Commentaires sur Matière scolaire genrée, les mathématiques sont de plus en plus désertées par les filles

15 Novembre 2022
22
160
29
@Musaraigne oui, je suis tout à fait d'accord ! La reforme a été conduite sans aucun questionnement sur l'articulation pré/post bac :goth: les formations sup sont en train de s'adapter, je pense en particulier aux études de médecine, mais ça fout vraiment le zbeul et les pauvres élèves sont sacrifiés parce qu'ils essuient les plâtres d'une reforme mal pensée.


Je te garantis que j'ai des prodiges des maths qui ont des crises d'angoisse en oral d'anglais !


Médecine générale / droit / magistrature sont justement des domaines qui se précarisent, où les conditions de travail sont de moins en moins bonnes et la stabilité financière de moins en moins assurée :sweatdrop: médecin généraliste, c'est pas une sinécure, loin de là, et la période ou les MG étaient des "notables" est bien loin.
Bien-sûr ce n'est pas une vérité générale et cela dépend de chacun. Mais j'ai plus souvent constaté de bons élèves dans toutes les matières avoir des difficultés en math voire en physique que ces bons élèves avoir des difficultés en anglais, ce qui les orientait bien souvent en L ou ES. Après effectivement, il y a souvent ces élèves qui ne bossent pas et qui performent en science grâce à des facilités, et il est vrai qu'ils sont mis en avant et perçus comme plus intelligents, d'autant plus lorsque ce sont des garçons. (edit: et effectivement, je pense que cela est lié à une éducation genrée expliquant aux garçons qu'il faut être fort en math et en science et que le reste est moins important.)

Pour la précarisation des métiers du droit, c'est vrai, on forme trop de juristes et il y a trop d'avocats mais le prestige de la filière demeure tout de même, sinon elle n'attirerait pas autant.
Pour la magistrature il s'agit d'un problème plus général lié au fonctionnariat (coucou les profs), mais pareillement, ce domaine est toujours perçu comme hautement prestigieux, plus que l'ingénierie selon moi.
Quant à la précarisation des médecins généralistes libéraux, je ne suis absolument pas d'accord, sauf à considérer qu'il y a une précarisation généralisé de l'ensemble des professions. Ce qui est vrai, mais là encore, certaines le sont beaucoup plus que d'autres.
Après bien sûr ce n'est pas une sinécure, comme tous les métiers emportant un peu de responsabilité. Mais les conditions de travail sont tout de même parmi les meilleures que notre système puisse offrir. Liberté d'installation, liberté s'agissant du volume horaire, possibilité d'atteindre une haute rémunération n'importe où en France. Cela faisant que, dans mon très pauvre village, oui les médecins sont encore les notables du coin, avec le notaire.
 
  • Big up !
Réactions : Alzire et Piperade
23 Octobre 2017
129
775
1 174
@Rimalouette

Dans l'article que tu as cité, le Japon affiche 14% de femmes avec un diplôme d'ingénieur contre 42% dans certains pays du Maghreb.
Tu dis que les pays de culture patriarcale ont plus de femmes ingénieur que les autres mais il me semble que le Japon est très patriarchal (peut-être même plus que les pays du Maghreb).
Au Japon, une femme arrête de travailler quand elle a un enfant, voire même après s'être marié.
De plus, avoir un diplôme d'ingénieur ne signifie pas travailler en tant qu'ingénieur après. Ces femmes ont peut-être le diplôme mais pas le travail derrière ou pour pas très longtemps.

Pour certains pays cités comme le Maghreb et l'Inde il y a aussi une logique économique à pousser tout le monde vers des études scientifiques.
Déjà ils n'ont peut-être pas "matière" à faire des études autres que scientifiques. Leur bagage littéraire ou historique n'est peut-être pas aussi riche que le notre ou tout simplement pas exploité. Il me semble même que dans les pays du Maghreb l'enseignement supérieur se fait en français ce qui fait qu'ils ne proposent même pas de filière L dans leur langue avec leurs auteurs, leurs philosophes etc. Maintenant que j'y pense je crois qu'il n'y a qu'une seule filière, la S.

Enfin c'est très européen de faire des études littéraires parce que une grosse partie de notre culture tourne autour des grands livres, des grands auteurs etc. Mais les autres pays sont plus tournés vers une logique de vente de services. D'ailleurs souvent le service technique de nombreux logiciels/appareils se trouve à l'étranger.

Maintenant il y a aussi diplôme d'ingénieur et diplôme d'ingénieur. Je ne sais pas s'ils sont tous équivalents. N'importe quel pays peut accoler le titre d'ingénieur à toute formation qui manipule un peu des bases de données ou des processus à l'aide d'une boîte de commandes.
Sinon je suis moi aussi ingénieur chez moi.

Conclusion : moins un pays est riche plus il va avoir tendance à pousser les matières scientifiques pour tous ses élèves : de 1 parce qu'il n'investit pas dans d'autres enseignements et de 2 pour vendre de la main d'œuvre technique aux autres pays.


Sinon concernant l'aspect difficile des maths :
- j'avais des profs femme en maths
- enfant j'adorais les jeux d'énigmes et les casse-têtes
- en primaire j'avais des bonnes notes et je connaissais par cœur mes tables de multiplication
- j'ai très rapidement eu accès à un ordinateur dès mes 8 ans et je bidouillais déjà dessus (rien de bien ouf mais ça me fascinait de trouver des nouvelles options)
- j'étais férue de jeux vidéos (console et PC)
- je suis mauvaise en expression écrite et je n'aime pas ça

Et pourtant j'étais nulle en maths. Mais vraiment nulle. Trop abstrait je comprenais rien de ce qui se passait.
En primaire c'était illustré et vulgarisé on va dire (Pierre a un gâteau et il veut le partager avec ses 4 amis...) donc mon cerveau suivait.
Mais alors l'abstraction laisse tomber. J'avais l'impression qu'on me parlait une langue étrangère, mais une langue étrangère qui n'aurait pas de traduction.
Je suis allée en L. J'étais pas plus littéraire que ça mais avec 3 de moyenne en maths je pouvais pas faire mieux.
 
  • Big up !
Réactions : Rimalouette
5 Août 2021
468
3 860
194
30
Petite réflexion sur la "difficulté" des maths:

Ça pourrait aussi s'expliquer par le fait que c'est aussi une matière compliquée à travailler seul si on est en difficulté.

Si on prend l'anglais par exemple: dans une situation où on n'a rien compris à un texte, on sait déjà qu'il y a un soucis de vocabulaire. On peut rechercher le vocabulaire chez soi, puis regarder la formation des phrases, la conjugaison... En relisant le cour on comprend ce qu'on attend de nous en étude de langue ou vocabulaire.
La leçon d'Histoire ou de Géo c'est pareil, à la rigueur si on comprend pas un truc ou deux on peut faire une recherche, ou regarder un docu. Mais pour l'essentiel c'est de la mémorisation.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

En math si l'élève est déjà en difficulté il peut apprendre son cour par cœur et réussir les premiers exercices d’application. Mais dès qu'on sort du très basique il va être rattraper par ses difficultés que ça soit du calcul, où l'utilisation de propriétés.

Le par cœur est nécessaire mais pas suffisant en soi. Si on prend les règles de distributivité, par exemple, l'élève qui les apprend par cœur mais ne comprend pas vraiment la logique derrière risque vite d'être limité dans ses calculs (ne pas penser à les utiliser pour résoudre un problème), de s'emmêler les pinceaux dans les règles (ce qui arrive si on mémorise sans que ça fasse sens).
Et contrairement à d'autres matières où, si on passe à côté de la leçon sur le comique ou sur l'antiquité on peut maîtriser le cour d'après, là l'absence de compréhension va se répercuter sur toutes les leçons suivantes.

Il y a un système de pré-requis qui s'accumulent et très vite l'élève risque de ne plus rien comprendre et de ne pas savoir identifier ses difficultés. Donc de ne pas pouvoir les travailler chez lui.
Combien d'élèves se retrouve chez eux avec un exercice de math, ne sachant absolument pas ce qu'ils doivent faire? Combien de fois, un élève demande à un prof de math de réexpliquer quelque chose? Et lorsque le prof lui demande ce qu'il n'a pas compris, l'élève répond "Je n'ai RIEN compris".

C'est pas que c'est compliqué en soi. Juste qu'il a un passage du concret à l’abstraction et que le par cœur suffit pas.
Une piste qui pourrait être intéressante :
Dans d'autres méthodes/curriculum, à l'étranger, ils utilisent la manipulation de matériel jusqu'aux notions de fin collège voir plus. Et pas que pour expliquer la notion 5min et ranger le matériel. Chaque élève a son matériel et il l'utilise pour résoudre les exercices. Ça permet aux élèves qui ne sont pas prêt pour l'abstraction de comprendre tout de même la notion et de résoudre les problèmes. Voire même, ça pourrait aider à passer du concret à l'abstrait : à force de résoudre les problèmes, l'élève finit par se passer du matériel.
 
16 Septembre 2010
140
702
4 754
Chatenay Malabry
En tant que prof de maths, j'ai encore trop souvent des élèves qui me disent que les maths, ce n'est pas pour elles. Car oui, seules les filles me disent ça. Et pourtant j'ai des élèves garçons aussi nuls que les filles en question mais ils ne m'ont jamais dit que les maths, ce n'était pas pour eux. Et ça, ça veut tout dire pour moi.
Chaque année, quand je fais passer les évaluations nationales, j'observe leur réponse à la dernière question "comment pensez-vous avoir réussi l'évaluation ?" Les filles se notent systématiquement plus sévèrement que les garçons en maths alors qu'en français, elles s'avouent plus confiantes. Même si elles ont vraiment bien réussi en maths.
De plus (désolé si quelqu'un en a parlé avant, je n'ai lu que trois pages de commentaires), il existe des études qui démontraient cela. En gros, on forme deux groupes d'élèves avec autant de filles que de garçons. Au premier groupe, on leur dit qu'ils vont devoir reproduire une figure mathématique alors que dans le deuxième groupe, on leur dit qu'ils vont reproduire un dessin. Il s'agit de la même figure mais les filles réussissent mieux l'exercice dans le groupe de "dessin" et oes garçons réussissent mieux dans le groupe de "figure géométrique".
C'est triste qu'on en soit encore là en 2022... J'essaie de valoriser au maximum les filles de mes classes pour qu'elles prennent confiance en elle et surtout, qu'elles aient envie de poursuivre car même celles qui sont douées ne sont pas sûres de continuer au-delà du bac, ce qui est dommage.
Bref, maintenant on va surtout voir comment cet enseignement va pouvoir avoir lieu sans prof de maths disponible mais ça reste une bonne nouvelle selon moi.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes