Un tiers des étudiants de fac auraient voulu être dans une autre filière

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Clemence Bodoc, le 5 juin 2014.

  1. Clemence Bodoc

    Clemence Bodoc
    Expand Collapse
    Rédactrice en chef
    Membre de l'équipe

  2. Rough Drafts

    Rough Drafts
    Expand Collapse

    Article intéressant et surtout pour les lycéens, c'est important de connaître tout ça avant de se lancer, même si vu sous cet angle c'est un peu effrayant !

    Je viens de finir ma 4ème année de droit donc du coup les amphis bondés, les cours magistraux où il n'y a pas assez de places assises pour tout le monde en début d'année, les cours où tu n'y vas plus parce que le prof est incompréhensive etc je l'ai un peu découvert, mais bon si c'est des matières qui te plaisent et que tu es motivé tu oublies très vite tout ça ( enfin après avoir passé un bon bout de temps à te lamenter ) parce que l'autonomie et la liberté ont quand même des côtés géniaux ! Ce qui est vraiment dommage en effet c'est le manque d'information des lycées qui ont souvent des fausses idées sur la fac ou sur les études ( Non, en droit tu n'apprendras pas ton code civil par coeur )

    Par contre je ne comprends pas bien en quoi le manque d'encadrement est discriminant ? On est tous dans la même situation en fac, à moins que ça soit vis à vis des étudiants de prépa ou d'écoles ?
    Ce que je trouve complétement discriminatoire c'est le manque de moyens entre l'étudiant qui doit bosser à côté et celui qui n'en n'a pas besoin, celui qui se paiera une prépa en médecine et l'autre qui ne pourra pas ou tout simplement l'achat des bouquins mais pour le manque d'encadrement ?
     
  3. Vanities

    Vanities
    Expand Collapse
    Faut pas le dire mais c'était court. Faut pas l'écrire ça pue l'amour.

    Il est clair que le système de la fac devient très poussiéreux et qu'il faut absolument réformer son fonctionnement ! Mais on n'a pas vraiment l'impression que ça soit une des préoccupations prioritaires du gouvernement actuel ni des gouvernements qui l'ont précédé d'ailleurs.

    A défaut que ça soit les gouvernements qui prennent l'initiative, les parlementaires n'ont pas l'air non plus de s'y soucier beaucoup. J'avoue avoir beaucoup de mal à comprendre, parce que l'avenir, ça se prépare, et sans une bonne préparation des étudiants aux exigences professionnelles actuelles, c'est avec beaucoup de pessimisme que j'envisage cette avenir. Déjà, qu'aujourd'hui, l'insertion professionnelle des jeunes diplômés est difficile, imaginer la situation dans quelques années si rien ne change.

    J'aimerai bien qu'on parle autant de réformes de retraites que de réformes concernant l'enseignement supérieur.

    Puis quand je parle de réformes, je ne vois pas forcément un changement radical du fonctionnement de la fac, parce que oui, tant qu'étudiante à la fac, j'apprécie énormément l'autonomie offerte par la fac. Je ne parlerai pas non plus d'un manque total d'encadrement parce qu'il existe des TDS, dans lesquels notre présence et notre travail est contrôlé. Après je ne serai pas aussi critique envers les CM.  Ils manquent certes un peu d'interactivité mais face au nombre d'étudiants, surtout en première année, je vois mal comment on peut faire, si ce n'est d'abord de réduire les effectifs des amphis.

    Sûrement que ce mal être qui peut exister à la fac est aussi dû à une mauvaise orientation. Il faudrait mieux présenter aux futurs étudiants, les alternatives qui existent à la fac, comme les BTS, DUT, DEUST, etc, et non pas leur présenter : FAC VS écoles privées. Par exemple, moi, je sais que je n'ai découvert l'existence de certaines formations qui auront pu m'intéresser que maintenant...
     
    #3 Vanities, 5 juin 2014
    Dernière édition: 5 juin 2014
  4. chisa

    chisa
    Expand Collapse
    Guest

    Très intéressant cet article, reflet de nos universités qui vont mal !

    Je ne connais pas depuis longtemps ce monde ou je ne suis rentrée qu'il y a deux ans pour une licence professionnelle. Au départ, j'ai trouvé que c’était très bien ! Nos cours étaient hyper concrets et dispensés par des intervenants pro pour la plupart. "Waw, la fac, c'est pas ce que je pensais !" Et ben en fait, si. C'est en rentrant en master que j'ai pu le voir et le pratiquer. Alors oui, les cours sont très théoriques, parfois incompréhensibles, long, chiants, pénibles quand il y a 150 personnes dans l'amphi, dont 30 qui écoutent... Mais je pense qu'arrivé à ce niveau (donc bac +4) il faut aussi savoir ce que l'on veut, et surtout faire ce qu'il faut pour l'avoir, s'adapter quoi ! On nous apprend surtout à réfléchir, alors faisons le :)

    MAIS je reconnais que le système est globalement peu adapté, surtout pour des premières années avec qui j'ai pu discuter : sorti du lycée, assez encadrés, c'est le grand saut dans la nature, avec des profs impersonnels pour la plupart et un monde où tout est plus grand et va plus vite. Accroches toi ou tu échoues sur le bord de la route et personne ne sera là pour te relever. Je caricature peut être...et en même temps pas tant que ca je crois... ?
    Le problème de base c'est l'orientation, à tous les niveaux : mal informés, pas toujours certains de savoir quoi faire dans la vie, un peu pomés... Pas simple quoi. Et avec les réformes qui sont sorties et qui s'annoncent encore, j'ai bien peur que tous ca ne s'arrange pas. Dans ma fac, qui a refusé de fusionner avec toutes les autres universités du campus (on fait un peu paria quoi), on parle de plus de 40% de postes d'enseignants chercheurs non pourvus. Alors déjà que la pédagogie n'est pas toujours au rendez-vous, si les effectifs sont pas remplis, on va droit dans le mur !
     
  5. Kariel

    Kariel
    Expand Collapse
    Petit poisson regarde le ciel

    Hmm intéressant tout ça. Certains chiffres peuvent m'étonner, tandis que d'autres pas du tout.

    Je suis actuellement en L1 de STAPS, et j'ai fait deux années de PACES avant. Donc le système fac, je connais un peu. Et cette année, j'ai été vraiment étonnée du manque d'engagement de certaines personnes dans notre formation. Entre les profs qui n'en ont strictement rien à faire que l'on comprenne ou pas ce qu'ils enseignent, qui ne nous préviennent de rien ("oh je ne vous avais pas dit qu'il y avait cours exceptionnellement tel jour dans telle salle ? Ben zut ! En plus j'ai fait un contrôle, donc j'ai mis 0 aux absents...":facepalm:), la scolarité qui nous donne nos notes des premiers contrôles continus à la fin du semestre et qui nous prévient moins d'une semaine à l'avance d'une programmation de partiels, il faut avouer qu'on se pose des questions sur le désir de réussite de la fac pour les étudiants.

    Mais je pense aussi que beaucoup de lycéens arrivent à la fac sans même avoir mis le pied dedans avant pour voir ce que c'était vraiment la filière qu'ils avaient choisis. C'est aussi comme ça qu'on se retrouve avec des personnes qui ont obtenu un certain bac, et qui sont larguées pour certains cours s'ils n'ont pas suivis la "base" qui a été enseignée dans une autre voie au lycée.
    exemple type: Ne pas savoir ce qu'est une membrane plasmique de cellule dans un cours de physiologie de la fibre musculaire, ben c'est sûr, ça aide pas. (véridique !) Et c'est dommage de se faire pénaliser pour un truc si c...

    Et comme la fac, le principe c'est de n'être quasiment pas encadré, autonome, contrairement à une école (payante, sélective, toussa toussa...:hesite:), on s'en tamponne allègrement l'oreille. Après tout, "ils ont choisis d'être là, alors ils se débrouillent, on va pas les tenir par la main tout le temps comme au secondaire quand même !" Et on s'étonne du manque de résultats...

    Je ne relèverai pas le débat entre ce qu'on apprend en cours (Théorie Power !) et ce qu'on nous demande plus tard (Pratique Power !), parce que c'est plus facile de faire des CM que des TP...

    Bon bon bon, pas brillant ce constat, hein ?
     
  6. Cepharma

    Cepharma
    Expand Collapse
    Etat larvaire

    Ouille ouille ouille... Je rentre en fac de biologie l'année prochaine! J'appréhende... :halp:
     
  7. babytindy

    babytindy
    Expand Collapse
    Guest

    Il me semble que le souci ne vient pas tant de la fac, que des moyens pour orienter le lycéen. Je m'explique : dans notre cursus scolaire : on se confronte très peu à la vie professionnelle, on nous oriente en fonction de nos capacités dans certaines filières (grosso modo, S pour les matheux, L pour les philosophes, et ES pour les entre-deux) sans vraiment réfléchir aux envies de l'élève, puis on lui dit qu'à 17 ans, il faut qu'il choisisse ce qu'il veut faire plus tard, dans le but d'avoir un job.
    J'ai eu pour ma part le sentiment d'être complètement lâchée dans l'inconnu et de devoir faire un choix un peu au pif ! Pas ou peu de conseils d'orientation par des professionnels, pas vraiment de lien avec la vraie vie professionnelle donc pas d'idée !
    Je me suis lancée dans la fac un peu par dépit, faute d'avoir une réelle idée. Au final, réorientation un an après, quand je me suis réellement posée pour savoir ce que je pouvais/voulais faire.
    Et je pense que beaucoup sont dans le même cas que moi !

    Autre sujet : il me semble aussi que la fac véhicule une image plutôt sympa du début de la vie adulte : on est jeunes, indépendants, on boit des coups toute la journée et accessoirement on va en cours. Sauf qu'on se rend vite compte que ça marche pas comme ça ! :dunno:
     
  8. Louistache Tomlinstache

    Louistache Tomlinstache
    Expand Collapse
    Pouet

    @coclicot
    C'est quoi ta fac, que j'aille m'y inscrire tout de suite :cretin: ?

    Bon, sinon ça me fait un peu rire les étudiants qui se plaignent de ne pas assez être encadrés. Il y a un moment où il faut quand même savoir se sortir les doigts du postérieur et se débrouiller tout seul. Je suis en L2 et quand je vois que dans ma promo il y a encore des étudiants qui se plaignent de ne pas comprendre le système de notation ou de rattrapage (alors que c'est pas compliqué, il suffit d'avoir 10 de moyenne à l'année pour avoir son année, rien de compliqué là-dedans) ou qui râlent parce qu'ils ne savent pas sur quoi débouche la licence et que les profs "ne nous disent rien" alors qu'il suffit d'aller sur le site de l'université pour voir quels sont les débouchés possibles, j'ai juste envie de leur dire de se réveiller un peu. La plupart des étudiants de ma promo attendent que tout leur tombe tout cuit dans la bouche et ne sont même pas capables de faire une simple recherche sur Internet, certains sont en L2 mais ne savent même pas comment faire pour voir dans quel groupe de TD ils sont, ou à quels cours ils se sont inscrits, alors qu'il suffit d'aller faire un tour sur l'ENT de l'université... J'ai parfois envie de les secouer violemment en leur hurlant d'arrêter d'être aussi empotés :goth:.
     
  9. amelie4521

    amelie4521
    Expand Collapse

    lol Mais non ça va bien se passer ! Il faut être autonome et aimer un minimum les matières enseignées.

    J'ai pris la même voie, moi aussi perdue dans le jungle de l'orientation. J'aimais la bio --> fac de bio. L'avantage c'est qu'on peut facilement se réorienter dans d'autres filières par la voie de la fac.
    Au final le fonctionnement "fac" m'a correspondu. Ça fait 3 ans que j'en suis sortie, après y être restée... 6 ans ! Et j'aimais tellement ça que j'y serais bien restée ! Mais à un moment donné, faut aussi gagner sa vie...

    En tout cas quand je suis arrivée en L1, l'amphi était plein à craquer. A la fin de l'année les 2/3 des étudiants avaient disparu...
     
  10. JoySHE

    JoySHE
    Expand Collapse
    Da Burn Out

    :yawn: :yawn: :yawn:

    Pardon :cretin:

    Je suis d'accord avec toi @madouc quand tu dis que "La fac, ce n'est pas "la suite du lycée". Je crois que c'est là qu'il y a une grosse (re)mise au point à faire lors des séances d'orientation dans le secondaire." mais je crois que ça marche pour "les études secondaires" en général, c'est clair que le gouffre est parfois grand entre le lycée et l'après ...

    Après je ne me permettrais pas de faire des remarques sur les chiffres vu que j'ai jamais mis les pieds à la fac, j'ai toujours été en école supérieure :shifty:
     
  11. marinskaia

    marinskaia
    Expand Collapse
    Guest

    Ca, c'est pas tout à fait la fac, c'est la cité U ! Je dis ça parce que je suis moi-même tombée dans le piège une année, des voisins fêtards (beaucoup de mecs, tous en staps, bref), une bonne ambiance, 1 apéro par semaine, puis 2 puis 3 puis on va pas en cours on est trop fatigués, on improvisera aux partiels... ou pas et puis c'est la honte devant le bulletin, mais on réagit l'année suivante et on décroche sa licence avec brio malgré cette petite sortie de route ! (Fin de cette parenthèse :XD:)

    Sinon plus sérieusement, oui y a des filières qui sont très demandées et du coup c'est 400, 500 voire plus de personnes par amphi, mais ça c'est pour le premier mois ! Y a énormément de déchets dés le 1e mois, et encore à la fin de l'année. En 2e année y a de suite moins de monde. Puis ça vaut pour les filières de médecine, sport, bio, bien d'autres surement, les grands classiques disons, mais il faut savoir qu'il y a beaucoup de filières moins évidentes, plus spécialisées aussi où on est beaucoup moins. Personnellement j'ai fait une licence en sciences de la mer, on devait être 200 à la rentrée, la moitié avant la fin de l'année. Pour en arriver à une 60aine en L3.
    Et c'est là que les organismes d'orientation sont mal faits apparemment parce qu'au moment de faire ses voeux en terminale on n'a pas vraiment idée de toutes les possibilités qu'on a et ne sachant pas on se dirige vers les formations très générales qui font directement suite au programme du lycée (physique, biologie, langues...) parce que c'est ce qu'on connait, on se dit que c'est notre matière préférée alors on fonce alors qu'en fait c'est pas ce qui nous correspond.
    Y a vraiment du boulot à faire pour donner plus d'informations aux lycéens. Après l'autre problème, c'est qu'il est souvent difficile de savoir ce qu'on veut faire quand on a 17 ou 18 ans et que depuis 3 ans on ne voit pas plus loin que le passage du bac.

    Mais se tromper de voie pendant un temps c'est pas forcément négatif. Je me suis réorientée à un moment donné et tout ce que j'ai fait avant m'a tout de même servi. Autant mes connaissances acquises en licence que l'expérience de la fac, la cité u, la toute nouvelle indépendance... :)
     
  12. Kxiop

    Kxiop
    Expand Collapse

    Comme je suis en fac, les résultats du sondage ne me surprennent pas vraiment. Mais il aurait peut-être fallu aussi demander aux étudiants interrogés combien ont choisi leur orientation après mûre réflexion, par réel intérêt pour la filière, et combien se sont demandé s'ils avaient la maturité suffisante pour se gérer seuls.
    Je suis toujours surprise quand j'entend des étudiants se plaindre du manque d'encadrement, des cours magistraux, en gros de ne pas être plus "poussé"; alors qu'au lycée j'ai toujours eu le sentiment que c'est une des choses dont on nous parlait le plus au lycée. Pour moi (pas taper :fear:) le principal problème de la fac c'est le manque de sélection à l'entrée. Ca ne rend service à personne, ni aux étudiants paumés qui se demandent ce qu'ils foutent là, ni au plus motivés qui ont le sentiment d'être freinés (du moins dans ma fac) par le niveau qui tend à être tiré par le bas.
     
Chargement...