Bienvenue sur le forum madmoiZelle !

Tu veux participer à la communauté et devenir une Mad ? Rejoins-nous !

Inscris-toi maintenant

Une première "salle de shoot" à Paris

Sujet dans 'L'actu en France' lancé par Denis, le 6 février 2013.

  1. Denis

    Denis L'Ancêtre Membre de l'équipe

    Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a donné son feu vert pour la création, à titre expérimental, d'une première salle de consommation de drogue à Paris.


    Ce lieu accueillera à proximité de la gare du Nord les adeptes de drogues injectables par intraveineuse qui pourront se shooter (avec leur propre produit) en présence de personnel médical.


    Objectif de l'opération : limiter les troubles à l'ordre public (les shoots en pleine rue) mais aussi les comportements à risque des toxicomanes pour améliorer leur santé.


    A droite, cette mesure provoque une levée de boucliers :


    Pour Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, "c'est encore une défaite morale de plus. On ouvre une faille dans la loi, on ouvre une faille dans l'interdit et c'est le gouvernement qui le fait".


    Le député Front National Gilbert Collard va plus loin en proposant de "répertorier tous les actes de délinquance auxquels on arrive pas à trouver des solutions et puis on fait des salles de viols, des salles de crime, des salles de vol".


    90 centres d'injections supervisées (CIS) existent déjà dans huit pays dont la Suisse, l'Espagne, l'Allemagne, les Pays-Bas, l'Australie et le Canada.


    Bref, sur ce sujet comme sur d'autres, on est pas vraiment en avance !


    Et toi madmoiZelle, pour ou contre les "salles de shoot" ?





     
    Dernière édition: 6 février 2013
  2. Pinceau_

    Pinceau_ Ça déménage !

    Je suis pour. Ce n'est pas une "faille" dans l'interdit, c'est une manière d'essayer d'aider différemment les toxicos. Leur expliquer pourquoi utiliser du matériel stérile, etc, et pourquoi pas, si c'est le moment pour la personne, l'orienter vers des services de désintox...

    Pour moi, si c'est bien fait, avec du personnel compétent et humain, cela permettra une relation de proximité avec des gens malades (oui pour moi les toxicos sont malades avant tout) pour les aider, tout en diminuant les troubles à l'ordre public (ce qui est tout aussi important, j'imagine les familles vivant dans des quartiers "envahis" de toxicos, ça doit pas être facile tous les jours...).
  3. Eriador

    Eriador Are you the keymaster ?

    L'argument " et puis on fait des salles de viols, des salles de crime, des salles de vol " n'a vraiment rien à faire là. Ces trois actes impliquent une deuxième personne, alors que la drogue implique la personne elle-même en premier lieu. La comparaison n'est pas valable. On parle de santé, pas de crime, moi je suis pour.
  4. Moi j'hésite.

    Il ne faudrait pas que le quartier devienne un lieu de vente (plus qu'il ne l'est déjà à priori) avec l'argument des dealers "juste à coté c'est légal de se shooter".

    Mais en effet certains toxicos pourrait y trouver l'aide nécessaire dans un premier temps pour diminuer voir arrêter dans un cadre moins sujet au préjugé comme centre de désintox .
    Cela permettrait aussi de diminuer les risques et peut être d'empêcher certain de tomber dans un cercle vicieux.

    Tant que cela ne reste pas du flicage.
  5. Denis

    Denis L'Ancêtre Membre de l'équipe

    C'est même profondément indigne d'un député de notre République ! Comment peut-on oser comparer un toxico, un malade qui s'auto-détruit, à un violeur ou à un assassin ?
  6. Kettu Water-Fox

    Kettu Water-Fox fait péter le curry!!

    j'avoue être hésitante.
    L'idée est bonne mais j'ai peur de sa réalisation et de son évolution.
    Personnellement je vais attendre de voir ce que ça donne une fois mis en place pour vraiment me prononcer.
    Quand aux réactions des politiques...encore des trous du cul qui veulent se faire remarquer. J'ai du mal à penser que des gens aussi "éduqués" (dans le sens où ces types sont sensés être des têtes et non pas les idiots du village) puisse ne pas se rendre compte que leur propos sont complètement à côté de la plaque et choquants. C'est juste pour se faire de la pub quoi. (société du buzz quand tu nous tient)
  7. Kettu Water-Fox

    Kettu Water-Fox fait péter le curry!!

    La dessus je suis entièrement d'accord avec toi! Et d'ailleurs cette victimisation systématique fait vraiment des ravages. J'ai l'impression qu'on trouve toujours tout un tas d'excuses aux gens pour tout et n'importe quoi. Dans la tête de beaucoup de gens, un jeune drogué est un jeune qui a eu des problèmes ou une mauvaise éducation par exemple. Je trouve ça trop facile.

    Cependant, on peut peut-être accorder une chance à ces gens de rattraper de telles erreurs qui n'engagent (en règle générale) que la personne qui se pique. J'entends par là qu'il nous arrive à tous de faire des conneries, plus ou moins graves certes, mais que dans ces cas là, on est bien contents de pouvoir changer la donne.

    Par contre je suis aussi d'accord avec toi sur le sens des priorités extrêmement curieux de notre gouvernement.
    On fait des économies sur l'éducation des enfants mais on ouvre une salle de shoot...Est-ce qu'il ne serait pas plus efficace de traiter le problème à la racine à grand renfort de prévention dans les écoles? En donnant à nos enfant une éducation plus suivie et personnalisée?

    Enfin comme je le disais plus haut, jme tate quoi!
  8. Denis

    Denis L'Ancêtre Membre de l'équipe

    Perso, je ne fais aucune différence entre un sdf qui s'explose la tronche au gros rouge ou à la bière et un toxico, lui aussi souvent sdf, qui se flingue à l'héroïne. Je pense qu'il faut aider et soigner les uns et les autres.

    Que l'une des addictions soit légale et pas l'autre me semble tout à fait subalterne...
  9.  Non. D'ou viennent ces commentaires d'extrémistes ? La solution existe et cette initiative la rejoint : considérer non plus le drogué comme un délinquant mais comme un malade. Au Portugal, où on donne les adresses de centres aux toxicos au lieu de les mettre en prison (qui, citons Foucault, est une usine à fabriquer du criminel), tout va beaucoup mieux alors que la drogue était un problème majeur il y a encore une dizaine d'années. Vous pensez sérieusement que le gouvernement, socialiste rappelons-le, ne s'intéresse pas aux causes des sans-abris, et de la paupérisation en France ? Pour résoudre ces difficultés, il faut agir sur le long terme. Et ainsi, pour commencer à changer la société, on peut déjà s'attaquer à des sujets de société qui demandent des solutions rapides : le mariage homosexuel par exemple et ici, les salles de shoot. D'ailleurs, Sarkozy, on lui a laissé sa chance et que je sache il n'a pas sauvé la France de la pauvreté. Il faut arrêter de cracher sur tout ce que la gauche entreprend (je ne parle pas de vous mais en général) : peut-on parfois dépasser le clivage gauche-droite ?
  10. J'ai voté sans faire exprès "je suis contre" (littéralement sans faire exprès, internet ne répondait plus et j'ai cliqué au même endroit comme une andouille, ça a envoyé un vote ._."), donc il faudrait enlever un bout de pourcentage >_>
    Sur ce, je vous laisse à votre débat, car je n'ai pas vraiment d'avis sur la question !
  11. Epectase

    Epectase Et c'est ça qui compte.

    Les addicts qui se piquent n'en sont, il me semble, pas fières. Y aller c'est assumer, assumer c'est accepter les critiques aussi, le regard de l'autre. Ça veut dire se piquer devant quelqu'un d'autre et peut être prendre conscience de quelque chose, de la dimension de l'addiction, prendre conscience que des gens sont là pour eux, qu'on ne les cachent pas, qu'on ne les oublient pas, qu'on ne les abandonnent pas.
    C'est une autre échelle, mais bon nombre de mes amis ayant fumé un puis deux puis dix joints tous seuls par jour se sont mis à killer des douilles, et le jour ou j'ai dis à l'un d'entre eux "si tu assumes tant que ça, vas y, fais le devant moi", il l'a fait, il m'a regardée, il s'est senti très con, mais alors très très con. Et le sevrage à été hyper dur et hyper long mais cela peut aussi être un élément déclencheur.
    Si du personnel est là, si il y a un réel suivi, si on est à leurs côtés et qu'on leur propose du matériel stérile ET de l'aide pour s'en sortir en plus d'un soutien moral alors je dis oui, deux foi et trois fois s'il le faut.

    En ce qui concerne la remarque politique, merci la connerie, merci l'abus, merci l'irrespect, merci la pensée pour l'autre. La drogue est une réalité et personne n'est à blâmer, certes, ils sont peut nombreux à avoir été piqués de force mais rares sont ceux qui n'ont jamais voulu décrocher et n'ont pas réussi faute de moyen ou de soutien. Sans compter ceux qui mettent aujourd'hui leur vie en danger parce que leur corps leur réclame ce qu'il ne peuvent pas lui donner sans se bousiller.

    En ce qui concerne les priorités du gouvernement, oui ok, l'éducation et j'en suis la première convaincue. Mais c'est une démarche vers l'autre, c'est un pas de plus la solidarité et ça n'est pas négligeable.
  12. Kettu Water-Fox

    Kettu Water-Fox fait péter le curry!!

    Je ne vois pas en quoi nos commentaires sont extrémistes!
    Personnellement je n'ai jamais dit qu'un drogué était un délinquant mais juste qu'on avait tendance à les victimiser comme l'a justement souligné Becherovka.
    Que je sache la seringue ne te saute pas dans le bras la première fois que tu te shoot. Donc c'est un choix. Et je précise par ailleurs qu'on devrait permettre à ces erreurs là d'être réparées, puisqu'on en fait tous. Ca nuance largement mon propos.
    Ensuite je persiste à penser que la salle de shoot n'est pas forcément un priorité au jour d'aujourd'hui quand l'éducation part en vrille ( et je pense qu'une bonne éducation pourrait quand même permettre à certains jeunes de ne pas en venir à la drogue), que le chômage est au plus haut et tout un tas d'autres choses qui à mon sens passent avant.
    Et je ne vois pas pourquoi parce que je pense ça, mes idées doivent être taxées d'extrémistes alors que justement je me montre plutôt hésitante. Ca n'a aucun sens.
    Quand au clivage gauche droite, je ne comprends pas le rapport. De mémoire personne ici n'a dit qu'on préférais la droite ou l'extrême droite ou quelque parti politique que ce soit. Je ne divulgue mes opinions politiques nulle part par choix, ce n'est pas pour qu'on me mette une (fausse) étiquette sur le dos.

    (mon post peut paraître agressif, il ne l'est en rien. Je tiens juste à clarifier les choses et j'avoue ne pas vraiment apprécier d'être associer à une extrémiste. C'est à l'opposé de mes idées, ça me retourne le bide)
  13. katnissvsw

    katnissvsw Etre ou ne pas être telle est la question sinusoïdale de l'anachorète hypocandriaque

    Je soutiens cette initiative car c'est quand même au départ une question de santé publique puisqu'il s'agit de réduire le risque de séropositivité des toxicos héroïnomanes avec les seringues stériles qui ne peuvent pas se procurer en temps normal et leurs éventuels partenaires sexuels (un préservatif qui craque, c'est possible) qui n'ont rien demandé eux.
    Le toxico est malade car il est dépendant de sa m**** et si ça peut l'aider à réduire sa consommation car j'imagine que ce sera assez contraignant tant mieux.
  14. Le fait que ce soit encadré par des médecins me semble être une très bonne chose, mais est-ce que c'est vraiment utile ? Je veux dire, est-ce qu'un toxicomane va préférer aller se piquer là-bas plutôt qu'ailleurs ?
    Concernant la remarque de Gilbert Collard ça me paraît déplacé, puisque bon c'est venir en aide à des être humains plutôt que de les encourager qui compte dans cette initiative.
    Bon au final je ne suis ni vraiment pour parce que je ne suis pas certaine que ça soit une initiative très pertinente, mais pas contre non plus parce que bon je ne vois pas de "mal" là-dedans tant que les personnes toxicomane y sont accueuillies sans jugement mais tout en étant aidée pour s'en sortir.
  15. Je trouve ça totalement incohérent. On ne veut pas légaliser le cannabis, mais on veut bien construire une salle où les toxicomanes pourront s'injecter de la drogue dans les veines ! Avec des médecins !
    Où va-t-on là exactement ?
    La drogue est interdite, en quoi faire des salles changera quelque chose ?

    On devrait limiter l'accès à la drogue, pas l'encourager en créant des salles spéciales. Franchement, c'est d'une débilité incroyable !

    L'argument FN est très poussé, comme d'habitude, mais au fond, pas si bête que ça. La consommation de drogue est un délit, et le gouvernement est d'accord pour créer des salles spécialisées.

    C'est du n'importe quoi.