J'aurais jamais imaginé Madz parler de lesbiannisme politique, ça fait plaisir 

Le sujet n'aborde pas le séparatisme lesbien et c'est là où j'aurais quelques réserves, notamment le fait d'un mouvement politique qui mets à part un grand nombre de femmes, mais sur le lesbiannisme politique en tant que tel je comprends tellement! (Et pourtant je suis hétéro, et je suis sûrement incapable d'imaginer vraiment ce qu'est la lesbophobie mais parfois ça me fait rêver d'imaginer ma vie sans hommes :ninja: mais ça dépasse le cadre même des relations lesbiennes de s'extirper de la société au point de ne plus croiser d'hommes, et comme dit plus haut ça libéré seulement soi même et sa communauté,si tenté que ce soit possible).
Par contre faut pas minimiser non plus les violences conjugales entre lesbiennes, c'est loin d'être négligeable en terme de statistiques...
 
L'article est très bien écrit et argumenté, il répond au fur et à mesure aux questions qu'on se pose au fil de la lecture.
J'entends bien tous les arguments, mais j'ai toujours tendance peut être naïvement à penser qu'il est possible d'être féministe sans être misandre. Un peu comme si on baissait les bras finalement, c'est plus simple de laisser tomber et de ne plus fréquenter d'hommes. Ça me déprime un peu cette perspective...
Sans compter que j'ai du mal à comprendre comment on peu choisir son orientation sexuelle , sauf si à la base on est bi ou pan bien sûr. Mais à titre personnel par exemple , je me définit comme hetero et cis, j'ai été plusieurs fois attirée romantiquement par des femmes et fantasmé sexuellement sur des corps féminin et des femmes réelles, j'aime l'idée des personnes qui sont pansexuels, mais j'ai eu une expérience sexuelle réelle avec une femme qui bien que très désirée par moi et ayant beaucoup fantasme sur cette femme, finalement n'a pas du tout été concluante, je n'arrivais pas à être excitée par son corps réel .
Donc ça me semblerait compliqué d'envisager une vie de couple avec une femme, incluant des rapports sexuels. Une relation romantique seule oui mais c'est tout.
Tout ça pour dire que j'ai du mal à comprendre comment on peut choisir son orientation sexuelle dans le cadre d'une vraie hétérosexualité réfléchie ☺️ J'aimerai bien avoir des témoignages par exemple pour m'aider à comprendre
 
Je découvre totalement le sujet et j'avoue que je ne suis pas sûre d'avoir tout compris... :red:
De mon côté, je ne me vois pas du tout faire ma vie "sans croiser d'hommes", avec du 100% féminin, même sans parler de relations sexuelles. J'aurais de bonnes raisons de fuir les hommes (père violent, harcèlement sexuel de mon supérieur hiérarchique, harcèlement de rue, une relation sexuelle qui a nécessité que j'use de toute ma force physique pour y mettre un terme...bref, la grande majorité des femmes a le même type d'exemple, voire pire).
Pour autant, me couper de toute une partie de la population n'est vraiment pas qqch que je recherche! Je suis childfree, je ne souhaite pas me marier ni vivre sous le même toit qu'un homme. Mais dans ma famille, mes cercles d'amis, mes collègues de travail, il y a des hommes que j'apprécie et avec qui je me sens totalement en sécurité. Je n'ai pas besoin d'eux, j'ai juste envie de les côtoyer.
Après, je comprends qu'il y ait une différence entre des luttes féministes et des luttes spécifiquement lesbiennes, vu les écarts de vécu et de problématiques, l'invisibilisation encore plus marquée chez les lesbiennes que chez les femmes hétéros, etc.
Mais de "choisir le lesbianisme" pour porter ces luttes, c'est là que je me perds... "Etre lesbienne" et s'engager de façon radicale, je comprends parfaitement. "Devenir lesbienne" et s'engager de façon radicale, j'ai loupé la marche :hesite:
 
Je découvre totalement la thématique, donc merci pour l'article. Ceci dit, je suis en désaccord avec (mais c'est peut-être parce que c'est nouveau pour moi).
Je trouve que c'est déjà suffisamment compliqué de faire comprendre aux gens que l'orientation sexuelle n'est pas un choix, donc c'est pour ça que ce concept de lesbianisme politique me dérange ... peut-être qu'il faudrait une catégorie supplémentaire pour expliquer les orientations sexuelles, qui ne serait pas que "l'attirance sexuelle" mais aussi "le choix sexuel" par exemple.
Un peu comme avec le genre : "identité de genre" est différent de "expression de genre". Il y a ce que tu ressens, et ce que tu exprimes!
 
Ben moi je trouve ce concept hyper foireux et problématique, je considère pas que l'orientation sexuelle soit un choix, ni qu'on puisse devenir lesbienne (ou autre).
Peu importe l'argumentaire développé derrière, si on n'a pas d'attirance sexuelle / romantique pour les femmes, ben... On en a pas. Point.

C'est là que je trouve que ce concept mélange tout. On peut décider d'avoir le moins de contacts possibles avec les hommes, on peut décider de ne pas avoir de relation sexuelle / romantique avec eux, voire même décider d'avoir des relations intimes avec des femmes, mais décider d'être attirée par des femmes alors qu'on est hétéro ? Ben non... Ou alors c'est qu'on est pas uniquement hétéro au départ, auquel cas le problème ne se pose pas et c'est tant mieux, mais sinon ça n'a pas de sens. Enfin je sais pas pour vous mais moi j'ai absolument aucun contrôle sur les gens qui m'attirent ou pas, hein.

De même que si on est lesbienne et qu'on a pas d'attirance pour les hommes, ben on va pas s'en inventer une.
Imaginez un article où on sort aux lesbiennes que l'hétérosexualité peut être un choix, qu'il suffit de le vouloir, et que dans une certaine perspective c'est une stratégie... Ce serait assez violent à lire, non ?
Bah là ça fait cet effet aussi. Faut arrêter avec le forcing, et merci de respecter TOUTES les orientations sexuelles. Les doubles standards ça va 5 minutes... Je pense que c'est valable pour toutes les orientations sexuelles, le fait d'avoir une attirance "naturelle" qu'on sent dans ses tripes (je sais pas comment le définir autrement).

Non l'hétérosexualité n'est pas un choix non plus, et ça n'est pas un stratagème du patriarcat (même si on retrouve des dynamiques sexistes dans beaucoup de couples hétéros, malheureusement).
Ce genre d'argumentaire c'est vraiment se tirer une balle dans le pied et donner raison à toutes les thérapies de conversion et compagnie... Parce que oui c'est clairement un argument qu'ils utilisent tout le temps, qu'il suffit de le "vouloir" et de le choisir pour être hétéro. Je pense que c'est faux et ultra problématique comme raisonnement, alors merci de ne pas appliquer l'inverse aux hétéros non plus sous prétexte de "féminisme" (je mets des guillemets parce que là je retrouve pas le respect des personnes qui est une valeur clé du féminisme selon moi).

Pour moi y a deux solutions possibles, soit les femmes qui sont ""devenues"" lesbiennes politiques étaient déjà bi / lesbiennes, soit elles se forcent et ne sont pas vraiment attirées par leurs partenaires. Je vois pas en quoi ce modèle serait plus sain que l'hétérosexualité, très franchement.
 
D’accord avec @just_in_case

Dans l’article il est dit qu’être lesbienne politique ça peut être aussi décider ne plus fréquenter les hommes tout court donc pas forcément d’avoir des rapports intimes avec une femme.. mais dans ce cas là pourquoi appeler ça « être lesbienne politique », pourquoi pas juste appeler ça « misandrie » qui concrètement signifie le rejet, ne pas aimer avec « mis » et « andr » les hommes.
Ça me paraîtrait bien correspondre :cretin:
 

Ivy.

wavybone
Je comprends le côté politique pour les femmes qui sont lesbiennes sans le choisir, dans le sens où tu te rends compte de la dimension sociale qui entoure le fait d’être lesbienne. En fait c’est politique de vivre socialement en tant que lesbienne parce que ça se fait dans un système patriarcal et fait pour les hétéros : c’est le côté social qui va avec ton orientation qui est politique, pas tellement le fait d’être lesbienne en lui-même. Pour une lesbienne féministe, c’est sûr que le lesbianisme politique fait sens.

Après, le lesbianisme politique pour les femmes qui ne sont pas lesbiennes de base, j’avoue que ça m’échappe un peu. J’ai l’impression que l’important c’est le côté social, d’être perçue en tant que lesbienne qui compte plus que d’être lesbienne. Comme si on fantasmait le "mode de vie" supposé des lesbiennes qui serait mieux car sans hommes (spoiler alert : les lesbiennes peuvent côtoyer des hommes et subissent aussi le sexisme), sans prendre en compte les discriminations et la lesbophobie que se prennent celles qui n'ont pas choisi d'être homo et/ou qui sont socialement out. Au final, le mot lesbianisme dans ce contexte n'a pas grand chose de lesbien, on pourrait juste dire "envie de se passer des hommes et de ne pas les fréquenter".
 
Je suis un peu biaisée en tant que lesbienne politique mais je trouve que le concept a vraiment le mérite de poser des questions intéressantes. Si le genre est une construction artificielle pourquoi l'orientation sexuelle ne le serait-elle pas également? L'orientation sexuelle est-elle uniquement acquise, construite ou les deux ? Est-il vraiment possible pour une femme hétéro de """déconstruire""" son hétérosexualité si celle-ci est uniquement construite ? C'est quoi être lesbienne ?
Bref c'est pas mal de questions assez polarisantes et c'est tout à fait normal de ne pas du tout être d'accord avec ça.

Personnellement mon expérience du lesbianisme politique à été dans un premier temps un énorme rejet, je trouvais ça extrêmement culpabilisant d'entendre qu'il suffisait de "devenir lesbienne" pour échapper à une partie des violences sexistes. J'étais cette femme bisexuelle mais qui a grandit dans un milieu assez conservateur, qui ne ressentait quasiment aucune attirance envers les femmes et qui sortait uniquement avec des hommes. Et c'était frustrant parce que selon mes convictions féministes il n'y avait pas de not all men et si mes exs étaient gentils il y avait forcément un rapport de pouvoir sexiste dans mes couples avec les hommes qui m'épuisait.
Et puis j'ai commencé par me rapprocher des cercles militants lesbiens en tant que bi, j'ai tenté de passer outre mon rejet de départ. Je me suis beaucoup questionné sur ma façon d'aborder ma bisexualité et de m'empêcher de ressentir toute attirance pour les femmes par peur de la lesphobie. Et on me dira que cette attirance était déjà là avant ce questionnement mais au final je n'ai quasi plus aucune attirance pour les hommes pour en avoir beaucoup pour les femmes. Il n'empêche que je n'ai pas eu de déclic mais que c'est véritablement quelque chose qu'il m'a fallu entretenir. Ca reste comme dit dans l'article un énorme poids en moins. Je suis bien conscient de toujours subir le sexisme avec un supplément de lesbophobie mais pouvoir y échapper un peu dans mon couple est pour moi une véritable bouffée d'air frais.

Et je pense que ce qui est lié à tout ça c'est la notion d'hétérosexualité compulsive théorisée par Adrienne Rich. Selon cette théorie l'hétérosexualité n'est pas une orientation sexuelle mais un système politique de norme extrêmement forte dont il est possible d'après le lesbianisme politique de s'extraire. Et c'est à cause de cette hétérosexualité qui pousse tellement les femmes dans des relations hétéros qu'on est par exemple avec des amies lesbiennes attirées par les hommes... ou plutôt une certaine idée des hommes vendus par la société. Société qui prétend justement nous faire trouver "le bon" qui ne sera pas comme les autres avec sa masculinité non toxique ou à la limite qu'on pourra éduquer.
Mais par exemple beaucoup d'amies m'ont dit être attiré par des célébrités ou des hommes fictifs qui représentent cette masculinité ultra romancée et en réalité inatteignable.
En ce sens c'est totalement absurde de comparer le lesbianisme politique aux thérapies de conversions: les deux sont certes appuyées sur l'idée qu'on peut changer son orientation sexuelle mais les thérapies cherchent bel et bien à renforcer le système patriarcal par la violence tandis que le lesbianisme politique propose une solution potentielle pour y échapper.

Malgré tout je ne crois pas que toutes les femmes notamment hétéros peuvent devenir lesbiennes politiques. Déjà parce que c'est pas aussi évident qu'on peut parfois le vendre mais aussi parce que quand on subit déjà pas mal d'oppressions être en relation avec une femme est impossible. Une femme très précaire avec deux enfants nous avait par exemple dit qu'elle avait peur que son ex-mari joue sur sa bisexualité pour lui retirer la garde si elle se mettait avec une femme. Ou une amie vivant chez ses parents très conservateurs qui ne pouvait pas se permettre de se poser trop de questions au risque qu'ils la jettent à la rue.

Je n'en ai pas parlé mais il y a aussi des désaccords internes sur le lesbianisme politique. Pour certaines cela inclus le célibat choisi pour les femmes hétéros qui est également bien radical (même si pas forcément désirable comme dit précedemment). Pour d'autres le problème est que le lesbianisme politique centre trop le lesbianisme... sur les hommes et sur comment s'en détacher plutot que ben sur les femmes tout simplement.
Et est ce que c'est une vision idéalisée des relations lesbiennes ? Pas forcément pour moi, je ne vois vraiment pas ça comme dire "les relations lesbiennes sont forcément parfaites" mais davantage "les relations lesbiennes permettent de ne plus avoir de rapport de pouvoir sexiste comme dans celles hétéros". Ca ne veut pas dire qu'elles ne peuvent pas être toxiques ou sans violence conjugale bien évidemment !

Bref c'est un débat que je trouve forcément très intéressant. Je dirais de quand même faire attention à de potentiels biais lesbophobes. Le féminisme des lesbiennes est souvent vu comme dit dans l'article comme trop radical ou juste trop misandre. Il est effectivement plus lisse et plus accepté d'adopter un féminisme incluant les hommes et les caressant dans le du poil. Mais ça reste important de tenter de comprendre ce fameux féminisme trop extrême et les critiques qu'il implique.

(Bravo si vous avez tout lu et désolé pour le pavé !)
 
Dernière édition :
@Peace&Love&It;3 J'ai lu ton commentaire qui est intéressant, je vais pas revenir sur l'ensemble mais certains éléments m'ont dérangée...
Je me permets de te citer, si ça te pose problème n'hésite pas à le dire.

"Selon cette théorie l'hétérosexualité n'est pas une orientation sexuelle mais un système politique de norme extrêmement forte dont il est possible d'après le lesbianisme politique de s'extraire."
Alors wow, je sais pas si tu te rends compte mais en fait c'est hyper violent de lire ça. Ok en tant qu'hétéros on a pas trop l'habitude d'être opprimés donc il s'agit pas de venir chialer, mais en fait je trouve qu'aujourd'hui, à force de vouloir donner de la visibilité et de la légitimité à toutes les orientations sexuelles, on en vient à vilipender l'orientation "dominante" (l'hétérosexualité donc). Et... à un moment faudrait peut-être se calmer le slip non ? Tout le monde a droit au respect, et personne n'a envie de s'entendre dire que l'hétérosexualité n'est pas une orientation sexuelle. Si demain je dis qu'en vrai "l'homosexualité n'est pas une orientation sexuelle mais blablabla", je vais me faire défoncer et à juste titre. Donc merci d'appliquer les mêmes principes et le même respect pour tout le monde ? (je dis pas forcément ça envers toi hein, mais l'auteure de cette théorie)
Après on peut analyser chaque orientation sexuelle sous un prisme "politique", mais je sais pas, il faudrait peut-être faire gaffe aux mots employés (et à la débilité du concept aussi). Parce que déso mais j'ai pas la patience envers une nana qui me dit que mon orientation sexuelle n'existe pas réellement, que je suis juste soumise au patriarcat et que je peux choisir de devenir lesbienne. C'est juste du délire pour moi, et y a aucune bienveillance (ni réalité ?) dans tout ça.

Autre passage qui m'a interpellée :
"En ce sens c'est totalement absurde de comparer le lesbianisme politique aux thérapies de conversions: les deux sont certes appuyées sur l'idée qu'on peut changer son orientation sexuelle mais les thérapies cherchent bel et bien à renforcer le système patriarcal par la violence tandis que le lesbianisme politique propose une solution potentielle pour y échapper. "
Alors. Je comprends l'idée, mais si la solution magique du lesbianisme politique ça consiste à nier et invisibiliser notre identité, et potentiellement se forcer à avoir des relations avec des meufs qui nous attirent pas, j'y vois de la violence aussi. Ca ne vaut pas tellement mieux, en fait.
Perso si je fais aussi ce parallèle entre les deux c'est surtout que l'idée de base me paraît pourrie. L'idée que l'orientation sexuelle soit un choix, dans un cas comme dans l'autre ça ne passe pas parce que c'est oppressif envers les personnes qui ne le ressentent pas de cette façon (et je pense qu'on est beaucoup). Donc bon, l'enfer est pavé de bonnes intentions, c'est comme ça que je résumerais ce concept...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes