TW : suicide. Règles et troubles psychologiques

Sujet dans 'Vie Quotidienne' lancé par Luna-Frog, le 25 juin 2016.

  1. Luna-Frog

    Luna-Frog
    Expand Collapse
    "Il faut pas respirer la compote, ça fait tousser."

    Bonsoir,

    Je viens vers vous puisque je ne sais pas trop comment faire pour résoudre un soucis.

    Je suis de base quelqu'un de très sensible et à fleur de peau (j'ai la larme facile, la colère aussi...).
    J'ai eu un traitement anti-depresseur plus jeune (14 ans) que je ne suis plus depuis 9, 10 ans (plus de nécessité) et j'ai fais une dépression post-partum à la naissance de mon fils (avec suivi psychologique à domicile par une infirmière et à l'hôpital par un médecin).
    Mais durant mes règles je me retrouve dans un état de détresse assez important (dévalorisation, pleurs, susceptibilité, crises de nerf, colère, pensées négatives, replis sur moi,... c'est incontrôlable). Encore plus actuellement (soucis avec ma famille, recherche d'emploi avec perte d'estime de moi, tout en gérant mon bébé de 8 mois, etc...). Ce mois-ci je suis tombée dans le bas à l'extrême (ça empirait déjà depuis quelques mois de façon progressive).
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Le soucis c'est qu'en dehors de cette période (qui dure 1 semaine à 10 jours) je vais très très bien, je suis normale, pas de pensees négatives, je suis raisonnée et combative, je me projette dans le futur. Heureuse.
    Je commence à penser à un trouble important, je ne sais pas vers qui me tourner et je veux régler ça : essayer, me laisser une chance, de préserver ma petite famille d'un drame pour eux que je sais égoïste, de m'accrocher un peu à mon reste d'espoir avant qu'il n'y ai plus rien et plus de retour possible, parce que je sais que ce sont les derniers moment où cela est possible.
    Ma famille souffre, je souffre.
    Quelqu'un est-il déjà passé par là? Ou un proche ?
    Vers qui me tourner pour être prise au sérieux (j'ai peur que mon médecin traitant ne prenne pas la chose sérieusement) ?

    Je ne sais pas quoi faire. J'ai l'impression qu'il n'y a pas de solution. Que les dés sont jetés.

    Je suis fatiguée...
     
    Chryseïs, Cathy Gale, Filipa et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  2. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse
    It's my party, and I cry if I want to.

    Bonsoir ! :)

    Je n'ai malheureusement pas de solution à te proposer mais j'ai un profil similaire au tient. C'est à dire des problèmes d'hypersensibilité à l'ordinaire et des phases dépressives durant mes règles.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Sur le topic "Comment vis-tu ton SPM ?" on peut trouver quelques témoignages de personnes vivant ce type d'expérience pendant leurs menstruations.

    J'espère que tu trouveras une solution à ton problème et gardera espoir surtout.
    Depuis que je me suis rendue compte que c'était (presque) systématique, j'arrive plus facilement à prendre de la distance par rapport à ce que je peux ressentir pendant mes règles. Ça ne fonctionne cependant pas toujours. La seule solution que j'envisage pour l'instant serait une prescription d'antidépresseurs (?).
     
    Filipa, Kiwi-kiwi et Sassegra ont BigUpé ce message.
  3. Lunafey

    Lunafey
    Expand Collapse
    Une communauté qui empêche le dialogue, les points de vues alternatifs et la critique est une communauté malade.

    Hey @Luna-Frog :)
    Plus qu'un SPM, ce que tu dis me fais plutôt penser à un trouble dysphorique pré-menstruel (c'est en gros un SPM mais en bien plus amplifié et lourd). Tu décris quasiment le tableau clinique typique (surtout par rapport aux idées suicidaires concrètes), mis à part le fait que tes problèmes ont l'air de se dérouler pendant les règles plutôt qu'avant. Est-ce que tes difficultés commencent quelques jours avant les règles et disparaissent au fur et à mesure que les règles arrivent ? Si oui je pense que c'est la première piste à chercher; si non d'autres troubles peuvent augmenter l'état dépressif durant les règles.
    Ce que tu dis est vraiment important, des idées suicidaires aussi concrètes ne sont pas prises à la légère par les professionnels. Contrairement à ce que tu redoutes, si tu en parles à un médecin (plutôt psychiatre en l’occurrence) tu seras prise au sérieux et on te proposera des solutions, ne t'inquiètes pas !
    On en sait encore peu à propos du trouble dysphorique pré-menstruel, mais il existe déjà des solutions qui pourraient grandement améliorer ta situation : pilule, antidépresseurs (dosés pour ce cas), progestérone, changements alimentaires, médecine alternative... Et si c'est autre chose, on aura aussi des solutions pour toi.
    Ton problème me semble vraiment important, tu as besoin d'être prise en charge et d'être aidée, de ne pas garder tout ça pour toi <3 Tu dis que les choses s'aggravent avec le temps, alors je te conseille vivement de faire cette démarche de demande de soin auprès d'un psychiatre qui pourra t'aider :cupidon: Courage :cupidon:
     
    Burial, lolo13cle, Andorinita et 18 autres ont BigUpé ce message.
  4. Filipa

    Filipa
    Expand Collapse

    @Luna-Frog Coucou. Je n'ai pas de solution médicale pour toi, mais je comprends ta démarche pour un suicide organisé. Tu veux faire ce que tu penses être le mieux pour ton entourage. Cependant, je t'encourage à chercher un psychiatre qui pourra t'aider à gérer ces épisodes violents de SPM.

    Aussi, si pendant la période dépréssive tu avances dans tes démarches de préparation, en dehors de la période dépréssive essaye de tout défaire, mets-toi des batons dans les roues par rapport à ton plan...
    Même si tu sens que ta famille irait mieux sans toi, je suis sûre que ton compagnon et ton bébé ont énormément besoin de toi et tu leur manquerais tellement... Donc je t'encourage à rester en vie, même si c'est difficile ! Et je souhaite que tu trouves un bon psychiatre qui pourra t'aider à voir le bonheur autour de toi lors de tes moments les plus sombres.

    Tiens bon :hugs:
     
  5. Denderah

    Denderah
    Expand Collapse
    Dragon à plumes

    @Luna-Frog

    Comme les autres, je confirme que ce tu décris ressemble beaucoup à un véritable trouble hormonal ancré, l'effet cyclique est très caractéristique, et qu'il va falloir (et qu'on peut !) le traiter.

    Je rajouterais aux explications de @Lunafey, qu'un trouble dysphorique pendant les règles, et non avant, est aussi assez "classique" en troubles hormonaux. La raison est que la chute hormonale de ce moment du cycle est bien trop importante chez certaines personnes, et avec l'effet cascade des effets hormonaux, les effets peuvent s'amplifier au fur et à mesure des cycles de façon incontrôlable.

    Il y a plusieurs solutions possibles, la plus simple et efficace étant souvent de simplement passer sous pilule (en continu (mais pas une tri ou biphasique, il faut un taux stable) ) pour conserver un taux correct en continu et empêcher les chutes.
    Les anti dépresseurs ne sont pas vraiment conseillés en première indication par contre, en tout cas pas avant d'avoir d'abord réglé les niveaux hormonaux.

    Autrement dit, n'hésites pas, va voir ton-ta médecin, fais faire des analyses sanguines complètes (@Adélaïde. a raison d'évoquer la thyroïde, elle peut être impliquée aussi), et ensuite, selon si ton médecin généraliste se sent ou non de gérer ce qui en résultera, direction soit un-e endocrino, soit un-e gynéco.

    Tiens le coup, tu peux en voir le bout :calin:
     
    Burial, Odinn, Chryseïs et 5 autres ont BigUpé ce message.
  6. Luna-Frog

    Luna-Frog
    Expand Collapse
    "Il faut pas respirer la compote, ça fait tousser."

    Bonjour,

    Merci pour vos messages, témoignages, conseils.
    Il faut que je trouve le courage d'aller voir quelqu'un. Je pense contacter la sage-femme pour lui en parler dans un premier temps.

    Je suis sous stérilet de cuivre depuis décembre, puisque je ne voulais plus de contraception hormonale (je suis assez méfiante et j'ai des soucis de circulation du sang). Mais si il faut y repasser...

    Aujourd'hui ça va, un petit arrière goût un peu fade mais globalement mieux. Même si je pense que la moindre contrariété me ferait repartir. J'ai un peu envie de me couper du monde : surtout de la famille. Puisque mon malaise tourne beaucoup autour d'eux, et que la discussion est impossible. Mais en même temps je ne peux pas priver mon fils de ses grands-parents. L'idée trotte encore mais moins fort. Demain je dois passer un entretien donc je vais tenter de me reposer un max aujourd'hui...

    Vous lire me fait du bien. Je n'ai jamais fais vérifier ma thyroïde, et idem concernant les taux hormonaux. Je ne sais pas comment aborder le sujet avec les professionnels du médical, sans passer pour une patiente pénible type pro de doctissimo. Ou comment présenter la chose...
     
    Saucisson., Odinn, Chryseïs et 4 autres ont BigUpé ce message.
  7. Denderah

    Denderah
    Expand Collapse
    Dragon à plumes

    @Luna-Frog

    J'aurais envie de dire, au pire, où est le mal à risquer de passer pour "la patiente pénible pro de doctissimo" ? :taquin:

    Sérieusement, le but c'est que tu sois soignée, c'est ta santé et ta vie qui sont en cause, le mal être est réel et puissant, donc l'ego des médecins c'est le cadet des soucis. ;)
    Et demander à faire faire des analyses complètes ne te fera pas passer pour une patiente pénible, juste informée.

    De toute façon, si tu décris à un-e médecin l'aspect cyclique de ton mal être, le fait que ça empire à chaque fois pendant la période des règles, en décrivant les idées très noires que tu subis, et le fait qu'en dehors de ces périodes ça va mieux, il ou elle devrait (normalement) tilter tout comme nous l'avons fait et penser à vérifier un soucis hormonal.
    La dépression post partum peut aussi être un symptôme de déséquilibre hormonal, donc ce serait bien de l'évoquer, mais insiste bien sur ton état actuel.
    Ainsi, ne t'attardes pas trop sur ton ancien traitement sous AD, mentionne le plutôt après, si la question de tes antécédents est évoquée.

    Si tu as un bon contact avec ta sage-femme, c'est un bon début. Après, je ne sais pas si elles ont le droit de prescrire des analyses sanguines, donc peut-être te redirigera t'elle vers un-e médecin du coup.
    En tout cas, courage ! :top:
     
    lolo13cle, Luna-Frog, Chryseïs et 2 autres ont BigUpé ce message.
  8. naelia

    naelia
    Expand Collapse
    Be a rainbow, not a shadow!

    Saucisson., Luna-Frog, TheFool2 et 3 autres ont BigUpé ce message.
  9. Luna-Frog

    Luna-Frog
    Expand Collapse
    "Il faut pas respirer la compote, ça fait tousser."

    Salut,

    Suite à mon post je me suis déconnectée et j'ai énormément parlé avec mon compagnon. Les choses se sont apaisées.
    Je suis à la recherche d'une aide psy et je compte prendre rendez-vous avec ma SF pour en discuter calmement. Pour le moment je profite un peu d'un temps de pause.
    Les idées noires étaient bien moins présentes lors de mon dernier cycle.
    Merci pour vos messages et votre "écoute", parfois ça soulage plus que d'obtenir des réponses :)
    Si il y a du changement je le signalerais ici, sait on jamais si ça peut servir.
     
    Leech, naelia, Saucisson. et 5 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...