« L'image des enseignants », plus importante que la lutte contre le harcèlement scolaire ?

@Lunafey,

Je tiens juste à saluer la démarche que tu veux lancer afin de remettre au centre du débat le problème effectif et existant qu'est le harcèlement. Je me suis permis dans une réponse d'évoquer ce que nous nous mettons en place dans notre école. Mais le harcèlement (comme les autres problèmes que nous rencontrons en classe : échec scolaire, intelligence multiple, différenciation) n'a pas qu'une seule porte d'entrée (la récréation, les réseaux sociaux, la cantine, la classe bruyante, les adultes démissionnaires etc.) et n'a pas qu'une seule solution ce qui marche une fois ne marchera pas toujours.

Dans mon école, on lutte en étant des chevaliers des temps modernes, en apprenant à dire "Stop !" avec une main en avant pour le montrer, en se parlant gentiment, en expliquant, en étant solidaire ! Ça demande du temps, ça ne se fait pas en un jour, ça n'empêche pas certains enfants d'être violents mais ça nous permets de rester vigilants, adultes comme enfants. C'est un projet d'école et ça débloque la parole dans la bienveillance.

Donc même si je suis entièrement d'accord avec ce qui est dit afin de faire quelque chose et de partager nos expériences, je ne pourrais pas faire comme si je me reconnaissais dans ce clip, comme si je reconnaissais mes collègues. Et si je ne nie pas l'existence effective du harcèlement à l'école (pour l'avoir vu, vécu, pour en avoir parlé avec les enfants, les parents, entre collègues pour chercher des solutions), il faudrait que je me taise quand encore une fois on présente l'enseignant comme une personne incompétente ? Certains ont proposé de réaliser plusieurs clips pour offrir un panel plus juste, plusieurs situations plus proches de ce qui est vécu au quotidien. Ce serait une bonne chose.

Quand à la situation montrée dans le clip je rejoins @Talabat- . Mes parents ont trouvés eux mêmes que la situation datait que le harcèlement relevait d'autres formes maintenant bien plus insidieuses. Et je ne dis pas ça parce que se sont mes parents mais parce qu'ils sont d'une autre génération...

Mais je suis sans doute à vos yeux dans une école de bisounours. Aux miens, je suis entourée d'adultes qui veulent prendre en compte l'enfant dans toute sa différence et lui permettent de grandir et apprendre dans l'environnement le plus bienveillant et juste qui soit. Je ne le dirais sans doute pas assez : discipline positive !!
 
Dernière édition :
7 Mai 2015
149
1 739
1 714
Je pense qu'il faut d'abord apprendre aux profs des techniques pour gérer le harcèlement, et ensuite encourager les élèves à se tourner vers eux.
Je rebondis juste sur cette phrase là :fleur:. Le problème, que beaucoup ont déjà dénoncé sur ce topic, c'est que justement, L'EN ne prend aucune mesure pour apprendre au enseignants à gérer le harcèlement (et par là je parle de vraies mesures, accompagnées de moyens et de temps, et pas de leurs préconisations qui sont ce que beaucoup d'enseignants essaient DÉJÀ de mettre en application), et dans un même temps l'EN leur reproche de ne pas être formé. C'est cette hypocrisie là que dénoncent beaucoup d'enseignants.

Il y a quelque chose de très insultant, quand on essaie de faire son boulot correctement et de gérer la quantité de tâches qu'on met aujourd'hui sur le dos des professeurs, à voir son propre employeur nous dénigrer publiquement, sans essayer le moins du monde de régler le problème en interne puisque la ministre refuse tout bonnement de rencontrer ses syndicats. Pour en avoir reparlé hier avec mon père, prof donc, il est le premier à avouer que les prof sont souvent démunis devant le harcèlement. Ils ne savent souvent pas comment réagir, comment le gérer, d'autant plus que que chaque situation est différente. Il y a des cas ou l'intervention d'un enseignant va tout régler, et d'autres cas ou ça va l'empirer. Mais ça, ça se règle par la formation et le dialogue, pas en méprisant et refusant toute discussion avec les personnes concernées.

Je pense que tu rencontrera très peu d'enseignants qui ne seront pas d'accord avec ta phrase que je cite. Ça fait des années que les syndicats (qui en parlent depuis bien plus longtemps que cette chère ministre au passage), le réclament. Mais l'EN ne le fait pas. Non, l'EN préfère sortir un clip qui va encourager les élèves à ne pas aller voir l'enseignant, tout en se mettant ces mêmes enseignants à dos. C'est, au mieux, clairement maladroit, au pire complètement contre-productif. C'est sur ce point-là que beaucoup de profs s'insurgent, parce que ce clip enfonce les professeurs tout en faisant (à mon sens) du mal à la cause qu'il prétend défendre (lutter contre le harcèlement).

Alors ce n'est vraiment pas contre toi (je sens bien que ton propos est beaucoup plus nuancé :) ), c'est plus une remarque générale, mais je trouve ça un peu gonflé de leur reprocher aujourd'hui de court-circuiter la campagne de l'EN alors que ça fait des années qu'ils demandent des fonds et des formations pour lutter contre le harcèlement scolaire sans qu'on les écoutent. Et maintenant l'EN (je ne parle pas, ici, des témoignages d'ancien.nes harcelé.e.s, mais bien de l'EN en la personne de Najat Vallaud-Belkacem, celle qui n'en a rien à faire de l'avis des profs depuis plusieurs mois) leur tape dessus parce qu'ils ne font rien ?? Ce serais pas un tout petit peu hypocrite ?

En fait, je ne peux m'empêcher de trouver cette réaction indécente parce qu'elle détourne la parole de l'objectif de base (je n'ai entendu parler que de la colère des enseignants, quasiment aucunement du harcèlement scolaire) alors que bordel, le harcèlement peut être d'une violence inouïe avec des conséquences gravissimes.
Peut-être qu'il faudrait ici remettre en cause le fonctionnement de beaucoup de médias qui, à coups de citations tronquées, d'articles lapidaires et de phrases chocs, se focalisent sur ce qu'ils veulent bien voir ? Parce qu'il suffit de lire les réactions de nombreux enseignants (et fils/filles de) sur ce topic par exemple, pour se rendre compte que l'indignation des enseignants et beaucoup plus argumentée et nuancée qu'un simple "Bouh pas bien, retirez le spot parce qu'on est pas content !!!". On en est presque à 40 pages de débat, personne n'a nié la violence du harcèlement et ses conséquences, et beaucoup ont mis en avant la manière dont ils essaient eux-même de lutter au quotidien.

Les enseignants ne monopolisent pas la parole pour dire qu'ils ont bobo à leur ego. Ils essaient de s'exprimer (dans un environnement où leur parole est souvent déconsidérée parce que profs) et d'expliquer en quoi ce spot, à leur sens, va faire plus de mal à la cause que de bien, et en quoi ce spot va, toujours à leur sens (je précise, même si je partage cet avis) desservir la lutte contre le harcèlement. Mais ça, on ne l'entends pas, on ne le lit pas dans les articles des principaux médias. Les réactions des enseignants ne détournent pas le débat, au contraire, puisqu'elles mènent à une discussion sur comment lutter contre le harcèlement. C'est le traitement qu'en font les médias, en ne relatant qu'une partie de leurs propos et revendications, qui détournent le sujet de l'objectif de base.

Donc je trouve ça un peu facile de taper sur les profs pour détourner la parole du sujet quand c'est la seule chose qu'on relaie, en mettant de côté tout le reste. (Évidemment, je ne parle pas de toi ici mais bien des médias :fleur: le fait que tu n'ai entendu que la colère des profs sur leur image et pas les solutions qu'ils proposaient me semble être la "preuve" de ce mauvais relais !).
 
Dernière édition :
18 Avril 2012
3 043
23 986
3 254
@goodnight-moon Merci de ton retour ! Est-ce que tu pourrais expliquer ce que tu entends par "discipline positive" ? Je suis très intéressée par la question de "l'éducation bienveillante", mais elle concerne plus souvent le cercle familial ou les écoles alternatives.
Comment pratique-tu ce genre de mentalité en classe ? Ça pourrait aider plein de gens :)

@Dhakri Je sais bien que l'EN ne fournit pas l'effort suffisant :) C'est justement le but de ma démarche : trouver des solutions sans l'aide de l'EN. Ne pas attendre qu'elle débloque des formations : se former soi-même, en partageant des solutions (même si elles seront différentes selon le contexte) sur le net qui peuvent être applicables dans les écoles. Ne serait-ce que des trucs tout con comme "que dire à un enfant qui vient nous annoncer qu'il est victime de harcèlement". Je suis sûre que plein de profs n'ont aucune idée de comment répondre de façon adéquate. Eh bien se partager des témoignages, relayer des ouvrages de conseils, c'est déjà un début. Il faut bien commencer quelque part !
(Pour reprendre l'exemple de l'éducation bienveillante, la plupart des parents ne reçoivent pas de formation à ce sujet. C'est le résultat de recherches, de relay d'informations via internet, et de tâtonnements dans la vie réelle pour parvenir à cet objectif.)
 
5 Septembre 2015
197
1 764
1 714
lizinkuwait.com
@Lunafey et @TanteJulia tant que vous n'aurez pas compris qu'il n'est pas question de les profs VS les élèves mais c'est les profs ET les élèves ensemble contre le harcèlement, on ne pourra pas discuter.
Je fais tout un tas de trucs contre le harcèlement dans ma classe et dans mon école en général, je suis l'enseignante la plus engagée mais quand j'en parle, on me dit de ne pas utiliser le "moi je", honnêtement, que voulez-vous ? Que je vous explique ou que je ferme ma grande gueule ? Sérieusement ?

J'ai expliqué dix fois le problème, et dix fois on me répond à côté de la plaque.

Mon image en tant qu'enseignante n'est pas plus importante (je m'en bat les roustons), je n'ai jamais nié la souffrance de quiconque, et je n'ai jamais silencié qui que ce soit (contrairement à certains sur ce forum) Par contre, honnêtement, j'en peux plus de lire qu'on me dit "je ne vois que la situation des enseignants dans le discours" alors que non, il n'en est même pas question.
Je dis simplement : on s'acharne contre l'image de l'Enseignant. Je suis obligée de me justifier : l'Education Nationale ne me donne pas les moyens d'être une enseignante avec les armes adéquats pour lutter contre le harcèlement scolaire. Mais non contente de ne donner aucun moyen, l'Education Nationale, nous tape dessus en montrant une sale image de nous. Alors oui, c'est un peu important.

Honnêtement, laissez des enfants entre 7 et 11 ans régler des problèmes de harcèlement scolaire seul, OK, je vous regarde et on en reparle après, vous voulez bien ? Je vais juste vous dire un truc : les relations amicales entre enfants tournent très vite. C'est difficile de refaire confiance quand c'est sa propre meilleure amie qui vous trahit. Alors si, globalement, l'école n'est pas un endroit safe pour la victime, alors on est bien dans la merde. Parce que si elle peut compter sur ses camarades, ça va mal se passer, ça risque de créer d'autres victimes, en passant.

On dit depuis le début du débat : on veut que l'Education Nationale nous donne les armes pour lutter contre le harcèlement scolaire mais l'Education Nationale préfère appeler Disney pour faire cette vidéo de merde. (C'est bon, j'arrête la diplomatie) Cette vidéo de merde car l'image de l'enseignante est caricaturale, je refuse que l'Education Nationale qui veut me donner les armes pour lutter contre le harcèlement scolaire puisse faire ça. C'est à dire, me demander de lutter contre quelque chose mais par contre, me jeter en pâture aux parents de ces 7-11 ans. Il faut lutter contre le harcèlement scolaire, OK, par contre il faut d'abord sensibiliser les parents. Les parents ne sont pas au courant de l'existence du harcèlement scolaire. Et tant que les parents ne seront pas au courant, alors rien ne changera.

Les enseignants sont malmenés par l'Education Nationale tout le temps, à côté de ça on dit qu'ils doivent être acteurs du harcèlement scolaire mais finalement non, on fait un spot où il est question de "laisser les enfants entre eux". Je ne comprends pas comment l'Education Nationale peut embaucher des gens qu'elle passe son temps à enfoncer. Comment on peut laisser une image pareille se diffuser ? Pourquoi le Ministère de l'Education Nationale accepte de laisser cette enseignante travailler et représenter l'Enseignant (le statut) ?

C'est un fait : on est surchargé, on est sous pression. Personne ne peut le nier, et ce n'est pas une excuse pour justifier le manque d'intérêt de certains enseignants, ce n'est pas mon but. Mais ce n'est pas non plus le sujet : c'est vous qui le remettez perpétuellement sur le tapis. Par contre, je ne nie pas la souffrance des victimes de harcèlement, mais s'il vous plait, arrêtez de nier notre souffrance d'enseignant, nous ne sommes pas contre vous, et j'en ai marre d'entendre que je ne peux pas dire la vérité parce que je dois être bienveillante.
Je le suis, chaque jour. Je ne suis pas malintentionnée, contrairement à ce que vous semblez penser. Je ne suis pas égoïste, je veux simplement le bien de mes élèves, mais quand je le dis on me dit ""moi je moi je" mais les anciennes victimes s'en foutent" quand je parle pas de moi, on me dit "mais tu fais quoi, toi ?"

Il n'y a pas de techniques, ça dépend des enseignants et des enfants. J'essaye de faire de ma classe une équipe, dans toutes les situations.

J'essaye de faire évoluer le débat, et vous me balancez toujours la même chose, honnêtement, je suis sincèrement fatiguée par vos réponses. J'aime mes élèves profondément, je ne veux que leur bien. Je surveille des récréations que je ne devrais pas surveiller parce que j'ai peur que les autres maitresses ne soient pas aussi impliquées que moi. Je leur explique qu'il faut savoir s'entourer dans certaines situations, et sans tendre l'autre joue, il ne faut pas non plus rendre les coups. Mais une chose est sûre, si c'est trop grave, il ne faut pas régler le problème seul. C'est malheureux que l'Education Nationale dise le contraire.
 
@Lunafey

Tout d'abord, nous avons la chance (je le reconnais) d'avoir une directrice qui se bat pour que nous ayons des formations (en dehors de nos temps de travail et en sacrifiant d'autres choses à côté comme du matériel pour les classes ou l'école, parce que oui on a pas le choix faut faire des choix). Donc il y a deux ans, en tout début d'année, nous avons eu (avec les profs du collège) une formation basique sur ce qu'était la discipline positive (principalement développée pour l'environnement familial à ses débuts mais qui s'est ouvert sur l'école par la suite). Il s'agit d'établir avant tout une ambiance ferme et bienveillante (donc sans tomber dans l'autoritatisme d'un côté, et dans le laxisme de l'autre - ce qui pour un enseignant qui débute est loin d'être simple j'en sais quelque chose). Cette ambiance permet à l'enfant de prendre confiance en lui d'une part et d'avoir confiance en l'autre (adultes comme camarades) d'autre part.

Comment ? Je crois que je ne pourrais pas tout lister (et du coup je conseille cette page facebook pour en savoir plus : https://www.facebook.com/disciplinepositivedanslaclasse/?fref=ts et les livres de Jane Nielsen - la discipline positive et la discipline positive pour les adolescents) mais il y a des petites choses toutes bêtes (du genre c'est peut-être un détail pour nous mais pour eux ça veut dire beaucoup).

- Eviter les questions en "pourquoi" mais préférez des questionnements comme "comment" ou "qu'est-ce que".
Exemple : au lieu de "Pourquoi tu l'as frappé ?" (qui est assez négatif et inclue la faute et la culpabilisation directe => un enfant qui se fait ennuyer et qui décide de riposter par la violence (c'est basique) et on ne voit que ce dernier en train de taper, il est fautif direct alors qu'il y a un passif que l'on ignore) on va préférer dire "Qu'est-ce qui s'est passé ?" L'enfant peut alors s'expliquer et le camarade également en leur laissant à chacun un temps de parole durant lequel l'autre ne peut pas réagir (ils ont l'un et l'autre besoin d'entendre et comprendre l'autre) ensuite, notre sanction sera sans doute plus juste et en tout cas les enfants comprendront et auront pu se justifier.) Et je parle bien de SANCTION pas de PUNITION !

- En classe, il faut donner confiance aux élèves en leur disant qu'on sait qu'ils sont capables de le faire (bien évidemment et c'est pour ça que c'est compliqué avec des lourdes classes (même si j'ai cru comprendre que vous étiez fatigués d'entendre ça ici ce n'est pas une justification mais un fait - que je vis tous les jours avec mes 32 maters (petits et moyens) qui avancent vers l'autonomie) c'est compliqué parce qu'avec plus de 25 enfants (et encore je vois large) il est difficile de différencier et du coup de voir toutes les difficultés rencontrées par l'enfant. Mais un enfant valorisé malgré ses difficultés en mettant l'accent sur ses réussite sera capable de plus qu'un enfant laissé de côté ou dévalorisé (tu ne sauras pas faire) avec les mêmes difficultés.

J'ajouterais des temps de paroles où l'adulte n'est que médiateur, l'autonomie dans la classe, l'entraide valorisée, l'établissement des règles de la classe ensemble avec le choix des sanctions validé par le groupe classe, etc.
 
Dernière édition :
7 Mai 2015
149
1 739
1 714
@Lunafey Oui, j'avais bien compris dans tes différents posts :) je rebondissais plutôt sur cette phrase pour une remarque générale ^^ Je salue aussi la démarche d'essayer de mettre en commun des solutions !

Le problème, c'est que (et là j'espère de tout mon cœur être juste pessimiste et me tromper), je doute vraiment que les enseignants puissent faire quelque chose (en tous cas ceux qui se mobilisent déjà, je ne parle pas de ceux qui s'en foutent) sans aide de l'EN, et c'est là que parler des conditions de travail des enseignants entre en jeu (et n'est pas du tout hors-sujet !).

Je pense que l'une des clés, c'est, en effet, l'attention que le prof porte à ses élèves pour détecter les changements de comportements et comportements particuliers que peut induite le harcèlement. Mais quand tu as plus d'une centaine d'élèves, répartis en classe de 30, que tu vois quelques heures par semaines (je parle ici plus du collège que de la primaire, pour la primaire je ne m'y connais pas trop :/), comment, humainement, peux-tu être attentif à chacun ?

Ensuite, il y a le problème de soutien de la hiérarchie.
Ce contenu est réservé aux membres inscrit.es. Inscris-toi par ici.

J'ai pas beaucoup de temps pour développer ce soir, mais voilà, tout ça pour dire que c'est très bien d'essayer de mettre en place des solutions "à notre niveau sans l'EN", c'est même primordiale dans un premier temps (donc je salue ta démarche !:fleur:), mais tant que l'EN ne se bougera pas plus et ne donnera pas plus de moyen, j'ai bien peur que ces efforts ne soient pas assez. (Optimiste du soir, bonsoir ! :sweatdrop:)

@TanteJulia Je pense en effet que c'est sur l'interprétation de la vidéo que beaucoup ne sont pas d'accord, sur le fond. Moi j'y vois plutôt un "Si vous êtes témoins de cette situation, ce n'est pas la peine d'aller voir l'enseignant, il faut régler ça entre élève", et je pense que c'est ce message là qui est très dangereux. Le problème, c'est qu'on rentre ici dans l'interprétation du message, et le fait qu'on n'ai pas la même témoigne déjà, pour moi, qu'il y a un problème avec la réalisation du clip.

Ensuite, je pense qu'il faut aussi prendre en compte l'intention de la réalisatrice, et pour moi ça apparaît très clairement dans sa réaction suite à la polémique. Elle commence, certes, par dire qu'elle ne voulait pas charger les professeurs, elle finit quand même en disant :
"Si tous les instituteurs étaient alertes et réactifs à cette problématique de l’isolement, on n’aurait pas besoin de former, de détecter le harcèlement, on n’aurait pas 700 000 enfants par an en souffrance."
Donc elle met donc clairement en cause les enseignants, elle pense donc, profondément, au fond d'elle, que c'est entièrement la faute des enseignants. Et ça, c'est terriblement blessant. Pour ma part, c'est blessant en tant que fille de prof ET AUSSI en tant que ancienne harcelée puisqu'elle refuse de désigner mes harceleurs comme véritables coupables de mon harcèlement. Donc non, elle ne blesse pas seulement les enseignants dans leurs ego, mais aussi, et j'estime que c'est quand même un comble dans une campagne de lutte contre le harcèlement, une ancienne harcelée.

Alors oui, ici on parle de sa réaction après et pas du clip, mais à partir du moment où on connaît sa vision de la chose (c'est à dire que c'est la faute du prof) peut-on s'étonner que cette vision ait filtré dans son clip et dans le message qu'elle voulait faire passer ? (c'est une vraie question, ce n'est pas rhétorique :fleur:). Et à partir du moment ou on admet que le message n'est pas clair pour tout le monde et que donc, le clip peut véhiculer quelque chose de nocif, en quoi le signaler et demander des explications nuirait à la cause et en détournerait les gens ?

La grogne des enseignants ne dessert pas la lutte contre le harcèlement, au contraire, puisqu'ils demandent plus de moyens et des conditions de travail nécessaires pour être en mesure de lutter ! :supermad:
 
24 Juin 2015
20
131
39
Sud
Les élèves sont toujours entourés d'adultes (bienveillants ou pas c'est encore un autre débat) et tous sont à peu près aussi bien formés que les enseignants sur le sujet du harcèlement (donc pas beaucoup voire pas du tout). Outre l'enseignant un élève peut aller voir un assistant d'éducation, l'infirmière les jours où elle est là et pas débordée de paperasse, une assistante sociale (même problème), le CPE en collège, le directeur ou si sa classe en a un, l'AVS (assistant de vie scolaire, on en a parfois qui sont là pour s'occuper d'un élève en particulier, ils ont toutefois un statut très différent du professeur pour les élèves et sont moins intimidants par exemple), le documentaliste qui techniquement est un enseignant mais avec un statut un peu particulier dans l'esprit des élèves. Sans même mentionner sa famille au sens large, parce que parfois c'est plus facile de parler aux grands parents qu'aux parents.

Je pense donc vraiment que dans un débat sur le harcèlement scolaire (ce que cet article n'est pas à mon sens mais c'est un autre sujet), ne parler que de l'enseignant est une erreur. D'autant plus en collège où les professeurs voient nettement moins les élèves que les instituteurs.

On a une professionnelle de la question qui a dit et répété que lutter contre le harcèlement c'était un métier qui ne s'improvisait pas.

Peut être qu'il faut concevoir le fait que l'enseignant (et les autres donc), motivé ou non, même avec une formation, ne sera jamais aussi efficace que quelqu'un dont c'est le métier. Et peut être qu'il faudrait développer ce métier face à des statistiques si alarmantes de harcèlement scolaire.

En fait tout dépend si on veut vraiment lutter contre le harcèlement scolaire ou juste faire des annonces, de préférence qui ne coûtent pas cher. Personnellement j'attends les formations sur le sujet, qui ne me rendront de toute façon pas aussi compétente que quelqu'un dont c'est le métier, mais je ne suis pas sure que ces formations là existeront ou me seront accessibles puisque je ne vis pas à Paris.
 
2 Juin 2013
2 435
11 868
2 084
Avant que je lise les commentaires que j'ai loupé ces deux derniers jours, je tiens quand même à noter une contradiction que je remarque depuis quelques temps dans certains messages : d'un côté, vous reprochez à cette vidéo de ne pas donner une image positive des profs et qu'il aurait fallu que le clip montre aussi qu'un élève harcelé pouvait aussi se tourner vers le prof et lui faire confiance. D'un autre, vous vous accordez à dire que vous ne pouvez pas faire grand-chose, que ce n'est pas à vous de faire tout ça et qu'il y en a dont c'est le métier. (je suis en accord avec ça même si j'ai quelques réserves quant au rôle du prof qui est pour moi essentiel au sein d'une salle de classe)

Je. :ko:
 
24 Juin 2015
20
131
39
Sud
Ca ne se contredit pas tant que ça, c'est juste qu'on ne parle pas de la même chose.
Il est important que l'élève se sente assez en confiance pour s'ouvrir à un adulte et ce clip va, à mon sens, à l'encontre de ça. Parce que le harcèlement n'a aucune chance de se régler si la victime reste isolée.

A contrario il serait trop facile de croire que parler à un adulte, l'enseignant en particulier, serait une solution miracle, or à lire certains commentaires j'ai l'impression que c'est ce qu'on attend de nous.
 
7 Mai 2015
149
1 739
1 714
@Anera En fait, on ne dit pas que les enseignants ne peuvent rien faire, sont et seront toujours impuissants ! Ce qu'on dit, c'est que aujourd'hui, l'enseignant ne travaille pas dans des conditions lui permettant de lutter efficacement contre le harcèlement scolaire : du fait du manque de moyens, du manque de respect et d'intérêt de certains élèves, du fait des classes surchargées, de la pression, pas de soutien de la hiérarchie, etc. Ce sont ces raisons-là qui empêchent les enseignants concernés de lutter. Or, ce que montre ce clip, ce n'est pas que l'enseignant est impuissant, mais qu'ils s'en fout. Ce n'est pas un problème de moyens, mais de volonté, l'enseignante du clip n'est pas impliquée un seul instant dans sa classe. La nuance est là.

Ce qu'on veut, c'est que l'EN redonne aux élèves la confiance en l'enseignant, montre que le harcelé peut l'appeler à l'aide, tout en donnant les moyens aux enseignants de lutter et de répondre à son appel à l'aide. Parce que je pense sincèrement qu'améliorer les conditions de travail des enseignants et la lutte contre le harcèlement vont de pair.

Honnêtement, est-ce que vous pensez que dire aux élèves de se démerder entre eux parce que les enseignants s'en foutent va faire reculer le harcèlement ? :dunno:(parce que moi c'est clairement le message que je ressent en regardant le clip).

Je pense qu'il y a aussi une confusion entre les "rôles" que l'ont veut attribuer. Une madz professionnelle du sujet a répété à plusieurs reprises que gérer le harcèlement est un métier, et ce métier n'est pas celui de prof qui doit déjà faire son cours. En revanche, je pense que les professeurs et CPE sont les adultes de l'école les plus à même de détecter ces situations puisqu'ils sont en contact direct avec les élèves (ou en tout cas, plus que l'infirmière scolaire par exemple).

Donc je pense que l'idéal (allez, soyons fous !) serait de former les enseignants à détecter les situations de harcèlement, et dans un même de former un personnel spécialisé dans la gestion du harcèlement vers lequel l'enseignant et l'élève harcelé pourront se tourner une fois le harcèlement détecté (je ne sais pas si je suis claire :ko:). Après j'avoue que je ne sais pas trop si c'est quelque chose de réalisable, si c'est possible a mettre en pratique dans un établissement, si ça ne rendrait pas le truc "trop compliqué" et donc découragerait certains élèves harcelés :hesite:.
 
2 Juin 2013
2 435
11 868
2 084
Ca ne se contredit pas tant que ça, c'est juste qu'on ne parle pas de la même chose.
Il est important que l'élève se sente assez en confiance pour s'ouvrir à un adulte et ce clip va, à mon sens, à l'encontre de ça. Parce que le harcèlement n'a aucune chance de se régler si la victime reste isolée.

Mais l'élève n'est pas isolé dans ce clip justement. :hesite:

Donc je pense que l'idéal (allez, soyons fous !) serait de former les enseignants à détecter les situations de harcèlement, et dans un même de former un personnel spécialisé dans la gestion du harcèlement vers lequel l'enseignant et l'élève harcelé pourront se tourner une fois le harcèlement détecté (je ne sais pas si je suis claire :ko:). Après j'avoue que je ne sais pas trop si c'est quelque chose de réalisable, si c'est possible a mettre en pratique dans un établissement, si ça ne rendrait pas le truc "trop compliqué" et donc découragerait certains élèves harcelés :hesite:.

C'est la seule solution que je vois, en effet, ce qui permettrait aux profs qui ont envie d'agir de souffler un peu et de savoir qu'il y aura quelqu'un pour surveiller les arrières. Mais va faire comprendre ça à l'EN. :facepalm: Leurs vidéos de prévention sont des bonnes idées (ça peut toujours faire tilt dans la tête de certains) mais à long terme, ça risque d'être difficile.

Je tiens aussi à préciser une chose car j'ai l'impression qu'il y a méprise encore et encore : ce débat n'est PAS une confrontation (anciens) élèves harcelés/profs, je n'ai pas réagi pour ça dans ce but mais pour souligner certains propos qui me paraissaient un peu limites. Et les autres aussi. Bref, je développe pas trop car ce débat me lasse, ne vous étonnez pas si mes réponses ne sont pas très fournies à l'avenir car j'ai vraiment l'impression de tourner en rond. :erf:
 
  • Big up !
Reactions : Laoragwen

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes