Comment j'ai fait la paix avec mon niveau en sport en reprenant la danse après 10 ans

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Mymy, le 2 novembre 2017.

  1. Elise S.

    Elise S.
    Expand Collapse

    #1 Elise S., 2 novembre 2017
    Dernière édition: 6 novembre 2017
  2. Cennae.D

    Cennae.D
    Expand Collapse
    I'm only human After all

    Je couine. J'ai envie de pleurer aussi, un peu, parce que j'ai arrêté la danse il y a un an et demi et que même si je sais que je reprendrai FORCÉMENT un jour, je ne sais pas quand et surtout, ça ne m'avait pas traversé l'esprit que quand je reprendrai, j'aurai probablement perdu de mon niveau. Aouch, mon égo.
    Mais c'est ok. C'est ok parce que la galère en sport ça a toujours fait partie du deal, et que c'est même cette galère qui déclenche la passion.

    Et du coup, je vais enregistrer cet article quelque part pour le retrouver, dans un an, dans 5 ans peut-être, pour me donner du courage et me poser les bonnes questions avant de reprendre. <3
     
    Loulalilou a BigUpé ce message
  3. Pink Bubble

    Pink Bubble
    Expand Collapse
    Membre à part entière des Pink Ladies.

  4. Loulalilou

    Loulalilou
    Expand Collapse
    j'ai un grain de folie qui a poussé dans ma tête, je danse, je danse, je danse

  5. Gadda

    Gadda
    Expand Collapse
    "Il se trouve que par hasard, j'ai justement un biscuit sur moi."

    @Elise S. : petite coquille dans le chapeau :
    -> a décidé :v:
     
    Elise S. a BigUpé ce message
  6. Cyri2

    Cyri2
    Expand Collapse
    Cyri2

    J'ai arrêté la danse pour les mêmes raisons il y a plusieurs années : la fac et le premier job étudiant. J'ai repris ensuite il y a donc environ cinq ans et après avoir été diagnostiquée porteuse d'une sclérose en plaques. Au départ à raison d'un cours par semaine, puis deux et aujourd'hui entre la danse et le yoga j'en suis à six cours par semaine ! La reprise n'a pas été facile mais quel bonheur ce lâcher prise et il est vrai qu'on apprend à être plus indulgente avec soi-même. En cours adultes on fait de vraies rencontres et les spectacles de danse quelle rigolade ! Je n'arrêterai jamais et je danserai temps que la vie me le permettra :)
     
    #7 Cyri2, 4 novembre 2017
    Dernière édition: 4 novembre 2017
    Kounette a BigUpé ce message
  7. Laïla_Tali

    Laïla_Tali
    Expand Collapse
    [I][COLOR=#404040]Never give up on something you can't go a day without thinking about. [/COLOR][/I]

    Je dois dire que je me retrouver énormément dans cet article.

    J'ai commencé le patinage artistique à 4 ans et ai pratique ce sport pendant 10 ans. Ce sont encore aujourd'hui de très belles années, qui m'ont beaucoup apportées, mais m'ont aussi fait très mal sur la fin. Je me suis réveillée un matin après 10 ans à en faire en me disant stop, je ne peux plus continuer ainsi et j'ai tout abandonné en milieu d'année. Au revoir la glace, au revoir les compétitions, au revoir 12h d'entrainement par semaine 6 jours sur 7... J'adorais mes camarades de cours, j'adorais la liberté que me donnait ce sport, mais je pense qu'au bout du compte mes entraîneurs ont éteints cette petite étincelle que j'avais en moi à chaque fois que je montais sur la glace. Je ne pouvais plus y aller sans avoir cette boule au ventre, je ne dormais plus sans entendre la voix de mon entraineur me dire que je ne valais rien parce que je n'arrivais pas à passer ce p*** de double saut qui "est pourtant si simple quand ont est pas une empotée". J’avais un bon niveau, c’est pour ça qu’il me poussait autant, mais ce n’était pas la manière de faire avec moi. Bref je n'en pouvais plus et j’ai arrêté, sans jamais revenir en arrière.

    Je suis retournée plusieurs fois à la patinoire avec des amis, sans jamais avoir cette envie de vraiment m’y remettre quotidiennement, cela ne me manquait pas plus que ça et ça m’a fait peur au début. Imaginez-vous passer de 12h de pratique par semaine avec 1 compétitions quasi tous les weekend à 3h un samedi après-midi tous les 2-3 mois, il faut le temps de s’adapter au changement… J’ai fini par le faire avec quand même cette sensation d’avoir perdu une partie de ma vie à travailler pour quelque chose qui, au final, ne m’aura rien apporté… Enfin, c’est ce que je croyais… Après plusieurs années, j’ai passé mon bac et je suis montée sur Paris pour mes études. Avec ce changement de ville, j’ai eu envie de reprendre une première fois le patin. J’y suis allée une fois, deux fois et j’ai demandé à être remboursée. Je n’avais plus les mêmes sensation, ni même cette envie d’être sur la glace comme avant.

    Et puis cette année, j’ai eu un déclic. J’ai finis mes études fin août… bonjour l’insertion dans le monde professionnel… J’ai eu besoin de me remettre au sport, de me faire du bien après 5 années passées à ne penser qu’aux études. J’ai fais un tour au forum des assocs de ma ville et suis tombée nez à nez avec le stand de danse sur glace de ma ville. La petite étincelle qui c’était éteinte à cause de mes entraîneurs s’est rallumée d’un coup, et le soir même je chaussais mes patins pour monter sur glace. J’ai découvert le ballet. On est une équipe, on patine ensemble, on fait des compétitions ensemble et pas l’un contre l’autre comme en patinage artistique. C’est quelque chose qui change. Je n’avais connu que cet esprit de compétition pendant 10 ans qui pouvait bouffer même les plus fortes amitié en artistique. Ici, on vient pour s’amuser, pour déconner et pour partager une passion. Je me suis surprise à voir que j’avais encore quelques pas, quelques bases, et que mes 10 ans d’artistique allaient me servir pour les attitudes et les pirouettes que l’on doit faire. Évidemment, je sais que je ne retrouverais jamais le niveau que j’avais, mais je me rends compte que cela ne me gène pas, parce que j’ai retrouvé cette liberté que je ressentais quand j’étais petite. J’ai retrouvé ma maison, celle que j’avais quitté il y a 10 ans, et franchement… ça fait beaucoup de bien ! C’est un vrai déclic pour moi. Je suis enfin en paix avec moi-même, avec mes choix, je reprends confiance en moi et j’assume. Et puis, l'ambiance aide aussi beaucoup. Avec des adultes (même si à 24 ans je suis presque la plus vieille du groupe), ce n'est pas pareil, il n'y a pas de prise de tête, on vient pour se détendre et si on y arrive pas, c'est pas grave ! On demande aux autres et on s'entraide. J'adore ça. j'espère pouvoir continuer encore quelques années...
     
    zazouyeah, Roonie et Kounette ont BigUpé ce message.
Chargement...