Un infirmier qui soigne des criminels raconte son quotidien dans « Réparer les méchants »

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Anouk Perry, le 20 mai 2017.

  1. Anouk Perry

    Anouk Perry
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

  2. Khyra

    Khyra
    Expand Collapse

    Je crois justement qu'on est quelqu'un de véritablement bienveillant quand on est l'est envers tout le monde et même des gens qui ont fait souffrir d'autres personnes ou soi (et sans contre-partie)

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Mellana, Freehug, Maud Kennedy et 2 autres ont BigUpé ce message.
  3. Soomaya

    Soomaya
    Expand Collapse

    Dans l’hôpital psy où je suis actuellement en stage en reçois également parfois des criminels... vu que je regarde rarement les dossiers médicaux je suis parfois amené à découvrir les raisons d'hospitalisation d'une personne bien après l'avoir rencontrée. Et comme l'a témoigné cet infirmier, on oublie vite.. On voit l'homme en souffrance avant de voir le criminel.
    Finalement une agression, un meurtre.. c'est un passage à l'acte, au même titre qu'un suicide. Pourtant on fait une différence dans notre jugement
     
    candyclown, Ange Marie et Kalikali ont BigUpé ce message.
  4. The Freak

    The Freak
    Expand Collapse

    @Anouk Perry petite coquille : un témoignage empreint de bienveillance ;)
     
  5. Maud Kennedy

    Maud Kennedy
    Expand Collapse

    Réussir à voir l'individu qui souffre avant lea criminel-le demande probablment une grande habitude mais finalement est-ce que ça ne signifie pas se montrer tout simplement professionel-le? Objectivement,quelle est la différence entre juger quelqu'un sur un acte qu'ilelle a commis et juger quelqu'un sur son genre ou sa couleur de peau,son poids ou sa couleur de cheveux???
    J'avais été très choquée par le témoignage d'un infirmier américain qui racontait comment un médecin avait fait des points de suture à un homme qui avait commis un crime atroce de façon à ce que l'homme souffre le plus possible. Evidemment,on peut penser que c'est compréhensible vu le crime commis...sauf que son boulot n'est pas de juger les gens mais de les soigner. Soyons clair-e,tout le monde juge et ce serait hypocrite de le condamner pour ça. Ce qui est condamnable,c'est d'utilser sa profession pour le faire souffrir.
     
    hasta.luego, Ahn, Whitemountain et 4 autres ont BigUpé ce message.
  6. Freehug

    Freehug
    Expand Collapse
    Œil en goguette

    Après c'est pas non plus n'importe qui les infirmiers (et professions médicales en général, surtout les plus mal considérées/payées). Je précise que je dis ça avec un a priori positif. Surtout dans le cas d'un mec qui a choisi de soigner des prisonniers. Ils sont peut-être, je sais pas, plus bienveillants, moins enclins à juger, plus en paix avec eux-mêmes, plus solides psychologiquement, j'en sais rien. Personnellement je serais bien incapable d'exercer une profession médicale, je ne sais même pas gérer la souffrance des autres, l'idée de voir des patients dont je m'occupe mourir me donne envie d'aller me mettre en PLS dans mon lit. Et de même, je suis bien incapable de ne pas ressentir de haine vis-à-vis de personnes coupables de crimes graves. D'où l'intérêt que ce soit une institution collective constituée de professionnels qui gère ces cas. J'ai beau intellectuellement et par conviction savoir que les droits de l'homme concernent tout le monde, le pardon c'est pas mon truc. J'ai beaucoup d'admiration pour les gens comme cet infirmier ou ceux qui peuvent pardonner ceux qui leur ont fait du mal, moi pas, donc je les côtoie pas.

    @Maud Kennedy : c'est un bon exemple parce qu'autant rationnellement je condamne ce médecin qui a fait souffrir un criminel exprès, autant j'arrive pas à lui en vouloir (au médecin). C'est dur d'expliquer ce qui relève de l'émotionnel.

    J'ai quand même du mal avec l'idée que juger quelqu'un sur son apparence physique ou un comportement inoffensif, c'est plus ou moins la même chose que de le juger pour avoir commis un crime grave. Refuser d'approcher mon voisin parce qu'il est roux ou qu'il se travestit (par exemple) serait discriminatoire et là je placerais le tort de mon côté. Refuser d'approcher mon voisin parce qu'il a été condamné pour viol dans le passé (sans aller non plus l'agresser de quelque manière que ce soit hein), c'est humain. J'irais pas me reprocher cette réaction.
     
    leaking_b, Ymotana, Pawline et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  7. Maud Kennedy

    Maud Kennedy
    Expand Collapse

    @Freehug ,je ne parle que dans un contexte professionnel,pas personnel. Subjectivement non ce n'est pas la même chose mais objectivement les deux choses font montre d'un manque de professionnalisme. Ce médecin pouvait penser ce qu'il voulait de l'homme qu'il devait soigner mais dans son cas,son écoeurement -bien légitime,je ne remets pas ça en cause bien sûr- aurait du le pousser à demander à un-e collègue de se charger de soigner le criminel. Ce n'était pas à lui de se charger de la sentence,son rôle n'était pas de faire justice.
    Ceci dit,je suis persuadée que ça arrive tous les jours et pas seulement qu'avec des criminel-le-s. J'avais posté un lien sur une veille permanente d'un forum d'étudiant-e-s en médecine qui évoquait la façon dont le personnel de bloc se foutait de la gueule des gens sous anesthésie,des propos qui allaient parfois très loin,profitant du fait que les gens n'étaient pas censés entendre. Des "vannes" soi disant. Ca n'empêche qu'ilselles seraient bien embêté-e-s d'avoir à s'expliquer sur leurs "vannes",si les gens devaient se réveiller pendant l'opération comme ça m'est arrivé.
     
    Whitemountain a BigUpé ce message
Chargement...