« Elle m’a demandé de mettre ma main dans sa culotte et de toucher » – Amira, 7 ans

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Esther, le 10 novembre 2017.

  1. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    #1 Esther, 10 novembre 2017
    Dernière édition: 10 novembre 2017
  2. BulleColoree

    BulleColoree
    Expand Collapse

    « On les stabilise avec la méditation de pleine conscience d’abord, dans le premier temps il faut que la victime se sente en sécurité. »

    Je n'ai pas les problématiques évoqués par l'article mais j'en ai d'autres et j'utilise, entre autres, la méditation et cette phrase m'a interpeller.

    Le corps médical peut aider,accompagner dans le travail et les démarches pour se sentir mieux, présenter la méthode et aider le patient a l’appliquer, mais en aucun cas les psy ouvre la tête de leur patient, règle sur "stabiliser" par la magie de Freud et hop !

    Je ne trouve pas que cet tournure de phrase est très représentative des efforts que prendre soin de sa santé représente... On est pas "les" objets traiter par "On", nous sommes des sujets actif en relation de soin avec le soignant.

    Bien sur j'ai conscience que le parti prit de couper en très courts extraits sortent tout du contexte ( malheureusement a mon avis ), on ne peut pas penser a tout, sous tous les angles d'approche, que je ne suis pas parfaite non plus dans mon approche mais voila, sa m'a fait tiqué.
     
    Kristeva a BigUpé ce message
  3. Bree_

    Bree_
    Expand Collapse
    Le temps est le trésor des casaniers.

    Je viens de parcourir l'article, et plein de souvenirs de maternelle-primaire-début du secondaire me sont revenus. Par contre, je n'avais jamais envisagé les choses sous l'angle de l'agression (le fait qu'on avait toujours le même âge, que ces découvertes corporelles n'étaient pas liées dans nos têtes à la sexualité, ou alors très vaguement..) le seul souvenir qui m’écœure, c'est une après midi dans la chambre d'un garçon de ma classe avec une amie. Il fait noir, il se touche sur nos genoux, et on ne comprend qu'après ce qu'il a fait.
    Bref, va falloir que j'y réfléchisse parce que de but en blanc, je n'aurais jamais pensé à ça à la façon d'agressions..
     
    Pau La, Terpsichore., Ayrshire et 3 autres ont BigUpé ce message.
  4. Zeulapin

    Zeulapin
    Expand Collapse

    Merci pour tout ce travail qui nous permet de prendre conscience de ce que sont le harcèlement et les agressions sexistes et sexuelles. Cela aura, je l’espère, une influence majeure sur l’avenir des relations humaines.
    Cependant, pour celles et ceux qui se débattent actuellement avec les fantômes de leurs traumas, si vous pouviez indiquer à votre lectorat le moyen de trouver des thérapeutes formés à ses questions (sans se limiter à Paris - Île de France) ce serait formidable.
    Je ne trouve, par exemple, aucun formulaire de contact sur le site de Mme Salmona.
    Or tout le monde ne souhaite pas forcément passer par les réseaux sociaux pour les contacter et on n’a parfois pas la possibilité d’aborder la question avec son médecin traitant, ni l’envie (ou le courage) de « tester » le psy’ du coin quand on va déjà fort mal.
    Trouver ne serait ce qu’un annuaire de praticiens serait une aide précieuse.
    Par avance merci.
     
    Terpsichore., Petite-fleur, Shadowsofthenight et 2 autres ont BigUpé ce message.
  5. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    Bonjour @Zeulapin
    C'est pour cette raison là que j'avais linké l'article « Comment bien choisir son psy » : http://www.madmoizelle.com/comment-choisir-son-psy-514143
    Mais si les conseils qui y sont donnés ne conviennent pas à ta situation, ce que je recommande toujours est de contacter le Collectif féministe contre le viol. Leur service d'appel est très efficace pour recueillir la parole des victimes et surtout elles t'orienteront selon ce qui est disponible là où tu habites car elles ont des adresses partout. Leur numéro : 0 800 05 95 95 (c'est gratuit)
     
    VertCarotte a BigUpé ce message
  6. MelPop21

    MelPop21
    Expand Collapse
    Un poussin égal deux.

    Il y a quelque chose qui me dérange beaucoup dans cette article ... C'est le fait de placer en agresseur une petite fille qui n'avait sûrement aucune idée de ce qu'elle faisait. Qu'il y ait un traumatisme et une réelle souffrance d'accord, mais le terme d'agresseur est ultra violent car l'intention d'agresser la personne n'existe pas dans ce type de situation.
     
    Pandarcenciel, Laoragwen, La Burgravine et 2 autres ont BigUpé ce message.
  7. Titien

    Titien
    Expand Collapse

    @MelPop21 : le fait que la personne n'ait pas conscience d'agresser n'empêche pas le fait qu'elle agresse....
     
    VertCarotte, Laurent-Olivier, Pau La et 6 autres ont BigUpé ce message.
  8. MelPop21

    MelPop21
    Expand Collapse
    Un poussin égal deux.

    @Titien Je dis pas le contraire mais c'est le fait d'utiliser ce mot pour un enfant qui me gène énormément et surtout pour ce type de sujet en particulier. Le sexe est qqch de totalement abstrait pour un enfant, ils n'ont pas conscience que ce qu'ils font se rapporte au sexe, eux voient juste le plaisir que ca leur procure et veulent ainsi "partager" ça avec les copains. C'est de l'innocence pure.
     
    Petite-fleur, Lord Griffith, Lynze et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  9. AshMakuro

    AshMakuro
    Expand Collapse

    J'ai du mal à voir l'agression dans le geste de la fille. Je me suis reconnu dans le témoignage : j'ai vécu exactement la même chose. Une jeune fille de mon âge qui m'a emmener dans les toilettes à 7 ans et m'a demander si on pouvait se toucher. J'ai accepter sans trop savoir pourquoi.
    Pour moi ce n'est pas une agression dans le sens ou cette petite fille ne m'a pas mis de pression, n'avais pas de pouvoir réel sur moi, ne m'a pas forcer. Elle voulait "essayer" un truc et elle me l'a demandé et non imposé. Je n'aimais pas ça mais je continuais ... pourquoi ? Par fascination ? Parce que j'aimais bien partager un secret avec cette fille ? Pour la garder comme amie ?

    Bref j'en sais rien. Mais je trouve ça violent de parler d'agression .
     
    Petite-fleur, MelPop21 et Lord Griffith ont BigUpé ce message.
  10. Esther

    Esther
    Expand Collapse
    Mélange instable
    Membre de l'équipe

    Bonjour @MelPop21, je développe justement la différence jeu/agression sexuelle dans cet article là – et d'autres aspects du phénomène continueront d'être développés dans les jours à venir. J'espère que ça pourra aider à répondre à ton inconfort sur le terme « agression ».
     
Chargement...