Un abcès à l'ovaire m'a fait passer le pire nouvel an de ma vie

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Kalindi, le 26 juin 2018.

  1. Kalindi

    Kalindi
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    ----- Publicité -----
  2. Cofeesama

    Cofeesama
    Expand Collapse
    Wait for it.

    Je compatis tellement pour avoir eue une expérience similaire (mais plutôt de type kyste ovarien qui se rebelle et décide de tordre la trompe et assassiner l'ovaire) mais je pense que niveau douleur et traitement de la part des médecins, on se pose sur le même niveau. Je me souviens que le monsieur au téléphone m'avait dit de prendre un spasfon...alors que j'avais l'impression que la douleur allait me tuer mais bon... Y a vraiment un soucis sur ça en France, j'ai lu beaucoup de témoignages sur le sujet, de kyste, d'abcès et autres joyeuseté qui tardent à être diagnostiquées aussi parce que la douleur n'est pas prise au sérieux.
    Je te plussoie aussi sur le fait de ne pas hésiter, quand on a des douleurs, à aller voir lea gynéco, et essayer d'éviter ce genre d'expérience désagréables ><
    En tout cas vous avez géré et j'espère que ce mauvais souvenir a été (ou sera)) remplacé par pleins de supers nouvels ans!
     
    Naurore, moldova, Chess Fenrir et 7 autres ont BigUpé ce message.
  3. Lulla94

    Lulla94
    Expand Collapse
    - How do I look ? - Very good. I must say I'm amazed.

    Je compatis tellement, j'ai vécu similairement la même chose.
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    plic tic, Naurore, Sillysally et 12 autres ont BigUpé ce message.
  4. Lamproie

    Lamproie
    Expand Collapse

    La même un mois de douleur horrible, mais j'ai eu la chance d'avoir eu le médecin de famille qui voyait que qqch n'allait pas et qui m'a fait faire tous les examens possibles et j'ai donc eu ma première échographie a 13 ans ^^
     
    plic tic, Naurore, Shadowsofthenight et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  5. Sillysally

    Sillysally
    Expand Collapse
    Happy

    C'est terrible ces médecins qui ne prennent pas en compte la douleur ! Moi aussi également je me suis retrouvée dans une situation similaire et j'ai été bien embêtée de pas être prise au sérieux (surtout quand t'as l'impression que tu vas juste mourir de douleur en fait.). Toute la journée je ne me sentais pas bien, mal au ventre et pas d'appétit mais je pense à une gastro ou a un truc du genre donc, je ne l'alarme pas et attends la fin du travail pour m'allonger. Sauf que c'est à ce moment là que la douleur s'est intensifiée, au niveau de l'estomac. Prise de fièvre, j'avais des crampes si intenses que je hurlais, roulée en boule je pouvais a peine marcher. Lorsque j'ai compris que j'allais tomber dans les pommes de douleur j' ai supplié mon mec très inquiet de me conduire aux urgences à défaut de trouver un médecin disponible (SOS médecin refusant de se déplacer dans notre quartier WTF). Aux urgences j'ai eu le droit à la connasse de secrétaire médicale qui me demande, alors que j'arrive à peine à parler :"ben alors pourquoi vous êtes pas venue plus tôt mademoiselle ?" (comme si ça allait changer quelque chose ! Si j'avais pu je l'aurais fait bien sûr !). Mais j'ai du attendre dans la salle d'attente. Finalement les autres patients me voyaient tellement mal qu'ils sont partis chercher une infirmière et j'ai pu commencer à être prise en charge. Après trois quart d'heure d'attente pliée en deux un médecin blasé me palpe le ventre sans aucune délicatesse puis m'annonce que y'a personne pour faire l'écho et que je devrais revenir le lendemain et me prescrit ... Du spasfon (merci mec j'y avais pas pensé). J'apprends que d'après les prises de sang j'ai une infection et qu'il soupçonne une appendicite (mais j'ai pas compris car j'ai bien spécifié que j' avais mal à l'estomac). J'ai finalement eu une intraveineuse d'antidouleurs avant de partir mais elle fut vidée assez vite et j'ai recommencé à avoir mal et à souffrir, au milieu du couloir sur une chaise avec les infirmières qui me regardaient pleurer et qui en avaient rien à foutre. Dans ce même couloir une femme avait une blessure ouverte au niveau de la jambe et attendait comme moi en souffrant sur sa chaise. Quand je suis partie, une heure plus tard, elle n'était toujours pas prise en charge. Finalement après une nuit chaotique mais un peu calmée grâce aux anti douleurs je retourne faire des examens ou j'apprends que mon système lymphatique s'était enflammé et que donc j'avais des ganglions dans l'estomac d'où la douleur atroce. Fort heureusement ce n'était pas grave et j'ai pu avoir les médicaments adaptés pour calmer l'inflammation (la douleur nourrissant l'inflammation). Mais je crois que le manque d'empathie du corps médical vis à vis de moi mais aussi des autres patients m'a marqué à vie et je me dis heureusement que ce n'était pas grave parce que j'imagine même pas ce qu'il se serait passé ...
     
    Samsayonara, Lamproie, Shadowsofthenight et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  6. Samsayonara

    Samsayonara
    Expand Collapse
    Je me balade, hétéroclite. Autant l’hiver éclate, que l’été roclite!

    Une pensée pour tous ces gens qui dérouillent et qu'on ne prend pas au sérieux ...

    Mon médecin pour ça est un bon médecin, il prend ta douleur au sérieux. Il est juste hyper avare pour les arrêts maladie, je comprends pourquoi vu les abus. Mais bon. A force de te faire culpabiliser quand t'es malade, te dire que c'est viral, ça va passer avec du doliprane et du sirop à la bave d'escargot goût framboise disponible en pharmacie dans ordonnance, tu finis par avoir la flemme de te taper 2 heures de salle d'attente pour des médocs que tu as en pharmacie, surtout si c'est pour supplier d'avoir 2/3 jours d'arrêt pour te remettre au chaud et ne pas contaminer tes collègues.
    Du coup, y'a deux ans, quand j'ai commencé avec le petit rhume avec fièvre le soir, et la toux, bah je me suis dit: pfuit, une petite bronchite, c'est viral, doliprane toutes les 6 heures, une cuiller de sirop 3 fois par jour et hop là. Sauf qu'au bout d'une semaine, la fièvre a empiré, je faisais trembler les murs. Pneumonie, j'ai quand même failli faire un séjour sous respirateur et un mois d'arrêt au final.
    Mais bon, j'ai beau expliquer que MOI quand j'y vais, c'est VRAIMENT car je me sens pas bien... bah voilà, tu te bas sans arrêt et au final, par usure, tu finis par poser des congés.
     
    Delah, Sillysally, Shadowsofthenight et 1 autre membre ont BigUpé ce message.