Votre rapport à la médecine

Sujet dans 'Sciences, Nature et Ecologie' lancé par Winter River, le 8 juin 2010.

  1. Jauneparapluie

    Jauneparapluie
    Expand Collapse
    Comme un burrito tout doux

    yfgrd
     
    #1 Jauneparapluie, 8 juin 2010
    Dernière édition: 13 décembre 2015
  2. Pantoufle

    Pantoufle
    Expand Collapse
    Reine Sperme des Neiges

    J'ai un rapport assez paradoxal à la médecine.

    Je n'aime pas trop les médecins, les hôpitaux et tout ce qui s'en rapproche. J'essaye d'y aller le moins possible. Mais je suis hypocondriaque. Ce qui fait que je me retrouve à avoir des comportements extrêmes. Aller parfois chez le médecin pour trois fois rien. Et refuser d'y aller alors que j'ai quelque chose de "grave". Parce que je ne fais pas la différence entre les deux. Du coup j'ai tendance à me dire "C'est psychologique" et attendre que ça passe. Jusqu'à ce que ça me fasse vraiment flipper, et là j'y vais.

    J'attends toujours beaucoup des médecins, je leur fait en général confiance. Et je suis souvent déçue. Les rendez-vous passent vite, j'ai souvent du mal à expliquer ce qui cloche (et ça me stresse de devoir expliquer, je répète plusieurs fois dans ma tête avant d'y aller), j'en ressors souvent frustrée parce que j'ai l'impression que le médecin n'a pas bien saisi ce qui n'allait pas, et ne me soigne pas bien, qu'il a omis quelque chose. En fait je me sens faible chez le médecin, dans un rapport de force bien trop puissant. Le médecin a vraiment le statut de "savant", si je peux parler en termes comportementaux, il a le "pouvoir d'expert", on ne peut que croire ce qu'il nous dit, lui faire confiance. Et ça me dérange. Je n'aime pas faire confiance aveuglément. Et je n'aime pas n'avoir aucun pouvoir là-dessus. Mais bon là on verse plus dans le psychologique du coup :). Mais vraiment ce rapport de dominant/dominé me dérange. On doit le croire, et c'est un peu notre "seul espoir" (Obi Wan Kenobi vous être notre seul espoir), ce qui m'angoisse.

    J'essaye de ne pas m'automédicamenter. Je n'aime pas les médicaments, j'ai toujours peur d'une relation de dépendance ou d'une mauvaise interaction. Et en même temps ça me rassure d'en prendre. Un peu comme un effet placebo j'imagine. Mais j'évite quand même vraiment d'en prendre, quitte à arrêter mes traitements plus tôt. Et au contraire, parfois, je suis certaine que j'en prends de façon inutile.

    La médecine reste vraiment un domaine où je tente d'être le moins possible confrontée. C'est un domaine angoissant pour moi. Et un domaine que je ne contrôle pas, que je ne saisis pas, où je me sens impuissante. J'essaye de ne pas me documenter sur le net, ça fait toujours flipper. Mais bien sûr je le fais quand même.

    Je n'utilise pas de médecines alternatives. Mais j'adorerai me pencher sur l'homéopathie, savoir me soigner un minimum par les plantes.

    Donc pour résumer, la médecine est un des seuls domaines que je ne maîtrise absolument pas, et comme j'aime tout maîtriser dans ma vie, ça m'angoisse beaucoup, ça me perturbe, et je me sens faible vis-à-vis de ça. D'ailleurs c'est un peu mon grand point faible dans la vie. Et donc j'ai un rapport très paradoxal, presque fusionnel/conflictuel à la médecine.

    Ah, et en fait je rêverai d'un genre de logiciel ou un scanner qui analyse direct tout ce qui ne va pas dans notre corps. Qu'on ait plus besoin d'expliquer. Et surtout qu'on ne puisse rien "oublier".
     
  3. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    Chez moi le médecin, c'est ma mère. Je ne suis donc jamais allée "chez le médecin", j'ai toujours eu la médecine de base du style doliprane, efferalgan et antibiotiques quand cela est approprié. Comme on dit, ce sont souvent les cordonniers les plus mal chaussés ! Je n'ai pas trop à me plaindre, dans la mesure où je ne suis quasiment jamais malade, cela me suffit.

    Ma mère est une fana de l'homéopathie. J'en ai le droit pour tout, parfois c'est d'ailleurs la seule chose qu'elle me donne pour me soigner quand il n'y a plus rien. Je n'y ai jamais vraiment cru, je fais ça surtout pour lui faire plaisir, après peut-être cela marche t-il effectivement. Je sais pas trop vu que mes seules maladies sont "foudroyantes" : très intenses mais surtout très brèves, jamais plus d'une journée et demi. Donc soit ma constitution est cool, soit ça marche vraiment.

    Je vais de temps en temps chez des spécialistes : une fois par an pour les yeux, une fois par an chez le gynéco pour une visite de contrôle, dentiste (membre de ma famille) et un bilan sanguin complet une fois par an aussi. Je prends tout ça très au sérieux mais je ne suis absolument pas parano. Ça ne me gène pas de me faire trifouiller ou quoi que ce soit, j'aime être rassurée une fois et hop, c'est reparti pour un an.

    Par contre je n'ai plus de carte vitale depuis septembre, et à la moindre merde vraiment importante, ça risque d'être chaud. Enfin on verra.
     
  4. Mylouze

    Mylouze
    Expand Collapse
    Sud un jour, Sud toujours

    je "deteste" les medecins
    quand je suis malade je me demerde toute seule
    je ne vais jamais en consulter (sauf qd je suis enceinte, ce qui est qd meme pas hyper courant non plus)

    j'ai appris à ne plus leur faire confiance et à me debrouiller pour trouver une solution plus valable que ce qu'ils proposent (enfin là je parle surtout pour certains specialistes)

    et je suis plutot branchée medecine douce (homeo et compagnie. par exemple, pour les dents de ma fille, je prefere lui filer un collier d'ambre et des goutes d'homéo, que de la bourrer de gel Dolodent blindé de cochonneries)
     
  5. Kallisto

    Kallisto
    Expand Collapse
    Blasée

    J'ai un rapport assez positif avec la médecine en général. Je fais confiance à mon généraliste, qui est un des types les plus honnêtes que j'ai jamais vu, mon gynéco et ma dentiste. Je suis pas trop stressée quand je vais les voir, et j'aime bien échanger quelques mots avec eux.
    Quand je vais à l'hôpital, je suis presque contente d'y être. Par exemple, l'année dernière j'ai dû aller aux urgences car on pensait que j'avais l'appendicite. J'ai beau avoir attendu trois heures , je me suis bien amusée (Je discute avec les gens, je lis, j'essaie de positiver au maximum). Au final, j'avais rien, mais je préfère ça qu'une maladie grave.
    Au sujet du monde hospitalier, je suis très curieuse de ce milieu-là, et je travaille d'ailleurs dans les hôpitaux publics l'été. Je dois bosser dans un service de dermatologie, en juillet d'ailleurs. Pour l'instant, je n'ai pas été déçue, plutôt très satisfaite, malgré les conditions de travail parfois épuisantes. C'est peut-être pour ça que je gueule lorsque quelqu'un me sort que les gens qui bossent dans les hôpitaux sont des privilégiés (Le prochain, je lui fais bouffer ma charlotte et mes gants).
    Pour ce qui est de chercher une maladie sur Internet, je suis plutôt méfiante, de peur d'apprendre que je suis atteinte d'un cancer ou d'une maladie incurable XD Toujours est-il que je me renseigne sur certains sujets, notamment pour me rassurer.
    En ce qui concerne les médecines alternatives, j'y crois pas. Un ostéopathe m'avait dit un jour qu'il était capable de me remettre la jambe à l'endroit, mais quand plus tard un spécialiste m'a auscultée et expliqué l'opération à suivre, j'ai vu le contraste entre les deux toubib (Au final, je n'ai pas été soignée, donc bon...). Après, je ne critique pas les gens qui ont recours aux médecines alternatives, tant qu'ils tentent pas de me convertir.
     
  6. Julina.

    Julina.
    Expand Collapse
    Happy kitty, sleepy kitty

    Comme Lavana, j'ai des tendances un peu hypocondriaque, tout en ayant la trouille du médecin. J'ai tendance à toujours attendre que ce soit vraiment grave pour consulter. Pareil pour les généralistes, et le pire, ça doit être le dentiste, je n'y suis pas allée depuis 3 ans, alors que je devrais au moins faire un petit contrôle, mais ça m'angoisse horriblement, j'ai la peur bleue du dentiste (et surtout, j'ai horreur qu'on me tripote la bouche, et j'ai la chance de n'avoir aucun problème qui nécessite d'y aller en urgence).
    Je ne sais pas si j'arrive vraiment à faire confiance ou non aux médecins, je me traine depuis 2 ans environ tout un tas de symptômes pas drôles du tout, j'ai vu plusieurs spécialistes (j'étais un peu obligée sur ce coup là), on m'a fait des analyses, des tests, des examens... Et au final, on n'en sait pas plus, ce qui me conforte dans mon idée que j'ai raison de ne pas y aller comme ça ne change rien :d
    Mais d'un autre côté, j'adore regarder des émissions sur la médecine, interroger un de mes potes qui est en internat, je trouve ça assez passionnant le fonctionnement du corps humain et les diverses maladies.

    Et j'avais oublié : les recherches internet quand on est malade, c'est le mal. J'ai cru que j'allais mourir la dernière fois où je l'ai fait (et doctissimo c'est le pire!)
     
  7. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai un bon rapport avec la médecine en général, si tout se passe bien je travaillerai dans le paramédical donc autant dire que tout ça fait partie intégrante de ma vie. Et depuis ma P1, cette fascination envers le corps, ses pathologies, sa guérison, ne fait que grandir.
    J'ai toujours eu la même généraliste, qui me suit depuis presque ma naissance, c'est elle qui m'a encouragée à sauter le pas pour mes études, j'ai le droit de la tutoyer, elle m'a prêté des bouquins d'anatomie, on rigole en consultation enfin bref, c'est quelqu'un en qui j'ai confiance. Les spécialistes, j'ai relativement confiance en eux vu que c'est ma généraliste qui m'oriente vers eux, mais ce ne sont pas du tout les mêmes rapports. Par contre, une fois que j'ai choisi un médecin, je ne change plus, et c'est pire pour ce qui est kiné et ostéo puisqu'il y a contact physique. Je donne difficilement ma confiance quand il s'agit de me toucher, je ne supporterais pas que quelqu'un qui ne me "connaît" pas me tripatouille.
    Par contre, je suis un peu traumatisée du monde hospitalier, j'ai très mal vécu mon opération de la vésicule (la solitude pendant une semaine surtout, et le sommeil irrégulier à cause de la prise de tension...), et ai vu de près les urgences, ça ne donne pas envie...

    Comme je souhaite faire kiné et ostéopathe, les médecines alternatives ne me posent pas de problèmes puisqu'on en propose dans ces domaines, et que je ne pense pas qu'il n'y ait qu'une seule médecine de valable.
    Je repasserai pour compléter.
     
  8. Syberia

    Syberia
    Expand Collapse
    Shake ya ass

    J'ai un rapport particulier avec la médecine ,c'est un domaine qui me terrifie et me fascine à la fois.
    Je suis hypocondriaque ,j'ai toujours peur d'avoir quelque chose ,je n'allais donc que très rarement chez le médecin,ce qui est con puisque la peur n'évite pas le danger,mais c'est une peur irrationnelle que je n'arrive pas à contrôler.Maintenant c'est l''inverse qui est en train de se produire ,je consulte pas mal ces derniers temps.
    J'admire les gens qui pratique cette profession ,même si surement il y a des pourris comme partout ,pour moi les infirmières ,les médecins urgentistes,les chirurgiens etc sont des héros du quotidien.

    J'ai oublié de dire que j'arrête de me documenter sur internet car ça m'a valu trop de nuits blanches ,à trouver que tous mes symptômes correspondent à telles ou telles maladies.A chaque fois c'est un drame ,je me dis "ah ben ça y est ,c'est ça".
    Donc maintenant je m'abstiens.
     
  9. azertg

    azertg
    Expand Collapse
    J'aime la bière et les frites.

    J'aime la médecine mais je n'aime pas la grande majorité des médecins.

    Les médecins qui font leur boulot à moitié, qui t'expédient comme le contenu d'un caddie à la caisse, qui s'en foutent de ce que tu dis, qui ne te croient jamais et doivent réinterpréter toutes tes paroles. Je les trouve juste imbéciles, indignes de leur profession. Pour moi, être médecin c'est un beau métier, c'est la science pure et dure qui s'est humanisée, c'est avoir un contact très personnel avec un humain et essayer de l'aider. Alors quand je vois les idiots décrits plus hauts, ça m'énerve.

    Je ne supporte vraiment pas le personnel médical (médecin, infirmier, ambulancier, tout ce qu'on veut) qui font leur métier sans coeur. Oui t'as le droit de tirer la tronche parce que tu as 23 patients à voir encore, que t'as pas fait tes courses et que t'as oublié de payer ta facture d'électricité. Mais t'as pas le droit de t'en foutre de l'humain qui est en face de toi, d'oublier qu'il est autre chose qu'un peu de chair : ça fait partie intégrante du métier, de s'occuper de la tête et du corps du patient. Et qu'on ne me dise pas y'a les psychologues et les psychiatres pour s'occuper de la tête, c'est pas mon domaine moi je suis médecin généraliste - chirurgien - tout ce qu'on veut. C'est un tout, on ne peut pas considérer un humain comme un diagnostic, des symptômes, un scanner et quelques prises de sang si on veut réellement le guérir.
     
  10. Luschka

    Luschka
    Expand Collapse
    Dresseuse de loulous, Dynamiteuse d'aqueducs

    Je trouve que ce que tu dis est très vrai.
    J'ai eu ma visite médicale il y a un mois de ça. J'ai détesté le médecin qui était en face de moi, et du coup je ne me suis pas montrée coopérative du tout :boxing: et surtout je me suis dit : Et dire que je vais faire le même métier qu'elle plus tard, ça me dépasse, parce que ma conception de la pratique médicale était à l'opposé de ce que je voyais. Une vraie conne, sur le coup.
     
  11. Lieve

    Lieve
    Expand Collapse

    Je ne vais jamais chez le médecin et ne prends jamais de médoc. J'évite autant que possible ce qui fait que ma dernière visite chez un médecin doit remonter à 4/5 ans au moins.

    Je suis plus attirée par les médecines alternatives: homéopathie, acupuncture ou d'autres sans pour autant consulter davantage. Mais en cas de grosse douleur (règles par exemple), il peut m'arriver de prendre un peu d'homéopathie.

    Globalement, je suis très intéressée par la naturopathie, même si certains pans comme l'iridologie me laisse pour le moment sceptique, et j'ai tendance à suivre ces pratiques dans ma vie courante.
     
  12. AnonymousUser

    AnonymousUser
    Expand Collapse
    Guest

    J'ai toujours été fascinée par le domaine de la médecine, c'est d'ailleurs pourquoi je me suis dirigée dans cette voie. Je ne suis qu'en première année et j'espère de tout coeur avoir mon concours (c'est ma dernière chance).

    Je voudrais à ce propos partager deux chose avec vous :

    La première, c'est un bouquin à mettre entre toutes les mains : Le choeur des femmes, de Martin Winckler. Les médecins et futurs médecins feraient bien de le lire !

    Et puis, je vous fais part de mon leitmotiv en quelque sorte, c'est une citation de Pasteur :

    " Guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours"

    Voilà à part ça je pense qu'une bonne médecine serait une médecine où l'on est avant tout à l'écoute du patient et aussi où l'on est ouvert d'esprit (prendre en compte les médecines alternatives du genre ostéopathie...)
     
Chargement...