Veille permanente Parentalité et Société

Je viens avec une question, une vraie. Sans jugement caché mais vraiment parce que je n'arrive pas à comprendre. Je vais faire référence au topic des parents mais je ne mentionne personne en particulier car il ne s'agit pas de "pointer du doigt" des Madz mais bien de vous demander vos lumières.
Donc sur le topic des parents, il est parfois exprimé une grande déception quand un parent "découvre" (avant la naissance) le sexe de son enfant. On parle d'une profonde tristesse, et même de deuil, quand on s'est beaucoup projeté, qu'on a beaucoup souhaité un sexe plutôt qu'un autre.

Autant je comprend quand notre vécu comprend un deuil périnatal, puisque c'est mon cas, autant quand il s'agit d'une "simple préférence" ben... je ne comprend pas du tout.

Du coup je voudrais bien vos avis, des ressources sur le sujet parce que, clairement, il manque quelque chose dans ma vision mais je n'arrive pas à mettre le doigt dessus.

Vraiment, je le redis, je ne veux offenser personne, je ne remet absolument pas en cause le vécu et les sentiments des Madz qui sont dans cette situation; je souhaite juste comprendre un aspect qui m'est totalement étranger, et j'ai bien conscience de mon énorme biais de perception!

edit: fautes
 
@Cline39 je vais essayer de mettre ce que j'ai trouvé :

deux articles de blog :
- un hyperculpabilisant, écrit par quelqu'un qui ne conçoit pas non ce phénomène ... personnellement, j'ai trouvé les commentaires plus pertinents.
- un autre plus de vécu qui a généré aussi beaucoup de commentaires

Dans les articles de magazines, tu retrouves surtout des conseils sur comment gérer la culpabilité que cette déception entraîne (je t'ai mis ceux que j'ai préféré):
- magic maman
- parents
- psychologie dont je citerais ce passage qui pour moi résume "tout"
"La grossesse serait ainsi un moment privilégié pour travailler sur soi, surtout lorsque le sexe du bébé soulève des questions trop angoissantes. « En particulier pour la mère, qui vit un état de transparence psychique, c’est-à-dire de baisse des résistances face à l’inconscient et de surinvestissement de son histoire infantile », reprend la psychanalyste. Pas encore né, l’enfant est ainsi porteur des aléas biographiques, failles identitaires et blessures non cicatrisées de ses parents, mais aussi bombardé d’attentes et de projections. Pour Monique Bydlowski, « tout cela modèle le fœtus, bien sûr, par perméabilité psychique entre l’inconscient de la mère et le sien, en construction »."
Il me semble que dans les bouquins d'éducation positive et autres, il y a souvent une partie sur les blessures de notre enfant intérieur qui nous empêche/amène à ne pas toujours être le parent que l'on souhaite être ... ces blessures intérieur se révèle aussi dans le désir d'enfant (quel enfant n'a jamais dit "ben moi, quand je serais papa/maman, je ne ferais pas ci ou ça à mes enfants?")
Sachant que je ne sais plus ou je lisais ça, mais il existe des failles qui se transmette de génération en génération, de manière inconsciente ...

J'avoue que je pensais trouver plus de références sur le sujet, surtout quand on voit le nombre de postes désespérés sur les forums de parentalité, genre une emission des maternelles avec un psychologue, etc.
Probablement que le problème est trop intrinsèquement lié à chacun(e) pour être vraiment traité de manière globale

Quelques articles sur les fratries unisexes (puisque soyons honnête, c'est celui là mon vrai problème):
- la croix
- un article de blog sur ce deuil de sexe opposé à faire
(Et c'est vraiment un deuil, toutes les phases y sont :
- le choc au moment de l'annonce
- la colère, j'en veux à tout le monde, ceux qui ont des filles, ceux qui essaye de me convaincre que ce sera bien, moi, etc.
- le déni, non mais peut-être que l'échographie s'est plantée et que j'aurais une bonne surprise dans deux mois
- le marchandage, si je pose un cierge je ne sais où - je suis sûre qu'il existe des chapelles pour le "problème", on verra que c'est une erreur dans deux mois
- la tristesse, pourquoi moi?
...
il me reste a passé par la phase de résignation puis d'acceptation, mais c'est trop frais actuellement)


Sinon, @Pinceau_ , c'est Aalia qui avait aussi soulevé la question mais sur le topic parent, plus sur le désir de fille que sur la déception face au sexe à venir.
 
Dernière édition :
Dp: je continue mon cheminement sur le sujet et je me questionne : est-ce vraiment une fille que je veux ou plutôt une soeur pour mes fils?
J'ai l'impression qu'avoir une fille dans la fratrie serait un atout à l'adolescence pour sensibiliser mes garçons à tout ce qui traite des menstrues, du respects des femmes autant que des hommes, à les inciter à laisser de la place à leur soeur, etc.
Comme s'il sera finalement "encore" plus difficile d'élever des garçons feministes sans le support d'une autre figure féminine que celle de la mère :hesite:
 
Je suppose que peu de personne suivant ce topic sont passé à côté : une loi anti-VOE a été voté par l'assemblée dans la nuit de jeudi à vendredi.

Je pense bien évidemment que c'est une bonne chose, même si plusieurs point me laisse perplexe (et je remet les postes de reflexion que j'ai eu sur le topic parents) :
- le texte de loi interdit les violences physiques et morales sur les enfants, en soit, je suis parfaitement d'accord, surtout sur les violences physique, "facile" à éviter... le côté violence morale est beaucoup plus difficile à appréhender ... quand tu lis certains blogs, que rien que dire "c'est pas grave ..." à son enfant s'est "mal" tu te dit que tu ne va jamais t'en sortir :erf:.
Je suppose qu'il y a des phrases qu'on pense anodine et qui "marque" notre enfants, même sans volonté de l'humilier ou le rabaisser :sweatdrop:. Par exemple, en ce moment je me questionne sur l'impact psychologique de dire "je suis tellement en colère que j'aurais envie de te frapper [mais je ne le fait pas parce ...]" ... d'un côté c'est violent de l'autre, ça montre que c'est "normal" comme émotion, qu'on a le droit de la ressentir, mais qu'on se doit de trouver une alternative à la violence :coiffe:
- un article partagé par @Pinceau_ sur la difficulté d'être parfaitement bienveillant en permanence ... je trouve aussi que sous prétexte d'abolir les VEO (ce qui est génial en soit), ça met une pression monstre aux jeunes parents alors même qu'on est de plus en plus isolé pour éduquer nos enfants :dunno:
:facepalm:.
Le point finalement, c'est d'expliquer à l'enfant que notre réaction n'était pas la bonne et qu'on essayera de faire mieux, ensemble. Et esperez que ce sera encore plus facile pour eux quand ils seront à leur tour parents ;)
- dans les publications en faveur de la loi anti-VOE, on peut souvent voir passer des trucs du genre : "il est interdit de frapper son conjoint, il est interdit de frapper son chien/chat, ect. Donc c'est pour ça qu'il faut interdire de frapper les enfants" :hesite: sauf qu'en réalité, il est interdit de MALTRAITER un animal, comme il est interdit de maltraiter un enfant :dunno:Pour moi, ce genre de tirade fallacieuse est contre-productive pour sensibiliser les gens à d'autres méthodes éducatives :hesite:

Voilà, si il y a d'autres reflexion sur le sujet, je trouverai ça cool :fleur:
 
Dernière édition :
@Weena88 Bah pour le coup il est interdit de frapper un adulte tout court, pas de le maltraiter.
Après de toutes façons si j'ai bien suivi cette loi est surtout symbolique, ajoutée au code civil, donc pas de sanctions pénales prévues (pas de changement là dedans, je veux dire), et tout cela sera bien sûr à l'appréciation d'un juge (je doute qu'un juge aille condamner un parent pour avoir dit "c'est pas grave":coiffe:. Je pense que sont visées plutôt les violences morales volontaires, par exemple les propos volontairement humiliants/rabaissants ou ce genre de choses)

Bon, et aussi, c'est tout à ton honneur de te questionner autant sur si ce que tu fais est OK ou pas, mais faut voir que beaucoup de gens pensent non seulement que de frapper un enfant c'est OK, mais qu'en plus c'est indispensable, et que si on empêche les parents de frapper les enfants, lesdits enfants vont mal tourner:vieux:
Ce que je veux dire, c'est que c'est bien de se dire dans la loi "non la violence n'est pas OK, ni physique ni morale" parce que pour beaucoup de gens c'est encore OK.
Une fois qu'on a dit ça, on peut se poser la question de cas "limites"

Et enfin, la loi ça ne fait pas tout. Faut de la pédagogie derrière pour expliquer aux parents pourquoi on tape pas, comment on fait sans taper (oui parce que bon quand tu as été élevé dans la veo c'est pas forcément évident), etc. Je ne sais pas trop ce qui est prévu par rapport à ça (ni même si quelque chose est prévu !)
 
@Azeban je suis parfaitement d'accord, on ne frappe pas un adulte, et donc à partir de là, il devrait faire sens de ne pas frapper un enfant ;) (même si ce n'est pas facile, réflexe educationnel, etc.). Bon, ça n'empêche pas certains adultes de se mettre sur la tronche :dunno:
Ce que je veux dire, c'est que je ne suis pas sûre que ce soit la meilleure manière de présenter des arguments ;)

Et effectivement, c'est symbolique, mais si ça peut permettre de semer quelques graines de plus ;). Je ne sais pas non plus si il y aura beaucoup de changement "administratif", peut-être quelques livrets de plus de la sécu (tu sais, ceux que tu reçois du genre "bien manger pendant la grossesse" et j'ai oublié le titre du deuxième :yawn:), quelques pages dans les carnets de santé ? Il existe déjà un numéro gratuit pour les parents "dépassés", je suppose qu'il pourra aussi servir pour ça ;)
 
@Weena88 Après, faut pas oublier que les madz du forum sont déjà très déconstruites sur plein de points, et qu'on n'est pas franchement représentatives de la plupart des gens au niveau de ce qu'on fait en matière d'éducation. La loi anti-veo s'adresse je pense surtout aux gens qui ne se sont jamais posé la question, ou qui pensent que les veo sont nécessaires pour l'éducation.
Le fait d'en faire une loi ça permet déjà d'inviter tout le monde à se questionner. Les parents dans la mouvance bienveillance, se sont déjà posé cette question depuis longtemps, la loi anti-veo n'en est pas encore à devenir une loi "pro bienveillance" genre t'es ob-li-gée de jamais dire à ton enfant "tu vas tomber" sinon amende :fouet: :rire:
Je pense aussi que les gens qui ont voté la loi et ceux qui communiquent dessus ou font des livrets et compagnie ne sont pas forcément tous non plus au taquet des principes d'une éducation complètement sans veo donc c'est clair qu'il y a et aura des maladresses encore longtemps avant que certains principes ne soient acquis, déjà par ceux qui communiquent, et ensuite par le public visé.
 
Par exemple, en ce moment je me questionne sur l'impact psychologique de dire "je suis tellement en colère que j'aurais envie de te frapper [mais je ne le fait pas parce ...]" ... d'un côté c'est violent de l'autre, ça montre que c'est "normal" comme émotion, qu'on a le droit de la ressentir, mais qu'on se doit de trouver une alternative à la violence :coiffe:
Malgré le "mais je ne le fais pas", c'est vachement violent comme phrase. Alors oui, on a le droit d'être en colère, c'est une émotion normale, sauf que la première chose qui ressort c'est "j'ai envie de te frapper". Et il suffit qu'on ait frappé l'enfant une fois, ou qu'il ait vu un autre enfant être frappé pour qu'il comprenne ça comme une menace de le frapper et que ça soit très marquant en mal.
Perso, je me suis pris quelques baffes de la part de mes parents, très peu. Mais les "tu m'as tellement mis en colère que je pourrais t'en mettre une" m'ont autant fait flipper (et marquée, si ce n'est plus) que les "si tu continues je vais t'en mettre une". Même si mes parents ne l'entendaient pas de cette façon (mais plutôt comme "c'est normal que je sois très énervée à cause de ton comportement"), c'était tout autant une menace. Le "mais je ne le ferai pas parce que", il est complétement passé à la trappe parce que je savais que la claque, je pourrais bien me la prendre... :erf:

Après, comme dit avant, je pense que ce sont des lois surtout "éducatives", parce que beaucoup de monde reproduit les schémas connus pendant l'enfance et n'a pas spécialement réfléchi à éduquer ses enfants sans violence physique/morale.
 
@Lily Lou et quelle alternative proposes tu quand la colère monte ?
J'ai commandé "il n'y a pas de parents parfait" de Filliozat qui m'a été conseillé parce que justement, elle y parle de l'expression de la colère...
 
  • Big up !
Reactions : Falkor

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes