Veille Permanente "Body Positive"

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par Hocolat, le 11 août 2013.

  1. Dame Andine cogite

    Dame Andine cogite
    Expand Collapse
    hors des sentiers battus, et avec d'autres chaussures

    ça fait plaisir de vous lire. Autant je vis bien mes rondeurs autant autrefois-jadis les filles minces qui se disaient grosses ont eu un impact assez énorme sur moi.
    J'ai eu un débat récent avec une amie (très mince) qui décrivait une de ses amies comme grosse, alors que perso, je la trouve juste "moyenne" - genre pas filiforme mais pas grosse pour autant. Son argument (légitime) était de dire que "gros-se" devrait pas être considéré comme négatif mais juste comme une caractéristiques parmi d'autres. Je suis d'accord avec ça... Sauf que je suis pas d'accord pour considérer que dès qu'une personne n'est pas svelte, elle est grosse.
     
    Ouestrion, Pau La, Cagouilleuse et 12 autres ont BigUpé ce message.
  2. Biscottine

    Biscottine
    Expand Collapse
    ET HOP !

    En ce qui me concerne je suis considérée comme mince mais je me trouve grosse car je souffre de dysmorphophobie même sur des photos je me trouve grosse, je suis constamment obligée de me rassurer comme je peux (en mesurant/comparant/en regardant la taille de mes vêtements), y'a aussi mon visage que je supporte pas car je le trouve mal proportionné (menton/nez/yeux...). C'est pas marrant à vivre, certes. Mais non je ne souffre pas de la même manière qu'une personne qui fait plus qu'un 38-40, non personne ne m'a refusé un emploi à cause de mon poids, personne ne m'a jamais humiliée parce que je pouvais pas utiliser une balance, enfiler un vêtement, essayer une activité, aucun film se moque des personnes minces qui se voient grosses, on ne me dit pas que mes problèmes de santés sont tous liés à mon poids, d'ailleurs personne ne présume de ma santé, et ça même lorsque j'étais vraiment malade à cause de mon alimentation. C'est important de le dire: c'est pas la même chose, aussi douloureuse soit mon expérience, si une copine considérée comme "trop grosse" me parle de sa douleur, dire "moi aussi" ça serait faux.
     
    Ouestrion, Ruisseau, Chouette-Culotte et 20 autres ont BigUpé ce message.
  3. Tante Clara

    Tante Clara
    Expand Collapse
    Dif tor heh smusma. Ni'tokor!

    @Biscottine
    Carrément !
    Je crois qu'il faut aussi choisir à qui on parle de notre ressenti. Se plaindre à la copine ou au copain qui subit la grossophobie, c'est vraiment violent.
     
    Allitché, LovelyLexy, Nyarlathotep et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Jinko

    Jinko
    Expand Collapse
    One life, one chance

    Edit : je me dit que ça doit être un peur dur à lire, j'ai honte. Mais en même temps j'avais envie de laisser mon témoignage quelque part... Dites moi si ça n'a pas sa place ici.

    Quand j'étais plus jeune moi aussi j'ai souffert de dysmorphophobie. Je suis mince, mais je me voyait toujours trop grosse dans le miroir. Je portais des vêtements en taille 42 alors que je faisait du 38 (coucou, la fille en baggy et sweat XXL au lycée c'était moi :hello:), tout ça pour cacher mon corps que je détestais tant. Corps à la fois féminin par sa minceur, mais (je trouvais) sans autres attributs féminins (pas du tout de poitrine, de fesses...). Je complexait, je me plaignait pas mal auprès de mes amies du fait que j'avais trop de gras aux cuisses, forcément on se foutais de moi (c'était justifié je sais, mais j'ai mal vécu le fait qu'on n'écoute pas mon ressentis). Heureusement j'ai toujours eu un rapport plutôt sain à l'alimentation (en gros j'adore manger et je ne me prive pas) ce qui m'a évité de tomber dans le piège de l'anorexie . Pourtant ayant perdu du poids suite à un changement de régime alimentaire, j'ai eu pas mal de remarques sur ma minceur. Des remarques tel que "Mais il faut manger", "On dirait que tu sort d'un camp de concentration", quand ça vient de tes proches bah ça fait mal... Pas mal de remarques du genre de la part du corps médical également (alors que je suis en parfaite santé). Mais bon j'ai lu sur le sujet, je me suis sensibilisée, j'ai réalisé que non c'était ridicule, je n'étais pas trop grosse, je n'avais pas le droit de me plaindre ainsi. Petit à petit je me suis réapproprié ce corps, j'ai appris à l'aimer tel qu'il est avec ses défauts et ses qualités, et je me trouve belle. Je suis fière d'y être arrivée seule (même si le fait que mes partenaires ont toujours aimé mon corps ait surement aidé, ainsi que la photo).
     
    Ruisseau, Allitché, Major Lazer et 6 autres ont BigUpé ce message.
  5. La Simili-Tortue

    La Simili-Tortue
    Expand Collapse
    Anciennement LittleDeerLady ;)

    Hey!
    Désolée pour le (petit?) spam, mais j'aurais besoin de votre aide ^^
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Merci :d
     
    Pau La a BigUpé ce message
  6. Major Lazer

    Major Lazer
    Expand Collapse
    Start each day with a grateful heart

    ]@La Simili-Tortue Je ne connais pas de chaines YouTube mais ces vidéos pourront peut-être t'intéresser :)

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    Pau La, Allitché, Lis et 4 autres ont BigUpé ce message.
  7. Major Lazer

    Major Lazer
    Expand Collapse
    Start each day with a grateful heart

    Désolée pour le double post , je voulais juste en profiter pour partager une " note" que j'ai fais pour une copine ( et pour moi-même aussi) ça peut peut-être aider :)
    Ici
     
    Mona_, Faolán et LovelyLexy ont BigUpé ce message.
  8. Ruisseau

    Ruisseau
    Expand Collapse

    Je sais pas si ce topic peut aussi faire office de veille Maigrophobie, c'est juste pour déposer un petit mot parce que j'ai pas trouvé de topic :fleur:

    Tout à l'heure 2 filles passent à côté de moi dans la rue et font : "Ptain c'est du foutage de gueule on n'en est même plus aux packs d'eau là !!" d'un air haineux.
    Maigre = anorexique = anorexique en état critique, suivie par docteur = se gave d'eau pour peser plus quand elle va chez le doc. Quel raisonnement brillant :yawn:

    Quelques remarques qu'on m'a gentiment criées dans la rue : "Oh maigris un peu !!!" (avec violence et dégoût), "Non mais c'est sûr elle est forcément anorexique" (en me regardant de haut en bas), "Les baguettes de paiiiin, ooh les baguettes" (chanté très fort et peu discrètement)(je me suis énervée), "Faut manger !!!" (un grand merci à cette vieille dame pleine de bon sens, sans elle je ne serais plus là aujourd'hui :cretin:), "Oh baguette de sel HAHA !" (par quelqu'un que je connaissais), "Tu comptes manger ??" (maintenant que tu le dis, c'est contraire à mes principes), "Oh mon Dieuu regarde ses jambes" (l'air dégoûté).
    Et ça c'est que pour la rue. On se demande pourquoi je complexe :P Mais en ce moment je me trouve pas trop mal donc ça va.

    Bien sûr si t'es grosse c'est forcément que 1) tu as pas envie de l'être 2) mais tu te laisses aller. T'es une gourmande passive puérile irresponsable geignarde qui sait pas se contrôler et aime les plaisirs de la vie en se goinfrant maladivement toute la journée.

    Bien sûr si t'es maigre c'est forcément que 1) tu as envie de l'être 2) tu l'es devenue 3) tu veux l'être plus.T'es une anorexique control-freak futile débile effrayante qui aime pas la vie, ne profite pas, est du côté de la mort, de la privation, n'a aucun plaisir, et est un faible esprit superficiel et futile qui obéit aveuglément aux diktats de la société)

    Ce que les gens sont cons !



     
    #236 Ruisseau, 7 août 2017
    Dernière édition: 7 août 2017
    Ouestrion, Pau La, Kokobuki et 13 autres ont BigUpé ce message.
  9. Malinauka

    Malinauka
    Expand Collapse
    Haunting.

    @Ruisseau pour moi le body positivism concerne aussi la maigrophobie :) Les gens sont fous sérieux, laissez vivre les autres putain !! :scream:

    Perso je suis totalement perdue, le body positivism c'est tellement plus facile quand c'est pour les autres... Je peux très bien trouver une fille obèse très belle sans arrière pensée, mais accorder à mon corps ce propre traitement c'est autre chose :erf:
    Récemment ma confiance en moi a bien baissé, je suis obèse, depuis plusieurs année, mais là je sais pas, j'avais jamais été aussi grosse et j'ai du mal à me faire à ce nouveau corps (alors que le docteur m'a dit que c'était mon poids de croisière donc va falloir que j'essaye de m'habituer :crying:)... Pendant des années j'ai essayé de comprendre "pourquoi" j'étais grosse, quelle raison médicale faisait ça, alors que je mangeais ni + ni - ni moins bien que les autres, et je viens seulement de réaliser que c'est ÇA mon poids "normal" ma morpho "normale", avec une alimentation équilibrée et un peu de sport... Et c'est un peu dur à accepter... :sweatdrop:

    Vous avez eu une prise de conscience comme ça vous ? Que votre corps (gros ou maigre) tel qu'il était c'était votre normalité et qu'il fallait l'accepter ?
     
    Pau La, Ruisseau, Elfe libre et 5 autres ont BigUpé ce message.
  10. Kokobuki

    Kokobuki
    Expand Collapse
    Badam bidoum bidoum daaaaam !

    Attention, pavé ! (Et je vous raconte un peu ma vie aussi)

    De mon côté, ça a été la lutte pour m'accepter. Quand j'étais enfant et ado, j'étais potelée et ça a suffit à ce qu'on me traite de "grosse vache" à l'école.
    À la puberté, j'avais des bonnes cuisses et des bonnes fesses, un petit bidon mais pas de poitrine. Et vas-y le surnom de "planche à pain" tout mon collège (et j'ai aussi eu droit au "vu tout le gras que t'as dans le cul, fais-le poirier la nuit ça va remonter dans la poitrine!" quand j'étais en 3ème). J'étais tellement complexée que je m'habillais avec des baggys de garçons (donc en plus j'avais le droit au "t'es pas une vraie fille, tu t'habilles pas en fille" :clap: Merci monsieur connard :clap:).

    Au lycée, j'étais hyper complexée et j'avais beaucoup de mal à accepter ma féminité et ma forme de poire. J'ai été voir une psy ensuite parce que j'étais trop mal dans ma peau. Ça m'avait beaucoup aidée pour accepter ma féminité.

    A la fac, je suis tombée malade ce qui m'a fait perdre une dizaine de kilos. Quand j'ai été guérie, et que j'étais "mince" au début j'étais contente. Adieu cuisses, adieu fesses, je me sentais en harmonie avec le fait de pas avoir de poitrine et j'avais l'impression de correspondre au canon de beauté imposé. Et là, flot de merde de nouveau : "eh mais vas-y mange", "t'as l'air malade, t'as les joues creusées", "t'es pas une femme, t'es trop maigre, t'as pas de formes", "si le vent souffle tu vas t'envoler"... blablablabla La maigrophobie ça y va aussi. :facepalm: À partir de là j'ai compris que ça n'allait jamais s'arrêter les critiques sur le corps.

    Il m'a fallu 2 ans pour pouvoir de nouveau manger normalement sans avoir de douleurs ensuite (à cause des restes de mes problèmes de santé car même si j'étais "guérie", mon corps a eu besoin de temps pour s'en remettre pleinement). Depuis environ quatre-cinq mois, j'arrive à manger normalement sans devoir faire attention à ce que je vais pouvoir digérer ou non. C'est tout bête mais j'arrive à prendre un vrai plaisir en mangeant sans me dire "tu vas avoir mal au ventre après, tu vas pas pouvoir dormir etc". Et c'est un putain de putain de bonheur.

    @Malinauka Le fait d'avoir été malade, ça m'a transformée dans le sens où avant j'étais hyper complexée par rapport à l'image que les autres pouvaient avoir de mon corps. Peu importe comment il était, ça n'allait jamais. Il y avait toujours quelqu'un pour critiquer, pour pointer du doigt quelque chose. (:moqueur:) et j'ai réalisé qu'avant je cherchais à plaire aux autres et pas à moi-même (phrase un peu cliché dit comme ça, mais c'était exactement ça).

    Maintenant, ce qui m'importe c'est de le ressentir, de pouvoir faire des choses avec sans me sentir mal, de pouvoir manger et boire comme j'en ai envie. Du coup, j'ai vraiment laissé de côté l'image de mon corps pour me concentrer sur les sensations qu'il me procure et c'est devenu ça ma normalité : s'il fonctionne correctement et que je me sens "en bonne santé", c'est tout ce qui m'importe et il est très bien comme ça. Je rentre pas dans tel jean ? Eh beh tant pis, c'est le jean qui me va pas, pas moi qui vais pas au jean. J'ai des bourrelets ? Beh ouais c'est comme ça ils sont là et je vais pas les enlever à coups de hache.

    Depuis, j'ai entendu des moqueries sur ma forme de poire, sur mes cuisses, mon gras de bras qui bouge, etc etc et juste, tant pis, tant pis pour ceux qui ont de l'énergie à dépenser à m'insulter. Qu'ils perdent leur temps à se moquer, j'ai juste plus assez d'énergie à accorder à ce genre de choses.

    Ça me fait penser que la dernière que je me promenais en ville, on s'est pris des pâtisseries avec une copine. J'étais avec mon éclair au café, tranquille, en train de manger et un débile vient et fait à son pote "eehh tu l'as vu l'autre qui se gave avec son gros cul !". D'habitude je réponds jamais à ce genre de conneries mais là je lui ai dit "Et tu sais quoi ? Le gros cul est heureux parce que c'est délicieux !". Le mec a quand même trouvé le moyen de me souhaiter "bon appétit alors" avec une voix de gamin qui vient de se faire engueuler avant de continuer son chemin :rire:

    Je pense fort à vous tous-tes :fleur: Tout est fait pour nous rappeler constamment que notre corps ne va pas, qu'on est pas assez bien, qu'on est pas assez belles/beaux mais petit à petit on peut apprendre à faire abstraction des autres. Qu'ils causent les merlus, on a tous le droit d'être heureux et bien dans notre peau :vabosser:
     
    shae661, Ouestrion, Pau La et 11 autres ont BigUpé ce message.
  11. Pau La

    Pau La
    Expand Collapse

    Sur le papier, j'ai presque tous les avantages dans notre société : j'ai la peau blanche, je suis mince, je suis cisgenre, mon seul handicap (pour l'instant) est d'être de sexe et de genre féminins. En pratique, c'est un peu moins sympa.

    Il y a quelques semaines, un mec m'a crié dans la rue que je devrais bronzer. Sauf que j'ai la peau TRES blanche. Du genre où on voit les veines à de nombreux endroits, par transparence. Du genre à prendre une sympathique couleur écrevisse sous le soleil. Du genre à rougir pour rien : chaud, froid, gêne. Du genre à être la seule à voir mon bronzage. D'habitude, la pâleur de ma peau ne me dérange pas, ça me fait rire quand je la compare à celle de ma meilleure amie, qui a la peau mate. Ce jour-là, sur le coup, j'ai eu des envies de violence. J'avais envie de lui apprendre le sens du mot "génétique".

    De plus, sur cette peau que j'aime malgré tout, il y a des grains de beauté. Beaucoup. Partout. Un jour, ma sœur a compté. Au total, sur mes bras, il y en a plus de 60. Des gros, des petits, des clairs et des foncés. A force de remarques, même gentilles, j'ai complexé. Je me suis vite débarrassée de ce complexe, mais je préfère toujours avoir les bras couverts. Pour éviter les remarques inutiles et sans intérêt. Par habitude.

    @Ruisseau : en te lisant, je me suis dit : "Sérieux ?! Comment les gens peuvent-ils dire ça ?!". Et puis ma mémoire est venue me faire coucou :hello:
    Au collège, une fille de ma classe m'a fait des réflexions régulières sur le fait que l'on voyait mes côtes. M'a demandé si j'étais anorexique. OUI on voit mes côtes, et alors ? Je suis grande, mince, en pleine croissance. Je mange comme quatre et je fais un peu de sport. Quand j'arrête le sport pendant les vacances, je perds du poids. Oui on voit mes côtes et NON je ne suis pas anorexique. Mêle-toi de tes affaires. Fiche-moi la paix.
    Le pire dans cette histoire, c'est que cette fille avait la même morphologie que moi.

    Aujourd'hui, j'ai une amie qui illustre parfaitement les contradictions qu'impose notre société sur nos physiques. J'ai "de la chance", je suis "belle", elle voudrait avoir "le même métabolisme". Mais en même temps, je suis "maigre", je devrais "manger plus" et "c'est à se demander si [je] ne [suis] pas anorexique".

    Cette même amie qui se trouve "grosse" et qui met du 38. Cette même amie qui pense qu'on ne peut pas mettre un crop top (entre autres) si on a pas le ventre plat. Cette même amie qui pense que l'on doit s'habiller en fonction de sa morphologie. Cette même amie qui critique le corps des autres tout en déplorant d'avoir des complexes.
    Des fois, j'ai envie de lui dire. Que les complexes peuvent être créés par des commentaires comme les siens. Que "belle" est subjectif. Que la taille de tes vêtements ne conditionne pas ta beauté. Que la beauté se trouve aussi dans cette petite lueur dans les yeux des gens, avant d'être dans leur physique. Mais je sais aussi qu'elle n'est pas prête, trop fermée pour entendre ça.

    Je ne me sens tellement pas légitime pour me plaindre, comme je l'ai fait là. J'ai presque tous les avantages, et je subis beaucoup moins de choses que la plupart des gens, il n'y a qu'à lire les messages de ce topic pour s'en rendre compte. Je suis juste tellement fatiguée de tout ça. J'aimerai juste que les gens se souviennent que derrière un physique, il y a tellement plus : un être vivant. Si seulement on pouvait s'en souvenir avant de blesser les autres.

    P.S. : Désolée pour le pavé
     
    Lord Griffith, Faolán, Major Lazer et 12 autres ont BigUpé ce message.
  12. Jane Morgendorffer

    Jane Morgendorffer
    Expand Collapse
    Besoin de prendre de la hauteur!

    Coucou tout le monde ! :hello:

    J'aurais bien aimé avoir des références de livres (essais, témoignages, romans), blogs, documentaires, articles ayant pour sujet le corps et les standards qui lui sont imposés.

    Je brasse assez large mais ce qui m'intéresse surtout ce serait des témoignages de personnes ayant certaines caractéristiques physiques qui sortent de la norme et qui seraient cataloguées comme ''laides'' par la société et qui abordent les thématiques suivantes :
    • comment ces personnes ont appréhendé cette différence physique, comment elle a été perçue par leur famille, ami.e.s, amoureu.x.ses, entourage etc.
    • comment leur regard sur leur corps a éventuellement changé en fonction de leurs rencontres, de leur expériences
    • comment iels se sont approprié ce corps, comment iels ont réussi à l'assumer, à ne pas le cacher (éventuellement à travers des projets artistiques, des campagnes etc.).
    • les questionnements qu'iels auraient pu avoir autour du recours à la chirurgie esthétique, le tiraillement qu'iels auraient pu ressentir entre rentrer davantage dans le moule des normes de beauté et refuser de céder à cette pression
    Si vous avez des références d'essais, de documentaires ou d'articles, je serais également intéressée par les questions d'eugénisme et de transhumanisme.

    De mon côté j'ai quelques références en tête notamment Beauté fatale de Mona Chollet (que je n'ai pas encore lu mais je compte bien m'y mettre prochainement). J'ai vu que madz dressait des portraits de femmes et de leur rapport à leur corps dans ''Cher corps'' mais bon, les personnes qui témoignent n'ont pas vraiment ''d'anomalies physiques'' particulières (en tout cas pour ceux que j'ai visionnés) donc ça ne rentre pas forcément dans ma problématique. J'avais également visionné un documentaire sur Arte qui présentait une agence de mannequins aux physiques atypiques mais je me souviens plus du tout de son titre.

    Ah oui et si vos références pouvaient être en français ce serait super (l'anglais et moi ce n'est pas toujours ça).
     
    abricotte a BigUpé ce message
Chargement...