Veille permanente Parentalité et Société

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par Mama Sara, le 30 août 2017.

  1. Cline39

    Cline39
    Expand Collapse

    @Tu as raison actuellement quand tu es en congé mat soit tu bénéficies d'une convention collective qui impose a ton employer la subrogation de ton salaire (donc pas de perte financière) soit tu es régis par le droit du travail français; alors la CAF te file des indemnités journalières. Il y a une perte financière si l'indemnité journalière est inférieure a ton salaire journalier (sachant que ces IJ sont versées tous les jours, samedi et dimanche compris). En gros, il faut gagner 2500€ net ou plus pour être pénalisée.
    Si on généralisait l'obligation de subrogation du salaire pendant les congés de naissance des 2 parents, cette mesure ne serait pas du tout discriminante financièrement.
    Actuellement très peu de salariés dépendent du droit du travail français, presque tous on une convention collective, donc même appliquée maintenant il y aurait très peu de discrimination par l'argent
     
    Maia Chawwah, Azeban, Aqua et 3 autres ont BigUpé ce message.
  2. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie

    @Tu as raison

    Est-ce que tu peux développer ce que tu entends par "les parents ne savent pas borner leur bienveillance"? Est-ce que tu parles de l'hyper-parentalité?
     
    Growing Entish et Pinceau_ ont BigUpé.
  3. AprilMayJune

    AprilMayJune
    Expand Collapse
    C'est assez, dit la baleine

    @Tu as raison Spontanément je suis d'accord avec l'idée que des aides pour les parents serait une bonne idée. C'est toujours bien d'avoir des aides; et puis je sous-marine le topic des parents et futur parents sur madmoizelle, et j'ai beaucoup l'impression que les parents sont un peu largué-es dans la nature avec beaucoup de questions sans réponses et pas de véritable "manuel d'entretien du bébé".

    Après... Je dois dire que je ne fais pas forcément confiance aux "professionnels" - les articles de Les Questions Composent m'ont fait froid dans le dos (et je ne sais pas si ce genre de pensée est toujours d'actualité, mais quoi qu'il en soit, elle le fut à un moment). Et puis mon expérience personnelle du rapport au professionnels de la santé et au professionnels psy est un rapport de mensonge et de dissimulation - parce qu'un docteur qui sait ce que je pense est un docteur qui me mets des bâtons dans les roues: je suis trans, et être trans n'est pas très bien vu par les médecins (on en a entendu des perles Pineapple et moi) et je frémis rien qu'à l'idée de penser à ce que ça aurait pu être si j'en avais parlé alors que j'étais mineure. Mon cas est une exception, mais je ne suis pas unique, et je sais que beaucoup d'autres enfants hors de la norme pour des raisons diverses peuvent souffrir entre les mains des professionnels (santé ou autre) (un autre exemple: une maman avec un enfant autiste qui vit un cauchemar judiciaire). La question qui se pose toujours c'est: est-ce que les professionnels, même en ayant de bonnes intentions, vont bien faire les choses? Est-ce que les professionnels vont avoir le bien-être de l'enfant (et des parents) en priorité, ou d'autres priorités comme un maintien d'un ordre social ou de normes morales (comme les médecins de Pineapple qui se vantaient presque de mettre des bâtons dans les roues des gens trans)?

    Du coup, en fait, comme je me méfie de tout encadrement (parce que je questionne toujours leurs intentions et leurs compétences) je ne sais pas ce qui est forcément le mieux, enfin bref je me pose des questions.

    L'autre chose à laquelle je pense: je sous-marine les parents du forum, et une chose que je vois, c'est la fatigue énorme de certaines et la quantité de "bon conseils" qu'on leur prodigue; il y a souvent un certain jugement, un certain "tu fais pas les choses bien" qui arrive envers les mamans (surtout les mamans, d'ailleurs, je crois) et ce quoi qu'elles fassent - elles sont pas assez bienveillantes ou elles le sont trop, elles le laissent pleurer ou alors elles sont trop présentes, elles sont toujours jugées comme ne sachant pas trop quoi faire, et donc comme faisant mal, ou plutôt, comme ne faisant jamais assez bien, et du coup comme étant détrimentielles envers leur enfant. (Cela ne veut pas dire que toutes les mamans sont des anges hein; mais qu'il y a vraiment une sorte de jugement social envers les mamans en général.) Et puis, les enfants ne sont pas tous pareils: en m'utilisant comme exemple encore, j'ai beaucoup souffert gamine d'être ... traitée comme une enfant, c'est-à-dire un peu incapable de comprendre des explications, à qui il fallait (au mieux) refiler des explications mâchées et simplifiées à la truelle, ou (au pire) des contes de fées / gentils mensonges. Il a fallu que je sois adulte et en train de m'occuper d'une gamine de huit ans pour me rendre compte que bah en fait, quand un-e enfant te demande pourquoi le ciel est bleu et que tu lui fais un cours sur l'ozone et la réfraction de la lumière en utilisant au mieux tes connaissances scientifiques, bah iel décroche.

    Du coup je sais pas, j'ai des réserves? Je ne sais pas bien comment les exprimer, en tous cas, je n'arrive pas à réunir tout ça pour faire une conclusion compacte, désolée :sweatdrop:
     
    Balsamique, Volokine, Aqua et 6 autres ont BigUpé ce message.
  4. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie

    @Tu as raison
    J'imagine que ça peut entrer dans l'hyper-parentalité (qui est une volonté de trop bien faire qui mène à la fois au burn-out parental et à la fois à la négation de l'enfant qui ne peut être pleinement dans son rôle d'enfant, ne peut devenir autonome et qui peut-être, mais j'extrapole un peu, ne peut embrasser son identité).
    Après si je comprend qu'on ne peut pas tout le temps être dans l'explication, j'imagine qu'il faut savoir doser et ne pas tout le temps non plus être dans l'injonction.
    J'ai beaucoup discuté justement de la violence éducative avec ma mère (qui nous a élevé à coup de gifles au point que nous avons finit par avoir peur d'elle - mais qui dans son discours tentait de nous enseigner la non violence). Je lui ai demandé si elle ne voyait pas de contradictions dans le fait de filer une claque à un gamin tout en lui disant qu'il était mal de frapper et pour elle n'y en a pas: les petits ne peuvent pas comprendre, ils doivent donc être dressés en attendant d'atteindre l'âge de la compréhension. D'après mon expérience ce n'est évidemment pas la bonne méthode puisque tout ce que ça m'a appris, c'est de me soumettre bêtement aux figures d'autorité. Au point de me mettre franchement en danger parfois (j'ai échappé de peu à une tentative d'enlèvement comme ça, j'avais beau savoir qu'il ne fallait pas parler aux inconnus, il a suffit qu'ils deviennent agressifs pour que je sois incapable de me défendre :sweatdrop:).

    Après je n'ai pas d'enfants, donc aucune pratique en matière d'éducation et je ne base mes réflexions que sur mon propre vécu. J'imagine que la fatigue, inévitable, pousse aussi à la violence (en tout cas c'était le cas pour ma mère).
     
    Maia Chawwah, Pompoen, Volokine et 8 autres ont BigUpé ce message.
  5. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie

    @Tu as raison
    C'est vrai qu'il y a différents niveaux de violence, c'est pour ça justement que je trouve important de sensibiliser aux violences verbales, puisque comme je le disais plus haut, beaucoup de gens ne conçoivent même pas que ça puisse être déjà de la violence. :erf: D'ailleurs c'est intéressant de constater que lorsque je tente de faire de la prévention à ce sujet, les personnes qui réagissent le plus violemment sont justement celles qui nient ces niveaux de violence. Par leur comportement elles font une parfaite illustration de mes propos, ce serait comique si ce n'était pas aussi tragique.

    Et pour la génération de nos parents: je ne sais pas si ça l'excuse mais à l'époque elle n'avait pas autant accès aux informations que la nôtre. Internet est un sacré progrès :top:
     
    Cline39, Balsamique, Volokine et 3 autres ont BigUpé ce message.
  6. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie

    @Tu as raison
    Oui bien sûr, mais j'ai l'impression que chaque génération tente de faire mieux que la précédente.... sauf que certains partent de très loin. Ma mère à le sentiment d'avoir été très bienveillante et si on compare avec la manière dont elle a été élevée il est clair qu'il y un immense progrès. Mais ce n'est pas toujours facile de se déconstruire et de faire abstraction de ses traumatismes et j’imagine que ça l'est encore plus lorsqu'on manque de lectures et/ou d'exemples.
    Mais il y a effectivement des parents qui ont su s'extraire de la violence: la grand-mère de mon mari à toujours été opposée à la violence physique, c'est donc que même à son époque c'était possible. Par contre je serai incapable de dire quels sont les facteurs qui ont influencés sa vision de l'éducation...:dunno:
     
    Cline39, Allitché, Volokine et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Allitché

    Allitché
    Expand Collapse
    C'est juste que c'est pas juste quoi.

    @Mama Sara @Tu as raison après il y a aussi un facteur individuel de personnalité et de combien tu résistes face aux autres :hesite:
    Ma mère nous a beaucoup autonomisés et fait confiance dès petit.e, ce que je me suis rendue compte avec le temps, était plutôt rare dans mon entourage (mes potes ayant été assez fliqué.e.s on va dire :lunette:). Si tu as des principes qui te semblent bon, il y a des chances que tu t'y tiennes. Surtout si tu n'aimes pas ce que tu vois autour. Peut-être que dans ce sens, il y a plus de considérations envers l'enfant avec les générations qui passent, même s'il y a probablement des phases d'hyper-tout aussi qui peuvent aussi avoir des conséquences.

    Et puis, il faut le dire, le monde s'est polarisé, aujourd'hui n'importe quoi c'est les camps des pro- et anti-. Donc internet s'est bien... mais probablement pour te confirmer dans ta vision des choses :hesite: c'est pas forcément mal si tu veux chercher des informations sur quelque chose, mais on peut aussi tomber sur un côté rigide, voire persécuté-théorie du complot dans l'extrême. Je suis assez d'accord que c'est difficile de parler sereinement d'éducation, tout le monde a un peu sa théorie et veut la faire entendre :nod:
     
    Maia Chawwah, lunimya, Mama Sara et 6 autres ont BigUpé ce message.
  8. Aconiti

    Aconiti
    Expand Collapse
    Guest

    @Allitché
    Je rebondis sur ta remarque sur l'autonomisation, ma maman a toujours été une très grande angoissée de la vie et pourtant ma sœur puis moi avons été autonomisé très tôt, par obligation, nous devions prendre les transports en commun pour nous rendre au collège.
    Et pareil, mes amies étaient très peu autonomisées au même âge. En y réfléchissant, je pense que, dans mon entourage, c'est un phénomène à croiser avec la classe sociale : j'allais dans un lycée privée, fréquenté par une population petite bourgeoise/rentière dans une banlieue riche alors que je viens d'un milieu d'intellectuel de gauche issu de la classe ouvrière vivant dans une banlieue de classe moyenne à tendance basse (j'habitais dans le 9-3 pour faire simple).
    Mes amies (et amis, mais moins, surement il y a-t-il un croisement d'analyse sur le genre à faire) peu autonomisées vivaient toutes proche du lycée, proche de leurs activité, proches les unes des autres et se déplaçaient finalement peu. Alors qu'à 11 ans je faisais 45 minutes de RER matin et soir. Seule (rétrospectivement je comprends que ma mère ait flippé). Notre rapport à l'espace, à l'autonomie, à l'autorité de nos parents étaient très, très différents (et je dis ça alors que mes parents ont toujours été plutôt sévères).

    Il y a vraiment une manière de vivre l'autonomisation de ses enfants qui est très différente en fonction de sa classe sociale.
     
    Maia Chawwah, Allons-y, Shadowsofthenight et 7 autres ont BigUpé ce message.
  9. Mama Sara

    Mama Sara
    Expand Collapse
    C'est effrayant, la vie

    @Aconiti

    Justement ça rejoint la question que je me posais ce weekend: les différences d'éducation dépendent-elles de la classe sociale et/ou des opinions politiques?
     
    Growing Entish a BigUpé ce message
  10. Aconiti

    Aconiti
    Expand Collapse
    Guest

    @Mama Sara
    Je dirais que les opinions politiques peuvent influencer ta vision du monde et donc la manière d'éduquer tes enfants. Paradoxalement les gens peuvent se retrouver à choisir des modes d'educations (et là je parle plus de scolarisation) équivalent pour des raisons suis semblent diamétralement opposé de prime abord.

    Dans tout ce qu'on appel l'éducation "alternative" (Montessori, Education En Famille, etc.) on retrouve cette idée d'extraire ou de soustraire l'enfant à l'Education Nationale (c'est limite d'ailleurs si l'EN c'est pas Babylone quand tu entends parler certains) pour des raisons pourtant très différentes:
    - l'enfant sort de la "norme"/les parents ont des idéaux altermondialistes
    - l'éducation nationale et un repère de militants de la théorie du genre et l'enfant peut être exposé à des informations trafiqués.

    Pourtant on retrouve dans la pratique les mêmes mécanismes chez les deux groupes. Et ont pourrait s'intéresser aux dynamiques profondément classistes et sexistes qui sont sous-jacente au principe d'éducation en famille, quand bien même elle est pratiquée en toute bonne fois.


    (après, je vais être honnête comme ça chacun/chacune saura où je me situe sur le gradient des idées : je ne suis pas fan de l'éducation en famille, pas parce que je pense que tout le monde doit aller à l'école ou que l'EN c'est le paradis [Hell No] mais parce que la promotion et l'application de l'EEF se fait sur des dynamiques classistes et sexistes [et racistes aussi] dont les partisans de la méthodes se croient bien trop souvent libéré par leur pratique même de l'EEF. Ce qui a tendance à m'agacer d'autant plus quand on voit l'importance qu'accorde ce système à "la réflexion" et "l'interrogation perpétuelle des normes"
     
    #394 Aconiti, 19 septembre 2017
    Dernière édition par un modérateur: 19 septembre 2017
    Maia Chawwah, Allons-y, schizophrenia et 11 autres ont BigUpé ce message.
  11. Kopses

    Kopses
    Expand Collapse

    @Aconiti Tu as des liens pour comprendre l'EEF ? Je n'ai jamais entendu parler de ce "mouvement"(?)
     
    Growing Entish a BigUpé ce message
  12. Pinceau_

    Pinceau_
    Expand Collapse
    Cherche le divin en toi plutôt que le diable chez les autres.

    Tandis que dans l'éducation nationale, c'est le règne de l'égalité ! :)

    D'où tiens-tu cette opinion ? Que ce soit classiste par essence, et raciste de fait car les personnes racisées sont rarement dans le top niveau classe sociale, je veux bien l'entendre, mais dans le "contenu" de l'EEF je ne comprends pas de quoi tu parles. ? En fait j'ai l'impression que ce "mouvement" (on peut pas vraiment parler de mouvement mais bref) est tellement divers et varié que c'est compliqué d'en tirer une conclusion générale. Perso ceux que je vois le plus (via pages FB ou blogs) sont très portés éducation bienveillante et compagnie et a priori c'est plutôt peu sexiste et raciste, enfin les parents sont conscients des schémas d'oppression (au moins un peu) et donc tentent de ne pas les reproduire (mais personne n'est parfait).

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    (Et pour clarifier d'emblée ma position sur le sujet : je suis en faveur d'un maximum d'options différentes niveau éducation, pas pour que tout le monde fasse l'EEF ou que tout le monde aille à l'EN, mais pour que TOUS LES PARCOURS soient proposés, valorisés et permis pour tous les enfants.)
     
    CookylOve, L'océan de la vie, Maia Chawwah et 13 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...
Sujets similaires
  1. Matouh
    Réponses :
    55
    Affichages:
    5106
  2. Alicia89
    Réponses :
    654
    Affichages:
    64785
  3. Hocolat
    Réponses :
    17
    Affichages:
    5101
  4. Dyspnée
    Réponses :
    7520
    Affichages:
    967340