Treize Minutes (Nicolas Rey)

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Nina, le 20 janvier 2006.

  1. Nina

    Nina
    Expand Collapse
    Joyeuse et enjouée


    Ce sujet est dédié à Treize Minutes (Nicolas Rey).
    Merci de concentrer les discussions concernant dans ce seul sujet.
    Tous les autres sujets créés à son propos seront effacés !

    Merci d'utiliser également ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. super-euca

    super-euca
    Expand Collapse
    tête en l'air

    J'ai un souci avec Nicolas Rey : je trouve les thèmes et l'angle de vue intéressants, les personnages sont bourrés de fêlures qui sont carrément des crevasses, le style a une fluidité appréciable mais, oui, l'irruption du cru brise un peu le tout.

    En même temps, je suis consciente qu'on se heurte au difficile problème du "comment dire bite sans être vulgaire ni médical". (si vous avez des suggestions...)
     
  3. miss-ter

    miss-ter
    Expand Collapse
    Tumble in the wind

    (Suggestion : Pierre Michon, Vies minuscules :

    "Elle descendit du taxi, elle était en beauté, rayonnante et bavarde, fardée ; dans le couloir, je la caressai : je me souviens avec autant d'émoi qu'à l'instant où un geste brutal me la livra, de sa chair pâle dans ses bas noirs, de ses mots que ma main fit trembler."
    " ... je n'avais plus le même goût de poser la main sur Marianne : je m'étendais nu sur le dos et attendais qu'elle me chevauchât, comme se laisse border un enfant couché."
    "Toute parole, toute larme abolies, je poussais des cris de crétin bousculé, je grognais : prenant Marianne dans la chambre des Cards comme un porc à la glandée couvre la paysanne qui l'y conduit, j'avais dû pousser de semblables grognements [...]"
    "... dans cette ombre ardente, je déshabillais longuement Marianne, la détaillais dans la fournaise, la jetais sur le plancher blond que cuisait la torpeur des jours ; au coeur de ces reflets conjugués, les passages trop roses de ses cuisses prenaient les teintes d'un de ces Renoir où, violemment exhibé dans l'éclat d'un soleil mais pris encore dans un demi-jour de meule, le modelé mauve des chairs surgit plus nu de s'ombrer d'or, de blé pourpre ; la véhémence de mes mains, l'exultation de ses bonds et l'excès de sa bouche, faisaient infiniment frémir cette chair et ces nuances, l'une et les autres lourdes : les cris de Marianne aux jupes soulevées, la sueur et la pénombre riche, sont ce que je conserve de cet été-là [...]"

    Bravo.)
     
  4. Mae

    Mae
    Expand Collapse

    J'adore j'adore j'adore. Mais c'est vraiment mon préféré de Nicolas Rey, les autres sont pas vraiment à la hauteur de celui là, même si quand même très très réussi...

    Ah et Nicolas Rey en vrai, il est trop fort héhé, il fait la bise aux filles.

    Et il est pas très net, on devine que le soit-disant café qu'il buvait et qui le mettait en retard, c'était pas FRANCHEMENT un café ;p
     
  5. super-euca

    super-euca
    Expand Collapse
    tête en l'air

    miss-ter : merci. Je note :)
     
  6. Nel

    Nel
    Expand Collapse
    Musique Addict

    Je suis d'accord, je l'ai fini parce que j'avais rien d'autre à lire mais....Bon...
     
Chargement...