Veille permanente racisme, xénophobie...

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par katnissvsw, le 18 novembre 2012.

  1. Ymotana

    Ymotana
    Expand Collapse
    Bouffe du bokoblin au petit dej'

    @Little Moi-Même C'était très intéressant, merci pour ta réponse ! J'imagine bien qu'avec l'adoption t'as dû en entendre à la pelle :rolleyes:.
    En fait je pensais aux personnes avec un passing parce que ça correspond à mon profil, et que j'ai l'impression que quand t'as la peau foncée les gens se permettent plus de choses, alors qu'avec une peau claire y'a toujours un vieux "doute" (d'où le jeu "citons tous les pays méditerranéens jusqu'à trouver le bon !"; mais toutes les expériences sont bonnes à prendre !
    Maintenant je vais arrêter d'hésiter et être cash :queen:, quitte à exprimer mon malaise à l'idée de raconter ma vie à des inconnus.
     
    Kand'x, Little Moi-Même et Ana-Esperanza ont BigUpé ce message.
  2. Allitché

    Allitché
    Expand Collapse
    All the Women in my Family Sing

    @Little Moi-Même merci pour le fou rire :rire: à chaque situation que tu décris, je peux voir un équivalent. Tellement, c'est tellement ça, rééquilibrer les malaises du bon côté :drama:
     
    Little Moi-Même a BigUpé ce message
  3. Anna Stesia

    Anna Stesia
    Expand Collapse

    J'utilise aussi la méthode naïve de @Little Moi-Même ça permet de faire changer la honte de camp sans entrer dans l'agressivité pour éviter le "racisés toujours en colère". Ça me permet, 99% du temps, d'arriver au moment où mon interlocuteur sous entend "non blanc=non français" ce qui même pour lui est raciste donc il s'arrête et moi j'ai la paix. Depuis que j'ai assimilé qu'il n'y a aucune honte à être moi je trouve ça plus simple.
    Et quand je suis d'humeur si la conversation a été désagréable pour moi, j'enchaîne avec des questions indiscrètes "Et toi tes parents ils sont de quelle origine? Ta copine elle vient d'où?" et je me contente d'une expression pleine de mépris pour créer le malaise. Mais comme je ne prononce pas un mot et qu'il a posé les mêmes questions je suis à l'abri.

    Je voulais aussi rappeler que le film d'Amandine Gay, Ouvrir la Voix, sort le 11 octobre.
     
    opiumdiary, cryhouse, Alonso et 5 autres ont BigUpé ce message.
  4. Little Moi-Même

    Little Moi-Même
    Expand Collapse
    Veux changer le monde

    En parlant de la sortie du film d'Amandine Gay, si certain(e)s avaient déjà dans l'idée d'aller le voir je vous propose que l'on essaye d'y aller ensemble. Je poke @Shadeluna qui en a eu la bonne idée. Ça pourrait être intéressant pour discuter après le film et partager des trucs tout ça tout ça.:fleur:
     
    Shadeluna a BigUpé ce message
  5. Anna Stesia

    Anna Stesia
    Expand Collapse

    D'ailleurs il y a une journée organisée à St Denis pour la sortie du film. Dans les photos de l'event il y a une bibliographie créé par Amandine. Je suis tellement reconnaissante à cette femme, ce qu'elle fait est historique (réaliser, produire, monter, distribuer....) et son film, au delà du documentaire, est vraiment beau. Je ne peux pas être objective mais même si je n'avais pas la chance de côtoyer ces jolies personnes de près ou de loin, ce film est grand. J'ai envie de vous supplier d'aller le voir, pour permettre à Amandine, et à d'autres femmes racisées, de créer plus facilement.
     
    Allitché, Ana-Esperanza, Kand'x et 2 autres ont BigUpé ce message.
  6. cryhouse

    cryhouse
    Expand Collapse
    salutttt nounou

    j aimerais bien voir ce film mais j'habite dans le nord... (croise les doigts pour une future projo)
     
    Little Moi-Même a BigUpé ce message
  7. Ana-Esperanza

    Ana-Esperanza
    Expand Collapse
    Nope.

    Bonjour !
    je voudrais lancer une discussion si vous le voulez bien sur un sujet que j'ai pas vu passer, ni ici ni au sein du féminisme blanc. à savoir les odeurs corporelles.
    le féminisme blanc s'est emparé de la question des poils, qui prend le devant de la scène assez souvent ("cette mannequin ne se rase pas", "j'assume mes aisselles" etc). Pour les racisé.e.s et en particulier les afrodescendant.e.s (il me semble), cette question est typique du féminisme blanc, car assumer ses poils c'est bien, mais tu peux le faire à condition qu'on ne te compare pas à un animal quand tu le fais (désolée pour le spécisme, mais j'accepte encore mal d'être comparée à un singe, c'est pas un compliment, même venant de quelqu'un de vegan - ça ne m'est pas arrivé, c'est juste un exemple).

    et pour moi, la question des odeurs corporelles relève des mêmes schémas. je n'ai pas vu le féminisme, quel qu'il soit, s'emparer encore de la question, comme s'il était évident qu'il fallait toujours sentir la rose. il y a effectivement un double standard dans la notion de transpiration entre hommes et femmes, mais le consensus est que tout un chacun doit faire en sorte d'être propre sur lui pour ne pas se faire jeter l'opprobre (mais les débats sur le lavage du vagin nous montrent que la "propreté" dans notre société est un concept soit erroné, soit pas du tout universel).

    il y a quelques années, une copine m'a dit ne pas utiliser de déodorant, car elle trouve ses odeurs corporelles plus dérangeantes quand elle en met que sans. il lui arrivait donc de sentir la transpiration, et en fait je vois pas du tout en quoi c'était problématique, et elle non plus. je comprends parfaitement la posture car elle se sent mieux comme ça.
    mais est-ce possible pour nous, les racisé.e.s, d'adopter ce type de position ? il me semble que le débat est tout à fait intersectionnel, au moins au niveau de la race (et n'hésitez pas à ajouter des niveaux que je n'ai pas vus).


    je vais vous peindre un petit tableau : je me souviens d'un événement assez traumatisant pour moi autour de 14 ans. je sortais du cours de danse et il y avait une canicule. la secrétaire ou la personne de l'accueil de la mjc m'avait dit en public, devant d'autres filles qui sortaient aussi du cours, que quand on sent fort comme moi il faut "prendre ses précautions" et se laver plus. j'étais déjà outrée car j'avais fait un effort physique et je n'ai jamais été quelqu'un qui sent particulièrement fort la transpiration, mais quand j'y repense, il y a certainement des facteurs hormonaux qui jouaient : à 14 ans, la transpiration sent plus fort qu'avant ou après !

    du coup quand je me vois oublier de mettre du déodorant, je reviens toujours sur ces deux événements et je pense qu'il y a matière à travailler sur nous-mêmes sur ce sujet. ma copine blanche n'a pas de problème à être perçue comme quelqu'un qui ne met pas de déodorant, et moi j'ai toujours en tête l'idée et les mots de certains, qui disent que "les noirs sentent fort", et c'est un blocage pour moi d'être perçue comme quelqu'un à l'hygiène douteuse !

    je n'ai rien vu passer sur le sujet, j'aimerais avoir vos points de vue dessus, et si vous avez des articles qui en parlent je suis très intéressée !
     
    Nour + Nad, Kand'x, Camaeleon et 11 autres ont BigUpé ce message.
  8. Emenulis

    Emenulis
    Expand Collapse
    What will grow crooked you can't make straight.

    @Ana-Esperanza : Je suis d'accord avec toi sur pas mal de points.
    Je suis Noire et je ne m'épile pas.
    On m'a déjà fait remarqué à plusieurs reprises que ma décision était tout sauf bonne étant donné ma pilosité.
    J'ai déjà eu pas mal de remarques à propos de mes cheveux (cf.comparaisons avec des animaux en tout genre), alors avec mes aisselles, mes jambes et le reste, les remarques ne se font pas moins rares. J'ai même des leucodermes qui ont les tripes de me poser des questions sur ma pilosité : Pourquoi c'est comme ça ? Est-ce que c'est pareil ici ou là ?
    Franchement j'ai envie de m'acheter un taser par moment.

    Sinon on va combiner à ça le fait que je ne mette pas de parfums, déodorants ; je penche plutôt vers les huiles et autres trucs un peu naturels. J'ai plutôt droit à des remarques / regards sur mon usages des huiles/beurres et autres trucs gras : on sait que pour les wyipos, gras = sale. Donc oui, j'ai déjà eu à faire à pas mal d'idiot.e.s concernant ma pilosité, mon "odeur" ou celle des huiles.

    EDIT : En plus la vision du corps Noir qu'il soit féminin ou masculin n'a jamais mais alors jamais été positive. Nous sommes trop masculines, beaucoup trop ci ou ça. Alors pour prendre une décision qui va encore plus ajouter à cette vision négative du corps Noir, il faut être encore plus fort.e mentalement (plus que d'habitude). Tout ce qui est épilation, pilosité ou autre ça reste un choix personnel de toute façon.

    Après , oui cette question de double standard s'applique un peu à tous les domaines. Et on sait que quand on parle de féminisme (et un peu tout d'ailleurs) : White women do it better.

    Mais en général, l'opinion d'un/d'une blanc/che, d'un/d'une féministe blanche, d'un/d'une végan/végane blanc : je m'en contrefiche.
     
    #7136 Emenulis, 7 octobre 2017
    Dernière édition: 7 octobre 2017
    Nour + Nad, Kand'x, Eleïa et 7 autres ont BigUpé ce message.
  9. Ana-Esperanza

    Ana-Esperanza
    Expand Collapse
    Nope.

    @Emenulis je suis d'accord pour dire qu'on se fiche de leur avis ! Mais j'ai un peu mon prisme de recherche d'emploi (et j'ai découvert : bientôt de demande de prêt aussi) qui fait que je me sens dans l'obligation de me conformer aux diktats blancs, de façon temporaire pour des raisons de survie.
    du coup en entretien d'embauche, je sais que la vague odeur de transpiration ne passerait pas...

    pour ce qui est des huiles, ça se démocratise chez les blanches aussi, alors du coup ça fait moins "mauvais genre"... mais clairement il y a un stigmate. d'ailleurs c'est devenu un go-to pour moi quand on me demande de toucher mes cheveux : "ben vas-y, mais ils sont pleins d'huile...", ou sinon je laisse toucher et là, c'est le drame :rire:
     
    Nour + Nad, Kand'x, Allitché et 4 autres ont BigUpé ce message.
  10. Emenulis

    Emenulis
    Expand Collapse
    What will grow crooked you can't make straight.

    @Ana-Esperanza : Oui évidemment, il va falloir que tu rentres dans le moule quelque temps.
    [​IMG]

    Et ta petite astuce je l'utilise aussi, bien que, j'utilise tellement d'huiles que c'est hyper visible et donc ils n'osent plus du tout XD
     
    Nour + Nad, Allitché, Ana-Esperanza et 2 autres ont BigUpé ce message.
  11. Diophantienne

    Diophantienne
    Expand Collapse

    @Ana-Esperanza je pense qu'une des raisons pour lesquelles c'est plus dur pour nous de décider de ne pas suivre les diktats, c'est que nos corps ne nous appartiennent pas complétement. On est en permanence des représentants de notre groupe et si on sent la transpi / a des poils / etc., on participera à des stéréotypes sur les Noir·e·s. Une femme blanche qui a des poils aux les aisselles, c'est une femme bizarre/marginale, une femme noire avec des poils sous les bras, c'est la preuve que les Noir·e·s sont sales/sauvages/insère-le-stéréotype-de-ton-choix.

    [j'en peux plus non plus des "han c'est spéciste de dire que tu ne veux pas être comparé·e à un animal, les humains sont des animaux" en réponse aux remarques "c'est déshumanisant de nous comparer à des animaux" qu'on peut avoir. Merde à la fin.]
     
    lalaya, Grumpy Bunny, Nour + Nad et 17 autres ont BigUpé ce message.
  12. Anna Stesia

    Anna Stesia
    Expand Collapse

    @Ana-Esperanza En tant que racisés nous devons aussi prouver que nous sommes "propres". Qui n'a jamais enfendu un "sale *toi*"? C'est la première insulte raciste pour beaucoup d'entre nous. Ton expérience à la danse, je l'ai vécu dans d'autres circonstances et je sais que nous ne sommes pas les seules. "Sale rat, tu pues" je l'ai entendu dès le CP. Être "sale", "pas présentable" c'est un luxe que nous ne pouvons pas nous permettre. Comme le dit @Diophantienne nous représentons, malgré nous, un groupe et qui plus est un groupe qui subit le préjugé raciste d'être sale et nous intégrons ces préjugés au point de nous sentir obligés de les contredire.
    Il faut aussi ajouter nos éducations, "Tu dois être présentable parce que sinon les voisins vont penser que nous ne nous occupons pas de nos enfants, que vous êtes là juste pour la CAF". Amandine Gay racontait qu'elle avait interpelé les zadistes de Nantes d'un "C'est plein d'enfants de bourgeois ici" et c'est vrai, nous ne pouvons pas nous permettre tout ce que permettent des privilèges que nous n'avons pas. Pour paraphraser une amie, mes parents n'ont pas vécu dans un bidonville pour que je devienne une zadiste qui vit dans une cabane. Ce n'est pas une option pour nous, la marginalité on y vit toute l'année quoique l'on fasse, le but est d'en sortir pas de s'y enfoncer. Parce qu'on porte aussi les espoirs de notre communauté il faut "s'en sortir" pour eux, prouver que les préjugés racistes sont faux et démontrer notre humanité. Je suis toujours en colère face à ceux qui poussent la politique de respectabilité trop loin, mais force est de constater que j'en ai intégré une part non négligeable.
     
    Maia Chawwah, Nour + Nad, Kand'x et 9 autres ont BigUpé ce message.
Chargement...
Sujets similaires
  1. Matouh
    Réponses :
    58
    Affichages:
    6033
  2. Alicia89
    Réponses :
    675
    Affichages:
    70403
  3. Hocolat
    Réponses :
    17
    Affichages:
    5241
  4. Dyspnée
    Réponses :
    7520
    Affichages:
    974958