Veille Permanente Sexisme

Bon je double poste :yawn:

J'aurais pu poster ce message sous l'article de la Cancel Culture, mais je trouve les discussions trop consensuelles et du coup, je trouve que ça fait perdre de la profondeur à l'article :hesite: C'est à dire que je trouve la Cancel Culture très toxique pour le militantisme et l'injonction à la pureté militante assez contre-productive et irréaliste, mais comme c'est une énorme tendance de certains militantismes traditionnels et du cyber-militantisme, je trouve ça assez surprenant que les débats ne soient pas plus nuancés sous un article et ça me donne l'impression qu'une partie des gens favorables ou adeptes de ces pratiques n'osent pas s'exprimer ou ont choisi d'ignorer l'article. Du coup, ça me parait plus pertinent de poster ici, je pense que l'audience est plus généraliste.

Il y a un truc qui me gêne énormément en ce moment, c'est de voir plein de militants sur Twitter critiquer Nathalie Portman pour sa démarche aux Oscars où elle a porté une robe brodée des noms de femmes réalisatrices qui n'avaient pas été nominées. Plusieurs personnes lui reprochent d'être hypocrite parce qu'elle a une maison de production et que la seule femme dont elle a produit les films, c'est elle-même. Or, bon, sa maison de production a tourné que 7 films, dont 2 d'elles-mêmes.
Et bien sûr qu'elle aurait pu produire 5 films de femmes au lieu de 5 films d'hommes, mais vu l'état du milieu, ça ne me parait pas terriblement choquant que sur un si petit nombre sélectionné, si la ligne édito de la boite de prod n'est pas "produire des femmes", elle n'ait pas encore produit de femmes (surtout que beaucoup de films sont quand même centrés sur des femmes). Parce que j'imagine déjà que les projets qui arrivent jusqu'à la boite de prod ne sont pas forcément hyper mixtes niveau balance des genres pour tout un tas de facteur (la discrimination des femmes commence généralement bien avant "l'embauche" dans les métiers les plus masculins, ce qui réduit les candidatures au moment d'avoir vraiment du pouvoir).
Et bon, ok, elle aurait pu produire au moins 3 films de femmes en faisant une démarche volontaire, imaginons. Mais là, on a une meuf célèbre qui utilise sa plateforme pour faire connaitre d'autres femmes et les militants, au lieu de parler des femmes en question, préfèrent taper sur la femme célèbre, je vois pas trop l'intérêt. Tu veux pas dire qu'elle est extraordinaire en faisant ça, ok! Mais à quoi bon la ridiculiser? C'est beaucoup plus pertinent de l'utiliser pour faire passer le message légitime qu'elle prétend vouloir faire passer, sans forcément la valoriser elle! Là, je vois personne citer les noms de ces femmes réalisatrices, juste débattre sur Nathalie Portman l'hypocrite.
Et à côté de ça, je vois pas vraiment passer de messages critiquant des hommes qui jouent aux progressistes. Pourtant je veux dire, le speech de Joaquin Phoenix que tout le monde applaudit, que même Amnesty International cite, il était sympa et tout, mais il est bien plus creux et bien moins profond politiquement que la démarche de Portman! Autant au BAFTA, il avait eu une approche un poil subersive en disant qu'il participait à la discrimination des acteurs racisés et que ça devait changer, mais aux Oscars, il s'est contenté de dire "aimons-nous les uns les autres" et "être vegan et lutter contre le sexisme c'est important pour le futur", je trouve pas ça très original. Mais c'est sur Portman que les militants se déchainent dans ma timeline en la traitant de militante en carton :hesite:

Aussi, ce qui m'a un peu "choquée", c'est que j'ai vu passer plusieurs tweets la traitant de "white feminist" en rapport avec son action. Alors je sais que ce terme n'a pas de définition très précise, mais c'est quand même supposer faire référence à une militante féministe qui ne subit que l'oppression sexiste et fait donc avancer des causes féministes qui l'intéresse au détriment des femmes appartenant aux minorités, et je ne vois pas trop trop le rapport avec le fait de pas produire assez de femmes (surtout qu'elle n'a pas mis que des noms de femmes blanches sur sa robe). Mais bon, j'imagine que ça veut dire "féministe hypocrite" d'une certaine façon :hesite:
Littéralement, ça se réfère également aux femmes "blanches", mais bien évidemment on parle là du terme "blanc" au sens racial, donc en tant que construction sociale, c'est à dire une femme qui appartient à la catégorie raciale dominante.
Sauf que Nathalie Portman est juive, ce qui EST une minorité exposée au racisme. Alors bien sûr, les juifs américains ne sont pas du tout en position d'être dominés socialement, ils ne sont pas non plus victimes de racisme d'Etat et ils jouissent de nombreux privilèges dont jouissent aussi les "blancs", particulièrement quand ils ont un physique "occidental". Malgré tout, ça n'empêche pas que traiter une célébrité juive de white feminist me parait un poil étrange :hesite:
Surtout que certes, les juifs américains ne subissent pas les mêmes discriminations que d'autres minorités raciales, et les Etats-Unis n'ont pas une histoire de persécution des juifs comme "le vieux continent", mais les juifs américains portent quand même le poids du traumatisme intergénérationnel. Ce phénomène-là, il n'y a pas beaucoup d'autres communautés en dehors des juifs et des noirs qui le vivent aux US, c'est à dire que même pour un jeune de ces communautés qui ne subirait aucune discrimination et qui vivrait dans le luxe, l'héritage multicentenaire de l'oppression de leur communauté leur a été transmis, les périodes où leur communauté n'étaient pas oppressées apparaissant comme un passé très ancien, presque légendaire (puisque les afro-américains ont été largement coupés de leur histoire "libre" et la persécution des juifs était déjà racontée dans l'Ancien Testament, c'est à dire il y a plusieurs milliers d'années), ce qui peut avoir des impacts psychologiques majeurs sur une personne par ailleurs protégée des discriminations. Les massacres auxquels ont échappé leurs ancêtres hantent la communauté, le traumatisme se transmet de génération en génération dans les familles, façonnant la psyché de ses membres, créant des blocages enfouis, des peurs ancrées, un rapport particulier à son environnement et aux autres groupes sociaux. Peu de communautés ont vécu ça et c'est une spécificité de la communauté juive, comme de la communauté afro-américaine.
Or, Nathalie Portman s'identifie absolument comme juive et ne peut pas échapper à ce passé en tant que native d'Israël qui y a passé son enfance dans une famille juive et parle hébreu couramment. Elle a passé sa vie à explorer son identité juive, y compris en écrivant un mémoire sur le sujet à la fac, en s'investissant auprès d'Israël, etc. Et pourtant, elle a aussi pris position contre le gouvernement israélien et en faveur des Palestiniens en boycottant un événement honorifique israélien. Pour moi, c'était quand même plus courageux politiquement que de dire "les vaches ont des droit" aux Oscars comme l'a fait Joaquin Phoenix, parce que ça l'a exposée aux critiques virulentes de la droite israélienne et d'une partie des juifs américains, alors même qu'elle avait CHOISI son engagement auprès d'Israël et que c'est sa terre natale. C'est toujours plus facile de critiquer un pays étranger depuis l'étranger, en ayant absolument aucun lien avec lui comme le font certaines célébrités sans aucun lien avec la judaïcité et Israël, que quand c'est un pays dont tu as la nationalité, où tu es né et que tu considères comme le symbole de ta foi et le havre de protection contre les persécutions ancestrales de ta communauté.
Le fait qu'elle ait déjà pris publiquement position contre le gouvernement israélien en le qualifiant de raciste, pour moi, ça montre que son engagement politique est plus sérieux que celui de plusieurs célébrités.

Du coup, la voir qualifier de white feminist et être ridiculisée par des militants pour son mini-acte militant féministe comme ça sur Twitter alors que les hommes sont largement épargnées, je trouve ça totalement contre-productif. En gros, vaut mieux ne rien faire du tout et dire des banalités consensuelles comme Phoenix sur "aimez-vous les uns les autres" pour pas se faire huer par les militants? Et ça nous apporte quoi sur le plan féministe en fait? Vraiment, parfois je me dis qu'on se tire une balle dans le pied avec ce genre de comportement militant où on cancel qui que ce soit qui n'est pas 100% pur.
Et encore, je comprends qu'on fasse ça quand des gens/marques/entreprises utilisent une cause pour redorer leur blason et faire leur pub, qu'on se fait manipuler et utiliser sous prétexte d'une pseudo-cause, mais honnêtement, je vois pas trop le mal que nous fait Nathalie Portman en faisant la pub d'autres femmes, même si c'est pour se donner bonne image :hesite:

Après ouais, ptete que du coup, face au blacklash, elle va produire plus de femmes et ça aura eu son effet, ou ptete que le message qu'on envoi aux gens débutants en militantisme, c'est qu'il vaut mieux rien faire du tout qu'un truc imparfait.
 
Dernière édition :
@MorganeGirly oh lala, mais merci !! J'avoue que j'étais aussi super gênée par les réactions sous l'article concernant Nathalie Portman, surtout parce que je suis un peu fatiguée des appels à boycotts à tout va, qui me semblent être une stratégie militante assez limitée, et rentrer plus dans une quête de pureté militante (et franchement je me demande parfois à qui ça rend le plus service)
Mais là tu apportes un angle d'autant plus intéressant.
J'avoue que ce qui me laisse très perplexe dans la cancel culture, c'est justement qu'elle touche beaucoup plus les dominés que les dominants, en fait. Et je me demande vraiment dans quelle mesure la cancel culture n'est pas devenue aussi répandue parce que d'une certaine manière elle protège les systèmes de domination, donc au fond elle ne gêne pas du tout le statut quo.

(je suis désolée, mon message est super décousu, je sais pas si ce que je dis est clair ?)
 
Je suis intervenue sur le topic, mais j'ai complètement oublié de parler du cas de Chimamanda Ngozi Adichie et de ses déclarations sur les femmes transgenres, en gros, elle disait qu'une femme cis et une femme transgenre n'ont pas les mêmes expériences. Il y en a pas mal surtout sur Tumblr qui l'ont "cancel": https://www.vox.com/identities/2017...zi-adichie-transgender-women-comments-apology
Elle représente énormément pour pas mal de femmes noires, mais elle a été qualifiée de TERF...
Et il me semble qu'il y a eu la polémique Rose Mcgowan/Andi Dier, mais je suis un peu moins au courant de ce qui s'est passé.

Pour le cas de Natalie Portman, elle n'est absolument pas responsable du sexisme d'Hollywood et elle n'a pas à en subir les conséquences. personne n'a demandé à Joaquin Phoenix s'il avait fait pression pour tourner avec des acteurs afro-américains
 
Dernière édition :
J'avoue que ce qui me laisse très perplexe dans la cancel culture, c'est justement qu'elle touche beaucoup plus les dominés que les dominants, en fait. Et je me demande vraiment dans quelle mesure la cancel culture n'est pas devenue aussi répandue parce que d'une certaine manière elle protège les systèmes de domination, donc au fond elle ne gêne pas du tout le statut quo.
C'est intéressant comme remarque. Un autre point que j'avais lu dans les critiques et que j'ai oublié de mentionner, c'est que dans le grand fourre-tout visant à invalider sa démarche aux Oscars, on reproche à Nathalie Portman d'avoir signé une pétition en 2009 appelant à libérer Polanski qui avait été arrêté en Suisse. Elle s'est depuis excusée en disant qu'elle regrettait, et je ne comprends pas pourquoi on continue à en parler comme d'une tâche indélébile sur son engagement qui annule tout ce qu'elle pourrait dire sur le droit des femmes après ça.
C'était une enfant actrice elle aussi, elle est devenue célèbre à 12 ans et elle a raconté avoir été victime de l'hypersexualisation et de la toxicité d'Hollywood quand elle était mineure. Quand on sait ce que de nombreuses jeunes actrices évoluant dans ce milieu ont subi et quand on voit la manière dont une grande partie des enfants acteurs, filles et garçons, sont partis en vrille à un moment ou un autre, ça parait assez évident que d'avoir grandi là-dedans, ça t'inculque un certain nombre de schémas qui sont difficiles à déconstruire.
Donc reprocher à une ancienne enfant actrice qui de toute sa vie n'a presque que connu le sexisme hollywoodien de ne pas avoir été "woke" tout le temps, je trouve que c'est vraiment une façon de nier les problématiques spécifiques auxquelles sont confrontées les femmes et les enfants, et d'une certaine manière de faire le jeu du patriarcat. Ce n'est pas dans son cas une question de "check tes privilèges" de ne pas avoir tout de suite pris parti contre le violences sexuelles à Hollywood comme on pourrait le dire d'un homme adulte riche et puissant, mais plutôt une question de déconstruction des schémas de domination auxquels ont a été soumis pendant toute sa carrière, avant même d'être en âge d'avoir une pensée indépendante.
Du coup, les catégories dominantes ont le droit de dire "oh la la, je ne me rendais pas compte car je n'étais pas concernée, je ne savais pas!" après n'avoir rien fait du tout pour faire avancer la cause dont ils deviennent soudainement le porte-parole, on les applaudit pour la prise de conscience (et pourquoi pas après tout, si ça fait réfléchir d'autres gens), mais les catégories dominées sont des hypocrites qui feraient mieux de se taire car elles étaient parfaitement en position de savoir et qu'elles ont fait le jeu des dominants? Mais qui on protège comme ça, en fait?

Le but du militantisme et des campagnes, c'est en partie d'éveiller les consciences, ça inclut celle des gens qui ont pu avoir des positions très problématiques dans le passé.
 
@MorganeGirly j'ajouterai juste que la sécurité des personnes juives aux USA est pas si certaine que ça. Sous l'actuelle administration le néo nazisme est toléré et plusieurs figures médiatiques ont appelé à " nettoyer" leur état des Juifs ( par le harcèlement mais quand meme). Il y a surtout une double haine car très souvent les personnes juives ont des convictions "liberales", donc plutôt démocrates voire plus à gauche; donc on les voit comme des libtard voulant détruire le pays et les religions protestantes.
 
@MorganeGirly j'ajouterai juste que la sécurité des personnes juives aux USA est pas si certaine que ça. Sous l'actuelle administration le néo nazisme est toléré et plusieurs figures médiatiques ont appelé à " nettoyer" leur état des Juifs ( par le harcèlement mais quand meme). Il y a surtout une double haine car très souvent les personnes juives ont des convictions "liberales", donc plutôt démocrates voire plus à gauche; donc on les voit comme des libtard voulant détruire le pays et les religions protestantes.
Ce que je voulais dire c'est que je n'ai pas l'impression qu'il s'agisse de racisme d'Etat. C'est à dire que les juifs américains ne sont pas complètement en "sécurité", mais ils ne sont pas non plus ciblés par la Police, l'administration, etc., ils ne sont pas exclus des positions de pouvoir et ils bénéficient d'une assez bonne représentation dans les médias et le divertissement, ainsi que d'un poids politique important contrairement à d'autres minorités (par exemple, Trump tolère les néo-nazis mais en même temps, il drague le gouvernement israélien et la droite juive américaine, a une fille convertie au judaïsme et un beau-fils juif, tous deux ayant un rôle majeur dans l'administration). Mais ça ne veut pas dire pour autant qu'ils sont protégés par l'Etat, simplement que pour le moment, la discrimination n'est pas vraiment institutionnelle.
Après, j'ai peut-être une vision imparfaite des choses, mais je ne pense pas que la discrimination institutionnelle soit un problème actuel en ce qui concerne la communauté juive américaine.
 
Sur un versant plus "léger" concernant les femmes cinéastes, j'ai beaucoup vu sur Twitter de reprises agressives de "top 10 films de la décennie 2010-2019" en mode "et pas de femmes dedans!?!?!" avec d'énormes sous-entendus comme quoi c'est sexiste bla bla.
Sauf que... Il y a 4-5% de femmes réalisatrices si je ne m'abuse. Donc dans un top DIX bah... (ça serait différé si c'était un top 10 des films français, vu que là (cocorico) on compte environ 20% de femmes à la réalisation... et même, des statistiques aussi peu hautes laissent tout à fait la place à ses 10 films préférés réalisés uniquement par des hommes).

C'est d'autant plus "drôle" comme type de réactions outrées que quand en réponse certain.e.s demandent quels sont du coup les 10 films préférés de la décennie ces personnes, je n'ai pas vu de réponses...
Or ce serait intéressant à lire, perso si je devais faire mon top 10 je ne suis pas sûre qu'il y aurait ne serait-ce qu'un seul film d'une femme réalisatrice dans le lot :hesite:
 
J'ai l'impression que l'appel au boycott et aussi la critique inter-militant est de plus en plus présente. Alors parfois elle est légitime comme les critiques contre le mouvement TERF récemment avec Paquerette Stern. Mais parfois aussi ça va trop loin. J'y vois une sorte d'envie d'être légitime dans le mouvement, en se montrant superieur à d'autres sans le vouloir, mais ça gangrene aussi beaucoup les milieux militants. Au lieu de mettre tant d'efforts à se tirer dans les pattes, c'est des efforts en moins contre le patriarcat, ce qui ravies les mascus d'ailleurs.
Un autre point qui me dérange également c'est cette proportion à comparer des femmes (au sens large, incluant toute personne s'assimilant à femme) à des mascus. Je ne nie pas que certaines sont oppressives envers d'autres minorités et que c'est pas tolérables, mais ça reste des femmes qui se sont perdues, ça ne nie pas les oppressions qu'elles vivent au quotidien de par leurs genres. Après je comprends que quand on est attaqué en tant que minorité, on est envie de répliquer, j'aurais fait pareil. Mais comparer aux mascus c'est nier un peu leurs vécus quand même en tant que femme (oui tu peux être une conasse mais ça n'empêche pas que tu seras plus touchées par les violences conjugales, sexuelles, le harcèlement tous le reste de ta vie).

Je ne sais pas si mon message est dans le lieux adéquates mais il répond aux derniers messages qui parlent des critiques envers Nathalie Portman.

Quel mécanisme derrière toutes ces critiques ?
 
Ah ben sur la robe de Nathalie Portman, voilà qu'elle est carrément considérée comme "offensante" par Rose McGowan...
Le cas de Rose McGowan me rend un peu triste à vrai dire et c'est un peu délicat à commenter, parce que clairement, c'est une femme qui a vécu des choses très dures et en a beaucoup souffert, mais en même temps, je ne suis pas fan de sa démarche.
C'est justement pour moi un des exemples des côtés "sombres" que peut avoir le militantisme sur nos vies en tant que militants. Elle-même a mis 20 ans à prendre la parole publiquement sur le viol dans elle a été victime (a priori, elle l'avait fait à son niveau à l'époque du viol, mais pas publiquement), et elle affirme que ça a ralenti sa carrière. Je ne comprends pas pourquoi maintenant, elle passe son temps à reprocher aux autres actrices de ne pas lever plus la voix et les bashe limite plus désormais par média interposé que les hommes de l'industrie en déclarant partout que ces femmes sont des hypocrites et qu'elle ne devrait pas s'exprimer. Elle devrait être l'une des premières à savoir à quel point c'est compliqué de parler et à quel point ça peut être difficile d'accepter une situation de discrimination/violence sexiste, à quel point ça peut prendre du temps d'exprimer les choses comme on le veut, et elle devrait aussi se douter que de nombreuses actrices ont sûrement vécu des choses similaires mais qu'elle ne le sait tout simplement pas (Nathalie Portman a raconté qu'elle avait tout fait pour se donner une image de fille coincée parce qu'elle a senti alors qu'elle n'était qu'une préado qu'elle était en danger sur les plateaux, parce qu'on la sexualisait en permanence alors qu'elle n'avait que 13 ans, que sa première lettre de fan reçu à cet âge c'était un homme adulte qui lui racontait son fantasme de viol, que ça a orienté une grande partie de ses choix de rôle et de son image dans les médias, je ne crois pas qu'elle ait besoin de faire des trucs hyper radicaux pour avoir le droit de se sentir concernée par la lutte contre le sexisme à Hollywood).
Rose McGowan est restée dans l'industrie et à même tourné pour un film Weinstein (même si Rodriguez, le réalisateur, un mec, vend le truc comme si c'était pour "venger Rose" de la caster dans un film financé par Weinstein alors que ce dernier la blacklistait, ce que je trouve perso bien plus hypocrite de la part de ce gars que la robe de Nathalie Portman, surtout qu'il a ensuite continué à tourner pour Weinstein après mais bref). J'aurais cru que McGowan serait l'une des mieux placées pour comprendre les paradoxes psychologiques dans lesquels se trouvent les autres actrices. Parce que là, Nathalie Portman, ce n'est même pas une de ses collègues qui a fermé les yeux quand elle est jeune et à qui elle en veut, c'est juste une meuf qui n'en fait pas assez à son goût, et je trouve ça dommage qu'elle s'en prenne à elle en disant que son attitude est une insulte et qu'elle est le problème.

En fait, je trouve que la colère est un moteur très précieux d'un point de vue militant, elle peut être hyper saine et nécessaire quand elle sert de moteur à l'action et qu'elle permet de briser le status quo, de secouer les esprits, de nous pousser à militer, lever la voix et réagir, de réaliser que nos limites sont dépassées, qu'on n'est pas obligé de tolérer ça, c'est un éveil. Mais le danger de la colère militante, c'est qu'on peut finir par s'identifier entièrement à elle et alors ce n'est plus vraiment constructif, juste une colère qui nous autodétruit et n'a rien de fertile, une colère sans laquelle on ne sait plus bien qui on est, on perd de vue ce qu'on cherche à atteindre vraiment.
Parfois aussi, c'est une façon de fuir nos propres traumas, ce qui n'est pas une critique, car on survit comme on peut, mais au bout d'un moment, s'enfermer dans sa colère parce que c'est trop dur de regarder en face la souffrance de ce que l'on vit au quotidien, ça peut nous faire beaucoup plus de mal que de bien.

Bref, brandir fièrement la colère contre tout et tout le monde, en toute circonstance, je trouve ça assez toxique et dangereux pour "la cause", et la culture cancel découle directement de cet aspect un peu toxique de la colère je trouve.

Sinon, voici une partie de la réponse de Portman (traduit et repris dans Le Figaro pour les non anglophones)

Je suis d’accord avec Mme McGowan, il est inexact de dire que je suis "courageuse" pour avoir porté une tenue avec des noms de femmes brodés dessus. "Courageuse" est un terme que j’associe bien plus aux actes des femmes qui ont témoigné contre Harvey Weinstein ces dernières semaines, et ce, alors que pesait sur elles une pression incroyable.

Ces dernières années ont vu fleurir des opportunités pour les réalisatrices grâce à l’effort collectif de beaucoup de gens, qui ont dénoncé le système en place. Des films incroyables en ont été la récompense. J’espère que ce qui ne se voulait qu’un simple geste de soutien envers elles n’en fera pas oublier leurs grandes réussites.

Durant ma longue carrière, j’ai seulement eu la chance de travailler une poignée de fois avec des femmes cinéastes - j’ai fait des courts-métrages, des publicités, des clips et des collaborations avec Marya Cohen, Mira Nair, Rebecca Zlotowski, Anna Rose Holmer, Sofia Coppola, Shirin Neshat et moi-même. Malheureusement, les films que j’ai essayé de faire et qui ne sont pas sortis sont tombés dans l’oubli.

Les films féminins rencontrent d'énormes barrières pour leurs financements ou leur distribution. Si leurs films finissent pas se faire, les femmes sont confrontées à d’énormes obstacles durant leur réalisation. J’ai plusieurs fois essayé de faire engager des réalisatrices pour des projets, mais elles en ont été chassées par leurs conditions de travail.»

Natalie Portman a ainsi blâmé les «barrières à tous les niveaux» qui empêchent les films réalisés par des femmes d’être «représentés dans les festivals». «Alors je veux pouvoir dire que j’ai essayé et que je continuerai d’essayer, a-t-elle affirmé. Si je n’ai pas encore réussi, je cultive l’espoir que nous entrions bientôt dans une nouvelle ère»


@MorganeGirly la conversation me fait réaliser que j'ai bien entendu parler de la fameuse cape, mais que je n'ai vu nul part la liste des réalisatrices listées dessus...
Oui, du coup, on passe plus de temps à vérifier si Portman est une vraie militante que de dénoncer le sexisme et promouvoir les femmes au final (surtout que les médias trouvent bien plus intéressant de raconter ce qu'ils voient comme un crêpage de chignons entre actrices et de remettre en cause la pertinence des actions d'une femme que de présenter le boulot de femmes réalisatrices).
Apparemment, voici quelques-uns des noms qui apparaissaient sur sa robe :
Lorene Scafaria (“Hustlers”), Lulu Wang (“The Farewell”), Greta Gerwig (“Little Women”), Marielle Heller (“A Beautiful Day in the Neighborhood”), Melina Matsoukas (“Queen & Slim”), Alma Har'el (“Honey Boy”), Céline Sciamma (“Portrait of a Lady on Fire”) et Mati Diop (“Atlantics”).
Si ce qu'elle dit dans sa réponse à McGowan est vrai, qu'elle a vraiment vu des projets de femmes échouer, je trouve personnellement que c'est une façon plutôt astucieuse d'utiliser l'un des outils les plus efficaces qu'elle a disposition en tant qu'actrice, l'importance que son corps et la manière dont elle est habillée prennent aux yeux des médias, pour attirer l'attention et faire la publicité d'autres femmes. Je trouve ça dommage qu'on se précipite pour critiquer son initiative au lieu de sauter sur l'occasion pour saluer ces femmes.
J'y vois une sorte d'envie d'être légitime dans le mouvement, en se montrant superieur à d'autres sans le vouloir, mais ça gangrene aussi beaucoup les milieux militants. Au lieu de mettre tant d'efforts à se tirer dans les pattes, c'est des efforts en moins contre le patriarcat, ce qui ravies les mascus d'ailleurs.
Oui c'est vrai que sur les réseaux sociaux, il y a un peu de ça. Les réseaux sociaux sont créés sur le principe de la popularité, et j'ai l'impression que c'est pas facile d'échapper à ce travers, même dans le domaine de la justice sociale. Si on utilise les réseaux pour une cause politique, il y a quand même bien cette tentation de vouloir plaire à la communauté dont on se sent proche, ce qui créé un cercle vicieux où tout le monde s'observe de manière pas très saine.
Le pire je trouve, et on voit quand même ça assez souvent sur les réseaux sociaux ce qui montre bien le côté un peu pervers du principe de "plaire au groupe", ce sont les gens pas concernés par une discrimination qui veulent prouver leur engagement aux militants de la cause en question et vont faire la morale de manière super agressive et violente à un public concerné par la discrimination mais pas engagé (par exemple, une féministe blanche qui va aller incendier une femme noire parce qu'elle n'est pas assez virulente contre le racisme, ou un hétéro qui va engueuler un mec homosexuel qui a dit "je suis pédé" en lui disant que c'est mal d'utiliser des termes homophobes).
 
Dernière édition :
@MorganeGirly Par curiosité, pourquoi tu trouves que les discussions sous l'article sur la cancel culturel sont trop consensuelles ? :happy: Je n'ai pas trop eu cette impression moi.

Pour le reste, je suis d'accord, la cancel culture (enfin, la culture militante plutôt) est un vrai poison, et je trouve que ça délégitime beaucoup la lutte féministe dans le sens où parfois, on a l'impression que c'est moins le projet politique et la volonté de faire avancer les choses qui comptent que le fait de récolter des "likes" sur les réseaux sociaux et de renforcer sa propre identité, son propre sentiment d'appartenance. Enfin personnellement je trouve ça déplorable, voire détestable d'utiliser une lutte aussi importante pour nourrir son petit ego. Je trouve aussi très hypocrite le fait de mettre en exergue le concept de "sororité" pour ensuite aller se bouffer le nez entre nous, comme si combattre au sein de son propre camp était tout ce qui comptait, comme si c'était là l'endroit où il fallait dépenser de l'énergie. Pendant ce temps-là, c'est sûr que le patriarcat peut dormir tranquille :rolleyes:

Et cette injonction militante à penser dans un cadre prédéfini, en ignorant que chaque femme a des origines, un milieu, une éducation, des expériences différentes, et que c'est donc IMPOSSIBLE d'être d'accord sur tout. A la limite, si on ne supporte pas que d'autres aient des opinions ou des façons de faire différentes des nôtres, on peut tout simplement les ignorer, mais les critiquer pour ça ? Ca n'a aucun sens.

Puis c'est totalement illusoire de croire que la perfection existe, que les personnes qui se réclament du féminisme n'ont jamais fait de faux pas, on est tous/toutes né.es dans une société sexiste et le temps de la déconstruction peut être long, voire même durer toute une vie. J'ai déjà eu des pensées, des réflexions, des opinions sexistes, et j'en aurais sûrement encore, parce que c'est inévitable en fait. Mais c'est pas en se faisant attaquer de toute part, voire "boycotter" qu'on progresse, c'est certain.
Natalie Portman a fait beaucoup pour la cause (il me semble qu'elle est l'une des fondatrices de Time's up ?), même si c'est juste au travers de discours. Au moins, sa voix a une grande portée, et c'est tout à son honneur de parler : elle pourrait aussi ne rien dire et continuer à profiter pépouze de ses privilèges.

Enfin, ce truc de "white feminist", je trouve ça vraiment puéril et stupide, c'est vraiment se monter les unes contre les autres, ça n'a aucun intérêt. C'est limite lancé comme une insulte maintenant, mais qu'est-ce que ça veut dire ? Qu'on doit fermer sa gueule quand on a des privilèges ? Qu'on ne sert à rien dans le combat féministe quand on est blanche et bourgeoise ? (d'ailleurs, on peut aussi être blanche et précaire, donc bon :nerd:) Evidemment que l'intersectionnalité a un intérêt, mais analyser les discriminations sous différents angles ça ne veut pas dire que seules les femmes les plus discriminées ont le droit de s'exprimer, les autres étant d'office considérées avec méfiance. Je trouve que c'est ridicule, en plus d'être une grande perte de temps.

On ferait mieux de se serrer les coudes, plutôt que de se tirer dans les pattes en permanence.
 

Les Immanquables du forum

Participe au magazine !
Une info qu'on devrait traiter sur madmoiZelle ?
 
Nouvelle ou perdue ?
Pas de panique, on t'aime déjà !

La charte de respect du forum
Le guide technique &
le guide culturel du forum
Viens te présenter !
Un problème technique ?
Topic d'entraide sur l'orthographe et la grammaire
 
La chefferie vous informe
Les annonces de l'équipe concernant le forum et madmoiZelle
Rendre visite à madmoiZelle
Le médiateur du forum
Soutiens madmoiZelle financièrement
Topic dédié à la pub sur mad
Si vous aimez madmoiZelle, désactivez AdBlock !

Les immanquables
Les topics de blabla
En ce moment... !

Mode - Beauté - Ciné - Musique - Séries - Littérature - Jeux Vidéo - Etudes - Ecriture - Cuisine - People - Télévision

Envie de rencontrer des MadZ ?
Viens trouver le forum de ta ville !

Mode
Le pire de la mode
Ces vêtements qui te font envie
Ta tenue du jour
La tenue qui plaît
Tes derniers achats de fringues

Beauté
Astuces,bons plans économies & dupes
Le topic des vernis
Questions beauté en tout genre
 
Culture
Le meilleur des images du net
L'aide aux devoirs
Tu écoutes quoi ?
Quelle est ta série du moment ?
Quel livre lisez-vous en ce moment ?
Le dernier film que vous avez vu à la maison
Le topic philosophique
 
Société
Topic des gens qui cherchent du travail
Voyager seule : conseils et témoignages
Trucs nuls de la vie d'adulte : CAF, Banque, Mutuelle, Logement etc...
 
Les topics universels
Je ne supporte pas
Je ne comprends pas
Ca me perturbe
Je me demande
J'adore...
Je m'en veux de penser ça mais...

Cupidon
Le topic des amoureuses
Le topic des polyamoureuses
Les Célibattantes