@Dog
Je pensais que c'était une forme d'anxiété car il m'arrive d'être avec des gens qui ne mettent pas leur ceinture tout de suite ou qui la détachent avant l'arrêt (genre 3-4mn avant). Et du coup je suis la seule à avoir un espèce de "flash" où je verrais un camion débarquer de nulle part et défoncer la voiture pendant que ma pote sans ceinture s'encastre dans le pare-brise :sad:
Pour les mains, je vois plein de gens ne pas se les laver, surtout après être sortis des toilettes. Et si je demande du gel hydroalcoolique les gens rigolent en mode : "rhooo c'est bon ça n'existe plus la peste!" (du coup je me dis qu'il y a une part d'anxiété légère chez moi à ce sujet, sinon, comme les autres je pourrais manger tranquillement dehors sans me demander si mes mains sont propres).

Pour ce qui est de l'article, je l'ai très rapidement lu. Je comprends que beaucoup soient énervées du fait que l'angoisse soit banalisée mais je pense que l'article visait les "petites" anxiétés.

Je suis comme vous, j'ai souffert d'une très grosse anxiété pendant mon adolescence qui m'a complètement bousillée et je pense avoir fini passablement mes études à cause de ça (en gros j'avais des crises de paniques intenses avec vertiges en cours, j'avais peur de faire un malaise en plein milieu et je ne me concentrais uniquement sur comment m'agripper à ma table pour ne pas tomber. Le tout avec une discrétion très difficile à supporter de peur de passer pour "la folle". A un moment je ne pouvais même plus quitter mon lit et ma mère m'a gueulé dessus en me disant qu'on ne voulait pas de "tarés" à la maison.)
ça a été très dur.
A l'âge adulte ça m'a repris et j'angoisse dans le métro quand il se remplit, j'angoisse quand je traverse la route parce que j'ai peur de "tomber", de faire un malaise pendant que je traverse. J'ai peur des endroits clos où je ne peux pas m'échapper, j'ai peur en réunion, en entretien, dans le bureau, de la place au restaurant qui est contre le mur...

Je sens le malaise venir dès que quelqu'un parle de maladie, de problèmes du corps humain, de grossesse, de sang, de cerveau, de cœur...

En fait j'ai peur d'avoir peur. C'est horrible. J'en avais déjà parlé d'ailleurs sur le topic de l'anxiété.

Mais je pense que l'article ne vise pas les états pathologiques d'angoisse. Plus la petite anxiété. Le "j'ose pas relancer le recruteur par téléphone". Ils devraient peut-être rajouter un encart à ce propos.
 
@Nacre
Oui mais on est toutes d'accord pour dire que l'angoisse pathologique est un sujet sérieux qui ne peut pas se "soigner" par des petites astuces du quotidien type se forcer à prendre un bus pendant les heures de pointe ou appeler des numéros au hasard dans l'annuaire.
Du coup un article sur l'angoisse pathologique serait assez délicat et il faudrait avoir une certaine connaissance du domaine médical, en plus de ne donner pour conseil qu'un : "allez voir un médecin, c'est important".
 
  • Big up !
Reactions : Tzig0ne and Nacre
Je suis surprise des commentaires de tout le monde... J'avais commenté en début d'article justement parce que j'étais toute contente de voir un article qui parlait de méthode scientifiquement validées récentes et de changement de perspective... et là je suis surprise.
Je peux comprendre que ça puisse faire bondir du fait qu'on ait l'impression qu'on confond vraie maladie et petite anxiété... Et pourtant cette méthode fonctionne avec des cas très lourds !

J'ai vu des commentaires qui se plaignaient du fait que labo et psychologie s'associent... Mais heureusement qu'ils le font merde ! La seule solution qu'on m'avait proposé pour mes crises d'angoisse c'était des putain de benzo avec une dose de cheval qui faisait que j'étais incapable de réfléchir... Et ça sachant que je sortais d'une dépendance importante que j'aurai pu déplacer dessus.

Je sais pas comment vous appelez les "psys" qui refusent d'évaluer leur pratique, et donc de se confronter à la méthode scientifique, mais moi j'appelle ça des charlatans.

En tous cas je pense que cet article est simplement maladroitement exposé... Mais de mon point de vue d'anxieuse et de psycho je trouve qu'il est très bon.
 
  • Big up !
Reactions : Nastja
(Et j'ajoute que pour ma part, j'aime bien trouver de temps en temps ce genre d'articles superficiels. Parfois, je tape des recherches sur Google et je vais lire des articles Cosmo ou Elle sur des sujets qui m'ont pourtant plongée dans ma profonde dépression. Ça m'inspire, et ça me donne des pistes pour réfléchir.)
Oui je fais ça ausi.
J'en ai rien à foutre que des gens publient des articles stupides / inutile iel font bien ce qu'iels veulent de leur vie.
Médicalement, le terme "anxiété / anxieux" est privilégié. Je lis toutes les notices de médicament et des tonne des documentations médicales et me pys me reprennent parfois sur le mots que j'utilise. On parle de trouble anxieux, pas de trouble angoissé, d'anxiété sociale, pas d'angoisse sociale, d'anxiété de performance, pas d'angoisse de performance, d'anxiété généralisée, pas d'angoisse généralisée, on prend des anxiolytiques et pas des angoissolytiques,
Si tu n'attends pas de ce média qu'il se comporte avec un peu de décence, c'est ton choix. Ça fait un moment que j'y crois plus trop non plu mai j'essaie toujours de changer les chose, je sais pas peut-être pour les gamin.es perdu.es qui s'y réfugieront en dernier espoir. Alors je continue de leur envoyer un boucle le même message demandant à ce qu'on puise indiquer son genre non-binaire l'inscription sur le forum, sans qu'ils aient la simple courtoisie de me répondre une seule fois, mais faisons tous semblant que (non spécifié) est inclusif.
J'explique les termes et les conséquences des troubles anxieux parce que je suis pas devin et je suis contraint.e de faire ça tous les jours de ma vie étant donné que les gens en ont rien foutre, et je sais pas qui va lire ça.
Madmoizelle a pas à se faire étendart des neuroatypiques, c'est sûr, ils peuvent très bien continuer à se faire l'étendard des femmes cis neurotypiques tout en prétendant être merveilleusement inclusifs et sans profiter de leur visibilité pour nous la faire partager un peu, c'est à vomir mais pourquoi pas.
Je pourrais juste partir et me contenter des espaces non mixtes où il nous reste une vague opportunité de partager coeur ouverts aux psychismes déchirés. Je pourrais juste parttir mai j'ai encore assez de lambeaux de santé mentales pour vouloir sauver les jeunes mockinbirds qui ne doivent à aucun prix souffrir de ce que j'ai souffert si je peux l'éviter, je les protégerai si je dois en mourir.
Tu sais où j'en trouve, des articles axés sur la neuroatypie ? Sur des blogs spécialisés qui ont 20 abonnés. Sur mon propre blog qui a littéralement 1 lecteur. C'est sûr que c'est comme ça qu'on va évoluer vers un monde qui n'essaie pas de nous tuer tous les jours.
Désolé de ne pas avoir été au courant de ta carte de membre, la prochaine fois je demanderai d'abord aux services secrets d'enquêter sur la vie avant de te répondre.
(PS dsl si je suis innaproprié, je bosse actuellement ur un autodiag de TDI et Chand mon démon protecteur qui dirige actuellement n'en a rien foutre de limites sociales.)
 
  • Big up !
Reactions : zazouyeah and Nacre
@Soomaya Hum ? :hesite:

Quel rapport entre la non binarité et la neuroatypie ?

La neuroatypie, c'est juste le terme utilisé parfois par les personnes concernées et le personnel soignant/les psy pour définir le fait d'avoir un fonctionnement cognitif atypique/un trouble psy, c'est tout ? Qu'est-ce qui te dérange là-dedans ? (Vrai question, ce n'est en aucun cas une agression. :fleur:)
J'employais le terme "non binarité" pas dans le sens de non binarité du genre (c'était peut-être pas très clair) mais dans son sens propre de "ou l'un ou l'autre". Ce qui me dérange c'est justement le fait que le neurotypique s'oppose au neuroatypique, comme on oppose le normal au pathologique en médecine (ce qui a du sens, puisqu'en médecine/biologie tu as des marqueurs qui permettent de poser des diagnostics), et comme on essaye de le faire en psychopathologie (avec le DSM et compagnie), alors que pour moi ça se place davantage sur un continuum...

Du coup le terme neuroatypique me gêne parce qu'il renvoie à une condition, à quelque chose de statique auquel on pourrait associer des limitations. ça me donne l'impression que si on voulait (et du coup pouvait ? si on a cette étiquette) passer de neuroatypique a neurotypique on aurait un genre de mur à franchir, une case à sauter... plutôt qu'un petit pas de côté à faire, un curseur à bouger...
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes