Veille permanente racisme, xénophobie...

Sujet dans 'Veilles permanentes' lancé par katnissvsw, le 18 novembre 2012.

  1. AngelTen Richard II

    AngelTen Richard II
    Expand Collapse
    Of course it is happening inside your head, but why on earth should that mean that it is not real ?

    @CaraNougat @Cépamoi
    Je pense que les ami-es en question devraient en effet garder un peu plus d'esprit critique et d'idée de la diversité qu'il peut y avoir au sein d'un même groupe. Quand une personne issue d'une minorité quelconque te dit quelque chose au sujet de ladite minorité, il faut garder à l'esprit que ça n'est potentiellement qu'un point de vue. La diversification des sources ne peut faire que du bien, et il faut tenir compte des différents avis venus de l'intérieur pour se forger une idée à peu près correcte de ce qu'il en est. C'est sûr que si on a qu'un seul ami noir on aura qu'un seul point de vue mais internet est là ainsi que la formidable capacité à aller à la rencontre d'autrui pour éclaircir tout ça. Et puis garder un peu de jugeote : perso si une pote noire me déclare un truc sur les personnes noires qui me semble douteux, je vais pas gober l'affirmation parce qu'elle est concernée mais mener ma petite enquête de mon côté.
     
    Eleïa, Mamy_Plug, CaraNougat et 3 autres ont BigUpé ce message.
    ----- Publicité -----
  2. Cépamoi

    Cépamoi
    Expand Collapse
    Absente en ce moment

    @AngelTen Richard II
    Je tique un peu :ninja:
    Quand tu dis " Quand une personne issue d'une minorité quelconque te dit quelque chose au sujet de ladite minorité, il faut garder à l'esprit que ce n'est potentiellement qu'un point de vue. La diversification des sources ne peut faire que du bien... "

    Ca me fait tiquer parce que ce n'est pas le propre des minorités, ça vaut pour tout groupe humain. Parler ainsi induit un positionnement implicite.

    Et puis, il ne s'agit pas de diversification des sources.
    J'entends: c'est un positionnement d'observateur, c'est un terme de chercheur même mais ici, ça fait jouer le rapport de domination. On s'approprie l'objet "minorité racisée", on renverse l'intention de l'innovation (rappeler que les stéréotypes écrasent les individus, rappeler qu'il s'agit de normes qu'on impose). En ce cas, peu importe notre intention, on finit par reproduire le mécanisme.
    @CaraNougat témoigne de ce qu'elle vit, on ne peut pas lui parler en la reifiant, de notre point de vue "d'observateurs blancs ":ninja: (cara, si je parle trop au lieu de me taire ou si je me trompe, n'hésite pas à me le dire).
     
    -Arwen, Ana-Esperanza, CaraNougat et 3 autres ont BigUpé ce message.
  3. Little Moi-Même

    Little Moi-Même
    Expand Collapse
    Life's short, spend it happy!

    Bah @Ameera je te rejoins là dessus. J'ai croisé (beaucoup) de personnes noires qui prenaient les "j'ai entendu dire que chez vous", "je ne te propose pas d'alcool parce que j'ai entendu dire par mon ami noir que vous en buvez peu" et autres paroles sordides, pour des compliments et comme preuve d'un intérêt des blancs envers elles, voire comme de l'ouverture d'esprit.
    Et bon. Je ne sais pas comment gérer ça non plus. Personnellement, même si j'en comprends la source, j'ai beaucoup beaucoup de mal à garder mon calme lors de discussions comme ça. Surtout lorsque l'on (la personne noire) se tourne souvent vers moi pour que je confirme le cliché. Non non je me désolidarise de toi hein ! En fait contrairement à toi @CaraNougat je ne ressens pas le besoin de passer derrière Je pense que les blancs qui parce qu'ils ont interagi avec un noir pense que nous sommes tous identiques est plus que problématique et je n'éduque pas ces gens la. De plus, je me sens également insultée par la personne noire qui s'enfonce dans le cliché, dans des propos parfois extrêmement violent envers bah elle même et moi par la même occasion. Et le regard de demande d'approbation alors ça non je ne peux pas.

    Généralement lors de ce genre de conversation j'ignore ou je sors un "non nous sommes tous différents nous ne faisons pas tous ça merci je ne pense pas que vous connaissiez tous les noirs de Franceeet de Navarre ici". On me donne souvent raison mais. Pfff. Le mal est fait pour ma part.

    Donc bon. Souvent je me casse et je me fais une idée très arrêtée sur les deux personnes ayant participé à cette discussion devant moi.
     
    Rosenrot_, Kand'x, Eleïa et 12 autres ont BigUpé ce message.
  4. Ameera

    Ameera
    Expand Collapse

    @Little Moi-Même je t'avoue que je ne cherche même plus à contredire ou essayer de raisonner ces personnes, je fais l'autruche en faisant mine de ne pas comprendre. Ce genre de comportement fait beaucoup de mal à toute une communauté, des personnes qui n'ont rien demandé et qui se retrouvent comme de vulgaires illustrations de ce qu'est un noir, un arabe, un juif, un asiatique pour les blancs - et ce par des gens qui ont les mêmes origines qu'eux. De toute façon quand j'essaye de discuter avec ces personnes on me dit que je chipote, que bien sur "on est pas tous comme ca" mais quand même "on est connu pour faire ca/penser ça/être comme ça". D'un coté je ne veux pas non plus en rajouter de peur de rendre mal à l'aise la personne en face de moi- dans le sens où j'ai peur qu'elle prenne mes remarques comme condescendantes surtout quand je n'ai pas la même origine.

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    #7588 Ameera, 8 février 2019
    Dernière édition: 10 février 2019
    Rosenrot_, Allitché, Lily Lou et 12 autres ont BigUpé ce message.
  5. Evanesco

    Evanesco
    Expand Collapse
    More Espresso, Less Depresso.

    @CaraNougat
    Same here, fam, same here. Marrant (non), c'est comme si être de couleur implique nécessairement la notion d'uniformité (voire la conformité) de ce groupe dans sa manière de penser, d'agir, dans ses croyances... Alors qu'on est juste comme tout le monde en fait, on a aussi du libre arbitre. Selon mon état d'esprit je réagis différemment (merci captain obvious :coiffe:), mais je dois avouer que souvent je suis blasée devant la lueur d'incompréhension/de gêne dans les yeux de l'interlocuteur.trice qui se rend compte qu'il.elle a été indélicat.e parce que... mince... j'ai mon propre schéma de pensée et que par conséquent... je ne suis pas tenue de suivre les clichés? Et aussi, je me sens trahie par la personne de la même origine que moi qui a dit de la m*rde, alors qu'objectivement elle ne me doit rien je sais, elle s'exprime juste. Mais c'est tellement dommage d'auto-entretenir les clichés raciaux plutôt que d'oser conscientiser, s'autoriser à aller contre courant/sortir des cases dans lesquelles la société dominante voudrait que l'on soit. (Bon je dis ça comme une donneuse de leçon, mais je suis la première à devoir oser plus, hein. J'y travaille.)
    Et d'un autre côté @Little Moi-Même ton post me donne à réfléchir, parce que la posture de "minorité qui éduque" c'est légèrement fatigant à la longue, c'est vrai :facepalm:
    @Ameera quand tu cites " bien sur "on est pas tous comme ca" mais quand même "on est connu pour faire ca/penser ça/être comme ça" mais c'est totalement ça en fait! Et ça a un côté "serpent qui se mort la queue" je trouve, le truc qui s'auto-entretien indéfiniment et tu sais pas par où commencer pour casser la mécanique. Erf.
     
    Rosenrot_, Kand'x, Ameera et 9 autres ont BigUpé ce message.
  6. Ana-Esperanza

    Ana-Esperanza
    Expand Collapse
    Nope.

    j'ai envie de dire comme vous mais je crois qu'il y avait une distinction entre "on pense tous comme ça nous les x" et "les cheveux crépus sont ceci ou cela". Dans le témoignage qu'il est trop tard pour que j'aille relire on parlait pas de trucs "biologiques" ? Du coup une fois qu'une personne dit "les cheveux crépus s'emmêlent facilement", les blancs prennent ça pour argent comptant, alors que non c'est pas une vérité, mais comme on parle d'un phénotype particulier, ce serait vrai si une personne le dit.

    Je sais pas si je suis claire. Ce serait un peu comme dire "les peaux très blanches brûlent au soleil". Voyez ?
    Je dédouane rien de ce qui a été dit, je suis très d'accord avec vous.
     
    lalaya, Ameera, adita et 6 autres ont BigUpé ce message.
  7. CaraNougat

    CaraNougat
    Expand Collapse

    Par rapport à la situation de mes amies, je précise que :

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    Du coup, c'est un peu différent de ce dont la plupart d'entre vous témoigne, mais la difficulté à concevoir une individualité des personnes issues de minorités, en terme de personnalité et de vécu, est aussi une chose à laquelle j'ai été confrontée donc...

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !

    @Cépamoi @AngelTen Richard II

    Par rapport au crédit qu'elles apportent aux propos d'une seule personne, j'ai du mal à le leur reprocher. Elles semblent fréquenter si peu de personnes noires que je doute qu'elles aient l'occasion d'avoir des discussions ou d'entendre l'avis de beaucoup plus de personnes concernées. C'est d'autant moins évident de prendre de la distance quand par ailleurs on est exposée à des idées sur des sujets sur lesquels on n'a jamais vraiment réfléchi auparavant et que ça vient d'une personne en qui on a un peu confiance (amie/connaissance). Si je suis à nouveau exposée à ce type de situation, j'essaierai peut-être d'élever un peu le niveau de la discussion...

    @Ameera

    Dans les situations que j'évoquais, j'ai plutôt l'impression que les personnes en question se dévalorisaient et mettaient leur particularités ou complexes sur le compte de leur race. Ce n'est pas vraiment le rejet de l'individualité en terme de personnalité mais plus l'affirmation d'une unité en terme de corps :cyclope:
    Mais j'ai aussi déjà du faire face au phénomène que tu décris. Cette revendication et promotion des préjugés raciaux par des personnes concernées a beaucoup influencé mon rapport à ma race dans mon adolescence (pour le pire).

    @Little Moi-Même Ça me fait de la peine d'imaginer qu'elles puissent voir d'autres personnes noires avec le filtre de cette désinformation, du coup, je n'arrive pas à ignorer. :sweatdrop: Surtout que j'ai parfois l'impression qu'elles finissent par avoir pitié de moi ou des femmes noires de façon générale, et ça m'énerve vraiment...
     
    Lady Stardust, CabroCarus, adita et 10 autres ont BigUpé ce message.
  8. Ana-Esperanza

    Ana-Esperanza
    Expand Collapse
    Nope.

    Il m'était arrivé un truc que j'avais déjà raconté ici, à l'intersection entre racisme et masculinité toxique, dans la veine de ce dont on est en train de parler.

    J'ai rencontré mon ex via un pote à lui (qui était un collègue de fac) et ensemble ils avaient des théories sur les femmes et le sexe etc. Comme des gars toxiques.
    Ils disaient que les femmes noires avaient les aréoles plates. C'était leur grosse théorie qu'ils avaient entendue quelque part et ils avaient pour mission de la vérifier (mind you, j'étais pas au courant de ça en sortant avec mon ex évidemment).

    Le mec de la fac avait dit à mon ex qu'il avait couché avec moi, ce qui était faux, et pour prouver ses dires il avait dit que j'avais des aréoles plates de femme noire.

    Quand mon ex a vu mes boobs il a su que c'était faux que son pote avait couché avec moi, mais il maintenait quand même que les femmes noires avaient des "CD-R" sur les seins (aréole plate avec une référence des années 2000)... Peut être pour ça d'ailleurs qu'il aimait tant me dire que je n'étais pas vraiment noire...

    Ajout : le "CD-R" ce serait une aréole avec le téton écrasé et l'aréole très large, de la taille d'un CD.
     
    Rosenrot_, Lady Stardust, Kaeloolagrenouille et 13 autres ont BigUpé ce message.
  9. Camaeleon

    Camaeleon
    Expand Collapse

    @Ana-Esperanza, ton expérience est l'une des raisons pour laquelle je me méfie des hommes (racisés ou blancs) qui viennent me draguer surtout quand ils se targuent d'ouverture d'esprit doublé de voyage humanitaire en "Afrique" (genre c'est un pays).
    J'ai pas envie d'être une expérience pour leur plaisir et ça me met mal à l'aise de savoir que sans même le vouloir je transmet cet image de bête de sexe exotique. Je veux dire nos corps ne sont pas des planètes non visitées qu'il faut absolument explorer au nom de la science.
    C'est épuisant de se demander si déjà la personne est attirée par les femmes noires avant de faire un mouvement (d'ailleurs je déteste cette pensée automatique que j'ai dès que quelqu'un me plait) et/ou si cette personne ne serait pas une fétichiste ou veut juste se servir de notre corps pour faire une généralité quand on se fait draguer.
    La déshumanisation des femmes racisée est tellement banalisée dans notre société que s'en est effrayant.

    Sinon, j'ai un problème qui me taraude depuis un certain temps.
    J'ai l'impression d'avoir perdue mon français. Depuis que j'ai découvert la littérature vers mes 11 ans, je suis devenue une férue de lecture et mon vocabulaire s'était nettement amélioré, j'avais une diction parfaite, je jouais avec les mots comme pas permis, bref j'était tombé amoureuse de la langue française. Puis j'ai ouvert les yeux sur le racisme,
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    . En avalant la pilule rouge comme on dit, on remarquant tous les préjugés que je vivais sans m'en rendre compte, en découvrant l'histoire entre mon pays de cœur et mon pays d'origine, le fait que je ne me sentais pas congolaise mais je voyais que jamais aux yeux des gens de mon pays d'accueil je serais l'un de leur, il y a eu un sorte de craquage, pendant des mois, je me sentais perdue, sans identité, la langue française m'était devenue inconnue, étrange à parler et j'ai perdu mon français. J'ai commencé à faire des fautes que je n'aurais jamais fait, l'orthographe et la prononciation me sont devenus étrangers, mon aisance à l'oral à juste disparu, je ne savais plus du tout parler français, c'était horrible un cauchemar dont je ne pouvais en parler. J'avais l'impression de devenir folle et j'en garde toujours des séquelles encore aujourd'hui.
    Je ne sais pas si je suis la seule à qui c'est arrivé, j'ai l'impression d'être la seule a avoir eu cette expérience. Et j'ai peur d'aller chez un psy ou un logopède pour ça, j'ai peur qu'on me rit au nez. C'est vraiment hyper handicapant parce que tout ce que j'ai perdu a une valeur inestimable pour moi. Et c'est vraiment pas facile tous les jours à devoir rechercher des mots simples, à devoir réfléchir pendant plusieurs minutes avant de parler ou d'écrire un mot à cause de l'orthographe.
    En perdant mon identité j'ai perdu ma langue. Pour moi la langue française était ma langue maternelle, la seule que je connaissait pourtant autour de moi on se cessait de me dire que non, que je ne pouvais possiblement parler cette langue avec une telle aisance en ayant ma couleur de peau et je l'ai perdue.
    Je me vois encore pleurer, crier de détresse face ce qui m'arrivait, mon entourage ne comprenait pas ce qui m'arrivait, mes profs s'étonnaient de mon état, de mes fautes, de pourquoi j'étais silencieuses. Mes amies me faisaient la remarque, que je ne parlais plus comme avant, que je faisais/fais des fautes que je n'aurai jamais fait.
    Je ne sais plus vers qui me tourner pour demander de l'aide, j'ai cette peur qu'on ne me prenne pas au sérieux si je vais chez un.e professionnel.le pour régler ça, je ne sais même pas chez qui je dois me tourner, un psy, un logopède, les deux ?
     
    #7593 Camaeleon, 9 février 2019
    Dernière édition: 9 février 2019
    Rosenrot_, Lady Stardust, Kand'x et 23 autres ont BigUpé ce message.
  10. Evanesco

    Evanesco
    Expand Collapse
    More Espresso, Less Depresso.

    Non mais la crétinerie n'a vraiment pas de limite, ils se prenaient pour qui ces misogynes??? :oo::oo::scream::scream:
    Oh @Ana-Esperanza , je suis vraiment désolée que tu ais croisé de tels goujats, enfin je devrais plutôt être désolée pour eux d'avoir si peu de QI (sauf qu'en vrai j'ai pas envie, j'ai plutôt envie de les traiter de tous les noms mais bon :innocent:).
    Je trouve ça un peu violent le couplet du "tu n'es pas vraiment noire", je l'ai vécu aussi ("non mais Evanesco toi tu n'es pas noire, tu es bronzée") et ça m'avait bien mis mal à l'aise. Déjà: de quoi tu te mêles? De. quoi. tu. te. mêles. Et je suis sensée le prendre comment? Être flattée par la hiérarchisation implicite bronzée>noire? Et pis ça fait quoi d'être noire, en vrai, ça gêne tellement que les gens se sentent obligés de rectifier ce que je suis (parce que c'est même pas une histoire de ressenti là, je le suis, et pis je suis pas Rachel Dolezal mince) pour que eux soient moins heurtés? Sans déc.

    Edit pour @Camaeleon : déjà, :hugs:si tu le veux bien. Ensuite, j'allais te proposer un orthophoniste mais je viens de voir que c'est pareil qu'un logopède en fait. Si tu veux mes two cents, essaye de reconsidérer l'intérêt du psy? Je pense comprendre tes réserves (j'en avais ENORMEMENT avant de me lancer et de consulter, et on va pas se mentir comme dans tous les domaines y a à boire et à manger, c'est un peu un travail de patience pour en trouver un qui te corresponde vraiment et qui te mette assez à l'aise). Simplement, il me semble que ton "souci" ne résulte pas d'un seul souci d'articulation ou de perte de mémoire du mot, il est couplé à un vécu/un traumatisme (pardon si j'utilise des mots trop forts ou si tu trouves que je vais trop loin, dis-le moi), du coup ça a travaillé+++ au niveau psychique et ça s'est imprimé en toi... Au vu de ce que tu ressens, ça va peut être le coup de proposer à ton psychisme une prise en charge? Parfois notre cerveau aussi à besoin qu'on prenne soin de lui, et de manière ciblée. Ce n'est pas une honte, tu n'as pas à avoir honte. Et tu aurais un truc un peu complet quoi. Mais bon tu fais comme tu veux bien sûr (et dans la mesure de tes moyens), j'ai envie de te dire que tu vas retrouver qui tu es, courage :fleur:
     
    #7594 Evanesco, 9 février 2019
    Dernière édition: 9 février 2019
    Kand'x, Lady Stardust, Emenulis et 11 autres ont BigUpé ce message.
  11. Camaeleon

    Camaeleon
    Expand Collapse

    @Evanesco, merci beaucoup :cupidon:
    Tu ne vas pas du tout loin, ce déni de mon identité a été un vrai traumatisme. Ça fait un moment que je pense à consulter pour ça mais je ne sais juste pas comment aborder ce problème. J'ai eu un suivi psy pour la première fois pendant l'été jusqu'en novembre mais y avait tellement de nœuds et de problèmes accumulés depuis des années à traiter que j'ai eu du mal à parler de celui-ci et de pleins d'autres.
    Je veux dire, je viens à peine de réussir à accepter mon anxiété et à apprendre à vivre avec et on a juste frôlé la surface de tous mes problèmes avec ma spy avant que j'arrête. Je ne sais pas comment amorcer mon problème de langage, je me vois pas venir et dire : "Je pense que le racisme m'a tellement bousillé que je ne sais plus parler français et j'aimerai que vous m'aidiez à me le réapproprier"
     
    Lady Stardust, Emenulis, Eleïa et 14 autres ont BigUpé ce message.
  12. Evanesco

    Evanesco
    Expand Collapse
    More Espresso, Less Depresso.

    @Camaeleon je t'en prie :fleur:
    (En fait je la trouve bien moi, ta formulation :ninja: Parce qu'elle expose ton problème, ce que tu attends du thérapeute, et tu prends même la peine d'indiquer une piste de réflexion! En ciblant sur une problématique, tu avances le travail, en quelque sorte ^^)

    Sinon, j'ai vu passer ça sur tumblr et ça m'a fait sourire en coin, du coup je vous le partage (pardon c'est un peu long et en plus les images sont grandes, je préfère le mettre en deux parties '-'):

    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
    Ce contenu n'est visible que par les membres validés. Rejoins-nous ou connecte-toi !
     
    #7596 Evanesco, 9 février 2019
    Dernière édition: 10 février 2019
    Kaeloolagrenouille, Loya, Eleïa et 11 autres ont BigUpé ce message.