecteur, les regards du public rivés sur lui. Il allait devoir tenir tous ces gens en haleine, et même, il allait devoir les faire rire...


    Lever de rideau. Ça y est, c'était son tour. FLASH! Le spot en pleine face! Il était aveugle. Il n'avait eut que quelques fractions de secondes pour découvrir la salle, une salle miteuse, des tables plus ou moins remplies de vieux petits bourgeois accompagnés de leurs vieilles catins défraîchies. Il ne savait plus exactement où se situait le bord de la scène, il n'avait pas le moindre repère dans cet espace. Au diable! Si ses mots ne les amusaient pas, il pourrait toujours foncer dans le vide, rien de tel que le bon vieux gag du type qui rate le bord de l'estrade!

    "Et bien... Et bien bonsoir mesdames et messieurs. J'espère que votre repas se passe bien, que les cuistos vous ont gâtés. ... Mais si c'est dégueulasse, vous pouvez encore profiter d'une de mes blagues pour tout recracher. On ne vous en voudra pas, vous n'aurez qu'à dire que je suis drôle..."

    Petit clin d&#8217;&#339;il complice et coup de coude à un voisin invisible. Dans le public, il y avait eut quelques toussotements timides. Il fallait prendre ça comme un encouragement. Patrick tenta de se remémorer l'enchaînement préparé cet après-midi pour amorcer ses sketchs.

    "Non, parce que j'vous dis ça, mais l'autre jour, j'étais invité à un repas caritatif, j'étais en train de parler quand j'me suis pris un geyser de vin en pleine face! Et pas du vin de bonne qualité, hein, plutôt le genre de truc acide, j'ai cru que j'y perdais mes yeux!"


    Nouveaux toussotements. Plus nombreux. Peut-être même des rires...

    "Sur le coup, je pensais que c'était moi, je racontais l'histoire du pain au chocolat! ... Huummm, vous ne la connaissez pas, hein? Ahah, alors c'est l'histoire d'un croissant et d'un petit pain au chocolat qui attendent à un arrêt de bus. Le petit pain au chocolat, il est surexcité, mais à plusieurs reprises, il regarde le croissant, il le fixe, il bouge la tête, pince la bouche, plisse ses yeux. Et puis finalement, il lui demande "Hé m'sieur, pourquoi t'es tout fripé?!"...

    Et le croissant d'y répondre:
    "Et moi, j'te demande pourquoi t'as d'la merde au cul?!"
     
  4. L0uL0u

    L0uL0u
    Expand Collapse
    Six California girls ruined my life

    Sow² J'aime tellement ton texte O.O

    Bah moi j'écrirai pas sur le pain au chocolat. Parce que chez moi, c'est CHOCOLATINE :domokun:
     
Chargement...