Vos rêves d'enfants VS votre vie « d'adulte » — Appel à témoins

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Melissa, le 26 juin 2015.

  1. Melissa

    Melissa
    Expand Collapse

  2. Camoune45

    Camoune45
    Expand Collapse

    Quand j'étais gamine, je voulais être boulangère pour manger des bonbons gratuits ^^
    Ensuite, je voulais etre institutrice mais c'est vite passé! A 14 ans, je voulais etre esthéticienne et j'ai fais un cap puis bac pro esthétique et me voila balancer dans le monde du travail qui me claque la porte au nez parce que je n'ai pas d'expérience :annoyed:
    Après une formation (toujours dans l'esthétique) et 3 ans a faire des cdd saisonniers dans la meme station thermale, je souhaite me fixer! Je ne renouvelle pas mon contrat, cherche un cdi en disant qu'avec 3 ans d'experience on ne pourra pas me reprocher d'etre debutante : douce illusion! J'ai 24 ans, je suis au chomage depuis quelques mois et je ne sais toujours pas ce que je veux faire de ma vie : je cherche toujours dans l'esthétique mais j'ai aussi envie d'autre chose ^^ J'aime les livres et les mangas donc j'aimerai bien travailler dans une librairie, j'adore les animaux donc j'aimerais bien travailler avec, j'adore la musique donc j'aimerais bien bosser chez un disquaire par exemple ou dans l'organisation de festival ou dans l'evenementiel mais je bloque un peu si je dois reprendre mes etudes car je n'ai pas du tout les moyens de me payer des etudes et je ne me vois pas demander a mes parents de l'argent! Rien de bien concret quoi!
    Lorsque j'etais ado, je n'avais pas de grands reves, je pensais qu'a 25 ans j'aurais un boulot et un ptit apart, c'est la seule désillusion! Sinon j'ai fais ce que j'avais envie et ce que j'aime : sorties, voyages, festivals, concerts, tatouages et piercings, j'ai meme un chien :puppyeyes: et une voiture avec un credit ^^ Bon ok, pas le chéri mais c'est pas si mal sans LoL
    Mais il me reste quelques mois avant mes 25 ans, peut etre que je les aurais, le boulot et l'apart :P
     
    Rive.Droite a BigUpé ce message
  3. Orecchiette

    Orecchiette
    Expand Collapse

    Quand j'étais petite j'avais des ambitions plutôt cool.
    Bon, au début je suis passée par la case "maîtresse d'école" et "vétérinaire", mais ensuite je me suis mis en tête que je voulais fabriquer des villes alors j'ai commencé à me projeter architecte ou urbaniste et à dessiner plein de plan, à monter des maquettes ... ce hobbie m'a franchement aidée plus tard avec les maths.
    Puis le journal de Mickey a fait sa une sur Claudie Haigneré et pendant plusieurs années j'ai voulu faire de l'astrophysique. Cette femme, c'est encore une de mes idoles ! Je suis restée à fond sur l'idée jusqu'à mes 14 ans, pendant tout le début de mon adolescence j'avais toujours la tête dans des bouquins de vulgarisation scientifique genre Stephen Hawkins. Je crois que je n'avais pas d'idée précise du boulot que c'était mais je voulais comprendre comment l'univers fonctionnait et faire partie des gens qui découvrent des trucs.
    Ca m'a un peu passé quand j'ai compris qu'architecte ou physicienne c'était quand même énormément de temps à faire des calculs. J'aimais bien ça les maths, mais pas suffisamment pour m'imaginer concrètement faire ça 8h par jour pendant des années avant d'avoir droit à mon "truc cool".

    Puis vers 14 ans j'ai regardé mes premiers films d'auteur et j'ai voulu devenir réalisatrice. Ca ma mené vers des études sup' de cinéma. Après quelques années dedans, je me suis rendue compte que tout le monde là-dedans voulait devenir réal et ça m'a refroidie un peu. Surtout en regardant les films d'études des autres : ils avaient quasiment tous les mêmes sujets un peu bateau, et je me suis dit qu'on ne peut pas vraiment avoir un truc à dire qui mérite qu'on y consacre un film avant d'avoir vécu. Je me suis promis d'essayer de faire un film plus tard mais seulement si j'avais quelque chose à dire d'intelligent. Du coup je suis allée vers les métiers de la production, et aujourd'hui, à 27 ans, je bosse comme assistante de prod, je compte bien évoluer et passer les échelons "chargée de production" puis "directrice de production" et enfin "productrice". Et franchement ça m'éclate ! Je crois que je ne soupçonnais pas vraiment que ce métier existait avant d'arriver à la fac et chercher un stage. Pourtant il correspond bien à tout ce que j'ai toujours voulu : je voulais fabriquer et découvrir des trucs cool, avoir un rôle important, un truc qui me permettrait d'être chef à long terme. Bah voilà !

    C'était des rêves qui demandaient aussi un haut niveau d'étude et ça m'a vachement aidé à garder le cap lors de ma scolarité : si je voulais pouvoir faire mes trucs cool, fallait que je bosse, alors je bossais.

    Dans mes rêves de gosse, j'imaginais aussi souvent où je vivrais : je me voyais dans un bel appartement dans une grande ville, avec un petit jardin à l'arrière de l'immeuble, un plancher en bois et une pièce qui ferait bibliothèque. Ca je n'y suis pas encore tout à fait : j'ai un appart avec du plancher en bois au centre d'une grande ville, mais ni jardin ni bibliothèque ! Donc on va dire que ce rêve-là est accompli à 50% mais c'est toujours dans mes objectifs :-)

    J'imaginais aussi que je grandirais grande, mince et rousse et ça c'est un fail, je fais 1m60 et mes cheveux ont bruni avec les années mais de toute façon ce rêve là me passe au-dessus maintenant.

    Par contre j'ai pas souvenir de m'être imaginée avec ou sans famille, mariée ou célibataire. Petite je m'en foutais complètement, je trouvais cette question vachement moins intéressant que d'être à l'origine d'une ville entière, découvrir une galaxie ou être le nouveau David Lynch.
    Encore aujourd'hui je crois c'est assez accessoire pour moi. Je suis en couple, je vais peut-être faire des gosses mais que ça arrive ou pas je crois que je serais heureuse si je réussis à faire des trucs vraiment cool dans mon taff.

    En fait c'est marrant, quand j'y pense mes objectifs ont très peu changé depuis que je suis petite.
     
    petitegazelle a BigUpé ce message
  4. Morgane_Lrc

    Morgane_Lrc
    Expand Collapse

    Quand j'étais petite, je voulais devenir acrobate dans un cirque, alors j'avais monté tout un numéro avec mes peluches, mais très vite je m'en suis lassée (ouais c'était un peu limité, et mes parents en avaient marre de payer l'entrée à 10centimes, ça devenait un trop gros business pour eux ) . On m'a inscrite à la gym pour voir comment je me débrouillais et ça a été une catastrophe : je suis une incorrigible trouillarde sur une poutre alors de là à passer un jour au trapèze c'était pas la peine d'y penser !

    Globalement je préférais rêvasser dans ma chambre jusqu'au jour où on m'a mis Harry Potter dans les mains : la Révélation. J'avais trouvé LE monde auquel j'appartenais, à 11 ans c'était sûr, j'allais recevoir ma lettre, je devais appartenir à Poudlard, pas de doute possible. J'ai demandé à mes parents de m'acheter plein de livres sur la magie, j'allais sur des forums en cachette et puis... à 11 ans j'ai quand même réalisé que jamais je ne recevrais de lettre de Dumbledore (déjà, il était mort c'était un peu chaud pour lui haha). du coup j'ai continué ma petite vie en lisant, relisant, revoyant tous les livres et les films des centaines de fois. Je lisais et j'écrivais des fanfictions jusque pas d'heure :ordi: et puis les années ont passées, j'ai accepté de vivre dans un monde sans magie. Mais enfin je suis partie en lettres parce que j'avais quand même besoin de croire de temps en temps que la magie existait alors j'ai lu plein de bouquins et j'ai continué à rêver.

    L'an dernier en participant à la chorale de l'université je me suis rendue compte qu'il y avait plein de potterhead dans le groupe ! L'une d'entre elles était pratiquement ma voisine (je vous dis, la magie ça existe) on a commencé à se faire des soirées thé qui finissaient sur les coups de 3 ou 4 heures du matin où l'on parlait sans fin des tomes, des films de ce qui nous avaient marquées. Elle faisait partie d'un forum de potterhead qui organisait des rencontres : à 20ans j'ai eu mes premiers cours de potions, défense contre les forces du mal (DCFM pour les intimes) et de métamorphose (je peux vous dire que faire une mandragore en pâte à modeler c'est pas de la tarte !) et mon premier match de quidditch !
    On a commencé à se renseigner sur les rencontres et animations qui se passaient autour de l'univers d'HP dans Paris : on a fait le marathon des 8 films au Grand Rex, où on a aussi passé nos BUSE (ouais j'ai mon diplôme avec Effort Exceptionnel, s'il vous plait !), on a été à la convention HP où on a rencontré tout plein d'acteurs, la coupe de France de Quidditch, l'avant-première de l'expo à Saint-Denis. Et franchement ce qui m'a le plus marqué là-dedans c'est les gens : je sais qu'où que j'aille les potterheads seront toujours des amis géniaux, intéressants, fidèles, imaginatifs tout ce qu'on veut ce sont les meilleurs du monde (oui, même vous à serpentard je vous aime):jv: . On ne reste jamais seul à une animation HP parce qu'en arrivant, même si on ne se connaît pas, on est déjà tous amis. Et même si on vit tous dans un monde sans magie, de temps en temps on arrive à la faire naître. Du coup je crois qu'on peut dire que mon rêve s'est réalisé et que je vis bien avec même si en vrai je suis plutôt en passe de devenir une universitaire penchée toute la journée sur ses manuscrits :happy: )

    Et puis à tous ceux qui me disent que "naaaaan mais tu saiiis en FAIT ça n'existe pas hein" j'ai envie de leur répondre que, déjà, le jour où tu te prends un cognard en mousse imbibé de gadoue dans la tronche ça te paraît bien réel :cretin: mais surtout je leur dis qu'ils ont bien raison (pff ces moldus, ils sont vraiment trop c*** :taquin:)
     
    petitegazelle, Rive.Droite et bibouille22 ont BigUpé ce message.
  5. mélishnek

    mélishnek
    Expand Collapse

    Quand j'étais petite je voulait être Aventurière/Exploratrice, à cause d'un bouquin que je le lisais où l’héroïne était une Exploratrice badass (pas du genre Dora).
    Et puis, je ne voulait pas croire ce que l'on me disait sur l'étranger, comment savoir si c'était vrai puisque je ne l'avait jamais vu (je suis le réincarnation de St Thomas).
    J'ai été hyper déçue quand mes parent m’ont dit qu'il n'y avait plus tellement d'endroit à explorer et que ce n'était pas un vrai métier (je pensait encore qu'être adulte signifiai faire ce que l'on veut).

    Cependant j'ai gardé l'envie de faire le tour du monde, petit à petit, voyage par voyage.

    Un autre ambition très forte de quand j'étais gamine, je voulait être magicienne/sorcière, pour avoir des pouvoirs magiques (le prestige infini) et soigner les gens. Pour moi la sorcière étais avant tout une guérisseuse qui connais le pouvoir des plantes.
    Bon, là aussi j'ai du me confronter au fait que ces métier là n'existent pas vraiment. Je me suis donc rabattue sur le métier le plus proche, selon moi, de la sorcière : herboriste (qui manipule des plantes et qui fait des potions).
    Là, encore, ce métier n'existe plus en France.
    Que me reste-t'il comme métier qui me permette de soigner les gens? Le domaine médical.
    J'ai découvert le métier d'infirmier quand j'avais 16ans grâce à ma tante dont c'est la profession.
    Mon parcours d'études étant assez chaotique, je vous passe les détails.
    Aujourd'hui, après avoir travaillé 5ans comme aide-soignante, je reprend enfin les études en soins infirmiers. Et ce métier est vraiment celui qui me correspond et qui me motive.

    Je ne suis donc pas une Sorcière-Exploratrice, mais j'ai adapté mes désirs d'enfant à ma vie d'adulte. Jamais je n'ai perdu de vue mes ambitions d'origine, les modifiant selon les réalités de la vie.
     
    petitegazelle a BigUpé ce message
  6. haricovert

    haricovert
    Expand Collapse

    Quand j'étais petite je voulais tenir un élevage de chats, j'avais dessiné les plans et tout... Au collège, je me suis rapidement tournée vers le journalisme et c'est ce vers quoi je me suis orientée jusqu'en L3 environ (je faisais une licence d'histoire pour entrer ensuite dans une école de journalisme). Là j'ai changé d'avis et j'ai décidé de continuer en Histoire, j'ai appris des tas de choses et je m'oriente vers l'enseignement. Je sais pas si je ferai ça toute ma vie, on verra !
    J'ai d'autres projets comme un livre qui traîne dans un coin de ma tête depuis des années, l'écriture me plaît depuis longtemps mais en dehors d'un RP que j'ai fait avec des copines pendant deux ans, j'en suis restée là pour l'instant.
    Par contre, le gros changement entre ce que j'envisageais quand j'étais au collège et ce que je vis maintenant, c'est dans mes projets personnels. Au collège j'avais une vision très négative de l'avenir parce que j'avais très peu d'amies, et j'ai pas eu de copain avant trèèèès tard. Du coup quand je m'imaginais plus tard, je m'imaginais seule, et comme mon rêve était de voyager je me disais que je voyagerais sûrement seule parce que je voyais pas qui voudrait m'accompagner.
    Au final j'ai un groupe restreint mais assez soudé de très bonnes copines, et je fais mon premier gros road trip avec une pote cet été. J'avais tord de me voir comme un vilain petit canard au collège, et ça fait du bien :)
     
    petitegazelle et Morgane_Lrc ont BigUpé.
  7. bibouille22

    bibouille22
    Expand Collapse
    Fatiguée par la fabrication d'un mini-nous

    Mais c'est tellement ça, j'ai espéré pendant des années, même après l'âge où on est recensé la recevoir, je me disais qu'ils m'accepterai quand même à 12 ans, puis à 13 ^^ Je regrette toujours que ça "n'existe pas", ça m'a tellement fait rêver et voyager !
     
    Morgane_Lrc et Camoune45 ont BigUpé.
  8. Tazou

    Tazou
    Expand Collapse

    Quand j'étais plus jeune (au collège donc), je voulais être vétérinaire, spécialisé du côté équidé car j'avais une grande passion pour les animaux et en particulier les chevaux mais je ne sais plus comment (à un forum de corps des métiers je crois) j'ai fini par changer d'avis à l'adolescence (peu après mon entrée au lycée) et je souhaitais intégrer l'armée.
    L'armée pour moi représentait le patriotisme, la camaraderie, l'esprit d'équipe. Je ne songeais pas au fait que c'était risqué, que l'on pouvait tuer ou être tué. A mes yeux, l'armée était un endroit où l'on pouvait sauver les autres (bizarrement, je n'ai pas eu le même attrait pour les pompiers, bien que je respecte énormément ce métier). C'était pas juste une échappatoire pour moi, c'était devenu mon idéal, j'avais monté tout un dossier sur tout ce que je pouvais trouver sur l'armée, ses filières, ses corps de métier au sein de l'armée (je m'intéressais particulièrement au fait d'être infirmier de l'armée ou bien mécanicienne) ses promotions, sur la retraite ... Enfin j'avais cherché au max d'infos, ça remplissait mes pensées durant les cours, j'y songeais à n'importe quel moment de ma vie. Je me faisais beaucoup de films également, je m'imaginais dans telle ou telle situation, comment je pourrais le gérer dans la "vraie vie", comment ça se passerait ... J'avais même fini par acheter des jeux vidéos et des films de guerre, et je passais parfois des heures dessus à observer le déroulement d'une opération, et à m'y croire pour de bon.

    Jusqu'au jour où je me suis sentie vraiment prête à franchir le pas. Lorsque j'ai eu 18 ans. Et ça a été la désillusion totale.

    Il y avait une chose dont je voulais pas prendre en compte dans l'histoire, c'est que je suis malentendante moyenne, donc j'entends je parle, je comprends ce qu'il se passe autour de moi, seulement je dois être appareillée sinon je suis à 50% de perte auditive. Et lorsque je suis allée à la permission à la mairie, je sentais que le monsieur était un peu dubitatif mais il m'avait dit que ça pouvait être possible. Il fallait seulement qu'il se renseigne auprès du médecin de l'armée (j'ai oublié le nom exact) pour savoir quelle était la limite de handicap acceptée. Il m'a promit qu'il me rappellerait quelques jours plus tard pour me tenir au courant des faits car je pense qu'il avait bien compris à quel point j'étais motivée.

    Trois jours après, c'est le médecin lui même qui m'a appelée. Il m'a posé beaucoup de questions et il a conclu par le fait que j'étais en excellence santé pour intégrer l'armée sauf que malheureusement j'avais un handicap trop élevé selon leur critère (ils acceptaient à l'époque que jusqu'à 18%). Il m'a clairement expliqué que ce n'était pas parce que j'étais handicapée que j'étais refusée mais tout simplement parce que beaucoup de militaire perdent de l'audition au fur et à mesure de leur vie et que la règle ne voulait pas qu'ils soient responsable d'une plus grosse perte pour moi. Tout simplement.

    Toute mon adolescence s'est effondrée, tout ce que j'avais "construit" jusque là s'est détruit juste avec cet appel. J'en ai été très triste, j'ai même fait une petite déprime et j'étais persuadée que je ne trouverai jamais rien qui puisse m'intéresser autant que l'armée. Que ma vie était foutue. J'ai mis longtemps à accepter cette réponse et à aller de l'avant. Petit à petit, j'ai commencé à regarder d'autres métiers mais tous me paraissaient tellement fades, tellement inintéressants, tellement ennuyeux. J'ai fini par aller à des forums pour voir si j'étais dans l'incapacité d'intégrer juste l'armée ou tous les corps de l'armée (à savoir gendarmerie, pompiers ...), je voulais être un soldat et c'est tout.

    Finalement, j'ai fini par accepter ma défaite, j'ai perdu une bataille mais pas la guerre. J'ai décidé de me reprendre en main, et d'aller de l'avant.
    Aujourd'hui je suis préparatrice de commande à Amazon. Pas le meilleur métier du monde, mais comme beaucoup avec la crise économique actuelle, j'en suis finalement plutôt contente car ça me permet de payer mes factures et de pouvoir vivre ma vie d'une manière indépendante.

    J'ai encore parfois de l'amertume quand je repense au passé, mais je ne regrette en rien mes rêves et parfois encore aujourd'hui j'y songe. Seulement, je sais que je ne peux pas le faire, j'ai accepté au passage mon handicap, du coup ça ne restera qu'un rêve et pour moi, il aura été le plus merveilleux de tous. Désormais, j'ai un compagnon que j'aime énormément, un boulot qui n'est pas le pire du monde, et une vie plutôt satisfaisante après un lourd passé.

    Mais si un jour j'ai la possibilité d'intégrer l'armée, d'une quelconque façon, j'hésiterai beaucoup car je ne sais pas si mon amour pour l'armée est plus fort que celui que je ressens pour mon cher et tendre. S'il n'avait pas été là, je n'aurai jamais hésité à faire le saut, ça j'en suis certaine.
     
    petitegazelle et Morgane_Lrc ont BigUpé.
Chargement...