.

Sujet dans 'Blabla Général' lancé par Belcara, le 25 août 2015.

  1. Belcara

    Belcara
    Expand Collapse

    .
     
    #1 Belcara, 25 août 2015
    Dernière édition: 22 mars 2017
    Saucisson., Juda Bricot, Lord Griffith et 8 autres ont BigUpé ce message.
  2. schizophrenia

    schizophrenia
    Expand Collapse
    J'ai fait cette saison dans cette boîte crânienne

    Le blog que tu cites s'appelle Altpro28. Il s'agit d'un blog tenu par des alternants d'une école de journalisme parisienne.
    Souffres-tu énormément d'être traitée de hipster ? Il s'agit quand même d'une tendance qui touche principalement les gens issus d'un milieu social favorisé, qui disposent d'un travail, de loisirs, d'argent. Ce côté victimisation "oulala on me juge car j'aime la littérature et l'art" me fait un peu grincer des dents, je l'avoue. Penses-tu aux gens réellement discriminés ? Je te conseille de lire la veille permanente racisme par exemple. Pas parce qu'il y a une hiérarchisation dans la discrimination ou la douleur, mais parce que certaines fois, on ne se rend pas compte de ses privilèges. Es-tu discriminée à l'emploi parce que tu es une hipster ? Pour avoir un logement ? Arrêtée dans la rue ? Insultée ?
    Tu parles de haine, est-ce bien le mot adapté ? Est-ce qu'un parti politique à déjà construit un programme sur la stigmatisation du hipster ?
     
    ElectraHeart, Gia_Juliet, Saucisson. et 11 autres ont BigUpé ce message.
  3. schizophrenia

    schizophrenia
    Expand Collapse
    J'ai fait cette saison dans cette boîte crânienne

    J'ai tiqué sur le "insulte" (c'est une insulte), discrimination (oui, oui), haïr. Ce sont des mots très durs pour quelqu'un qui ouvre un sujet aussi léger.
    Sinon, je n'ai jamais constaté de "haine" du hipster, si ce n'est un peu d'auto-bashing qui semble être propre à un certain groupe de hipster. J'avoue que certaines de mes connaissances se gargarisent d'être hipsters et ont même établi certains codes pour s'auto-définir comme tel (de temps en temps, c'est un peu illogique mais passons). Pour moi, c'est surtout un besoin de se sentir appartenir à un groupe et chercher des valeurs communes.
     
    Mlle C., Maia Chawwah, Lady Stardust et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  4. Cilece

    Cilece
    Expand Collapse
    En cours de piéytchdi

    elisabellissima, ParasitA et Babitty Lapina ont BigUpé ce message.
  5. Jambon-beurre

    Jambon-beurre
    Expand Collapse

    Je vis dans un quartier popu mais qui est en ce moment en pleine mutation.
    Les gens de mon quartier n'ont rien contre les hipsters et/ou bobos en soi, mais force est de constater que leur installation dans un quartier implique forcément une putain de gentrification en très peu de temps (loyers qui explosent, apparitions de commerces et de bars qui leurs sont dédiés et qui ne parlent pas aux locaux, etc.). Et ils ont tendance à rester entre eux. C'est rare de se mélanger aux habitants d'origines (sauf ceux qui s' impliquent à la vie associative du quartier).
     
    Maia Chawwah et Nastja ont BigUpé.
  6. Gia_Juliet

    Gia_Juliet
    Expand Collapse
    [I]" A woman blushes to hear what she is not afraid of doing. "[/I]

    Je rejoins les avis de ParasitA et de @schizophrenia sans rejoindre celui de @Belcara .
    Mon ex-beauf' ressemble au portrait du compagnon de ParasitA (nombreux tatouages, superbe barbe) sauf qu'il fait 1,80 m environ et qu'il est baraqué puissant (pas gonflette) tel un prof d'EPS skater/parachutiste/"rockeur"/rugbyman de 3e division, ce qu'il est depuis bien avant la "mode" hipster. Ils suscitent et ont exactement les mêmes réactions vis à vis de cette mode à laquelle il déteste aussi être comparé. ^^
    Cela dit, pour moi le hipster, l'image que j'en ai, c'est une personne hautaine qui fait de choses banales ou normales des affaires extraordinaires, qui souffrent d'un peu de narcissisme et qui a besoin de le montrer à outrance pour attirer l'attention à elle et pour se sentir vivante voire différente. C'est son droit. Seulement, l'intérêt pour la mode, les Arts en général, ça fait 10 ans que je m'y intéresse aussi (depuis mes 15 ans env.), comme mon frère, ma soeur, mes ami-es et beaucoup d'autres l'ont fait avant moi et avant eux etc. Je le fais pour moi et le partager, pas pour m'en vanter ou me sentir différente, comme je le fais pour beaucoup de choses en fait.
    Il ne me viendrait pas à l'esprit de me plaindre d'être cultivée ou de dénigrer quelqu'un qui l'est différemment, au contraire même, ça m'attire.
    J'ai des amis qui se définissent hipsters aujourd'hui juste pour être "qqch" ou qqun, parce que ça fait cool il paraît. Bah ouais mais non, reste toi-même c'est suffisant.
    Pour le reste de mon avis, il suffit de faire un copier/coller de ceux de schizophrénia. :)

    Edit: il y a en effet une incompréhension, peut-être due à la forme de mon texte, mais je comprends encore ce que je lis et écris, et n'interprète pas ceux des autres (enfin je ne pense pas). Je pense que concernant la mode hipster, c'est un dédain (injustifié) qui est critiqué chez quelqu'un, pas ses centres d'intérêts ou hobbies-mêmes en général, qu'il se définisse comme hipster ou pas du tout d'ailleurs.
    Tout le monde est potentiellement hipster puisque ces derniers reprennent des codes déjà utilisés auparavant par de nombreuses autres personnes naturellement mais qui n'en usaient pas pour se donner une quelconque consistance (barbes, tatouages, bio, récup' etc etc). Les hipsters n'inventent rien par eux-mêmes mais détournent des éléments pour les faire leurs. Il n'y a pas de mal
    Je ne vois donc pas d'incohérence, dans mon post.
    Voici les 1ers liens référencés sur la définition plutôt ouverte et variée ^^ de "hipster":
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Hipster
    http://lesociologue.com/le-hipster/
    http://www.lemonde.fr/m-styles/arti...ss-qui-a-tout-pour-durer_4739262_4497319.html
    http://www.slate.fr/story/78642/je-suis-un-hipster-fier
    http://www.courrierinternational.com/article/2010/12/09/une-avant-garde-chic-mais-sans-art

    Je vois ce sujet comme celui de dire que tous les Français sont ronchons, est-ce vrai et est-ce que cela a une réelle importance? :lol::facepalm::clap:
    Je m'en fiche des hipsters, pour moi c'est une mode comme les chaussures à scratches: il y en a qui adorent, d'autres non, rien de bouleversant en soi.
     
    #6 Gia_Juliet, 9 mai 2016
    Dernière édition: 10 mai 2016
  7. PrincessMey

    PrincessMey
    Expand Collapse

    Je crois qu'en fait, les gens qui se font qualifier de hipster ne se plaignent pas parce qu'ils sont cultivés, mais parce qu'on les montre du doigt en disant "Tiens, voilà le hipster !".
    Je pense que quelqu'un qui aime l'art veut juste être catégorisée comme "aimant l'art", quelqu'un portant une barbe comme un "barbu", quelqu'un qui a des tatouages comme un "tatoué", et qu'ils en ont marre de se faire catégoriser comme "hipster" parce qu'une partie de leurs centres d'intérêt / de leur style rejoint tout à coup ce phénomène de mode.
    C'est un raccourci bidon (sans pour autant parler de discrimination) et je comprends qu'à la longue, on puisse trouver ça carrément relou.
    A mes yeux, dites-moi si je me trompe, mais c'est comme "tu es un garçon et tu portes du rose, tu es donc gay" ou alors "tu as des poils aux aisselles, tu es donc féministe", "tu as les cheveux longs et tu es un garçon, tu es donc métalleux", "tu es habillée toute en noir donc tu es une gothique" et j'en passe. C'est stupide, et ça prend des proportions vachement importantes j'ai l'impression, ce qui fait que ça en devient agaçant pour les concernés.

    Evidemment on ne parle pas des gens qui aiment se revendiquer hipster, en effet ils recherchent à appartenir à un groupe, ils font bien ce qu'ils veulent, et je pense que le post ne les concernait absolument pas. C'est juste que voilà, être associé constamment à un truc auquel on est complètement étranger et dont la société passe son temps à se moquer/tourner en dérision comme en témoignent certains morceaux de messages ici (et je comprends que ça puisse être vécu comme une insulte étant donné qu'on considère les hipsters comme étant snobs et/ou superficiels, moi ça ne me plairait pas du tout qu'on me qualifie de hipster avec tout ce que ça implique aux yeux de la société par derrière), c'est très, très chiant.
    Je pense que c'est ce que voulait dire @Belcara et je la rejoins sur ce point (donc rien à voir avec le racisme et compagnie, en effet).
     
    Ecleyosia, elisabellissima, Lunafey et 1 autre membre ont BigUpé ce message.
  8. elisabellissima

    elisabellissima
    Expand Collapse
    Hold the door!

    Perso, on me traite au choix:
    - de bobo (je mange bio, suis végé, suis à fond commerce équitable, donne à des organismes caritatifs de défense de la nature, mais je gagne correctement ma vie)
    - de bourgeoise, parce qu'à côté de ça, j'aime les jolies choses
    J'ai appris à en rire, parce que bon, c'est pas un mal au final. Le "hipster" est pour moi un mot un peu fourre tout pour dire "à la mode"
    oui, je crois que c'est ça! mais c'est pas bien bien grave, si? au final, on se moque gentiment des hipsters mais n'y a t-il pas une part de jalousie?

    D'après wikipédia, un hipster c'est "
    « un terme anglo-américain apparu dans les années 1940 et qui désignait à l'origine les amateurs de jazz et en particulier du bebop : les premiers hipsters étaient généralement de jeunes blancs qui adoptaient le style vestimentaire et fréquentaient des musiciens afro-américains.
    Depuis le début des années 2000, « hipster » qualifie des habitudes culturelles liées à la consommation, un style vestimentaire, une mode, des manies, ou, beaucoup plus rarement, une véritable attitude, décalée et transgressive."


    Donc moi je trouve que ce n'est pas du tout un insulte :)

    justement, ça c'est dur, et ça dénature le mot en fait. Personnellement le hispter ne me dérange pas: il est stylé, ok, il veut attirer l'attention, pourquoi pas, mais ça a toujours été comme ça: la mode évolue, change... et ça ne devrait pas être un terme péjoratif, m'est avis :)
     
    AStarShinesBright a BigUpé ce message