Vos poèmes/poètes préférés?

Sujet dans 'Culture Générale' lancé par Madrigale., le 13 septembre 2009.

  1. Madrigale.

    Madrigale.
    Expand Collapse
    Soudainement optimiste

    Question simple: quels sont vos poèmes et vos poètes préférés et pourquoi?
     
  2. Zen-alia

    Zen-alia
    Expand Collapse
    It's Business Time!

    J'aime beaucoup La Courbe de tes Yeux, de Paul Eluard... Surtout ces phrases là :
    "La courbe de tes yeux fait le tour de mon coeur"
    "...si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu, c'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu"
    "le monde entier descend de tes yeux purs, et tout mon sang coule dans leur regard"
    MA-GNI-FIQUE, ça me va droit au coeur :)

    Ou aussi Si, de Kipling.
    Ce poème incarne toutes mes valeurs, c'est le modèle de conduite auquel j'aspire ^^
     
    Papuchd a BigUpé ce message
  3. Cygnus

    Cygnus
    Expand Collapse
    Sous-marin

    ... 
     
    #3 Cygnus, 13 septembre 2009
    Dernière édition: 13 septembre 2009
  4. Amarcord

    Amarcord
    Expand Collapse
    Stiamo sbagliando tutti !

    J'aime d'amour Les Chimères de Gérard de Nerval, en particulier El Desdichado et Delfica. Je trouve que le premier exprime la mélancolie dans ce qu'elle a de plus déchirant, de plus meurtrier ; qu'un amour déçu y est la cause de tous les maux. Tandis que Delfica exprimerait plutôt la nostalgie du passé, et l'espérance presque enragée de trouver un ailleurs plus beau ; c'est un poème très doux à mes yeux, et à la fois très puissant ("Ils reviendront, ces dieux que tu pleures toujours"...).

    J'adule La Jeune Parque de Paul Valéry. Bien que ça soit un poème complètement hermétique, il y a des vers qui me parlent énormément ; souvent en le lisant il m'arrive de penser "Mais ? C'est exactement ce que je ressens/ c'est exactement la vision que j'ai de telle expérience/ tel sentiment !" Je me reconnais beaucoup dans ce poème car il y a quelque chose d'onirique là dedans, quelque chose qui me dépasse et qui à la fois, je le sens, se trouve au plus profond de moi-même (je ne sais pas si je suis très claire :o).

    Je reviendrai sûrement parler d'autres poèmes !
     
  5. Volterra

    Volterra
    Expand Collapse
    Sweet living nightmare.

    Je suis folle amoureuse de Recueillement, de Baudelaire. Ce poème me parle plus que n'importe quel autre.
     
  6. clem-ence-2

    clem-ence-2
    Expand Collapse
    tiladadoum Guest

    Tout d'abord, Pierre De Ronsard avec
    " Mignonne, allons voir si la rose
    Qui ce matin avait déclose
    Sa robe de pourpre au soleil
    A point perdu cette vêpré
    Les plis de sa robe pourprée
    Et son teint au votre pareil.

    Las, voyez comme en peu d'espace
    Mignonne, elle a dessus la place
    Las las, ses beautés laissé choir
    O vraiment marâtre nature,
    Puisqu'une telle fleur ne dure
    Que du matin jusques au soir

    Donc si vous me croyez mignonne
    Tandis que votre age fleuronne
    En sa plus verte nouveauté
    Cueillez, cueillez votre jeunesse
    Comme à cette fleur la vieillesse
    Fera ternir votre beauté. "


    Puis Victor Hugo avec:
    " Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
    Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
    J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
    Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

    Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
    Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
    Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
    Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

    Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
    Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
    Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
    Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur. "


    Je connais ces deux poèmes par coeur tellement je les trouve magnifique.
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'apprécie tout particulièrement et pour ma part Baudelaire, Rimbaud et Verlaine (grands classiques).

    Petits poèmes adorés, en vrac :

    Je me dis bien souvent : de quelle race es-tu ?
    Ton coeur ne trouve rien qui l'enchaîne ou ravisse,
    Ta pensée et tes sens, rien qui les assouvisse :
    Il semble qu'un bonheur infini te soit dû.

    Pourtant, quel paradis as-tu jamais perdu ?
    A quelle auguste cause as-tu rendu service ?
    Pour ne voir ici-bas que laideur et que vice,
     
  8. Creamm

    Creamm
    Expand Collapse
    gloutonnise.

    Je suis folle de Catherine Lalonde, de Tania Langlais, d'Anne Hébert, et évidement, de Gaston Miron, dont voici un extrait de sa Marche à l'Amour, tiré de L'homme Rapaillé :

    j'ai un coeur de mille chevaux-vapeur
    j'ai un coeur comme la flamme d'une chandelle
    toi tu as la tête d'abîme douce n'est-ce pas
    la nuit de saule dans tes cheveux
    un visage enneigé de hasards et de fruits
    un regard entretenu de sources cachées
    et mille chants d'insectes dans tes veines
    et mille pluies de pétales dans tes caresses
    tu es mon amour
    ma clameur mon bramement
    tu es mon amour ma ceinture fléchée d'univers
    ma danse carrée des quatre coins d'horizon
    le rouet des écheveaux de mon espoir
    tu es ma réconciliation batailleuse
    mon murmure de jours à mes cils d'abeille
    mon eau bleue de fenêtre
    dans les hauts vols de buildings
    mon amour
    de fontaines de haies de ronds-points de fleurs
    tu es ma chance ouverte et mon encerclement
    à cause de toi
    mon courage est un sapin toujours vert
    et j'ai du chiendent d'achigan plein l'âme
    tu es belle de tout l'avenir épargné
    d'une frêle beauté soleilleuse contre l'ombre
    ouvre-moi tes bras que j'entre au port
    et mon corps d'amoureux viendra rouler
    sur les talus du mont Royal
    orignal, quand tu brames orignal
    coule-moi dans ta plainte osseuse
    fais-moi passer tout cabré tout empanaché
    dans ton appel et ta détermination
    Montréal est grand comme un désordre universel


    Puis de Saint-Denys Garneau, aussi ( vraiment beaucoup beaucoup ) ( pris ici de Regards et Jeux dans l'Espace ) :

    Accompagnement

    Je ne suis pas bien du tout assis sur cette chaise
    Et mon pire malaise est un fauteuil où l'on reste
    Immanquablement je m'endors et j'y meurs.
    Mais laissez-moi traverser le torrent sur les roches
    Par bonds quitter cette chose pour celle-là
    Je trouve l'équilibre impondérable entre les deux
    C'est là sans appui que je me repose.

    Spectacle de la danse

    Mes enfants vous dansez mal
    Il faut dire qu'il est difficile de danser ici
    Dans ce manque d'air
    Ici sans espace qui est toute la danse.
    Vous ne savez pas jouer avec l'espace
    Et vous y jouez
    Sans chaînes
    Pauvres enfants qui ne pouvez pas jouer.
    Comment voulez-vous danser j'ai vu les murs
    La ville coupe le regard au début
    Coupe à l'épaule le regard manchot
    Avant même une inflexion rythmique
    Avant, sa course et repos au loin
    Son épanouissement au loin du paysage
    Avant la fleur du regard alliage au ciel
    Mariage au ciel du regard
    Infinis rencontrés heurt
    Des merveilleux.
    La danse est seconde mesure et second départ
    Elle prend possession du monde
    Après la première victoire
    Du regard
    Qui lui ne laisse pas de trace en l'espace
    ? Moins que l'oiseau même et son sillage
    Que même la chanson et son invisible passage
    Remuement imperceptible de l'air ?
    Accolade, lui, par l'immatériel
    Au plus près de l'immuable transparence
    Comme un reflet dans l'onde au paysage
    Qu'on n'a pas vu tomber dans la rivière
    Or la danse est paraphrase de la vision
    Le chemin retrouvé qu'ont perdu les yeux dans le but
    Un attardement arabesque à reconstruire
    Depuis sa source l'enveloppement de la séduction.


    J'aime aussi beaucoup les surréalistes ( moins que ), les automatistes....
     
  9. Bitter Sweet

    Bitter Sweet
    Expand Collapse
    L Y F 

    J'en ai deux en tête qui sont je trouve absolument magnifique.
    A une passante de Charles Baudelaire et Mon rêve familier de Paul Verlaine .
    Je trouve Mon rêve familier tellement touchant .. Et j'aime comment Charles Baudelaire décrit cette femme et tout ce qui se passe dans sa tête en l'espace d'un instant .
     
  10. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    D'Eluard, j'aime tout. Mais celui-ci me touche tout particulièrement :

    Je t'aime pour toutes les femmes que je n'ai pas connues
    Je t'aime pour tous les temps où je n'ai pas vécu
    Pour l'odeur du grand large et l'odeur du pain chaud
    Pour la neige qui fond pour les premières fleurs
    Pour les animaux purs que l'homme n'effraie pas
    Je t'aime pour aimer
    Je t'aime pour toutes les femmes que je n'aime pas

    Qui me reflète sinon toi-même je me vois si peu
    Sans toi je ne vois rien qu'une étendue déserte
    Entre autrefois et aujourd'hui
    Il y a eu toutes ces morts que j'ai franchies sur de la paille
    Je n'ai pas pu percer le mur de mon miroir
    Il m'a fallu apprendre mot par mot la vie
    Comme on oublie

    Je t'aime pour ta sagesse qui n'est pas la mienne
    Pour la santé
    Je t'aime contre tout ce qui n'est qu'illusion
    Pour ce cœur immortel que je ne détiens pas
    Tu crois être le doute et tu n'es que raison
    Tu es le grand soleil qui me monte à la tête
    Quand je suis sûr de moi.





     
    Croucha a BigUpé ce message
  11. Jenna67

    Jenna67
    Expand Collapse

    J'adore aussi ce poème! Je le connais par coeur et je suis toujours aussi émue quand je lis.

    Sinon j'aime aussi beaucoup l'oeuvre de Baudelaire, surtout La Mort des Amants :

    Nous aurons des lits pleins d'odeurs légères,
    Des divans profonds comme des tombeaux,
    Et d'étranges fleurs sur des étagères,
    Ecloses pour nous sous des cieux plus beaux.

    Usant à l'envi leurs chaleurs dernières,
    Nos deux coeurs seront deux vastes flambeaux,
    Qui réfléchiront leurs doubles lumières
    Dans nos deux esprits, ces miroirs jumeaux.


    Un soir fait de rose et de bleu mystique,
    Nous échangerons un éclair unique,
    Comme un long sanglot, tout chargé d'adieux;

    Et plus tard un Ange, entr'ouvrant les portes,
    Viendra ranimer, fidèle et joyeux,
    Les miroirs ternis et les flammes mortes.
     
  12. Youlie.

    Youlie.
    Expand Collapse
    Everything was beautiful and nothing hurts.

    Il pleure dans mon coeur
    Comme il pleut sur la ville ;
    Quelle est cette langueur
    Qui pénètre mon coeur ?

    Ô bruit doux de la pluie
    Par terre et sur les toits !
    Pour un coeur qui s'ennuie,
    Ô le chant de la pluie !

    Il pleure sans raison
    Dans ce coeur qui s'écoeure.
    Quoi ! nulle trahison ?...
    Ce deuil est sans raison.

    C'est bien la pire peine
    De ne savoir pourquoi
    Sans amour et sans haine
    Mon coeur a tant de peine !
     
Chargement...