Two Little Girls, une campagne contre les réseaux de prostitution forcée

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 30 septembre 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

    Hello, 

    Il me semble que la phrase exacte est « Maria is still being forced to work as a prostitute ». Je ne sais pas si ça change ta perception du terme « work » dans cette configuration. 

    Pour moi, le fait que la voix off dise « qu'on la force à travailler en tant que » est différent d'entendre « elle travaille en tant que ». Déjà elle n'est pas sujet de l'action, et l'action n'est pas « travailler ». Elle est passive, clairement victime puisque « contrainte à », l'action est cette contrainte, pas le travail. 

    ... Ceci est peut-être confus, désolée :hesite:  je ne sais pas du tout si je suis claire ?
     
  3. Olimeli

    Olimeli
    Expand Collapse
    Si tu savais...

    le dessin est magnifique, la voix est juste, cette sordibe histoire est triste et emouvante :sad:
     
  4. Azeban

    Azeban
    Expand Collapse

    Je crois que la prochaine fois que j'entends quelqu'un dire "ouh mais dans le quartier, on est en insécurité, regardez toute la prostitution" (sic), je lui envoie cette vidéo.
    Parce que bon sang, j'ai jamais vu une prostituée agresser qui que ce soit dans la rue, et la seule personne qui n'est pas dans une situation de sécurité dans l'histoire, c'est la prostituée. D'autant que j'ai souvent entendu ça dans mon ancien quartier, où les filles en question étaient étrangères et très jeunes (je me suis souvent demandée si elles étaient majeures:erf:)....
     
  5. Tatsue

    Tatsue
    Expand Collapse

    Je pense que la raison pour lesquels les gens disent ça c'est pas tant pour les prostituées en elles même (il est pas venu le jour où on aura peur des femmes :yawn:) que pour les réseaux de mecs derrières et les clients.
     
  6. Azeban

    Azeban
    Expand Collapse

    En fait, l'impression que ça me donne , c'est plutôt que les gens en question rangent dans "insécurité" tout ce qu'ils trouvent "désagréable", ou "donnant mauvaise image à leur quartier". Ils y incluent aussi souvent les gens qui font la manche, par exemple.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
  7. Freehug

    Freehug
    Expand Collapse
    Œil en goguette

    Je trouve cette campagne très juste, à une chose près. Il aurait je pense fallu souligner le manque de prévention dans ces pays quant à la traite des femmes. J'ai montré la vidéo à une connaissance qui s'est empressée de ricaner, comme quoi les filles fictives de la vidéo étaient bien bêtes de s'être "faites avoir". Pour plus de prise de conscience, il faudrait - à mon avis - présenter tous les aspects du problème. A savoir que ces jeunes femmes ne savent rien de l'esclavagisme sexuel, et que ça fait d'elles une cible d'autant plus fragile.
     
Chargement...