Une bière brassée avec des pages de Moby Dick

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Sophie Riche, le 7 décembre 2012.

  1. Sophie Riche

    Sophie Riche
    Expand Collapse
    Giddy goat
    Membre de l'équipe

  2. Angelin

    Angelin
    Expand Collapse
    Ad Victoriam~

    C'est une bière au papier, quoi.
     
  3. Hawley

    Hawley
    Expand Collapse
    Retraitée sans scrupules

    Bordel. Faut pas toucher aux livres, surtout ceux qui ont une histoire comme ça. En plus c'est fait par une librairie quoi... C'est quoi le message, défoncez vos livres, surtout les plus rares ? J'adore la bière, mais les bouquins c'est sacré.
     
  4. muethe

    muethe
    Expand Collapse
    light up, light up

    Dafuq ? Non mais sérieusement, ils ont osé ? C'est des LIBRAIRES qui ont fait ça à une PREMIÈRE EDITION de MOBY DICK ? Mais ils sont tarés ! Sérieusement, à quoi ils ont pensé ? Ils devaient être sous acide quand ils se sont dit "Oh ! Et si on brassait de la bière avec cette première édition super rare d'un classique de la littérature américaine ?" et qu'ils ont trouvé que c'était une bonne idée...

    J'suis estomaquée. Bande d'hérétiques. On devrait leur interdire de toucher des livres, sérieux. J'ai mal. Honte sur eux.
     
  5. Mandorle

    Mandorle
    Expand Collapse
    In the afterglow of the rapture

    Honnêtement, oui, la conservation, c'est important, tout ça, tout ça, pour retracer l'histoire d'un texte, sa réception, la place d'un livre dans une collection, par intérêt pour l'éditeur, tout ça. Bref, au delà du fétichisme du papier (qui m'agace, mais alors m'agace), les livres en tant qu'objet ont une valeur scientifique.
    Ceci étant, la première édition de Moby Dick, je veux bien qu'elle soit rare, mais bon, le principe de l'imprimerie, c'est qu'on reproduit le texte à l'identique en masse, et je suis à peu près sûre que cette première édition, on la trouve dans tout un tas de bibliothèques anglo saxonnes. Alors certes, par définition un exemplaire est unique, mais sans reliure particulère/notes manuscrites/ex libris, ça reste un objet parfaitement remplaçable. Ce n'est pas une bible carolingienne ou un livre d'artiste contemporain qui pour le coup sont vraiment des documents irremplaçable.Je crois que j'en ai un peu marre de la sacralisation du patrimoine en fait :cretin:
     
  6. Marcelline P.

    Marcelline P.
    Expand Collapse
    Aérodynamique comme une madeleine.

    A mon avis ils n'ont pas touché à l'oeuvre ancienne : vous feriez de la bière avec des champignons et des moisissures, vous ? Ils ont dû prendre du papier neuf, voire légèrement modifié ou traité avant...donc, j'e déduis qu'ils n'ont pas touché au gros in-folio. Voilà qui devrait calmer l'hystérie générale.
     
  7. Marcelline P.

    Marcelline P.
    Expand Collapse
    Aérodynamique comme une madeleine.

    Ah mais loin de moi l'idée de vouloir employer le mot dans son acception littérale dix-neuvièmiste/hygiéniste : je suis simplement étonnée de la réaction outrancière de certaines face à cette nouvelle.
    Et pour ce qui est des champignons : m'étonnerait que des moisissures de type "Saccharomyces cerevisiae" (cf. Wikipédia non je n'ai pas la science infuse malheureusement) élisent domicile dans un vieil exemplaire de Moby Dick...
    Mais si c'est le cas en fin de compte, comme le dit You', "le vieux papier ça fait pas rêver".
     
Chargement...