Un label « bar sans relou » lancé à Lille par Stop Harcèlement de Rue

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Lea Bucci, le 16 avril 2015.

  1. Lea Bucci

    Lea Bucci
    Expand Collapse

    MaudiRev a BigUpé ce message
  2. MaudiRev

    MaudiRev
    Expand Collapse
    Be Yourself

    Big up et tout à fait d'accord. merci pour la réflexion.
    Quand j'ai lu je me suis dit oh oui pas bête mais avec un doute quand même. Et j'ai bien fait de lire tout l'article parce que j'ai adoré ta réflexion, et je suis bien d'accord.
    Merci pour l'article!
     
    Lis a BigUpé ce message
  3. Apaloosa

    Apaloosa
    Expand Collapse

    Il me semble que l'idée de base du collectif n'était de créér des espaces safe tout en délaissant les espaces craignos, mais de tenter de faire tâche d'huile, en commençant par des lieux à la fois symboles de convivialité et d'abus potentiels (voir justement à ce sujet l'article d'hier de Maïa Mazaurette, "La boîte de nuit comme marqueur de disponibilité sexuelle" ; à mon avis, cela s'applique aussi parfaitement aux bars). Il faut bien commencer quelque part...

    Si un harceleur se fait recadrer ou jeter, c'est clair que sur le moment il ne va pas se dire "morbleu, quel goujat je fus, je me repens". Mais je trouve quand même prometteuse l'idée qu'il y ait une sanction forte à un comportement grave, et qui est encore trop souvent considéré comme non-grave. Cela pourrait permettre d'ancrer progressivement dans l'imaginaire collectif que le harcèlement est condamnable, qu'il doit passer du domaine de l'immunité à celui de la culpabilité.

    Il ne faut pas seulement considérer l'effet que ça aura sur le moment sur la personne concernée, mais imaginer comment la situation évoluera si cela se reproduit plusieurs fois dans le temps, et sur des zones géographiques étendues. Les effets collatéraux de la sanction du harceleur sont très importants aussi, de par l'effet d'exemple sur les témoins, et la légitimisaton de la victime. Respectivement, ils intégreront de plus en plus que harceler / se faire harceler n'est pas acceptable. Cela peut aider à créer un cercle vertueux.

    Ca c'était pour le côté positif de cette initiative. Après, je rejoins complètement l'auteur de l'article sur la difficulté de mise en oeuvre du "contrôle des relous" : par qui, sur qui, pourquoi, comment, comment gérer le laxisme / les abus... Matériellement, il est évident que ça va être très difficile de vérifier que le "cahier des charges" du label est bien respecté, à moins que les patrons de bar ne décident d'intégrer réellement le collectif.
     
    Solemnia, The Weasel., Lilou la licorne et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  4. Boogie

    Boogie
    Expand Collapse
    Show me the morty !

    L'idée est chouette mais c'est compliqué niveau mise en place à mon avis, je suis d'accord avec l'article mais en me mettant à la place de la personne harcelée, je sais pas trop si j'irais me plaindre, ça dépend de la nature du truc j'ai du mal à me faire à l'idée d'une globalité dans le harcelement de rue. Pour moi le harcèlement du type insulte/drague est dû à la déambulation, j'ai jamais vu qqn faire ça dans un bar où il comptait rester.. C'est genre pouvoir aller trouver le sorteur pour faire virer une personne qui t'a plotée sans ton consentement mais pour juste une insulte je vois pas vraiment comment faire... La complication est aussi due au fait que le relou n'est pas spécialement qqn de repérable comme ça. J'ai peur que ça crée des différences genre si un mec moche vient draguer une fille elle va se plaindre et il se fait virer par contre si c'est un mec beau les gens diront à la meuf qui se fait harceler "c'est bon hein il est juste mignon".

    Enfin l'initiative est chouette mais j'ai vraiment du mal à voir comment ça peut réellement fonctionner, par contre je suis totalement pour la distribution de flyer/documentation dans tous les bars.

    Et un dernier truc, il m'a fallu regarder 5 fois le logo avant de comprendre que ce n'est pas un monsieur avec une MOUSTACHE un peu bizarre mais DEUX PERSONNES QUI RIGOLENT. J'ai presque envie de dire double sens ou foirage?
     
  5. Tevouille

    Tevouille
    Expand Collapse

    Malheureusement je peux te confirmer que ça existe bien en boîte aussi. Je suis plutôt contente que tu ne le saches pas, ca veut dire que tu n'as pas eu a le subir, et dans un sens c'est plutôt cool. :3

    Pour en revenir à la définition du relou, je pense qu'il y aura bientôt certaines lignes bien définies à ne pas franchir, afin de savoir avec exactitude où commencent le harcèlement moral et la maltraitance psychologique.

    Bien sûr, je comprends que tout ça est très flou car nous sommes au début de la reconnaissance de ces actions comme harcèlement, et aussi comme violence en tant que telle (car oui même si elle ne se voit pas, elle reste une violence). Tout comme au début de la psychopathologie, où on ne savait pas où séparer le normatif du pathologique, aujourd'hui c'est à nous de déterminer où commencent le harcèlement, la maltraitance, la violence, même si elles ne sont "que" psychologiques.
     
    Boogie a BigUpé ce message
  6. Boo_Boo

    Boo_Boo
    Expand Collapse
    scuzez moi, je sors de la douche

    Le label est soi est une très mauvaise idée, car contrairement à la zone anti relou, il va braquer les esprits des hommes (relous et pas relous) et des nanas dans le sens 'ah ba on peut plus aller prendre une bière et flirter un peu'.
    Mais ya pas tous à jeter dans cette initiative. Par exemple le fait d'intervenir auprès du personnel et des tenants de bar, pour leur expliquer comment reconnaitre le harcèlement de la dragouille gentille quoique un relou et surtout comment réagir, ça c'est une bonne idée. ça devrait même être le coeur du projet.
     
    Boogie a BigUpé ce message
  7. Lilou la licorne

    Lilou la licorne
    Expand Collapse
    Wit beyond measure is man's greatest treasure.

    @Boo_Boo : je ne suis pas sûre d'avoir compris ce que tu disais.
    Si je vois un label "anti-relous", je ne vais pas me dire "on peut plus aller prendre une bière et flirter un peu", mais plutôt : "cool, un bar qui surveille ce qui s'y passe et qui assure une ambiance saine, y compris pour les femmes".
    Et du côté des hommes, j'ose croire que ceux qui font preuve d'un minimum de bonne foi vont tenter de ne pas être assimilés auXDits relous. S'ils se comportent bien, ils ne seront pas sanctionnés. Du coup où est le problème ?
    Cela dit pour éviter toute ambiguïté il faut effectivement que sous le label, sur la porte de l'établissement par exemple (à côté des messages de type "pas de verre dehors" ou "pas d'alcool vendu aux mineurs"), il y ait une liste des actions qui font d'un mec un "relou", comme ça, pas moyen de chipoter.
     
    Solemnia a BigUpé ce message
  8. Noisetierspell

    Noisetierspell
    Expand Collapse
    Bloggeuse, youtubeuse...sur les livres surtout ! https://www.youtube.com/channel/UCorLizLxrpN__zaGDs13dxw

    On dépasse un peu les bornes non ? Il devrait de base exister ce genre de système où tous le monde fait attention. Mais là, c'est un peu imposer des limites anti-relous alors que certains veulent juste boire un verre et flirter. Le harcèlement de rue non, laisser les gens faire gaffe par eux-mêmes oui.
     
  9. Boo_Boo

    Boo_Boo
    Expand Collapse
    scuzez moi, je sors de la douche

    Ce que je veux dire c'est que le logo est quand même un peu violent voir limite fliquage et tout ça tient dans le 'sans' qui fait un peu exclusion et ça stigmatise tous les mecs qui veulent flirter à l'occasion. C'est comme ça que je le perçoit alors que je suis une nana.

    La diffilculté tient surtout dans l'ambiguité du terme 'relou' et ça l'auteur de l'article en avait parlé.
    Pour moi un relou, c'est un gars pas méchant qui me drague plus ou moins lourdement alors que je lui montre que je suis pas réceptive. ça met arriver plusieurs fois et ya pas eu de mains au cul ni de mort d'homme (heureusement:happy:). Alors que le 'relou' décrit dans l'article, perso j'appel ça un enf****:scream:. Donc rien que là on a un problème rien que dans les définitions vu qu'un 'relou' va differrer d'un invidividu à l'autre.

    De plus, la drague est un art complexe qui met sous tension (sexuelle :winky:) les rapports entre les 2 sexes et est sujet à beaucoup de quipropos et de déceptions. J'ai des amis mec pleins de bonne foi qui se demandaient comment draguer les filles sans que ces dernières se sentent aggressées et sans passer pour des relous. J'ai l'impression que même pour les gars c'est pas évidents de dicerner la zone grise et ajouter une injonction ''pas de gros lourds dans ce bar", ça n'aide pas.

    C'est pour ça que je suis pas fan de cette mesure. Et comme l'auteur, je pense qu'au lieu de coller un macaron qui dit 'ici on se comporte en gentlemen', apprenons à être des gentlemens.
     
    #9 Boo_Boo, 17 avril 2015
    Dernière édition: 18 avril 2015
    Boogie a BigUpé ce message
  10. The Weasel.

    The Weasel.
    Expand Collapse
    Fais l'amour à la vie.

    Je vois pas en quoi le label empêcherait quiconque de flirter :hesite:
    Je veux dire dans le cas d'une tentative de drague polie, bon esprit, où le mec sait passer à autre chose si on lui fait comprendre que non y a pas moyen, le label n'interdis pas les échanges hommes/femmes que je sache.
    Pour moi le "relou" (je déteste ce mot :shifty:) c'est le mec qui te met la pression, qui te saoule de paroles alors que tu lui a clairement notifié que tu n'es pas intéressé, bref qui se passe de ton consentement et s'incruste dans ton espace.

    Encore une fois il faut pas tout confondre et ce serait bien que le label soit accompagné d'affiches éducatives afin d'aider les gens qui sont pas forcément au clair sur la frontière drague/harcèlement à en prendre conscience.
    Et ça pourra éviter ce genre de réaction typique genre "Oh si on peut même plus draguer.."
     
  11. Freehug

    Freehug
    Expand Collapse
    Œil en goguette

    C'est pas idiot comme réflexion, le terme peut sembler un peu vague. Après dans les faits, qu'est-ce qui différencie un dragueur d'un relou ? Mais le consentement bien sûr. Un mec qui me drague vient me parler/me complimenter/me proposer un verre. Il devient relou quand il insiste après un refus ou s'il me touche sans mon consentement. Et s'il le fait, je peux le signaler auprès du personnel du bar qui lui demandera gentiment d'arrêter. Et s'il récidive, seconde réprimande, et s'il persiste encore, dehors. C'est assez simple. Quant au label, je trouve ça assez pertinent de trouver des bars dans lesquels on est sûre que si on se fait emmerder, on ne va pas se voir répondre "boh c'est pas bien grave" ou "on ne peut plus draguer mademoiselle ?" de la part des serveurs (oui c'est du vécu). Je sais pas, une affichette "prière de ne pas draguer sans consentement" ou un truc du même genre à côté de celle qui demande aux clients de ne pas sortir de verres, ça me semble une bonne idée.
     
    Euphrosyne a BigUpé ce message
Chargement...