Une main aux fesses en 6ème, une claque en réponse, et une réflexion sur le sexisme

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Fab, le 8 mars 2018.

  1. Fab

    Fab
    Expand Collapse
    Frisette Fondateur de mad
    Membre de l'équipe

    #1 Fab, 8 mars 2018
    Dernière édition par un modérateur: 8 mars 2018
    Mamy_Plug, Biousse, Trémazane et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  2. helvira

    helvira
    Expand Collapse

    Alors là je ne me pose même pas la question. On te fout la main au cul ma chérie ? Eh ben vas-y, une beigne. Ça va bien 5 mn le discours "ouh la la la violence c'est mal". On ne vit pas chez les bisounours, surtout au collège, et une bonne mise au point dès le départ évitera peut-être d'autres violences. Parce que oui, la main aux fesses c'est un acte violent.
     
    Evanesco, Manea, Margay et 28 autres ont BigUpé ce message.
  3. zoliecherry

    zoliecherry
    Expand Collapse
    Sachez que j'aimerais beaucoup changer mon pseudo, qui a 11 ans. Bisou.

    Il m'est arrivé exactement la même chose, au collège. Un garçon ne faisait qu'essayer de me toucher les fesses, parfois il y arrivait, jusqu'à ce que je lui dise que j'allais lui mettre un baffe si il continuait.
    Il a continué, je lui ai collé une baffe tellement forte qu'il avait la trace de mes doigts sur sa joue (véridique). Forcement il ne s'y attendait pas, il a légèrement pété un plomb et m'a sauté dessus pour me frapper (j'imagine ?), heureusement un garçon plus costaud que lui s'est interposé.
    Quand j'y repense aujourd'hui je trouve cela complètement hallucinant, je devais avoir 12 ans maximum, lui 13 peut-être nous n'étions que des enfants ... Bien sûr aucun adulte n'a assisté à la scène, et heureusement car je suis convaincue que cela se serait retourné contre moi car j'ai répondu à son harcèlement sexuel (à l'époque nous ne connaissions pas ce terme) par de la violence. Mais si cela arrive à ma fille (ou à mon fils) j'espère qu'ils sauront se défendre, qu'ils sauront faire comprendre à l'autre que ça n'est pas normal, tant pis si cela passe par la baffe du siècle ! Et bien sûr je ne manquerai pas de me mêler à cette histoire (bon cela dit je n'ai jamais parlé de cette histoire à ma mère ... Mais avec du recul je trouve cela plutôt positif, je n'ai pas eu peur (faux, j'ai eu peur quand il m'a sauté dessus suite à la gifle), je n'ai pas eu besoin d'un adulte pour faire entendre mon avis ... Mais quoi qu'il arrive j'espère très fort que ces comportements diminueront (ou cesseront, mais je rêve éveillée là.)
     
    #3 zoliecherry, 8 mars 2018
    Dernière édition: 8 mars 2018
    Evanesco, Margay, Pawline et 21 autres ont BigUpé ce message.
  4. helvira

    helvira
    Expand Collapse

    @zoliecherry Ce qu'on appelle pudiquement "les gestes déplacés", il y en a en primaire et même à la maternelle. Et les gamins savent très bien que c'est mal puisqu'ils se planquent pour le faire. Heureusement ça reste rare.
     
    Pillpintu, MidoriNoHikari, Anthesia973 et 3 autres ont BigUpé ce message.
  5. Ellanaaa

    Ellanaaa
    Expand Collapse

    Je me souviens qu'au collège, j'attendais à l'arrêt de bus quand un garçon que je ne connaissais pas, à qui je mettais au moins 20 bons centimètres, est arrivé, m'a collé une main au cul et a continué son chemin. J'étais sonnée, je ne l'ai même pas poursuivi pour le massacrer, les gens autour ont rigolé mais l'incident est passé comme ça. Je ne crois pas en avoir parlé chez moi.
    Filles d'aujourd'hui et de demain, ne vous laissez pas faire. De plus, honnêtement, on les dépasse tous à cet âge-là... personnellement, je pense qu'un bon coup de poing dans le nez vaut mieux qu'un futur adulte en respectant pas le consentement d'autrui.
     
    Pawline, Pau La, ben quoi ? et 9 autres ont BigUpé ce message.
  6. Poney bleu

    Poney bleu
    Expand Collapse

    :goth: Moi aussi main au cul au collège, à 12 ans…

    Je me suis retournée furieuse mais j'ai pas trouvé l'agresseur.
    Et puis après coup je me suis dit que je l'avais un peu cherché en mettant mon beau pantalon rouge en coton stretch.
     
    Rocksteady, MidoriNoHikari, BulleColoree et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Je suis aussi en faveur d'apprendre le self-défense aux fillettes et de les encourager à se défendre. Clairement un agresseur a rarement l'habitude que sa victime se défende, et c'est bien dommage que collectivement les femmes soient éduquées à être douces, polies et gentilles.
    Ta fille déchire @Fab ! Vive les parents féministes et bienveillants ! :happy:
     
    Margay, AFRO INSOLENTE, Nebullulaby et 13 autres ont BigUpé ce message.
  8. Sassegra

    Sassegra
    Expand Collapse

    Aaah le college :happy: main au fesses, dégrafage du soutien-gorge en classe, se faire baisser le pantalon devant tout le monde en cour de sport, se faire plaquer au mur dans les couloirs, les commentaires sur le physique. Je crois que c'est a cette période de ma vie que j'ai vécu le plus d'agressions sexuelles. Dans un établissement où légalement on est obligé de se rendre tous les jours et sous la surveillance des adultes.
     
    Mad'moizelle Meredith, zazouyeah, ben quoi ? et 9 autres ont BigUpé ce message.
  9. Alice Chester

    Alice Chester
    Expand Collapse

    Je me rappelle, moi aussi à onze ans j'ai eu une main au cul, et il était lycéen en plus si je me souviens bien ! Comme quoi les lycéens sont pas beaucoup plus mature que les collégiens... Je m'étais plainte au CPE et je me souviens qu'il était très remonté et qu'il m'avait fait regarder un carnet avec les photos de tous les élèves, je l'avais retrouvé, après je sais pas ce qui c'est passé mais c'était agréable de se sentir épauler en tout cas.
     
    Manea, Margay, sophiebrld et 22 autres ont BigUpé ce message.
  10. Niachan

    Niachan
    Expand Collapse

    EN primaire (CM1 je crois) j'ai eu le droit à un garçon qui me courrais après dans toute la cours pour toucher ma culotte au niveau du sexe (ce garçon s'amusait déjà à me montrer le sien en classe en CP) et avais même réussi a embringuer des petits camarade dans ce jeu du "loup" revisité. Mon meilleur ami qui faisait office de grand frère à l'époque m'a protégé et en a même informé la maîtresse en fin de récréation alors que j'étais en pleure. On a eu le droit à la maîtresse qui nous a crié dessus de ne pas raconter n'importe quoi. Le soir venu j'en parle à mes parents (honteuse en plus). Mon père viens à l'école le lendemain avec moi pour en parler à ma maîtresse (qui elle m'avait déjà collé par le passé des humiliation en public pour d'autre sujet, j'étais un peu sa tête de turc pour que tout le monde obéisse après (je précise que j'étais bonne élève et sage en classe)) et bien ça n'a pas loupé même si devant mon père elle a fait genre" olala c'est pas normal" quand mon père est parti j'ai eu le droit en classe a "M. s'est fait toucher la culotte ça ne se fait pas". Donc tout le monde a bien su ce qui m'était arrivé mais pas par qui et le responsable et ses acolytes embarqués dans l'histoire eux n'on même pas eu le droit à un mot (même pas à part).

    Au collège (11 ou 12 ans je crois en 6ème) j'ai eu le droit à un garçon (très costaud) qui me courrais après pour me mettre la main dans la culotte pour toucher mon sexe. Je me suis plainte plusieurs fois aux surveillants, au cpe, à l'infirmière, ... et rien.
    Et un jour dans un couloir désert il m'a plaqué sur un mur en l'étranglant avec son bras et a réussi ce qu'il voulait faire et ça a duré. Une amie était avec moi lui a sauté dessus mais elle était minuscule et lui ne bougeait pas d'un pouce. Elle a couru chercher un adulte et entre temps il a fini par me lâcher et partir. Mon amie n'a jamais réussi à faire venir un adulte.
    Et aller savoir pourquoi cette fois-ci je n'en ai pas parlé à mes parents. Cela fait très longtemps maintenant mais je me sent encore souillé quand j'y repense, je n'ai jamais oublié.

    Pour la défense j'étais trop jeune en primaire pour avoir se réflexe (et je crois qu'à l'époque j'aurais même pas pu y penser) et au collège déjà il était trop costaud et je n'avais pas encore se réflexe. En grandissant j'ai appris à répondre et à m'imposer avant même l'agression pour les étrangers en revanche pas à m'opposer à des personnes proches comme un petit ami, ça a pris beaucouuuuuuuuuuuup plus de temps d'apprendre.
     
    Manea, zazouyeah, Sinistre Lombric et 12 autres ont BigUpé ce message.
  11. gingerfish

    gingerfish
    Expand Collapse

    Tiens, ça me rappelle une histoire qui m'était sortie de la tête.
    Quand j'avais 12 ou 13 ans, à un camp de ski, des garçons hurlaient à 6h30 du matin dans la cour (ils étaient chargés d'arroser la patinoire pour la geler), et nous nous étions levées pour leur dire d'arrêter de hurler car certain-e-s dormaient encore. Au final, on a reçu une punition chacune (oui, seulement les filles) pour nous être levées avant le réveil officiel de 7 heures. Quant aux garçons, il nous a été rétorqué qu'ils étaient plein d'énergie mais que ce n'était pas une raison pour que nous on dérange l'ordre établi.
    Moralité : je suis pour la rétorque, physique ou verbale, quand elle est nécessaire. Sinon on ne sortira jamais du schéma "jeunes filles sages, jeunes hommes pardonnables". J'ai peu d'espoir que la technique de tendre l'autre joue fonctionne.
     
    Manea, Pawline, Cornélie et 8 autres ont BigUpé ce message.
  12. Lala Piriou

    Lala Piriou
    Expand Collapse
    "[I]I want to tell them that I am just as human as the man, just as worthy of acknowledgement.[/I]" Chimamanda Ngozi Adichie

    @gingerfish ça me semble toujours dingue ce genre d'histoires... Pourtant ma mère est instit' et elle en rapporte souvent à la maison : elle est toujours assez horrifiée de voir que certain.e.s de ses collègues punissent parfois plus facilement les filles, même quand c'est injuste, même quand ces filles ont été provoquées par des garçons. Et bien entendu, les garçons, eux, ne prennent rien dans la figure... Ou des fois elle est choquée par les attitudes de certains garçons sur la cour (exemple : grosse bagarre), et quand elle en fait part aux mêmes collègues déjà évoqué.e.s, la réponse est : "Ooooh, mais laisse-les, c'est normal, ce sont des garçooooons !!" *Dans la famille Ta-logique-de-caca, je cherche le rapport :eh:*
    Ce n'est pas systématique bien sûr, mais quand elle en parle j'ai vraiment l'impression que ça arrive régulièrement et ça me semble incroyable à chaque fois :facepalm:
     
    Pau La, lalaya, BulleColoree et 13 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...