Lesbianisme politique : « L’hétérosexualité n’est pas la seule manière d’organiser sa vie »

31 Juillet 2017
153
1 471
814
J'ai une petite question pour les lesbiennes politiques (au sens de l'extrait posté par @Pelleas ) qui me lisent, qui me semble primordiale pour toute militante révolutionnaire :

Suite à une révolution féministe dans le sens que vous souhaitez, à quoi ressemblerait la société? Parce que j'avoue que j'ai vraiment du mal à me l'imaginer.
Est-ce que ce serait une ségrégation stricte entre lesbiennes (et hétéro célib) et gays (et autre hétéro célib)? Quelques relations hétéro serait-elles tolérées, mais pas trop pour éviter que ça ne redevienne une norme?
Ou bien on élimine tous les hommes (comment?), et tout le monde devient lesbienne? (comment on fait pour la reproduction?) Quelles sont les autres possibilités? :confused:

J'ai conscience que ma question peut sembler un brin provoc, mais je me pose sincèrement la question. Par exemple, je suis militante communiste libertaire, et j'ai une (vague) idée de la société qui pourrait advenir suite à une révolution sociale, comment organiser le travail, la justice etc. Pas tous les détails bien sûr, mais au moins les grandes lignes.

Du coup à quoi ressemblerait une société fondée par des personnes dont l'idéologie est :
"Le lesbianisme politique repose sur l'idée qu'il faut éloigner les hommes des femmes en arrêtant de soutenir l'hétérosexualité et d'avoir des rapports sexuels avec des hommes.

L'homme est un ennemi et les femmes en couple avec eux sont les complices de leur propre oppression, même si elles se disent féministes.
" :hesite:
 

Anechka

Fiodorophage
28 Janvier 2021
220
2 691
154
@Rostopchine Je trouve dommage que cette discussion, très intéressante entre autre grâce à tes interventions, soit parasitée par un ton agressif. Accuser ceux avec qui tu échanges de faire exprès de ne pas comprendre ou d'être de mauvaise foi, alors que tout le monde semble s'être exprimé avec sincérité et dans le respect, je crois que c'est contre-productif. Quand je dis qu'un très court témoignage ne me suffit pas pour souscrire sans réserve à une idée aussi nouvelle pour moi que "l'orientation sexuelle est un choix", c'est malhonnête de ta part de dire que je pense que la personne ment ou que je nie sa parole. Pour moi, il est normal, et même souhaitable, que les opinions évoluent "lentement mais sûrement", au gré du mélange de la réflexion, des émotions qui la suscitent, des témoignages qui la nourrissent. D'ailleurs, après la lecture des nombreux commentaires, j'ai l'impression de disposer de nouvelles pistes pour réfléchir à ce qui détermine notre orientation sexuelle, et ça me plait. Mais dans ce cheminement réflexif, il me semble que les ressorts de l'agressivité et de l'insulte à l'intelligence seront toujours des obstacles.
 
Dernière édition :
17 Juin 2019
309
2 599
204
@Rostopchine Je suis assez d'accord avec @Anechka . Je ne sais pas si tu es lesbienne ou queer d'une manière générale, et ce ne sont pas mes affaires, mais je dois t'avouer que j'ai tiqué sur le fait que tu considères que les lesbiennes ayant à coeur de rappeler le fait que l'orientation sexuelle ne se choisit pas "essentiallisent les vécus homosexuels pour faire plaisir aux homophobes". Si une femme lesbienne t'explique à quel point cette idée est importante pour elle, lui dire qu'elle veut juste se faire bien voir des gens qui l'oppressent, je trouve ça assez violent :erf: tu ne l'as sûrement pas fait pour être violente donc ce n'est pas un jugement de valeur sur ta personne, mais plutôt sur l'idée que ce genre d'affirmation implique.

Même si je ne suis clairement pas d'accord avec ton postulat, je trouve tes réflexions intéressantes, et tes commentaires m'ont fait me poser la question de ce qui détermine notre orientation sexuelles. Et maintenant, je crois que je considère que le fait que l'on soit "nés" comme ça n'est pas forcément une vérité absolue, car ça implique que l'homosexualité est génétique, biologique (et si l'on a quelques pistes allant dans ce sens je ne pense pas que ça détermine le fait qu'il y ait de manière certaine une cause biologique à l'homosexualité). Ça ne veut pas dire que c'est un choix, ça on sait tous que c'est faux, mais que l'on nait sûrement avec des prédispositions à être attirés par tel ou tel genre, et que cette prédisposition, accompagnée de facteurs liés à nos goûts ou même à notre propre construction, va déterminer la manière dont on se positionne sur "le spectre de l'orientation sexuelle". Personnellement, je me considère comme lesbienne car j'ai toujours eu une connexion plus forte envers les femmes, que ça soit amicale ou amoureuse. J'ai beaucoup de mal à me faire amie avec des hommes et je me tourne constamment vers des femmes pour modeler mon entourage et me construire. Mais c'est mon expérience, et d'autres lesbiennes se sentent, au contraire, très à l'aise avec les hommes, et adhérent aux codes de la masculinité, et définissent leur attirance envers les femmes par ce biais. Certaines femmes qui sont bi peuvent choisir de s'identifier comme lesbiennes en ne se mettant en couple qu'avec des femmes par choix politique (et se définir comme lesbienne politique). Donc effectivement, les vécus homosexuels ne sont pas unifiés, la seule chose qu'ils ont en commun, leur racine je dirais, c'est qu'il doit y avoir cette prédisposition, cette attirance, qui existe depuis toujours et qui ne peut pas s'expliquer.
 
9 Mars 2013
863
6 552
3 264
Je pense qu'il serait bon d'éviter les messages qui corrigent le ton mais pas la forme. C'est quand même un reproche qu'on fait beaucoup aux féministes ("je suis pas forcément en désaccord sur le fond, par contre, elles prennent un ton agressif et du coup j'ai pas envie d'écouter").
vite-fait : tone-policing: https://fr.wiktionary.org/wiki/tone_policing

Et on peut peut-être comprendre que les deux ou trois personnes qui viennent rédiger de longs messages construits et argumentés pour développer le point de vue du lesbianisme politique, au bout de dix pages, perdent un peu patience devant des objections répétées, répétitives et rhétoriques. Je pense que c'est en demander vraiment beaucoup de vouloir qu'elles restent toujours dans la pédagogie et la bienveillance totale après dix pages.

Et aussi, je me dis qu'il est peut-être nécessaire de bousculer un peu les choses, de donner un coup de pied dans la fourmilière.
C'est vrai que dans le fil d'une conversation, c'est assez impoli de dire "d'accord, tu revendiques ton choix de t'épiler / d'être en couple hétérosexuel avec un homme qui échappe miraculeusement aux schémas oppressifs / ... mais en fait, ceci est le résultat d'un conditionnement social et de mille déterminismes sur lesquels tu n'as pas la main". Mais si on ne le dit pas, rien ne changera. Peut-être qu'il faut parfois faire passer la politesse après le changement social, d'autant plus dans une conversation écrite avec des inconnu·es qu'on peut quitter et mettre en veille à tout moment, contrairement à une conversation en famille/entre ami·es.
Je pense qu'on est quand même d'accord pour dire que le couple hétérosexuel pose un problème systémique, et qu'il est le résultat d'une société patriarcale qu'il soutient simultanément. Et dans ce cas, il me semble intéressant de réfléchir à des alternatives.

Pour ma part, j'ai beaucoup appris et je les en remercie.
 
9 Mars 2013
863
6 552
3 264
@PetitePaille : tu veux dire qu'à force d'être hystérique, pardon, agressive, elle dessert sa cause ? Ca ne te fait pas bizarre d'employer un argument utilisé pour discréditer les discours féministes et celles qui les font ?

Blague à part, ça dépend de qui on veut convaincre.

Il est rare de vraiment être prêt·e à changer d'avis lors d'une discussion (je me fonde sur mon expérience perso des deux côtés de la barrière mais pas seulement) :cretin:, donc bienveillance à toute épreuve ou ironie (parce qu'il s'agit plutôt d'ironie que d'agressivité), je ne pense pas que cela change grand chose pour la personne en face... qui révisera peut-être ses positions au fil de ses lectures, rencontres, ou simplement en réfléchissant de nouveau à la question à tête reposée d'ici quelques jours/semaines/mois. Ou pas.

Peut-être en revanche peuvent-elles encore convaincre les lectrices de l'ombre dont j'étais jusque là. En tout cas, ça a marché avec moi.

Comme on est pile dans un des effets du tone-policing que je voulais éviter (on se détourne du fond pour parler de la forme puisque c'est là l'unique objet de cet échange), je vais m'arrêter là.
 

Anechka

Fiodorophage
28 Janvier 2021
220
2 691
154
Il est rare de vraiment être prêt·e à changer d'avis lors d'une discussion (je me fonde sur mon expérience perso des deux côtés de la barrière mais pas seulement) :cretin:, donc bienveillance à toute épreuve ou ironie (parce qu'il s'agit plutôt d'ironie que d'agressivité), je ne pense pas que cela change grand chose pour la personne en face...
Ben du coup si ça change rien autant ne pas l'utiliser non ?
Je n'ai aucunement l'impression de faire du tone-policing vis-à-vis de Rostopchine (que j'évite de rementionner), car je n'essaye pas du tout de noyer le fond dans la forme. Je l'ai d'ailleurs remerciée pour ses contributions. Je dis simplement que j'ai l'impression d'avoir la maturité de recevoir un argument construit et d'y réfléchir en toute bonne foi : le mépris ("là je ne sais plus quoi vous dire" "vous faites exprès de pas comprendre" "ça fait dix pages qu'on répète que" etc) n'aide en rien à me convaincre, je trouve au contraire que ça rend l'interaction inutilement désagréable.

tu veux dire qu'à force d'être hystérique, pardon, agressive, elle dessert sa cause ? Ca ne te fait pas bizarre d'employer un argument utilisé pour discréditer les discours féministes et celles qui les font ?
Je ne sais pas pour @PetitePaille mais personnellement, j'assume à 100% de penser que dans un débat d'idées entre personnes raisonnables, faire preuve d'agressivité envers les partisans d'un avis différent est contre-productif.

Edit : reformulé
 
Dernière édition :
17 Juin 2019
309
2 599
204
@Slaw Je ne sais pas de quel commentaire tu parles mais en ce qui me concerne, j'ai commenté sur le fond :dunno: dire "c'est vraiment limite de dire à une lesbienne qui explique comment elle définit son identité qu'elle veut se faire bien voir de ses oppresseurs", c'est commenter sur le fond, non sur la forme. D'ailleurs, la politesse n'a jamais tué personne, alors oui, on est humains, on s'énerve, c'est normal, mais je trouve aussi que l'agressivité doit être strictement nécessaire, et là, la personne était disposée à entendre les arguments.

Édit: Ah oui et à propos de la pédagogie : je n'ai pas besoin qu'on fasse preuve de "pédagogie" envers moi. La pédagogie, gardez la pour les relations profs/élèves, pas pour les discussions sur un forum, svp.

Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.
 
25 Février 2014
3 470
28 111
3 374
Nantes
Sans être lesbienne politique, j'en fais un peu l'expérience depuis quelques temps, du coup, je pose ici un petit témoignage pour aider certaines personnes à évoluer sur la question :
Jusqu'à présent, je me considère comme hétéro, j'ai toujours été essentiellement attirée par des hommes, même en ayant grandit dans un milieu où l'homosexualité était vu comme une possibilité sans que ça ne pose de problème à personne, avec des modèles lfbt-friendly etc. Je me suis souvent questionnée et requestionnée, pour me laisser la possibilité d'être bi si je l'étais (donc remettre en question mon hétérosexualité au cas où je ne serais enfermé que dans l'hétéronormativité). D'autant plus que beaucoup de gens pensent que je suis lesbienne quand iels me rencontrent et que je me fais presque plus souvent draguée par des femmes que par des hommes. Mais jusqu'à il y a un an, je me considère comme hétéro, consciente (vu que je me suis laissée la possibilité de ne pas l'être)

Or, il se trouve que depuis quelques années, j'ai de plus en plus de mal avec les relations hétérosexuels (couple comme sexuel), même si mon dernier copain était très cool et que je n'ai rien à lui reprocher à ce niveau là, je sens que plus le temps passe, plus j'ai du mal à me sentir à l'aise avec les hommes pour entamer des relations de couple quand bien même ils m'attirent. Bah depuis un an, je me questionne beaucoup plus sur une vraie attirance pour les femmes parce qu'il m'est arrivé d'être justement attirée par des femmes. Et je pense que ces attirances sont nées aussi d'un sorte de rejet de mon hétérosexualité. Maintenant, je continue de crusher majoritairement sur des hommes, mais il m'arrive de plus en plus souvent d'avoir aussi des attirances pour des femmes.

En fait, je me retrouve beaucoup dans le message de @Madhiko mais plutôt que du fromage, c'est réellement appliqué aux hommes :lunette: (et à un stade moins évolué que son rejet total du fromage :lunette: )

(Après, subsiste quand même un blocage lié au fait que j'ai pas envie de coucher avec une meuf lesbienne pour tester parce que je trouve ça irrespectueux, pis j'ai pas envie d'entamer une phase de drague pour finalement me rendre compte que "ouai nan, je suis 100% hétéro en fait, ton corps m'attire pas déso déso"; mais en tout cas, j'ai une vraie évolution sur le sujet alors que je peux affirmer que la moi d'il y a 5 ans était totalement hétéro, et que cette évolution est en partie auto-conditionné par un rejet des relations hétérosexuels, et par une prise de conscience qu'il m'est beaucoup plus facile de me sentir en confiance et proche de femmes.
Et pour ce dernier point, il ne s'agit pas d'idéaliser les relations lesbiennes, juste que disons qu'il y a 0.0000001% des hommes qui pourraient me correspondent, et 0.05% des femmes, ce qui est laaargement plus :lunette: )

[D'ailleurs, c'est marrant que le sujet de la pilosité revienne si souvent sur ce sujet, parce qu'il est en partie responsable de mon changement vis-à-vis des relations hétéro, vu que c'est depuis que j'ai arrêté de m'épiler et que j'entends trop souvent des mecs dirent que les poils les gênent que ça me saoule de tenter d'entamer des relations avec des hommes, avec la peur de subir un rejet ou juste que le mec "fasse avec mais bon, il préférerait que ce soit épilé"]

Edit : ce message est très confus parce que je suis en plein questionnement et que je ne sais pas trop par quel bout analyser tout ça
 
Dernière édition :
2 Octobre 2020
59
126
84
37
@Margay j'ai un cheminement un peu inverse du tien je m'explique, je vis dans une famille où l'homosexualité est acceptée, mes parents m'ont toujours dit que l'important est d'être heureuse, que je sois seule, en couple avec un homme ou une femme.
Je me suis souvent posé des questions sur mon attirance pour les personnes, et j'en ai conclu que je m'en fous du genre, c'est la personne qui m'attire. J'ai eu des relations heterosexuelles, j'ai eu qq expériences homosexuelles, et là blocage pour moi, je suis incapable de toucher la poitrine de la femme, incapable de toucher le sexe de l'autre, je n'ai pas aimé qu'elle me touche mon sexe...
J'ai déjà eu ce sentiment avec 2/3 relations avec des hommes mais c'est parce qu'ils ne me plaisaient pas vraiment.
J'ai eu une longue période de célibat, je me refuse à aller sur les sites de rencontres car plus des plans culs qu'autre chose et ça ne m'intéresse pas.
On m'a souvent demandé si j'étais lesbienne, ça m'a questionné et ma réponse est qu'on est pas hetero ou homo ou autre, cela dépend de la personne, du moment de notre vie et qu'il ne faut pas se fermer de porte.
Par contre, je ne me vois pas me passer des hommes, dans mes relations amicales, amoureuses... Je ne veux pas m'obliger à être célibataire ni être obligée à être en couple avec une femme.
Je suis attirée par les hommes, les femmes je peux les trouver jolies mais concevoir une relation homosexuelle, non. Cela ne veut pas dire que jamais j'en aurai plus de ma vie.
Je pense qu'il faut laisser les gens choisir sans être extrême dans le domaine de l'intime, que si l'éducation est là, cette façon de penser, sur la sexualité, pour ce sujet, est déjà présent depuis longtemps.
L'essentiel est d'être bien dans sa vie, en célibataire ou en couple, sans te rendre coupable car hetero comme si jamais on avait pensé à tout cela.
Je connais plein de personnes se disant hetero ayant eu une longue relation homo, puis quand elles rompent se tourne vers l'heterosexualité. Pourquoi ? Parce que c'est une question de personne, pas de sexe.
Bref, le tout est d'être bien soi même, sans que personne n'impose quoique ce soit.
L'heterosexualité comme l'homosexualité n'est pas un choix, la personne avec qui on noue une relation l'est.
 
29 Mars 2015
1 728
9 405
2 074
Hello,

J'ai un peu lu vos commentaires en diagonal. Je suis en ce moment en pleine transition. Rejet des mecs et du patriarcat. Plus envie de perdre mon temps et mon énergie avec les hommes.
Comme je suis paumée, je serai très partante d'échanger ici ou ailleurs avec des filles qui ont un parcours dit de lesbianisme politique ou qui ont eu un déclic anti-hommes, qui les a poussé à découvrir une sexualité et des relations amoureuses avec les femmes.

Je suis dispo par mp également.
Merci
 
Dernière édition :

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes