Endless

Hot like Mexico
@Tuna : Totalement d'accord, on n'apprend pas aux gens à se questionner sur ce sujet là. Je pense que la raison pour laquelle on boit est aussi importante que la quantité : c'est ainsi qu'on peut prendre conscience de potentielles dérives.
Egalement, ce qui était à la base un plaisir (l'alcool festif) peut effectivement se transformer en besoin, sans qu'on s'en rende compte au début. D'où l'intérêt de faire le point régulièrement avec soi même, sans honte ni tabou. Plus on en parlera librement, sans dramatiser le truc ni le sous-estimer, mieux ce sera.

En France on a une grosse dualité là dessus. Si tu ne bois pas, tu es vue comme une personne louche. Mais si tu bois beaucoup, tu es aussi une personne louche. C'est très hypocrite, on te pousse a être un bon vivant mais si tu dérapes, on te blâme, car tu es faible.
Pourtant l'alcool est très addictif, déjà biologiquement, mais c'est aussi renforcé par le fait qu'on le trouve partout, à chaque coin de rue, et qu'il est socialement valorisé. Tu peux pas te couper totalement comme avec d'autres drogues, tu l'as toujours plus ou moins sous le nez.

On manque totalement d'éducation à ce sujet. En gros on va juste nous dire "abuser c'est pas bien, et puis faut pas prendre le volant bourré". Ou bien "être alcoolique c'est moche, tu t'es vu quand t'as bu". Mais j'appelle pas ça une vraie politique de prévention. Enfin bref je m'égare :yawn: !



@Nine-V : Tu as aussi la technique du calendrier, j'utilise une appli pour ça depuis plusieurs années, Habitudes (sous Android). Je coche les jours où je n'ai pas consommé, et ça me fait une vue d'ensemble de ma consommation, c'est un super outil ! Tu peux aussi faire la version inversée (cocher les jours où tu as consommé) mais je trouve ça moins positif, un peu plus culpabilisant. J'aime bien, le soir avant de dormir, appuyer sur ma petite case et me féliciter de n'avoir rien consommé (je m'en sers aussi pour le tabac).

J'avais un site super aussi pour suivre sa conso, mais je n'arrive pas à remettre la main dessus ! En gros tu notais tes conso (date, heure, quantité, lieu, personnes présentes, état d'esprit) mais aussi les craving (avec le même modèle). Grâce à ça j'ai pris un sacré recul et j'ai compris pourquoi je consommais, et quels étaient les moments et situations les plus à risques.
Concrètement j'ai bossé en 3 temps : noter les raisons pour lesquelles on souhaite arrêter/diminuer, identifier les situations à risque, et définir les stratégies à appliquer en cas d'envie (si ça intéresse des Madz je peux développer, ou on peut ouvrir un topic à ce sujet).

Pour les 4 verres, c'est l'accoutumance qui parle je pense (même si de base on a tous une tolérance différente, ça varie pas non plus à ce point, si ?). Si tu t'arrêtes pendant, admettons, un an, tu verra que 4 verres au final ça attaque (même celleux qui ont eu un gros passif avec l'alcool). A l'époque où je sortais tout le temps, je couchais tout le monde, même les grands gaillards. Aujourd'hui, avec 2 pintes de blonde classique je suis déjà bien entamée :yawn:. Aussi, il y a le fait que tu te connais, donc peut-être que tu ne te laisses peut-être plus trop avoir par l'ivresse comme au début, ça te semble "normal" là où ado tu aurais remarqué chaque sensation (c'est une piste, c'est comme ça que je le ressens).
 
@Nine-V : Oui tu as raison, il y a plusieurs formes d'alcoolisme et celui dont je parle n'est pas forcément le même que celui de l'article. Mais je pense qu'il y a quand même un lien car dans l'un et l'autre cas, on peut vite attraper le réflexe : "je stresse donc je vois". Je ne suis plus étudiante depuis un moment mais c'est vrai que je me questionnais beaucoup quand j'entendais certains de mes amis me dire qu'ils n'aimaient pas faire une soirée sans boire car ils profitaient moins. De la même manière qu'aujourd'hui je me questionne quand certains de mes potes me proposent un verre après le travail. En général ils sont chauds pour sortir mais si je suggère une autre activité type resto, ciné ou même juste une balade, tout de suite ça râle et je me demande si ce n'est pas parce que ça sous-entend qu'il n'y aura pas / moins d'alcool. Preuve que l'on associe quand même beaucoup trop l'alcool à la détente et au bien être et effectivement ça commence souvent dès les études avec cette idée qu'il faut absolument boire les jeudis soirs et les week-ends :erf:

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
@Endless : merci pour ces pistes de réflexion! :boire: (Pardon, réflexe ^^ )
Après, je n'ai pas de smartphone, donc je ferai la bonne vieille version papier (je parlais de codes couleur sur mon calendrier 2021 sous l'article "Bonnes résolutions" publié il y à 2-3 jours). Je pense faire un code "jour sans", je suis d'accord que c'est moins culpabilisant :cretin:
Mais aussi noter le nombre de verres que j'ai bu les "jour avec", pour pouvoir calculer éventuellement par mois/trimestre etc (j'aime les stats <3 ) et comparer au fur et à mesure.

@Tuna : et merci à toi aussi, j'ai publié en même temps que toi mais ça vaut une petite édition ;)
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Dernière édition :
@Monanged : Tu fais bien d'intervenir, pas de soucis ;) Oui, il y a aussi le facteur "habitude" à prendre en compte, un peu comme un muscle : plus on le sollicite, plus l'effort devient facile et plus on peut l'accentuer. Et ce jusqu'au claquage, pour filer la métaphore! Je préfère éviter que mon système digestif me lâche, dirons-nous... Le fait de noter les jours avec et sans me permettra de savoir clairement sur quelle période de temps je n'ai pas bu, et j'essaierai de l'allonger à chaque fois, tout en diminuant les prises lors des jours "avec".
Le facteur social sera clairement le plus dur à gérer, je le sais.
Le "Mais siii, tu vas reprendre un verre" "Non" "Allez, tu vas pas nous laisser à boire tout seuls?" "Si" "Bon allez je te sers" *Bois*. C'est cet enchaînement qu'il va falloir réussir à stopper! Je commence à bien prendre le réflexe de boire un verre d'eau entre chaque verre d'alcool, manque plus que j'en boive 2, allez! :bave:
 
@Nine-V
ta métaphore du muscle me plaît beaucoup car elle semble parfaitement adaptée !
Mais en tous cas je te félicite pour ta prise de conscience et ta démarche de noter ainsi que d'espacer. Je te souhaite de réussir ton objectif (et d'être bienveillante envers toi-même si cela s'avère plus compliqué que prévu !)
Et clairement l'aspect social c'est tellement dur. J'ai eu la chance d'avoir un environnement qui ne me poussait pas à la consommation mais je sais que si ça avait été le cas je n'aurais pas pu tenir mon engagement envers moi-même de la sorte

(Par contre je me souviens quand même que les gens me poussaient malgré tout à l'excès même après avoir expliqué que je pouvais en décéder ahah. Ce n'est pas arrivé souvent car je me suis fâchée mais je me souviens avoir dit non après le second verre, et avoir des amies au courant de mon problème qui disent "Aller ! On ne sort plus beaucoup faut profiter ! Aller juste un de plus, tu n'étais pas morte avant donc ça va aller"
Vraiment fou cette propension à ignorer toute raison quand les gens veulent vous faire boire)
 
@Monanged : Je n'ai pas pour objectif d'arrêter totalement de boire, j'ai un anniversaire ce week-end donc je sais que samedi, ce sera un premier test. Il faut me fixer un objectif simple, du type "pas de vomi ni de gueule de bois, le fameux verre d'eau entre deux d'alcool". Si "j'échoue", ça m'apprendra qqch : l'accoutumance est plus sévère que prévue, il est temps de te prendre en main. Si je réussi : c'est un premier pas, quel est le deuxième niveau?
J'ai aussi la chance d'être extravertie, grande gueule, et suffisamment à l'aise avec mon corps et moi-même pour pouvoir danser, draguer, chanter faux même en étant sobre. Normalement, mon entourage ne devrait pas voir une trop grande différence entre "moi à 2 verres" et "moi à 10"!

Un grand merci à toutes en tout cas, je ne pensais pas me lancer dans une telle introspection aujourd'hui, mes vos commentaires et Big up m'encouragent! :jv:
Je cherche constamment à faire disparaître le sentiment de honte chez moi, quel que soit le domaine, et j'ai trouvé que la meilleure solution était de parler du sujet soi-disant honteux. Jusqu'ici, ça fonctionne plutôt bien pour moi, à voir si ses effets peuvent s'étendre à de vrais changements dans ma vie! :supermad:
 
@Nine-V
Ton objectif me semble déjà très bien, savoir où tu en es, ce qui te semble faisable et tenable sur le long terme etc., c'est déjà très bien. Arrêter totalement l'alcool c'est selon moi pas vraiment une solution (hors alcoolisme bien ancré où l'arrêt total est l'unique solution possible) car dans tous les cas cela reste une source de plaisir et un moment de sociabilisation pour toi, arrêter totalement alors que ça te plaît de boire de temps en temps avec modération ça n'a pas de sens. Tant que ça n'impacte pas ta vie il n'est pas nécessaire d'aller dans cet extrême je pense, mais ça reste le fruit de ta propre réflexion au final donc tu verras bien !
Les objectifs simples c'est très bien pour tester les eaux, amuse toi bien ce week-end
(Et tu as bien raison, la honte ça nous empêche d'avancer et de grandir!)
 

Endless

Hot like Mexico
@Nine-V : Moi j'ai envie de te dire bravo pour cette introspection en tout cas :) ! Je suis sûre que tu vas réussir à développer tes propres stratégies pour moins boire en soirée ! Une fois qu'on met le pied dans cette réflexion, ça ne peut être qu'un cercle vertueux (même si je ne te le cache pas, parfois on a l'impression de patauger voire de régresser). Chaque pas en avant et un pas acquis, l'essentiel est de ne pas trop se mettre de pression et de rester bienveillant-e envers soi, de s'observer comme un-e ami-e !

Et je te rejoins totalement pour la honte. C'est salvateur de crever l'abcès.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
Mais ce qu'on se questionne aussi, c'est à quel moment on doit se dire que cette consommation est problématique ? Pour qui ? Pour quoi?
Si on estime déjà que sa consommation est excessive c'est que c'est déjà problématique, non?

Pour élargir le sujet, de mon expérience personnelle, en plus d'être nocif pour soi, ça l'est aussi clairement pour l'entourage (et pour la personne en voiture qui a rien demandé et se fait tamponné, par exemple) (cas qui est arrivé pour un de mes proches, qui a provoqué un accident heureusement non mortel, sous influence de l'alcool, et qui boit (et conduit) toujours...)
Les conséquences négatives se sentent forcément moins pour l'entourage amical, mais à mon avis la question de sa propre consommation (réaliste) d'alcool (qu'elle soit festive ou simplement en cumulant déjeuner/apéro/dîner) devrait se poser en cas de mise en couple / envie de fonder une famille :ninja:

Pour les risques psycho-sociaux, on parle souvent des risques pour la personne qui boit, mais sachant que l'alcool est présent dans près de 2/3 des cas de violences conjugales par exemple, je trouve qu'il y a du travail à faire pour faire mieux prendre conscience et faire prendre en compte les répercussions (qui peuvent être très graves) sur l'entourage (on entend un peu trop souvent à mon goût le refrain "c'est mon choix, je ne fais de mal qu'à moi-même en buvant", ce qui est complètement faux).
 

7Tangerine6

Here's the thing about stuff...
Je me permets juste d'intervenir en espérant ne pas avoir mal compris :ninja: : attention avec ce genre de statistiques, ce qu'on sait ici c'est que l'alcool est présent en cas de violences conjugales, pas qu'il les cause. Il y a corrélation, c'est tout. Les gens avec une personnalité qui peut découler sur de la maltraitance ont, il me semble, souvent des personnalités addictives aussi (l'alcool, la cigarette, les jeux, dépenses etc.) Mais l'alcool, si ça peut désinhiber et éventuellement accroître la maltraitance et la violence n'est pas la cause première. Des personnes aimant boire de l'alcool peuvent être "de bons parents" tandis qu'un parent maltraitant peut ne pas boire une seul goutte pendant les actes de violence. C'est un peu flou parce que c'est un sujet compliqué pour moi donc je n'ai pas envie de m'étendre, et je suis d'accord avec l'idée de responsabiliser sa consommation quelque soit sa raison, mais effectivement plus quand il y a des risques pour d'autres, mais s'il suffisait de ne pas avoir d'alcool pour qu'il n'y a pas de maltraitance, ce serait plus simple ^^
Voilà c'était juste pour préciser ça :fleur:
 
Mais l'alcool, si ça peut désinhiber et éventuellement accroître la maltraitance et la violence n'est pas la cause première.
Je n'ai pas dit le contraire :dunno: C'est forcément lié aussi à d'autres raisons mais ça joue un rôle: comme tu le dis ça désinhibe et ça accroît la violence.

Des personnes aimant boire de l'alcool peuvent être "de bons parents"
Je parle d'avoir un parent alcoolique, pas un parent "aimant boire de l'alcool".
Il faudrait définir ce qu'est "un bon parent" (vaste programme) mais croire que son alcoolisme peut ne pas avoir de conséquences négatives sur son enfant ça me hérisse un peu (je parle pas ici de maltraitance : je parle de "juste" de vivre au quotidien avec quelqu'un d'alcoolique).
Alors je suis sûre qu'on peut trouver des enfants ayant vécu dans un foyer avec un parent alcoolique sans que ça ait eu le moindre petit impact négatif sur eux, mais je ne suis pas persuadée que ça ait une grande valeur statistique vu les risques psycho-sociaux en général sur l'entourage, notamment familial :neutral:

Ca n'enlève rien au fait qu'on peut avoir une enfance difficile sans qu'il y ait la moindre goutte d'alcool dans l'histoire mais ce n'est pas le sujet il me semble.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes