Jeune adulte, voici 10 conseils pour t'épanouir dans la vie active !

Sujet dans 'Réactions aux articles' lancé par Kalindi, le 21 juin 2018.

  1. Kalindi

    Kalindi
    Expand Collapse
    Membre de l'équipe

    #1 Kalindi, 21 juin 2018
    Dernière édition par un modérateur: 21 juin 2018
    ----- Publicité -----
  2. Sardine92

    Sardine92
    Expand Collapse

    Merci pour cet article!!
    Ça fait deux que je suis diplômée d architecture et j ai fait comme toi, j ai tout testé et je suis partie à l'etranger. Aujourd'hui, je suis prête pour trouver un job qui me ressemble mais c est l'angoisse!! Donc merci, c est un bel encouragement pour moi.
     
    Pokeflora94 et Kalindi ont BigUpé.
  3. Juliette Sand

    Juliette Sand
    Expand Collapse

    Merci pour cet article qui est rassurant et très encourageant!
    j'ai 24 ans et j'ai testé 2-3 filières d'études depuis le bac ce qui permet d'aiguiller ses gouts
    Mes voyages à l'étranger m'ont également aidée à trouver ce que je voulais vraiment faire et ont été très formateurs!
     
    Pokeflora94 et Kalindi ont BigUpé.
  4. RosEstivale

    RosEstivale
    Expand Collapse

    La plupart de ces conseils ne peuvent surtout s'appliquer qu'à des gens qui ont des parents qui peuvent les soutenir (entre autres financièrement), avec un certain bagage de diplômes, et pas de gros problèmes dans la vie... La plupart des gens n'ont pas les moyens de se tromper "trop" de voie, ou de financer une année sabbatique à l'étranger.

    Et j'ajouterais que de cet article ressort une certaine philosophie du "quand tu veux tu peux", qui en plus d'être fausse, est plutôt destructrice dans la mesure où elle enfonce encore davantage les personnes qui manquent de moyens financiers, ou ne sont pas dans un état psychologique leur permettant de s'accrocher pour trouver un emploi qui leur convient. Et ça ne concerne pas qu'une minorité de personnes. Quand tu as des enfants (ou autres personnes à charge), ou que tu es pauvre, ou dépressif, ou isolé, ou avec un handicap, ou sans le bac, tu as déjà des moyens très réduits pour réinventer ta vie ou juste la démarrer. Bref, je trouve cet article assez déconnecté de la réalité, pour ma part.
     
    #4 RosEstivale, 21 juin 2018
    Dernière édition: 21 juin 2018
    stl44, Albion Mumu, Etilujh et 70 autres ont BigUpé ce message.
  5. Niachan

    Niachan
    Expand Collapse

    Moi à l'époque l'épanouissement c'était de ne pas être a la rue.
    J'ai passé plus de 2 ans à chercher un emploi en ayant pas le droit au RSA (jamais eu droit à aucune aide avant 25 ans, car même si je n'avait plus de contact mon père gagnait très bien sa vie mais ne m'aidait pas pour autant).
    Alors oui c'est "positif" de dire n’abandonne pas, choisi ce qu'il te plait, fait toi plaisir, ne te précipite pas ... mais dans les fait quand tu es sans le sou c'est le message est un peu condescendant (et infantilisant aussi je trouve).
     
    Etilujh, Tippi, BulleColoree et 33 autres ont BigUpé ce message.
  6. Naotoo

    Naotoo
    Expand Collapse

    Oui, il y a aussi la crise du "quart de siècle" qui est dure à encaisser. Je connais des gens qui ont très bien vécu ce passage de leur vie mais pour la pluparts, moi inclus, c'était synonyme d'angoisse, difficulté à trouver un emploi, te rendre compte que le monde du travail te traitait comme de la merde malgré tes diplômes et ton envie. Je commence à m'éloigner de cette phase qui a vraiment été horrible pour moi.
    Après, je trouve ça bien que tu mette en valeur les bons côtés mais il ne faut pas oublier ce que vivent réellement la pluparts des jeunes pro.
     
    Tippi, BulleColoree, Ploue et 14 autres ont BigUpé ce message.
  7. Nedjma

    Nedjma
    Expand Collapse

    D'accord avec les commentaires précédents. Ce qui est décrit dans l'article, j'ai commencé à le faire à 28 ans.
    De mes 21 à mes 27, ça a juste été la galère entre financer mes études, encaisser les premiers emplois, vivre dans la précarité etc etc.
    Après pour celleux qui ont les moyens de vivre leurs premières années d'adulte à fond, tant mieux pour elleux :fleur:
     
    Tippi, BulleColoree, Ploue et 12 autres ont BigUpé ce message.
  8. Sardine92

    Sardine92
    Expand Collapse

    Je pense que la journaliste parle de sa propre expérience... Sûrement que les expériences de différents jeunes adultes ayant des profils différents ( c est vrai que le mien se rapproche du sien) devraient faire l objet de non pas un mais plusieurs articles car il y a beaucoup à dire .
    Autres que les problèmes d argents, tout le monde peut avoir des problèmes d'ordre personnel. C était mon cas et c est pour ça que je me reconnais dans cet article mais je comprends tout à fait que d autres ne s y retrouvent pas.
     
    Bistou Nouche a BigUpé ce message
  9. skippy01

    skippy01
    Expand Collapse
    C'est quand même paradoxal que l'organe qui symbolise la virilité soit aussi le plus fragile.

    Ça ne marche que si le secteur qui t'intéresse n'est pas trop bouché, parce que dans le cas contraire, on n'aura pas d'autre choix que revoir nos aspirations à la baisse et se contenter d'un job alimentaire qui ne nous apporte rien en dehors d'une garantie de ne pas mourir de faim (et encore, pas toujours).
     
    BulleColoree, Flowercream-, Nacre et 16 autres ont BigUpé ce message.
  10. Nacre

    Nacre
    Expand Collapse

    Ce qui me fait doucement rire, c'est que si tout le monde pouvait faire le job de ses rêves, les rues seraient dégueu, presque aucune usine ne tournerait et certains bâtiments n'auraient jamais été érigés...
     
    Loutrinel, Flowercream-, Ploue et 17 autres ont BigUpé ce message.
  11. stup

    stup
    Expand Collapse

    Clairement, on parle de personnes qui ont les moyen, après, il faut le prendre d'une autre façon, moi je n'ai pu reprendre mes études qu'a 25 ans ( grâce au RSA). Donc oui j'ai du "retard" par rapport à ceux qui ont pu faire des études directement après le bac, mais mes 5-6 ans à faire des boulot de m*rde m'ont aussi fait grandir, et maintenant que je suis diplomé, je suis beaucoup plus sure de moi et n'accepte pas n'importe quoi, pour n'importe quel salaire. Et je me rends encore plus compte de ma chance de pouvoir faire un metier que j'aime, pour un salaire déçent.
    Après, j'avoue, t'as encore plus la haine quand tu as du bosser comme femme de menage avec des horaires de fou et un salaire de misère et quand ensuite tu décroche un " bon" job et que t'es quand même pas mal payer pour pas trop de tuer au travail, mais bon, c'est une autre histoire.
     
    stl44, Tippi, Nacre et 5 autres ont BigUpé ce message.
  12. Erade

    Erade
    Expand Collapse
    Je suis un sous marin en puissance

    @Eiko , du coup je suis bien curieuse, c'était quoi ton domaine t'études si ce n'est pas trop indiscret?
    Et quand tu dis " je me détestais d'avoir pris une voie si difficile plutôt qu'une formation courte et moins prestigieuse (mais peut être pas aussi bouchée)" est ce que tu regrette encore d'avoir fait ce choix? Je passe mon bac en ce moment, et je me dirige aussi vers des études sans débouché énormes (enfin pas catastrophique non plus) du coup je me pose des questions