Vaginisme & abstinence forcée

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Swirl, le 26 novembre 2011.

  1. Swirl

    Swirl
    Expand Collapse
    Satyre proclamée.

    Ce sujet est dédié aux réactions concernant cette actu : Vaginisme & abstinence forcée.

    Merci d'utiliser ce post pour publier vos commentaires et vos avis ;)
     
  2. Perriiine

    Perriiine
    Expand Collapse

    Alors j'écris ici pour te donner un message d'espoir! J'ai moi même fait du vaginisme de 17 ans à 21 ans. J'ai d'abord essayé de le mettre de côté, me dire que ça partira tout seul avec un prince charmant. Puis lorsque j'ai décidé de le prendre à bras le corps, il s'est trouvé que ce n'était pas si difficile que ça. Soyons honnête ce n'est pas non plus évident à surmonter, mais il n'y a aucune fatalité! Mes conseils: posent toi des questions, fais toi ta propre psy: que ressens tu au moment de débuter l'acte, à ton avis pourquoi? et en parallèle fais des "exercices physiques". A partir du moment ou j'ai débuté cette méthode en 6 mois c'était terminé! Les muscles se contractent c'est physique, un peu comme ton oeil se ferme quand on approche un doigt trop vite: c'est réflexe. Et bien c'est pareil pour le vagin, avec un peu de travail, tu peux modifier ce processus. Courage, le vaginisme n'est pas une fatalité!
     
  3. Irina-

    Irina-
    Expand Collapse
    Avaleuse de livres

    Je suis dans le même cas, il me semble.
    Ma gynéco arrive à voir l'intérieur de mon vagin. Mais quand j'ai essayé d'avoir des rapports, j'ai trop mal...
    Je veux m'en sortir. J'espère pouvoir avoir un jour des rapports sexuels qui ne me feront plus mal afin d'avoir des enfants plus tard...
    Mon ex me comprenait mais à chaque fois que je le "chauffais", bah à un moment donné je n'avais plus envie et donc ça a crée pas mal de tensions entre nous. Je peux comprendre son point de vue légitime mais je pense avoir un problème avec le sexe en général. Peut être est-ce dû à ma première fois trop brutale?
    Merci pour ton témoignage touchant !
     
  4. Gringo

    Gringo
    Expand Collapse
    Regarde du porno en tricotant

    Je crois que vous pouvez aller voir un kiné qui vous fera une sorte de rééducation du périnée.
     
  5. Wanderlust

    Wanderlust
    Expand Collapse
    Bookworm solitaire.

    J'aurai appris un nouveau mot qui pourrait décrire ma situation. Mais moi , je ne supporte pas l'idée d'avoir quelque chose dans mon corps , c'est une phobie et je suis asexuelle , donc , ça ne me gêne pas . Mais le truc du " j'ai jamais réussi à mettre un tampon" m'a marquée car j'ai déjà essayé deux-trois et j'ai jamais réussi , même en me tordant façon Twister , avec différents tailles , etc ...

    Merci de cet article & courage à toutes !
     
  6. Chandernagor

    Chandernagor
    Expand Collapse
    Mamiezelle. Si vous êtes nouvelle, perdue, que vous ne savez pas à qui parler, n'hésitez pas à m'écrire!

    Big-up!

    D'ailleurs il y a un truc que je ne comprends pas... l'auteure de l'article parle de "diagnostic personnel", est-ce suffisant pour parler de vaginisme? Comment a-t-elle forgé ce diagnostic?

    Est-ce qu'il ne faudrait pas consulter un gynécologue plutôt que de se contenter de son médecin traitant?
     
  7. i-am-the-rain

    i-am-the-rain
    Expand Collapse
    Pas encore amoureuse

    MERCI MERCI MERCI

    Je me reconnais tout à fait dans le portrait. Moi aussi, la pénétration me fait affreusement mal, ce qui fait que j'ai eu des occasions mais à 19 ans, je suis encore vierge. Et donc les garçons me trouvent farouches, prudes. Je pensais que j'avais un problème, mais visiblement je ne suis pas la seule ! C'est vraiment hyper réconfortant et rassurant de savoir ça ! Je vais prendre rendez-vous avec ma gynécologue pour parler de ça avec elle, et voir si c'est bien ça ou si c'est une autre forme de blocage.
     
  8. Callirhoé

    Callirhoé
    Expand Collapse

    Je ne veux pas avoir l'air d'une donneuse de leçons, et cette situation doit être très difficile à vivre, mais justement, ça a un tel impact que je suis étonnée de voir que tu ne cherches pas à aller plus loin (sans mauvais jeux de mots) avec des professionnels, d'autant que tu parles toi-même de psychologues et sexologues. Après, je comprends vraiment que ce soit un sujet très difficile à aborder : cette semaine, je me suis jetée à l'eau pour demander à mon neuropsychiatre si l'absence de plaisir lors de l'acte sexuel depuis un an pouvait venir d'un médicament :facepalm: (Sauf que lui d'habitude il parle de cerveau, au moins les sexologues ont l'habitude du sujet ^^)
     
  9. mdame

    mdame
    Expand Collapse
    et ta soeur ?

    Il y a aussi un cercle vicieux à briser: je sais que ça fait mal --> donc je suis crispée --> donc ça fait encore plus mal --> donc je n'ai plus aucune confiance.

    J'ai eu ce problème au début de ma vie sexuelle (je ne sais pas si c'était exactement du vaginisme mais ça avait l'air d'y ressembler). Avec un peu d'expérience, d'autres partenaires, en dédramatisant (non, le sexe c'est pas une opération mystico-magique, ya de la mécanique là-dedans et dès fois, ça se grippe un peu) ça a fini par passer. Prendre son temps, se faire plaisir (y inclus la masturbation), ne pas se mettre de pression ni d'objectif...
     
  10. Callirhoé

    Callirhoé
    Expand Collapse

    Je suis bien d'accord avec toi, mais justement, ce que je veux plutôt dire c'est de chercher à remonter à la source et s'occuper de ce qui "cause" le vaginisme. J'ai aussi différents problèmes de santé qui découlent pour moi clairement de mon étal mental, j'ai beau essayer de les soigner, rien ne change si on ne traite pas la cause, donc dans mon cas, le blocage psychologique.

    Et pour ta dernière phrase, évidemment les psychotropes sont bien connus pour avoir un impact sur la libido, mais tout dépend du médicament : par exemple, j'ai appris qu'un de mes antidépresseurs était le traitement n°1 contre l'éjaculation précoce :P Mais celui au sujet duquel je posais la question (parce que le timing correspond) n'a, a priori, pas d'impact direct sur la vie sexuelle. (Donc mon "problème" est psychologique, ce que je soupçonnais)
     
  11. Callirhoé

    Callirhoé
    Expand Collapse

    J'ai ri, parce que, comme tu l'auras compris, je suis dépressive depuis toujours, et à certaines périodes je ne peux absolument rien avaler, ce qu'un médecin a confondu avec de l'anorexie d'ailleurs, et j'ai eu droit des dizaines de fois à "Mais faut manger !" ;)
    Et pour mon souci, je sais d'où vient le problème (la situation avec mon copain-qui-ne-l'est-pas qui est floue et ne me convient pas) et ça fait un an que je me dis que c'est ça, puis d'un coup je me suis demandée si ça ne venait pas des médicaments, mais sans trop y croire. Bref, fin du HS !
     
  12. Black Mamba

    Black Mamba
    Expand Collapse
    Meurs, pourriture communiste.

    Rien à voir avec le vaginisme mais j'ai eu un problème également à cet endroit.

    A la venue de mes règles, j'ai voulu comme tout le monde tester les tampons, mais je n'arrivais pas à en mettre. Jusqu'au jour où un tampon a pu rentrer mais est resté coincé. Souvenir traumatisant de 2 heures passée dans la douche en pleurs à tenter de l'enlever, pour finir par me laisser convaincre par a mère qu'elle me le retire (car c'était soit ça soit les urgences).. Bref je passe les détails glamours, mais là on a vu qu'il y avait un problème.
    Et en effet il y en avait un car une petite bride gênait l'entrée de quoique ce soit dans mon vagin. Je me suis donc fait opérer et depuis tout va pour le mieux. (Enfin si on oublie le fait que depuis des siècles mes tampons en sont les seuls visiteurs)
     
Chargement...
Sujets similaires
  1. Carourousel
    Réponses :
    1
    Affichages:
    520
  2. latou
    Réponses :
    4
    Affichages:
    856
  3. Laboukineuze
    Réponses :
    1
    Affichages:
    1429
  4. Jack Parker
    Réponses :
    11
    Affichages:
    386
  5. pikpok
    Réponses :
    13
    Affichages:
    1701