Vos auteurs préférés

Sujet dans 'Forum Littérature / BD / Manga / Comics' lancé par Jeanne des brums, le 16 août 2008.

  1. Jeanne des brums

    Jeanne des brums
    Expand Collapse
    Il faut savoir ce que l'on aime, et rentrer dans son HLM manger du poulet aux hormones.

    Bon comme l'indique le titre du topic, ici vous pourrez lister vos écrivains fétiches en citant tout ce que vous avez lu d'eux, et en argumentant si possible =)
    ( j'ai fait une petite recherche pour vérifier qu'un tel topic n'éxistait pas déjà, et je crois que non ( bon, la question est dans le questionnaire de proust mais j'ai pas envie de me farcir ceux de toutes les mad', j'espère que vous comprennez :blaugh: ). Bon, après y'a "vos livres préférés", mais je considère que c'est deux topics qui méritent d'être différenciés, après je laisse soin aux admins de supprimer mon topic s'ils considèrent qu'il ressemble trop à d'autres )
    Je commence :icon_4laugh: ( pas classés dans l'ordre )

    La comtesse de Ségur ( La soeur de Gribouille, Les petites filles modèles, Les malheurs de Sophie, Un bon petit diable, les vacances et Les mémoires d'un âne ) : Ça fait bien deux ans que j'ai pas touché un de ses livres mais ils m'ont tellement passionnée à l'époque où je les lisais que je la considère comme un de mes auteurs favoris. Ses livres sont souvent associés à la littérature enfantine à tort car je les trouve agréables à lire et touchants, quel que soit l'âge ( d'ailleurs mon examinateur à l'oral de français était fan d'elle, comme quoi y'a pas d'âge )

    Marc Lévy ( Et si c'était vrai, Où es-tu, Vous revoir ) : Oui, c'est bâteau. Oui, tout le monde aime. Oui, pour beaucoup Marc Lévy est ce qu'est Céline Dion à la varieté française, ce qu'est Desperate Housewives aux séries américaines, ce qu'est Titanic au cinéma, ce qu'est Hana yori dango aux dramas/mangas ( référence probablement moins connue que les autres mais tout aussi explicite pour moi :P ), c'est à dire un classique un peu trop classique et trop médiatisé pour ce que c'est. Mais moi, je peux pas m'empêcher d'adorer tout ce que j'ai cité, Marc Lévy y compris. Où es-tu ( qu'est-ce que j'ai pleuré devant ce livre... ) est mon préféré des trois. Même si ça n'a rien d'original, même si on risque de me dire qu'il y a bien mieux et que c'est de la littérature de néophyte, et bien moi j'adore Marc Lévy ( même si Vous revoir était un peu en dessous ).

    André Malraux ( La condition humaine ) : Ça fait pas très calé en la matière de se dire fan d'un écrivain lorsque l'on a lu qu'une seule de ses oeuvres, mais c'est souvent mon cas. J'ai trouvé l'analyse psychologique des personnages absolument passionante dans ce livre, et le style d'écriture de Malraux me plaît beaucoup.

    Boris Vian ( L'écume des jours ) : Pareil que pour Malraux, je l'adore en ayant lu qu'un seul livre de lui... Sa capacité à jongler avec les registres dans l'écume des jours m'a vraiment plu, j'aime sa fantaisie, j'aime cet auteur.

    Denis Diderot ( Jacques le fataliste, supplément au voyage de bougainville ) : J'aime ses idées et la façon qu'il a de les faire passer, j'aime les libertés qu'il prend avec l'écriture ( et pas seulement avec l'écriture ) dans Jacques le fataliste... Et pour beaucoup de raisons que j'ai pas le courage d'énoncer je l'adore.

    Molière ( Dom juan, le médecin malgré lui, le malade imaginaire, les précieuses ridicules... ) : C'est plus un dramaturge qu'un écrivain mais il a une impressionante capacité à me faire rire.

    Bon en fait je me rend compte que ma liste est absolument ridicule ( et je suis loin d'être calée niveau auteurs contemporrains... ), j'adore la littérature mais ça fait bien deux ans que je ne lis plus de mon plein gré et que je me contente seulement de mes lectures cursives... Je vais m'y remettre maintenant que je sais que si je me force pas à lire, personne ne m'y forcera ( raison : passage en terminale cette année, donc adieu les cours de français, à mon plus grand regret :sad: ). Je reviendrai compléter ma liste au fur et à mesure.

    N'hésitez pas à mettre votre liste :biggrin: ( dit celle qui avait peur que son topic fasse un bide ), ça m'intéresse et j'aimerais me baser sur différents avis pour mes prochaines lectures.
     
  2. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Boris Vian (L'Ecume des jours, L'Herbe Rouge, Je voudrais pas crever, Les morts ont tous la même peau, Elles ne se rendent pas compte, L'Arrache-Coeur) : C'est en lisant L'Ecume des jours que je me suis rendue compte de ce qu'un roman pouvait vraiment être et faire, il est très différent des autres oeuvres de Vian, mais je retrouve toujours la même poésie, une ironie que je trouve assez douce, une grande tendresse même dans ses oeuvres les plus "dures", quelque chose de vraiment particulier qui ne se trouve pas chez d'autres romanciers.

    Diderot (Jacques le fataliste, La Religieuse, Le supplément au voyage de Bougainville) : C'est surtout pour La Religieuse en fait, qui est une oeuvre absolument géniale. C'est plus dur à expliquer que pour Boris Vian, parce que je ne trouve rien d'absolument génial à l'écriture de Diderot, mais j'aime beaucoup.

    Céline (Conversations avec le professeur Y, Mort à crédit, Voyage au bout de la nuit, Arguments pour Ballets, énormément d'extraits de ses pamphlets) : J'ai une tendresse particulière pour Céline, en dehors du fait qu'il ait l'une des écritures les plus puissantes du XXème siècle, c'est un auteur que je trouve profondément... Je ne sais pas trop, en fait, humain est le mot qui me vient mais j'ai conscience que ça puisse vraiment faire débat à cause de certaines de ses positions. Mais peut-être justement à cause de ses positions, de sa façon de ne pas du tout les appliquer dans le monde réel, son manque de logique, sa folie... Je n'admire pas Céline, ni même son écriture, mais j'ai énormément de tendresse pour quelqu'un qui m'apparaît profondément humain avec tous les paradoxes et toute la bêtise que ça implique. Et bien sûr ses oeuvres sont magistrales. Et même quand elles ne le sont pas, son écriture reste incroyable.

    Flaubert (Salammbô, Trois Contes, L'Education Sentimentale, beaucoup de Madame Bovary mais pas en entier) : Il y a six mois j'aurais sans doute dit que je n'aimais pas Flaubert. C'est peut-être parce que cette année j'ai eu un professeur de lettres qui détestait Flaubert mais peu à peu je l'ai redécouvert. Il a une écriture assez lente, très fouillée, pleine d'imperfections et terriblement juste. Je suis en train de lire L'Education Sentimentale et c'est sans doute l'un des meilleurs livres que j'ai pu lire.

    Christian Bobin (là je ne peux pas vraiment lister, j'ai dû lire une vingtaine de ses oeuvres) : Beaucoup de gens n'aiment pas Bobin, il est souvent trop religieux à mon goût, je n'adhère pas à tout, mais il y a énormément de poésie dans ce qu'il écrit. Ses livres me donnent envie de passer ma vie à lire, allongée dans l'herbe, sans jamais me poser la question du travail ou des études, ils me donnent envie de passer mon temps à sentir le temps s'écouler, à marcher pieds nus dans l'herbe le matin, à... Je ne sais pas ! Plein plein plein de toutes petites choses qui prennent soudain une importance capitale. Quand je lis du Bobin j'ai l'impression d'être enveloppée dans du coton, complétement à l'abri du monde, tout est d'une telle douceur. Et ça, c'est assez inestimable !

    Marguerite Duras (Moderato Cantabile, Le ravissement de Lol V. Stein, La pute de la côté normande, Détruire dit-elle, Hiroshima mon amour, Dix heures et demie du soir en été, L'été 80, L'Amant, La Douleur, L'Amant de la Chine du Nord, Ecrire) : Je comprends toutes les critiques qu'on formule contre Duras, c'est parfois facile et complaisant, son écriture peut sonner factice de temps en temps, elle peut même être pénible, mais parfois c'est aussi magnifique. L'écriture de Duras oscille un peu entre ses deux pôles, il y a des livres incroyables et d'autres presque ratés, mais dans l'ensemble je trouve cet équilibre précaire assez charmant, son écriture me parle vraiment, il y a quelque chose de très personnel dans le fait d'aimer ou de ne pas aimer Duras à mon sens et personnellement j'aime énormément.

    Ma liste est très loin d'être terminée, je repasserai !
     
  3. Skunk

    Skunk
    Expand Collapse
    Mélange instable

    C'est pas lui qui a écrit Extension du domaine de la lutte? On m'en a parlé mais je sais pas trop ce que vaut ce livre ..

    Sinon je dirais:
    Charles Buckowski, je saurais pas vraiment comment en parler, mais j'aime sa façon d'écrire; c'est toujours plus ou moins autobiographique et c'est cru. Mais c'est pas gratuit, enfin il donne pas l'impression d'écrire du cru pour choquer et vendre, mais pour exprimer sa marginalité. On reconnaît sa patte dans chacun de ses romans (et ses nouvelles, et ses poèmes même si ca ne se ressent pas de la même façon), même quand son environnement change - sa jeunesse dans Souvenirs d'un pas grand chose, sa vieillesse dans Le capitaine est parti déjeunner et les marins se sont emparés du bateau ( :biggrin: ), ses conquêtes dans Women, sa vie bordélique dans Au sud de nulle part, eutécé. -

    Pour le reste j'ai beaucoup aimé des livres en particulier mais j'irai pas jusqu'à dire que leur auteur fait partie de mes préférés puisque je n'en ai pas lu assez d'eux..

    (Si, j'ajoute: Lewis Caroll, j'ai juste lu Alice au pays des merveilles et Alice de l'autre côté du mirroir, et si on lit toutes les notes du traducteur (en tout cas dans mon édititon), on se rend compte que ce mec est hallucinant.)
     
  4. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Chuck Palahniuk (Monstres invisibles; Fight club; Survivant; Berceuse, Choke, Journal Intime, Rant, Non-Fiction) : une découverte coup de poing qui frappe à chaque fois avec la même ampleur. Chaque nouveau roman est un nouveau lot de découvertes et ont tous une pertinence impressionnante. J'aime beaucoup le processus d'écriture du monsieur aussi : basé sur ses expériences, sur l'écoute des autres, sur la collecte d'informations.

    Philip K. Dick (Coulez mes larmes, dit le policier; A rebrousse-temps; La Fille aux cheveux noirs; Substance mort; Les voix de l'asphalte). J'ai une grande affection pour cet auteur qui au-delà de l'étiquette S.F a su m'émouvoir. Ses romans sont empreints d'éléments autobiographiques, notamment le vécu de l'auteur avec la drogue, ses angoisses, ses névroses. Et c'est avec une immense poésie qu'il a réussi à peindre la désillusion, la lutte contre soi-même, contre sa propre génération.

    Jean-Paul Sartre (Huis clos; Les mains sales; La nausée; Les mots; Les mouches). Je ne saurais pas vraiment expliquer ce qui me touche exactement chez Sartre, si c'est plus son combat ou son écriture profonde et intimiste qui a pu me mettre mal à l'aise autant que me foudroyer! Je n'ai pourtant pas lu grand chose de lui, je vias y remédier.
     
  5. Westeros.

    Westeros.
    Expand Collapse
    Vieu meuble de Madmoizelle.com

    Roahl Dahl et Marc Levy :heartbeat::heartbeat::heartbeat:
     
  6. Volterra

    Volterra
    Expand Collapse
    Sweet living nightmare.

    Albert Camus (L'étranger, La chute), j'aime, j'adule son écriture. Je comprends et adhère à la plupart de ses idées et convictions. Je le considère comme un grand homme.

    Jean Anouilh, pour Antigone, principalement. J'ai beaucoup moins aimé mes autres lectures (Eurydice, Roméo et Jeannette), mais elles n'ont pas pour autant réussi à le faire tomber de son piédestal. Son écriture et sa vision du monde me touchent. Je me reconnais beaucoup en ce qu'il écrit.

    Emile Zola (Au bonheur des dames, Nana). J'ai mis des années à apprécier ses oeuvres. Aujourd'hui elles m'apaisent. Zola est celui que j'ai envie de lire quand il pleut, bien installée sous ma couverture avec un thé brûlant. Il a un côté paternel, ses personnages sont attachants, ce qu'il écrit est à la fois fort et calme.

    Charles Baudelaire. Je suis loin d'avoir tout lu et c'est un peu cliché de le citer, mais certains de ses poèmes m'ont littéralement transportée. En particulier Recueillement, qui a été une véritable révélation. C'est lui qui m'a fait aimer la poésie. J'ai adoré l'étudier au lycée.
     
  7. Creamm

    Creamm
    Expand Collapse
    gloutonnise.

    Francis Scott Fitzgerald ( Gatsby le magnifique, presque tout Un diamand gros comme le Ritz, Tendre est la nuit, Le pirate de la haute mer et autres nouvelles )
    Le lire me donne parfois l'impression de craqueler de l'intérieur, devant tant de justesse et de beauté. J'aime ses images, ses métaphores, et j'aime aussi la manière qu'il avait de se positionner par rapport aux comportements de ses personnages, l'air de dire : ''ce n'est ni mal, ni bien, ils sont humains''. J'aime l'espèce d'impression de lumière jaune claire qui se dégage de ses livres, le gout doux-amer...C'est vraiment mon auteur fétiche.

    Toni Morisson ( Sula, Beloved.) J'admets que je ne l'ai pas tant lu, mais ces deux livres m'ont laissé une impression indélibile. J'ai toujours l'impression que la vie et la magie sont intereliées, et je suis toujours incapable de l'expliquer, c'est une sensation diffuse et ce ne sont pas des mots, mais elle illustre très bien mon vertige ! Bien bien au-delà du simple réalisme magique. Juste de le voir retranscrit m'a épaté, mais je ne l'adore pas que pour cela. Je ne me sens jamais noire, sauf lorsque je la lis...., je trouve qu'elle a tout a fait compris ce, qu'encore une fois, je 'sentais' mais que je n'arrive pas à nommer, l'espèce d'''essence noire''. Ce qui me mène à Chester Himes ( Le dernier des primitifs, La reine des pommes, Imbroglio negro ), que j'aime pour les mêmes raisons, même si les deux auteurs, n'ont, je crois, pas grand-chose en commun. J'aime aussi sa mélancolie, son ironie.

    Raymond Carver ( Les vitamines du bonheur, Parlez-moi d'amour, Tais-toi je t'en prie, When water comes together with other water ) C'est l'auteur dont je suis le plus admirative. Beaucoup trouvent que ses nouvelles sont toutes identiques, et peut-être le sont-elles, à quelque part, mais c'est dans cela aussi que je trouve que sa poésie réside. J'aime aussi son message, son côté social, qui ne pointe jamais mais critique tout de même. J'aime ses non-dits, sa profondeur, sa manière de travailler ses nouvelles, le fait qu'elles n'aient jamais vraiment ni de début ni de fin.

    Dany Boudreault ( Et j'ai entendu les vieux dragons battre sous ta peau, Voilà ! ) J'ai tant lu ses poèmes ! Ils sont explosifs, vindicatifs, ils battent vraiment sous la peau, ils sont magnifiques, je n'ai rien d'autres à en dire. C'est mon poète favori.

    Marie Uguay ( Signe et rumeur, Outre-vie, Autoportraits, Journal ) J'allais écrire 'ma préférée parmi toutes mes préférées' mais je ne sais pas si c'est exact. Une fois j'ai écrit un machin, bien avant de la lire, et elle l'avait écrit, elle aussi, en mieux, c'est clair, mais avec quasi les mêmes mots. C'est vraiment l'auteur qui me trouble le plus...Jamais je me suis sentie aussi proche, aussi identique de quelqu'un en le lisant.

    Réjean Ducharme ( L'avalée des avalées, L'hiver de force, Le nez qui voque, Ines Péré et Inna Tendu, La fille de Christophe Colomb ) C'est un peu l'anti-thèse de Carver ahaha, et je ne me sens pas du tout proche de son imaginaire, mais j'adore son foisonnement, sa manière de capter le ridicule ou la beauté d'une situation en un jeu de mot éloquent qu'il vient saboter de multiples répétitions. Il joue si bien avec la langue, ça m'époustoufle.

    Gabrielle Roy ( Ces enfants de ma vie, La détresse et l'enchantement, Bonheur d'occasion, La rivière sans repos ) Gabrielle Roy m'apaise...C'est un peu surranné mais ça en est qu'encore plus beau. Tout est joli, tout coule. Son autobiographie porte bien son nom 'd'enchantement'. Sa tendresse est immense, ça me réchauffe, je ne sais pas comment dire, elle a tant d'amour pour tout ce qui l'entoure, et c'est une femme qui n'a pourtant pas beaucoup été aimée - si je ne me trompe pas - c'est fabuleux à lire.
     
  8. Creamm

    Creamm
    Expand Collapse
    gloutonnise.

    Lol comment j'ai assassiné le sujet avec mon pavé !!!

    Moi, égocentriquement, j'aimerais bien que les gens continuent à répondre, c'est le genre de truc que j'aime bien lire.
     
  9. Elfamelie

    Elfamelie
    Expand Collapse
    Insolente de facilité

    A chaque fois je me dis que je vais répondre, mais j'ai vraiment du mal.

    En vrac :

    Patrick Modiano est à mes yeux un très grand écrivain contemporain, j'aime infiniment son style, les univers qu'il évoque, les personnages, la subtilité, la poésie de son écriture. Il a déjà une oeuvre assez abondante, j'ai particulièrement aimé Rue des Boutiques obscures, Dora Bruder, Un cirque passe, et son "autobiographie" de jeunesse, Un pedigree. Un maître !

    Madame de la Fayette, pour La Princesse de Clèves, un roman magnifique, il faut que je lise les autres. Cette grâce, cette emphase de l'écriture, cette finesse dans l'analyse psychologique ! Enfin, Mindy en parlera bien mieux que moi.

    Laclos pour Les Liaisons dangereuses, également pour un seul livre, donc, mais quel livre ! Un chef d'oeuvre absolu.

    Diderot est aussi une très grande plume du XVIIIe, tout ce que j'ai lu de lui m'a beaucoup plu, j'ai vraiment un petit "faible" pour lui à côté de Voltaire, et de Rousseau peut-être aussi.

    Goethe pour sa poésie, ses écrits autobiographiques, Les Souffrances du jeune Werther, moins pour le théâtre, sauf Faust. C'est un personnage universel, il y a tout dans ses textes, c'est un monument, mais un monument qui me séduit infiniment.

    Les dramaturges classiques, chacun pour des raisons différentes, Corneille pour L'Illusion comique, Racine pour ...comment dire ?, et Molière dont j'aime tout particulièrement Dom Juan, Tartufe et Le Misanthrope.

    Flaubert parce que ... Flaubert !

    Parmi les poètes, Ronsard et Du Bellay, Baudelaire, Desnos, Mallarmé, le jeune Victor Hugo (surtout Les Orientales en fait).

    J'ai aussi adoré les livres d'Alessandro Baricco, un écrivain italien au style très musical. J'ai surtout beaucoup, beaucoup aimé Océan mer, un magnifique roman.

    J'en oublie plein, et j'ai tout mélangé, mais c'est pas grave, j'aurai essayé. J'ai mis surtout des écrivains français parce que j'arrive mieux à juger d'un style dans la langue original, mais je pourrais citer Fitzgerald, et même le finnois Arto Paasilinna dont les livres occupent mon chevet avec bonheur.
    Je reviendrai éditer, et comme Creamm, j'attends que vous vous lanciez !
     
Chargement...